Adelphi Cambus 27 ans 1988 Single Grain Whisky

48% alc./vol.
Refill Bourbon Barrel, cask #59353

André 77%
Vanillé et sirop d’érable, bois de chêne utilisé plusieurs fois, sucre blanc, ananas, céréales et herbes séchées, amandes, bois notes de bois vert, puis de bois brûlé. Étrange comme mélange d’odeurs et de saveurs. En bouche, cannelle et poivre, bois brûlé, ananas, céréales séchées, bananes nappées de crème à la vanille. Ensemble pas mal rectiligne au niveau des saveurs et aromes, on se lasse rapidement de ce que le whisky a à livrer. Finale épicée, poivrée, moyenne en longueur.

Duncan Taylor Rare Auld Cambus 25 ans

55.1% alc./vol.
Distilled 09/1991, Bottled 01/2017, Cask #1112969, Bottle #185 of 238.

André 83%
Sans aucun doute le whisky de grain. Toute-épice et miel, vanille onctueuse, cannelle, oranges confites, melon au miel, un peu acéré en bouche mais le taux d’alcool est hyper tolérable et bien présenté. La bouche est un peu trop rectiligne, avec ses notes de céréales au miel nappées de caramel et d’oranges trempées dans le chocolat au lait. Finale de toffee et de caramel légèrement brûlé et de céréales séchées.

Gavin D. Smith – Stillhouse Stories Tunroom Tales

Angels’ Share – 2013

Patrick 71%
Un ouvrage livrant une douzaine de témoignages d’histoires vécues par des gens ayant travaillés à différents postes dans l’industrie du scotch. J’aime particulièrement lire le soir, avant de m’endormir. Ainsi, la meilleure mesure pour savoir si un livre est ennuyeux est le nombre de soirées que je vais prendre pour en compléter la lecture. Normalement, un livre de 102 pages comme celui-ci me prends donc un gros maximum de 3 soirées… Mais ici, j’ai eu besoin de plus d’un mois! J’étais incapable de lire plus que 3-4 pages par soirée tellement la quasi-totalité des histoires étaient soporifiques (il y a quelques exceptions, mais elles demeurent des exceptions). Au point que je me disais que les gens qui partageaient leurs histoires, malgré qu’ils faisaient un travail hors du commun, avaient eu une vie plutôt morne et monotone. Enfin, à titre de comparaison, après avoir complété la lecture de ce livre, j’ai entamé la lecture d’un ouvrage de 600 pages sur la naissance du système de « Common Law » au Moyen-Âge en Angleterre, que j’ai complété en 3 soirées à peine (mais je n’en parlerai pas plus ici, ce n’est pas la place)!

SMWS G8.6 Cambus 26 ans

59.7% alc./vol.
“Jazzed up banana split”, Distilled 12th June 1988, from Refill Hogshead Ex-Bourbon Cask, 258 bottles

André 80.5%
Définitivement le banana split et la slush à la vanille, puis vague d’alcool de grain épicé, gingembre, sucre à glacer et poivre (oui oui… bizarre), ananas, toffee et caramel. Un peu fermé comme amalgame d’arômes. En bouche, on ressent rapidement l’onctuosité du whisky arrondi par son long vieillissement en fût, beaucoup de notes dérivées du sucre et de la vanille, bol de crème glacée à la vanille, ananas, bananes, nappés de caramel chaud, bonbons Wherters, Finale sur les bonbons casse-grippe et les grains de céréales séchés.

Patrick 85%
Un whisky d’une intensité surprenante, autant venant d’un whisky de grain que d’un scotch de 26 ans. Peut-être même un peu trop. Nez : Parfum floral, fruits subtils et sciure de bois. Bouche : Un beau mix de chili épicé, de caramel et de vanille. Intense. Finale : D’une belle longueur et complexe.

English EN Français FR