M&H Classic Single Malt Whisky

46% alc./vol.
Le Single Malt Classic de la jeune distillerie M&H est le tout premier whisky israélien. Ce Single Malt, vieilli sous le soleil de Tel Aviv, découle d’un assemblage d’anciens fûts de bourbon à 80% et d’anciens fûts de vin rouge STR à 20% (STR pour Shaved, Toasted and Re-charred) donc des fûts grattés, grillés et brûlés. M&H relève le défi de créer les premiers whiskies du pays au sein d’une distillerie urbaine, jeune et exploratoire. Elle tire profit des conditions climatiques variées et extrêmes d’Israël où les températures varient de 16 à 40 degrés et où 300 jours d’ensoleillement par an provoquent une part des anges qui s’élève de 9 à 11% par an!

André 80%
Fleurs vanillées et mielleuses, pommes poires, abricots, poires, notes de caramel aussi. Nez classique comme son nom l’indique. Pour un whisky de 3 ans, on n’a pas l’impression au nez et en bouche. La bouche livre une étonnante texture veloutée, sur les saveurs d’oranges, de miel, de sirop de poires et d’abricots, pointe épicée boisée bien équilibrée, fruits à chair, poivre, gingembre, zeste de citron. Finale de pommes et de poires au miel, bois de chêne séché, plus charpentée côté épices, qui s’accompagne aussi d’un feu d’artifice de poivre concassé.

Patrick 82%
C’est un bon whisky, mais je n’ai vraiment aucune idée du buzz. J’imagine que lorsque tu peux te payer le Docteur Swan, tu dois avoir aussi un bon budget marketing. Tout ça pour dire que je suis plutôt déçu de mon achat. Nez : Le bouquet de fleurs au complet, avec une touche mielleuse et vanillée, le tout enrobé d’une solide couche de chêne sec. Bouche : Toujours le bouquet de fleur et le miel enveloppé de chêne sec, mais avec ici une pincée de poivre. Finale : D’une longueur moyenne, épicée et très boisée.

Martin 79%
Nez: Assez sucré et floral, avec des notes supplémentaires de fleurs et d’herbe. Miel dilué, pommes, pêches et vanille, avec une pointe de poivre rose. Pas mal, mais rien d’absolument renversant. Plus on s’y attarde, plus le côté fruité de ses fûts de vin se fait sentir. Bouche: Miel et eau d’érable commencent la course avec une touche de chêne, mais son côté jeune, métallique et fortement épicé vient casser cette belle lancée. Finale: On colle avec une impression métallique d’alcool poivré, presque tabasco ou sriracha même. Le miel, les fleurs et le bois ne sont que de lointains souvenirs. Équilibre: Ce qui semblait quand même prometteur dégringole rapidement. Il parait que leurs expressions plus vieilles en valent la peine. Je l’espère.

Golani Israeli Whisky

40% alc./vol.
Produit par Golan Heights distillery en Israel, ce whisky conçu à partir de blé et d’orge et d’eau provenant de la source Éden… Ce ‘’whisky’’ d’environ 1 an est vieilli en 3 variétés de fûts; new American Oak, Chardonnay Oak et Cabarnet Oak et certifié Kacher sous la supervision de Rav Levi Yoseph Shimon, Rabin de Katzrin…

André 73%
Juste à lire la description et nos boudins de Rabi Jacob veulent défriser. Allez, on plonge le nez dans ce nectar digne de l’Éden… Au nez, fortes céréales, genre la bière en fermentation, raisins verts et les essences de bois verts, une touche d’agrume et de virgin oak. L’alcool est très présent au nez et il n’en faut pas long pour confirmer la jeunesse du dit liquide. La bouche est franche sur l’alcool et la jeunesse fougueuse du whisky, les notes de bois vert sont très présentes et se mélangent avec des notes de fruits rouges et d’agrumes. J’ai encore l’image de raisins verts et de bois vert en bouche ainsi que des céréales, le vin blanc. L’ensemble est très rectiligne et l’éventail de saveurs limité. Finale (bienvenue) est insipide et alcoolisée et agricole et très ‘’fermière’’. Merci à PL pour cette découverte (pas super agréable comme whisky il faut l’avouer) mais quelle opportunité de whisky rare et singulier. Note finale 73, en souvenir de la guerre du Yom Kippour.

Patrick 77%
J’ai déjà eu la chance de goûter un whisky fait dans une cuisine, qui était l’une des premières expériences du distillateur. Ben, c’est ce que ça goûte. Nez : Ouf. Ça me fait penser à une expérience de distillation faite dans une cuisine par un débutant. Bref, du new make, des céréales et des fruits. Bouche : Toujours le new make, avec beaucoup de céréales et de fruits. Finale : D’une longueur moyenne, avec plein de céréales mouillées.

Martin 65%
Nez: Un peu jeune, céréales, raisins secs et touche de cantaloup. La mélasse du new make et la planche de chêne acérée nous rattrape à un train d’enfer. Bouche: Fade texture, notes légèrement sucrées. Plutôt dilué. Franches touches de new make, ce truc est définitivement peu vieilli. Épices et quelques fruits, une vanille lointaine. Finale: Elle semble longue, mais c’est uniquement l’alcool et la jeunesse qui parlent. Fruits et céréales, mais sans plus. Équilibre: C’est particulier, ça je ne vous le fais pas dire. Trop jeune, vraiment pas dans ma palette. Certifié Kasher ou pas, le consensus international je dirais parle de trois ans de vieillissement pour la plupart des appellations de whisky. Je crois ici que quelqu’un veut couper les coins ronds et rire de nous.

English EN Français FR