Gordon & MacPhail Discovery Caol Ila 13 ans

43% alc./vol.

André 84%
Nez étonnamment doux pour un Caol Ila parfois fougueux; poires, bananes, vanille, fumée de tourbe franche, pommes poires, abricots. Texture diffuse et épare en bouche, le whisky s’efface presque immédiatement après l’entrée en bouche; purée de bananes, tangerines, agrumes, vanille et fumée un peu brute. Courte finale poivrée finement et fumée, hyper douce et volatile.

Bowmore 25 ans 2018

43% alc./vol.
Vieillissement en ex-bourbon cask & Spanish Sherry Cask.

André 88%
Élégant mélange de fruits secs, raisins mauves séchés, tourbe terreuse et chocolatée, sel de mer séchés sur les galets, prunes, oranges, cerises marasquin, réglisse. La bouche est souple mais légèrement trop diaphane, on dirait que les saveurs extraordinaires n’ont pas le support sur lequel s’attacher; fruits sauvages, cerises, réglisse, prunes, cerises marasquin, oranges, salé et iodé avec une belle vague de tourbe maritime terreuse et chocolatée, caramel. Sensation minérale également en bouche. Petite touche de lilas et de volette en fleur en supplément. Ce que ce whisky gagne en intensité des saveurs, il le perd en texture très ordinaire. La finale rappelle plus la compote de rhubarbe et de framboises, le sel de mer et la tourbe terreuse. Belle constance des saveurs fruitées et de l’ambiance maritime.

Bowmore 26 ans The Vintner’s Trilogy 2 of 3 – French Oak Barrique

48.7% alc./vol.
Vintners Trilogy est une collection de Bowmore qui cherche à mettre en avant l’impact que peuvent avoir de très longs affinages en fûts de vin. Cette édition de 26 ans d’âge a débuté sa maturation de 13 ans en ex-bourbon cask pour ensuite être transférés en French Barrique pour 13 années supplémentaires.

André 92%
On déguste une barre de chocolat noir fourrée de fruits secs et de raisins, le tout sur le bord de la côte de l’Ile d’Islay en se réchauffant tout près du feu de plage se nourrissant de bois morts soutirés sur la plage. Quelqu’un dans le groupe a préféré le café noir très corsé pour le vent du large pousse les effluves frivoles jusqu’à nos narines excitées par l’air frais et maritime. Les premières gorgées sont gonflées de fruits; prunes, cerises noires, raisins secs, dattes, entrelacées de café expresso et de chocolat noir amer, la réglisse rouge. L’air est envoûté des embruns de fumée de tourbe terreuse humidifiée par l’air salin. On distingue aussi les notes de ‘’parma violet’’ des anciens embouteillages de la distillerie, mais tout juste de façon discrète, souvenir d’une période tirée du passé de la distillerie. Le whisky se fond finalement en bouche dans des soupirs poivrés et fumés ainsi que sur la confiture de fruits sur une toast brûlée nappée d’une couche de beurre salé. Dégustation épique…

Patrick 93%
Du bon vieux Bowmore comme j’aime tant! C’est riche, intense et complexe comme j’aime tant. Nez : Parfum de chocolat noir, de sel, de beaux fruits tropicaux et une touche de chêne épicé. Bouche : D’abord du sel, des fruits tropicaux et du chocolat noir. Puis du beau chêne épicé et de la fumée de tourbe qui vient admirablement compléter le tout. Finale : D’une belle longueur, salée-sucrée, fruitée et marquée par le chêne.

Bunnahabhain 2002 Feis Ile 2018

58.2% alc./vol.
Spanish Oak Finish, bottle #249 of 1500

André 89%
Raisin mauves, fruits séchés, chocolat noir, dattes, figues, ainsi qu’une touche spicy boisée et de clou de girofle. Ce qui étonne en bouche, c’est l’aspect maritime salin en arrivée, puis le gâteau aux fruits et aux raisins, les fruits séchés, qui s’accompagne d’une onctuosité légèrement pâteuse du genre purée de dattes et de caramel. Suivent les notes d’oranges, la confiture d’abricots et le chocolat. Finale moyenne en longueur, épicée et astringente ou les notes du chêne sont plus importantes.

Kilchoman Single Cask Release – Plowed Society

60.1% alc./vol.
Cask number 364/2010, type Bourbon – Distillé 22.7.2010 – Embouteillé 24.11.2015

Patrick 88%
Un très bon whisky, riche et intense, avec tout ce qu’on peut attendre d’un jeune Islay. Merci à Rémi pour l’échantillon! Nez : Fumée de tourbe et cendre intense, avec un peu de poivre. Bouche : Une tonne de fumée, de cendres et de poivre. Très intense! Finale: Très longue, fumée,

Kilchoman Madeira Cask Finish Single Cask 523/2011

56.4% alc./vol.
Embouteillé exclusivement pour la SAQ, 258 bouteilles, distillé le 1.9.2011, embouteillé le 20.2.2019

Patrick 93%
Le mélange de saveurs idéal. La SAQ a eu la main heureuse avec cet embouteillage, bravo! J’ai pris soin d’en acheter une bouteille avant de publier cette évaluation, hahaha! Nez : Fumée de tourbe marquée par la cendre, caramel et touche fruitée relativement subtile, mais tout de même enveloppante. Bouche : Oh que c’est bon!! Un superbe mélange de jus de fruits et de fumée de tourbe cendrée, avec un peu de poivre et une touche de bois épicé. Finale : D’une belle longueur, fumée et épicée.

Signatory Laphroaig ‪16 ans 1995

58.1‬% alc./vol.
Distilled 04/04/1995, Bottled 16/06/2011, Bourbon Cask Barrel #52, Bottle #34 of ‪193.

André 89.5%
Belles vagues de fruits tropicaux, ananas, bananes, grist, amandes non-salées, tarte au citron, fumée de tourbe phénolique puissante. La bouche est beaucoup plus posée, crémeuse et onctueuse, j’adore le mélange d’ananas et de citron, oranges, belle grosse crème vanillée, sensation de grist, ces céréales concassées nageant dans un nuage de tourbe maritime phénolique, aspect huileux en finale de bouche qui cache bien les notes camphrées. Le whisky est beaucoup plus réservé en bouche qu’au nez. La tourbe se diffuse lentement partout en bouche et laisse une sensation de cendres froides et de citron rafraichissant vraiment agréable. Longue finale maritime, camphrée et sur les fruits tropicaux.

Elements of Islay LP8

53.5% alc./vol.
Distillé en 1998, cet opus Laphroaig est composé de trois Ex-Madeira Wine cask.

André 86.5%
Cerises noires, figures et raisins secs, oranges sanguines, agrumes, céréales au miel, voile diaphane de fumée terreuse iodée. La bouche est médicinale et fruitée; fruits secs, cerises noires, oranges, prunes, raisins secs. Éléments médicinals et rondeur en bouche, pitch à toiture, tourbe terreuse, sel de mer, camphre et pastilles casses grippe à saveur de vanille et de miel, antiseptique, mais la texture est huileuse et féminine. Finale camphrée, maritime et épicée à la cannelle. Un bon Laphroaig, singulier mais à 280$ pour un 500ml… No way.

Patrick 94%
Oh que c’est bon ça, un Laphroaig hyper intense, mais tellement bien équilibré qu’il semble presque doux. J’aime. Nez : Impressionnant, un Laphroaig où le xérès prends presque le dessus. Bref, du xérès sucré, du chocolat, de la belle fumée de tourbe et un soupçon de poivre. Bouche : Finalement, on retrouve en bouche la belle grosse fumée de tourbe typique de Laphroaig, du poivre, du bois brûlé et du beau xérès sucré pour marier le tout. Finale : D’une belle longueur, salé et fumé, avec une touche subtile de fruits sucré.

Old Malt Cask Laphroaig 16 ans 2001-2017

50% alc./vol.
742 bouteilles.

Patrick 90%
Un beau gros Laphroaig qui ne décevra pas, du moins jusqu’à ce que le compte de la carte de crédit arrive. Non mais 400$ pour un 16 ans, faut pas connaître la valeur de l’argent pour acheter ça. Nez : La fumée de tourbe crasseuse typique. En fait, peut-être plus crasseuse que d’habitude, genre de la vieille graisse de moteur et une poche de hockey après les séries. Bouche : Toujours la belle grosse tourbe crasseuse, avec une bonne dose de charbon et d’huile à moteur, avec aussi de belles épices. Finale : D’une belle longueur, très fumée et épicée.

Bowmore Vintage Distillation 1984 Limited Edition

58.8% alc./vol.
Édition limitée de 2208 bouteilles, embouteillée en 2000.

André 77.5%
Au premier coup d’œil, ça impressionne un Vintage 84 de Bowmore mais cela cache toute une surprise. Quel retour aux sources, j’ai l’impression de revenir à mes premiers embouteillages de la distillerie avec cette saveur florale. C’est définitivement une édition qui ne plaira pas à tous, singulière et au parfum de violette puissant. Nez maritime, le sel de mer séché sur les galets flânants sur la plage, gomme savon, violette, sherry savonneux, fumée de tourbe lointaine, un peu poussiéreuse aussi. Puissant en bouche, l’alcool se développe rapidement tant bien que mal adoucit par les notes de gomme savon parfumé à la violette desquelles s’extirpe les rappels maritimes salés et de vents du large. Finale en coup de poing de sel de mer et de poivre concassé, d’alcool puissant. Un des Bowmore les plus bizarre ever… uniforme, agencement de saveurs discutable, équilibre plus que discutable. Le goût de gomme savon poivrée est déstabilisante en ti-péché.

English EN Français FR