Daftmill 2006 Winter Batch Release

46% alc./vol.
Distilled 16/12/2006, Bottled 2018, Limited Edition of 1625 Bottles. Daftmill est l’une des 9 distilleries actives des Lowlands. La distillerie a été mise en service en 2005 mais la production n’a réellement commencé qu’en 2006. Daftmill est la propriété de Francis et Ian Cuthbert dont la famille cultive les terres depuis les années 80. Ce qui rend Daftmill unique est sa méthode de production traditionnelle. L’ensemble de l’orge utilisé pour la production est cultivé par Francis Cuthbert dans les terres familiales (une seule autre distillerie utilise de l’orge provenant à 100% de son domaine, la distillerie Ballindalloch, mais leurs produits ne seront pas disponibles avant au moins 6 ans). Le whisky est distillé à la ferme pendant l’inter-saison, deux moi en été et deux mois en hiver. Daftmill est l’une des plus petites productions d’Ecosse avec seulement une moyenne de 100 fûts par an. C’est aussi la seule à pouvoir utiliser le terme « Single Estate Farm Distillery ». Troisième embouteillage officiel de la disillerie, fruits d’un assemblage de six fûts First Fill Ex-Bourbon Cask (Casks #080-2006 à #085-2006).

André 79%
Grains de céréales encore verts en processus de séchage, petits fruits sauvages, pommes vertes, herbe mouillée, aspect citronné qui me rappelle certains virgin oak casks, poires au miel, ananas nappés de crème vanillée onctueuse. La texture de bouche est cireuse et le chêne fait réellement penser à du virgin oak casks. Saveurs citronnées et de pommes vertes, grains de céréales mouillés, herbe verte mouillée tondue, une touche de gingembre et de cannelle. Finale douce, presque planante, citronnée et céréalée.

Patrick 82%
Un bon dram, tout ce qu’il y a de plus simple et efficace. Bon, je vais l’avoir oublié demain matin, mais ça demeure agréable. Nez : De belles céréales, un peu d’herbes, des agrumes et des poires vertes. Bouche : Du chêne sec, de l’orge, de l’herbe et un peu de gingembre et de cannelle. Finale : D’une longueur moyenne, avec une bonne dose de bois et d’agrumes.

Kintra Single Cask Collection Bladnoch 22 ans

49% alc./vol.
Bourbon Cask #1046, Distilled 08/03/1990, Bottled 30/03/2012, 120 bottles

André 81%
Wow, douceur et raffinement avec une pointe d’exotisme. Le nez est délicat, jus de citron, vanille, oranges et agrumes, raisins verts, miel, poires, vieux caramel éventé, une touche de gingembre un peu vif. La bouche est plus aiguisée, l’alcool est plus puissant que ne le laissait supposer le taux d’alcool. Sucre à glacer, agrumes, vanille, oranges, céréales séchées, poires, chocolat blanc, herbe verte. Finale pointue et sèche, assaisonnée de poivre et de gingembre couronnant des fruits tropicaux. Ensemble dominé par les influences du bois. De belles promesses promises par le nez que la bouche n’a pas tenu.

Kingsbarns Dream to Dram

46% alc./vol.
Nouvelle distillerie des Lowlands crée en 2015 commercialise sont tout premier single malt distillé en 2015 mis en bouteille en 2018.”Dream to Dram” (un rêve de whisky) expression élaborée en assemblant des whiskies élevés dans deux types de fûts.Tout d’abord des fûts de bourbon en premier remplissage de la Heaven Hill Kentucky Distillery à 90% ainsi que des barriques STR poncées, toastées et re-bousinées pour 10%. Cette parution est la première édition du Single Malt de la Distillerie Kingsbarns.

André 82%
Poires, ananas, bananes, abricots, une touche d’herbe verte mouillée et des grains de céréales séchées trempées dans le miel et nappées d’une crème fouettée à la vanille. La bouche est sucrée et fruitée, douce mais avec une fine touche de gingembre. Notes de miel, vanille, poires, ananas, citron, melon au miel, oranges, pommes vertes et herbe, gâteau aux bananes qui a légèrement cramé au four. La texture de bouche est un peu flat et manque de profondeur mais ce whisky démontre une incroyable maturation pour seulement 3 ans de maturation. La finale est bien pointue, effilée par les épices dont le poivre, la cannelle et le gingembre. Grosse différence entre la douceur de la bouche et la finale généreusement épicée.

Patrick 85%
Un whisky riche et intense, qui est assez original pour être intéressant. Nez : Un mélange de fruits tropicaux, d’herbes et de vanille subtile. Bouche : Toujours les fruits tropicaux et l’herbe, mais avec ici une bonne dose de bois épicé et une touche de caramel. Finale : D’une belle longueur, marquée par le bois épicé et par une bonne dose de gingembre.

Bladnoch 10 ans

46.7% alc./vol.

André 84%
Fruits à chair, agrumes, ananas, poires, melon au miel, miel, vanille, une touche herbeuse. Très simple, bien construit mais hyper simple. Avec un taux d’alcool de près de 48%, je m’attendais à quelque chose de plus franc que le rendu très lisse qui est livré. Alternant entre le miel et la vanille, les fruits tropicaux et les notes de jus de citron, crème pâtissière. On a un amalgame de poires, d’oranges, d’ananas ainsi qu’une touche de coconut et d’herbe mouillée aussi. La finale est courte, une pincée de gingembre et des fruits à chair sur une conclusion de bois séché et vanillé.

Patrick 87%
Un whisky qui m’a laissé sur mon appétit la première fois que j’y ai goûté. Mais à chaque fois que j’y reviens, il semble s’améliorer. Un whisky avec lequel il faut être patient. Nez : Un beau parfum d’agrumes recouverts de sucre blanc et de gelée aux pommes. Bouche : Sucré, avec des pommes, du caramel, des épices discrètes et quelques agrumes. Le tout est porté par une belle texture huileuse. Finale : D’une belle longueur, marquée par les épices, du gingembre en particulier.

Ailsa Bay Release 1.2 – Sweet Smoke

48.9% alc./vol.
9500 bouteilles. Embouteillé le 25 juin 2019. Le produit final ayant une teneur en PPPM de 22, Ailsa Bay a la particularité de déclarer sur son étiquette le niveau de PPPM de l’alcool mature. Alors que de nombreuses distilleries mentionnent la valeur PPPM du malt, le processus de maturation pouvant altérer le caractère fumé, la valeur finale sur l’étiquette d’Ailsa Bay est considérée comme une véritable mesure du caractère fumé de l’alcool. Une partie du spiritueux d’abord versée dans des fûts de Hudson Baby Bourbon pendant 6 à 9 mois, dont les fûts relativement petits permettent une maturation plus intense. Le liquide est également placé dans des fûts de chêne vierge, de bourbon 1st Fill et de chêne américain Refill pendant plusieurs années.

Patrick 92%
J’avais une certaine appréhension et une bonne dose d’excitation lorsque j’ai goûté à ce whisky. L’étiquette clamant “No other malt is made with this much science”, ainsi que “inspired by the creativity of science”, je m’attendais à quelque chose de complètement différent, voire unique. À ce niveau, je dois admettre être resté sur mon appétit en buvant mon premier verre. Mais au deuxième essai, celui que je vous décris ici, j’ai trouvé qu’il s’agissait tout de même d’un excellent scotch, avec tout ce qui peut vous exciter dans ceux-ci! Nez : Belle fumée poivrée, avec du chêne épicé et un peu de sucre. Bouche : La première chose qui m’a frappé est la superbe texture huileuse… Jusqu’à ce que je sois frappé par un maelström de saveurs assez débiles et surtout intenses: fumée de tourbe, poivre, vanille, agrumes sucrés, chêne épicé… Je manque de mots. Finale : D’une superbe longueur, intense, fumée et épicée.

SMWS 136.2 Eden Mill 3 ans

60.4% alc./vol.
« Paradise in a Paradis » – Distillé le 14 janvier 2015, 1st fill Oloroso hogshead, 298 bouteilles

André 74%
Après un hiver qui n’en finit plus de s’éterniser, une journée avec 50mm de pluie au mois d’avril et plus de deux mois de confinement, l’été arrive maintenant bien vite avec un mercure dans les 20 degrés et l’idée de partir votre piscine un peu précipitamment vous prend. C’est le temps du kit de départ acheté chez Canac (achat local) et vous ouvrez le traitement choc au chlore pour killer les algues verdâtres qui ont envahi votre plan d’eau. Vous savez la draft chlorée et aqueuse qui sort du sac, bien ce whisky c’est en plein ce que vous aurez en bouche. Même si le nez démontre une belle complexité au travers d’odeurs de bol de fruits sauvages et de raisins secs enrobés de chocolat, de prunes et d’oranges sanguines couronnées de caramel cramé dans la poêle, tout ce qui peut vous attirer, la bouche est juste aqueuse et chlorée et a saveur de porto qui a trourné après être resté sur le comptoir de la cuisine durant la canicule. C’est brutal comme revirement de dégustation. Dans ce nuage aqueux s’extirpent avec difficultés des notes de prunes et de raisins secs, d’oranges trop mures et de xérès parsemé de notes d’alcool de fruits en fermentation et de gingembre. Je ne sais pas si c’est la force de l’alcool qui engourdit ma langue et fait que ces saveurs désagréables sont moins intenses aux (pénibles) gorgées supplémentaires. Finale de jeune spirit granuleux, de chlore aqueux e t de queue de celeri. Après un si long texte, je suis sans mots…

Patrick 92%
Je pense n’avoir jamais goûté un scotch de 3 ans aussi bon! C’est riche, c’est savoureux, c’est intense mais tout de même balancé avec brio. J’adore. Ça regarde bien pour le futur de cette distillerie. Nez : OMG! Terreux, avec des fruits mûrs, du chocolat, de la vanille. Oh que ça sent bon! Bouche : De la terre, du cognac, du chocolat et des fruits mûrs. Oh que c’est superbe. Finale : D’une belle longueur, riche et savoureuse.

Martin 80%
Nez: Une minéralité peu subtile nous assaille le nez au départ. Mélasse sucrée et cassonade, léger vent de new make. La colonne vertébrale de céréales est très solide par contre. Bouche: Fruits rouges, bois et épices grillées. Caramel et raisins juteux. Explosion de poivre et de sherry malheureusement noyée dans une douteuse eau de piscine. Finale: Très épicée et boisée, grosse dose de sherry goulu. On termine ça dans une impression minérale désagréable. Équilibre: Sorry not sorry SMWS, on peut pas gagner toutes les batailles 😉

Auchentoshan 29 ans 1988 PX Sherry Cask Finish

49.7% alc./vol.

Patrick 92%
Un Auchentoshan à son meilleur qui a ravi le fan de cette distillerie que je suis. Wow. Nez : Parfum très fruité et sucré, avec une touche de vanille et… Beaucoup d’attentes envers la bouche! Bouche : Oh! De beau fruits chaleureux, les épices du bois brûlé, du sucre chauffé… Wow! Finale: D’une superbe longueur, épicée et marquée par les fruits mûrs.

Auchentoshan The Bartender’s Malt – Annual Limited Edition #02

50% alc./vol.
Mélange de whiskies ages entre 6 et 40 ans provenant de cette distillerie des Lowlands.

André 80%
Cerises marasquin et oranges sanguines, raisins secs, cannelle, pelures de pommes. Le nez est très attirant malgré sa ligne directrice de malt. En bouche, je perds un peu de mon enthousiasme avec les notes de virgin oak (je ne sais pas s’il y en dans le mélange mais j’ai ça pareil en bouche). Une belle pleiade de fruits évolue en bouche; confiture de fruits, oranges, cerises, auxquelles s’ajoute une pincée de poivre et de cannelle. La bouche a une texture un peu collante presque gluante malgré les épices pointues, ça rappelle les notes de Porto collées sur les rebords du verre un lendemain de soirée arrosée. Je reviens à la bouche avec une deuxième gorgée et là, je flash… Ces notes que je n’aime pas sont celles du jeune spirit! Si y’a du 40 ans dans le mélange ça doit être 25ml sur des certaines de litres… Finale de jeune spirit assaisonné de fruits et de cannelle et de gingembre. Pas convaincu pour le whisky neat. Si les mixologues y trouvent leur compte, bien heureux pour eux. Pour ma part, je préfère le Three Woods.

Patrick 89%
Je n’ai pas de misère à comprendre que les bartenders aiment ce whisky! Un superbe whisky à boire straight, mais qui saura aussi inspirer les mixologistes les plus blasés! Nez : Oh que ça sent bon! Des oranges, de la bruyère, de la cannelle et des notes savoureuses de porto. Bouche : Du poivre noir, du porto, des oranges, de la bruyère et un peu de cannelle. Très intense et surtout très complexe! Finale : D’une belle longueur, marquée par les épices du bois et du porto très chaleureux.

Martin 84%
Nez: Grosses oranges juteuses, cannelle, pommes mijotées et raisins. Un gros punch aux fruits. Les conditions gagnantes semblent au rendez-vous. Bouche: Caramel épais et lait condensé. Miel, raisins, cuir et oranges. Chocolat noir. Les saveurs semblent sûrir vers la fin et le tout perd rapidement de son charme. Finale: Courte mais punchée. Les notes de cerise et d’épices sont plus fortes que jamais. Équilibre: Les saveurs sont très affirmées, parvenant même à cacher la nature habituellement douteuse du malt de base de la distillerie. J’haïs pas, mais je ne croirais pas m’en acheter une bouteille.

Old Particular Auchentoshan 21 ans

51.5% alc./vol.
Distilled October 1996, Bottled May 2018 from Refill Hogshead #DL12591, 191 bottles

André 79%
Douglas Laing sait nous étonner et nous livrer des pépites d’embouteillages venant de distilleries que l’on hésite à essayer (ou réessayer). Alors je me laisse porter par mes sens et laisse mes idées préconçues pour évaluer cet embouteillage de cette distillerie dont je ne suis pas un fan inconditionnel. Tarte au citron et meringue, oranges, vanille crémeuse, herbe verte coupée et céréales au miel. La bouche est plus aiguisée et les notes de bois vert fraichement coupé et de sac de tondeuse remplie d’herbe mouillée coupée sont plus présentes. On a encore cette livraison de tarte au citron et meringue, poires, miel, mais même les notes de vanille sont écrasées par des saveurs qui rappellent le virgin oak, le bois sec maintenant mais aussi des saveurs verdâtres qui rappellent presque les bonbons mentholés. Après avoir passé près de 30 minutes dans le verre, le whisky est plus équilibré et rond mais ne s’est pas débarassé des odeurs de bois et d’herbe verdâtres. La finale est épicée et sèche, un peu franche aussi. Habitué à la douceur caractéristique de la distillerie, cet opus tranche de la ligne directrice de la maison. L’expérience est intéressante mais le rendu discutable.

Patrick 77%
21 ans pour ça?! J’ai goûté des whiskys de six mois plus impressionnants! Je ne comprends pas pourquoi on a pas fait l’effort de le transférer dans un autre fût pour lui donner un coup de pouce. Nez : Arômes de gazon et de céréales sucrées. Bouche : Une bonne dose de bois sec et épicé, avec une touche de marmelade aux oranges. Finale : D’une belle longueur avec des épices et une touche d’orge.

Edradour Ballechin 11 ans SFTC Bordeaux Cask

55.2% alc./vol.
Cask #383, Distilled December 6th 2005 and bottled September 11th 2017 382 bottles.

André 91%
Wow, quel nez! Gâteau aux fruits secs, vin rouge onctueux avec un fond tannique et des odeurs qui rappellent le vieux chais au plancher de terre légèrement humide, cuir, confiture de fruits et d’oranges, aspect pâteux et compact. Fumée en background. Superbe texture en bouche, leadée par les fruits rouges et les cendres de feu de foyer refroidies, accents vineux indéniables. Compote de fruits, cerises, framboises, poivre moulu et cannelle. La texture est définitivement unique, la couverture de fruits est onctueuse et invite la tourbe terreuse à venir par la suite s’étendre partout en bouche en préparation de la finale poivrée et épicée.

English EN Français FR