Canadian Club 160 Barley Edition

42% alc./vol.
Édition soulignant le 160eme anniversaire de Canadian Club. Un blend du Canadian Club 5 ans de la distillerie Hiram Walker mélangé d’un whisky d’orge de 6 ans de la distillerie Alberta Distillers.

André 76.5%
Étrange, très étrange ce CC… Oranges sanguines avec une touche craft distillery bizarre, virgin Oak casks, céréales saupoudrées de cassonnade et d’une coulée de miel. Le nez n’est pas très généreux côté saveurs. En bouche, les céréales prédominent, puis les saveurs de whisky Canadien typiques; cassonnade, cannelle, miel, céréales, oranges et vanille. S’en suit un apport prononcé de bois de chêne et d’épices éventées, une pincée de poivre broyé aussi. Finale relativement puissante sur la cannelle. À 10$ de différence avec le Canadian Club 20 ans, sérieux, un des meilleurs 10$ de plus que vous aurez investi sur un whisky.

Glen Breton 24 ans Single Cask

66.2% alc./vol.
Cask #689, Bottle #68.

André 65%
Acétone et réglisse rouge, petits fruits sauvages, Fleecy parfumé au lilas, cerises. Aux gorgées subséquentes, caramel, grosse acétone puissante et encore cette saveur de savon et d’adoucisseur à linge… j’ai quand même de la statique sur la langue. En laissant l’alcool s’évaporer, grosses notes de bois de chêne, de caramel et de vanille. J’ai aussi l’image du Ice Wine Cask, avec une certaine dose sucrée. Finale de bonbons en forme de poisson à saveur de cannelle, de réglisse fraiche et de nettoyant à cuisine. Soap opera whisky.

Patrick 59%
&#%@!! L’un des pires whiskys que je n’aie jamais goûtés. J’ai toujours beaucoup de sympathie pour cette distillerie, mais c’est plus pour son histoire que la qualité de ses produits, qui sont, au mieux, bien moyens. Nez : Oh. Ok. Je n’en prendrai pas trop de celui-ci. Ça donne l’impression qu’on a oublié de retirer la tête de distillation et qu’on nous sert de l’alcool de bois. Bouche : Toujours l’alcool de bois, mais un peu sucré. Finale : D’une longueur moyenne, a fini dans l’évier pour éviter de m’empoisonner.

Shelter Point Artisanal Single Malt Whisky

46% alc./vol.

Patrick 79%
Mouin. Pas certain de comprendre l’idée de faire une imitation d’un whisky soporifique du Speyside. Surtout si on y ajoute une touche de carton mouillé. Nez : Une caisse de carton contenant du cantaloup, dont un qui s’est mis à couler. Bouche : Toujours le carton, mais avec un peu de bois sec et d’épices. Finale : D’une longueur moyenne, boisée et cartonnée.

Canadian Rockies 17 ans

50% alc./vol.

André 81%
Sirop de maïs, miel, vanille, cassonnade, clou de girofle, cannelle. Vraiment très rectiligne autant sur l’éventail de saveurs que sur la texture en bouche. Le bon coté, c’est que l’alcool est vraiment bien caché sous la couverture sucrée. La bouche est tannique, le bois pas mal ressenti que balance de puissantes notes sucrées de sirop de maïs et d’érable, nappé de miel et s’essence de vanille, amandes non-salées, pommes vertes. Finale courte sur les céréales et le bois. Un peu déçu par la simplicité et le manque de profondeur de ce whisky quoique pour le prix de 70$…

Patrick 79%
J’ai déjà goûté des whiskys vieillis 17 mois qui semblaient plus âgés que ça. L’alcool domine toutes les saveurs, on dirait plutôt une vodka vieillie quelques mois. Nez : 17 ans??? Ça ne sent rien d’autre que l’alcool. Et vraiment intensément en plus! Bref, alcool, une touche de fruits des champs, un peu de pommes et du sucre. Bouche : L’alcool est un peu moins présent ici, pommes vertes, fruits frais et un peu de sucre. Finale : D’une belle longueur, marquée par l’alcool avec un peu d’épices.

Corby’s Park Lane 1940

40% alc./vol.
Fondé à Corbyville, Ontario en 1859. Ce blended whisky est composé de whiskies allant jusqu’à 25 ans d’âge.

André 86%
Le nez est très doux, texture soyeuse, le caramel et la vanille, cannelle et pain de seigle, fruits rouges, miel, cassonnade. Ça ressemble effectivement à la signature d’un whisky Canadien. La bouche est aussi douce que le nez au départ, cassonnade et miel et est suivi d’une montée rapide de poivre broyé et de cannelle fraiche, le clou de girofle, les bonbons en forme de poisson, petits fruits sauvages, céréales de seigle prennent le lead. En laissant respirer le whisky dans le verre un bon 20 minutes, la texture s’arrondit encore plus mais en bouche, les épices deviennent encore plus soutenues. La finale est poivrée et fortement influencé par les épices qui demeurent très longtemps en bouche. Un whisky Canadien avec beaucoup de caractère et à cet âge vénérable, de style grand-papa grincheux.

Patrick 86%
Un très bon whisky, très agréable à boire, et offrant un minimum de complexité. Nez : Beau parfum bien sucré et bien fruité, avec miel et vanille. Bouche : Cassonade, caramel, fruits des champs, fruits exotiques, miel, du bois et quelques noix grillées. Finale : D’une belle longueur, sucrée et poivrée.

Martin 88%
Nez: Plutôt impressionnant! Rond et doux, caramel et miel, vanille et céréales grillées. Bois et quelques fruits épicés. Ce nez typiquement canadien a tout pour plaire. Bouche: Doux et aussi suave que le nez. Sucre brun et miel épicé, bois de chêne et vanille. Fruits des champs. Superbe. Finale: Longue, soyeuse et mielleuse, épices franches et soutenues, bois sec. Un whisky à la hauteur de nos hivers. Équilibre: Je ne suis pas surpris d’apprendre que ce blend contient même du whisky de 25 ans. Ça descent tout seul, même si on veut le siroter longtemps. Une bouteille qui sait briser notre volonté.

Adams Antique 1968

40% alc./vol.
Blended whisky fabriqué par Seagram à Toronto en Ontario. Fondé par Samuel Bronfman après son rachat de United Distiller’s en 1953, distillerie qu’il renomma Thomas Adams Distillery. Les whiskies utilisés dans ce blended sont âgés d’environ 10 ans.

André 78%
Corn whisky, très sucré, grosse vanille ronde, fleurs blanches, miel, amandes. La bouche est diluée et claire mais la texture intéressante, légèrement huileuse et très soyeuse. Malheureusement, les saveurs sont unidirectionnelles. Très porté sur les céréales, le maïs, belles tonalités de caramel, toujours cette vanille, amandes dans le miel, puis salves de cannelle en finale de bouche et céréales concassées. Finale qui surprend par sa longueur en bouche, propulsée par la cannelle et le poivre.

Patrick 80%
Un bon whisky, sans plus. En tout cas, ça confirme que ceux qui vous disent que “c’était bien mieux dans le bon vieux temps” commencent parfois à être un peu séniles. Nez : Beau parfum sucré typiquement canadien et subtilement fruité et floral. Bouche : Ce qu’on a senti se confirme en bouche, du sucre, des fruits, des fleurs mais aussi un peu de miel et une touche boisée. Finale : Un peu courte et sucrée.

Martin 79%
Nez: Plutôt bien sucré avec une touche de vernis, bien typique des whiskys canadiens de l’époque. Maïs, fleurs, fruits et miel. Peu d’autres surprises. Bouche: Peu de texture, eau d’érable, miel et sucre blanc. Quelques épices, maïs, bois et fruits. Finale: Colle à bois, légèrement poivré, chêne, fruits rouges, le tout un peu trop dilué à mon goût. Équilibre: Pas trop mauvais, mais comme bien des whiskys de ce temps-là, on aurait préféré voir un taux d’alcool un peu supérieur. Mais bon, que voulez-vous, ce n’était pas dans les moeurs.

Shelter Point Classic Cask Strength Single Malt Whisky – KWM Cask

59% alc./vol.
Distillé mai 2012, Cask #206, 162 bouteilles

André 84%
Salade de fruits tropicaux, salade d’agrumes, miel, vanille, ananas et citron frais. La bouche est corsée, notes de cœur de pommes, de cosses d’oranges et de salade de fruits tropicaux, d’ananas et de vanille. Le miel cache bien les notes taquines des épices dont la cannelle et le clou de girofle, derrière des draps de vanille et de zeste de citron. Léger accent agricole avec quelques tonalités de terre séchées et de céréales concassées. L’alcool est tranchant et puissant mais relativement bien contrôlé malgré la jeunesse du whisky qui se distingue facilement. Malgré son jeune âge, ce whisky a un avenir prometteur avec une touche de singularité.

Patrick 79%
Mouin, un whisky qui semble un peu trop jeune, intense au niveau des épices, mais sans la balance remarquable que de telles saveurs requièrent pour faire un grand whisky. J’ai probablement assez de doigts sur une main pour compter le nombre de fois où j’ai dit ça, mais je crois qu’on aurait dû le diluer un peu… Nez : Parfum d’agrumes, de céréales et de léger bois. Bouche : Bois bien épicé et brûlé avec de beaux agrumes. Finale : D’une belle longueur, très épicée.

Martin 87%
Nez: Miel et fleurs blanches, herbe et céréales. Petit côté agressif au niveau de l’alcool, ce qui trahit un peu sa jeunesse. Quelques fruits tropicaux, ananas et léger cuir. Bouche: Malt floral, un peu de miel et de sucre en poudre. Un plein panier d’épices, à la hauteur de son taux d’alcool, un vrai cask strength, qui peut donner une impression de Arran cask finish. Finale: Citron et épices, bois, orge et terre sèche. On garde un petit feu d’épices sur une bonne longueur. Équilibre: Encore jeune, mais on voit bien le potentiel de ce single malt. Points bonus pour ne pas avoir dilué à 40%.

Bearface 7 ans Triple Oak Canadian Whisky

42.5% alc./vol.
Single grain whisky, vieilli sept ans en ex-fûts de bourbon, 70 jours en fûts de chêne français de vin rouge (de la Mission Hill Family Estate & winery) et 7 jours en chêne hongrois neuf. Distillé à Canadian Mist situé à Collingwood, Ontario.

André 83.5%
Quand tu ne t’attends absolument rien d’un whisky, les chances d’avoir une bonne surprise est grande. C’est le cas ici. Le nez est savoureux, très doux; cassonnade, cannelle, vin rouge, petits fruits sauvages séchés, cèdre, cerises, pelure de pomme rouge. Le moelleux des cérales de maïs avec une accent poivré et épicé. La bouche confirme le tout, l’effet du wine cask est bien ressenti au travers une texture soyeuse agréable et une envolée de fruits rouges, accents de réglisse rouge et une touche de bois de chêne brûlé. La finale de bouche est vraiment sur les notes tanniques du fût de vin rouge et sur le bois de chêne brûlé. Un bon whisky de semaine.

Patrick 87%
Un beau whisky riche et complexe et qui s’est révélé être une belle surprise, rapport que mes attentes pouvaient difficilement être plus basses. Nez : Beau parfum riche et complexe de fruits, d’épices et de chêne sec. Bouche : De la belle cassonade brûlée, des épices, des fruits, du sucre et une bonne dose de bois brûlé. Finale : D’une belle longueur, marquée par le bois brûlé et bien des épices.

Martin 84.5%
Nez: Toffee légèrement brûlé, fruits rouges, caramel chauffé, vanille, maïs. Pommes et planche de bois. Très doux et suave. Chocolat au lait et chocolat blanc, comme un oeuf Kinder. Bouche: Vineux et épicé, beaux accents de vin rouge et de caramel. Fruits mijotés, cacao et vanille. Très surprenant. Finale: Réglisse rouge, chêne grillé, vino, épices. Une belle façon de dira au revoir. Équilibre: Un maudit beau whisky canadien, un maudit beau whisky de semaine, une sacrée belle découverte! Il n’y a pas de raison de s’en passer!

Forty Creek Rye 22 ans

43% alc./vol.
Édition limitée de 102 bouteilles.

André 93%
Voici l’évaluation du Saint Graal du whisky Canadien, 102 bouteilles produites, qui ont apparues voilà quelques semaines sur le site de la LCBO et qui sont disparues sans raison. Personne ne peut expliquer ou sont passées les bouteilles. Cette évaluation est tirée d’un échantillon d’un des évaluateurs des Canadian Whisky Awards 2019, Alex de Au nom du malt. Je m’attendais à un whisky dominé par le bois mais ce n’est pas du tout le cas. Le nez évoque un emballage de réglisse rouge fraiche, le panier de pommes et les fruits sauvages, le rye terreux et cireux, les oranges fraiches et les céréales sèches. Bien que l’on ressente l’apport tannique léguée par le bois de chêne, le whisky n’est nullement dominé par le bois; l’apport des épices est important mais la texture est very silky. Pommes rouges, fruits sauvages, prunes, poivre et épices bien relevées, rye terreux. Texture cireuse qui nappe l’intérieur de la bouche avec amour. Longue finale, très épicée et poivrée, sur les fruits rouges, oranges, pommes, réglisse rouge. Superbe rye, à la fois intense et doux. Un bel héritage laissé par John K Hall.

Forty Creek Unity 2018

43% alc./vol.
Lot 012, Bottling #03346. Cette édition est un blend de whiskies de Forty Creek sélectionné par un panel de 5 fans de la distillerie développé par le whisky Maker Bill Hashburn.

André 92%
Chocolat au lait, cassonnade, fruits secs, sherry ou porto de part sa rondeur générale, bois séché dans un kiln, douces épices. Belle bouche pulpeuse, pacanes, agréables notes de chocolat au lait et de noix, sirop d’érable, cassonnade, vin rouge, oranges… Viarge, ça goûte les Turtles! Puis, touche de rye fruité et épicé, cannelle, fruits secs, red wine, réglisse rouge. Texture onctueuse, très douce, les notes de choclat au lait et de pacanes sont vraiment nice. Cela me rappelle aussi le Glenfiddich Rick Oak… Finale fruitée et chocolatée, les épices viennent nuancer agréablement les notes rondes amoureuses de noix et de chocolat. Elles émergent lentement de la couverture moelleuse et s’accompagnent des notes de réglisse rouge et de fruits sauvages. Un Forty Crek délicat, avec des racines sucrées Canadiennes.

Patrick 95%
Je crois qu’il s’agit de ma bouteille qui s’est vidée la plus rapidement!! Un whisky de soif incroyable, sublime et incroyable. L’un des meilleurs whiskys canadiens ever. Rien de moins. Nez : Du chocolat au lait aux fruits secs, agréablement épicé, saupoudré de cassonade, avec un trait de porto. Le tout servi sur une touche de chêne. Bouche : Oh que c’est bon. Du chocolat, des fruits secs, des pacanes, du rye, des oranges, du porto et de la réglisse rouge. La texture est sublime. Je manque de mots. Finale : D’une belle longueur, riche et complexe.

English EN Français FR