Two Brewers Yukon Single Malt – Release 16 – Classic

43% alc./vol.
Maturation en Ex-bourbon cask, Édition limitée de 1280 bouteilles.

André 88%
Gâteau aux bananes, pêches, abricots, poudre des gommes Bazooka, sucre à glacer, fruits à chair fraiche, beau miel onctueux. Bouche pulpeuse et fruitée, duquel émerge de bonnes notes poivrées et épicées. Le backbone du whisky est tout de même sucré (encore les notes de poudre de gommes Bazooka et de sucre à glacer), miel, ananas, mais aussi fruitée et florale qui rappelle légèrement la lavende. Longue finale poivrée, très aromatique. Excellent whisky mais qui manque du p’tit hook qui en ferait un grand whisky.

J.P. Wiser’s Rare Cask Series Wheatfield Gold

46.1% alc./vol.
Manitoba Exclusive. Édition soulignant le 150eme Anniversaire du Manitoba, édition limitée de 6000 bouteilles.

André 87%
Nez caramélisé et de toffee, les grains de céréales à l’avant-plan, musli, oranges. Un peu rectiligne mais sans trop de surprises avec le nom annoncé sur la bouteille. Le blé apporté une onctuosité hyper agréable, j’ai l’image des bons bras un peu graisseux de grand-maman avec ses étreintes amoureuse (l’effet de la pandémie peut-être). Côté saveurs; poivre, caramel et toffee, céréales Sugar Crisp, musli, oranges et une montée de grains de céréales séchés et d’épices poivrées en finale, de bien bonne longueur. Un peu trop linéaire côté saveurs malgré le plaisir général de la dégustation.

Patrick 87%
Pour un whisky de blé, c’est très bien. En fait, malgré le nom, c’est plutôt un whisky de seigle avec une bonne dose de blé. Nez : Un beau mélange de blé savoureux, de bois brûlé, de miel, de caramel et d’épices. Bouche : Oh, c’est bon ça! Un beau mélange d’épices et de caramel, avec du bois et des oranges. Finale : D’une belle longueur, avec des épices et du sucre.

Martin 88%
Nez: Beau caramel épicé, avec bien du grain, bien du chêne et bien des ti-fruits. Maïs et vanille, pelure d’orange et grains moulus. Peu de surprises, mais on aime ça en maudit. Pointe de noix. Bouche: Bois rôti, caramel et cannelle. Touche de muscade. Un peu de poussière, un peu d’agrumes. Du bien bon jus ça. Finale: Un peu timide, mais bien savoureuse. Maïs, bois et touche d’agrumes encore. Équilibre: Un bon whisky, excellent même, mais Wiser’s dans la Rare Cask Series a déjà mis la barre extrêmement haute.

J.P. Wiser’s Rare Cask Series Seven Rebels

42.8% alc./vol.
British Columbia Exclusive. Blend de 7 distillats différents, affinés en virgin oak et Speyside Oak Casks.

André 92%
Boite en bois remplie d’oranges bien mures, cannelle, bois brûlé, céréales séchées, poivre moulu, caramel chauffé. Évocation du rye mais bien en retrait, plus des notes de bois brûlé et de céréales Sugar Crisp, belle cannelle pas trop épicée mais poivrée, oranges, miel et vanille, pelure de pomme, anis et réglisse noire, petits fruits rouges discrets. La texture est VRAIMENT superbe et l’équilibre parfait. Finale de confiture d’oranges et de caramel brûlé nappé d’une pincée de poivre moulu.

Patrick 92%
Un superbe Wiser’s, BC Liquors a bien choisi! Riche et savoureux, le whisky canadien a son meilleur! Nez : Des épices, de la vanille et des céréales grillées. Bouche : Du bois brûlé, voire fumé, de belles épices, des céréales grillées de la cassonade et de la vanille. Finale : D’une belle longueur, épicée et savoureuse.

Martin 92%
Nez: Belles épices pas trop envahissantes. C’est un canadien, pas de doute. Fruits rouges, cannelle et bois, poivre et vanille. Une touche de seigle, mais pas trop “loud” Braise de bois bien toastée. Un nez ultra-subtil. Bouche: Vanille, réglisse rouge, épices et chêne. Rye et bois vert. Pommes et caramel, superbe qualité et complexité. Eau d’érable et grain de maïs. Finale: Chaude et poivrée, elle accompagne admirablement bien le degré d’alcool. Équilibre: Un autre solide circuit pour Wiser’s, ces éditions spéciales se succèdent sans trop se répéter, et on est conquis à chaque fois.

Fils du Roy New Brunwick Single Malt Whisky 2016

40% alc./vol.

Patrick 78%
Ce n’est pas mauvais, mais ce n’est pas encore au point. Je suis toujours impressionné par l’exploit que représente le lancement d’un whisky par une nouvelle distillerie… Par contre, lorsque le produit est mis en vente avant d’être tout à fait prêt… J’aimerais bien les encourager en leur donnant une grosse note, mais ça serait mentir. Enfin, dans quelques années, j’espère… Nez : Ouf… Le new make n’est pas loin ici. Parfum d’herbe mouillée fraîchement coupée, avec pas mal de pissenlits et de l’orge épicée. Bouche : Du bois, des épices, mais encore l’herbe mouillée fraîchement coupée et les pissenlits. Finale : D’une belle longueur.

Myriad View Strait Canadian Whisky

43% alc./vol.
Le penchant canadien du Strait Lighning?

Martin 65%
Nez: Quelques vagues notes canadiennes, comme fruits rouges, bois et caramel. Mais encore, on sent un peu de maïs et d’épices. Assez diffus comme nez somme toute. Bouche: Texture plutôt fade, notes de mélasse d’un new make de scotch, accompagné d’un peu de bois et de beaucoup d’épices. Touche de rye? Je ne saurais en être sur. On dirait que dans cette vague de sucre, on essaie de se trouver une identité. Finale: Chaude et poivrée, mis à part un vent de sucre en poudre et de bois, l’assiette qu’on nous offre est plutôt dénudée. Ouin. Équilibre: Je ne sais pas à quoi pensent les gens de Myriad View, soit on torche les gens au lance-flammes avec du whisky à 75% d’alcool, soit on nous passe un produit maladroit et presque insipide en nous faisant croire que la versatilité du whisky canadien nous fait tout lui pardonner, mais là j’ai l’impression qu’on me prend pour une valise. Poisson d’avril? Not so much…

Canadian Club Chronicles 42 ans – Issue No.2 – “The Dock Man”

45% alc./vol.

André 89%
Caramel et miel, rye floral, poivré et épicé, cerises noires roulées dans le poivre et cosses d’oranges, une touche d’agrumes et de sirop d’érable en arrière-plan. En bouche, les épices sont robustes et bien présentes, tout comme le poivre qui pétille presque sur la langue. On retrouve encore ces mêmes notes de cassonnade et de sirop d’érable livrées au nez qui s’additionnent de fruits séchés (cerises, petirs fruits sauvages) et d’oranges ainsi qu’avec une touche de bois de chêne brûlé, de l’anis, de la cannelle et du toute-épices. La texture générale est soyeuse mais les épices très soutenues. Longue finale sous les fortes notes en cresendo de poivre et d’épices diverses dont la cannelle principalement. Deux mots; poivre et épices.

Patrick 89%
Un whisky d’une superbe intensité, savoureux, mais un peu trop sucré à mon goût. Nez : Du sucre blanc subtilement fruité, une bonne dose de vanille, du maïs et une touche de bois blanc. Bouche : Les fruits sont ici beaucoup plus présents, toujours accompagnés du sucre, ce qui donnerait presque une impression de boire des bonbons “PEZ”, si ce n’était de la bonne dose de bois épicé. Finale : D’une belle longueur, marquée par les bonbons et les épices du bois.

Martin 90%
Nez: Fruits en pâte et sucre en poudre. Belles touches de maïs et de vanille. Bois, crème et léger caramel. Tout en douceur. Bouche: Doux, sur des notes de fruits, de caramel, de sucre brun, de bois et de poivre rose. La texture est bien agréable, sans toutefois envelopper à mort le palais. Finale: Poivre bien chaud, accents de bois et de miel. Fruits et vanille. Équilibre: Un superbe whisky canadien, intense et goûteux. Même si en se forçant on peut lui trouver un ou deux défauts, le simple fait qu’on peut ici se procurer un whisky de 42 ans d’âge à moins de 300$ est un exploit en soi.

Wiser’s 23 ans Cask Strength

64.3% alc./vol.

Patrick 93%
Un finaliste pour le whisky canadien de l’année! Wow, excellent! Nez : Oh que ça sent bon! Du beau seigle épicé et fruité, des pommes, des poires vertes et une touche de caramel et de vanille. Bouche : Du bois INTENSE, des épices, des pommes brunies et encore des épices. Finale : D’une belle longueur, épicée, boisée et avec une touche de pommes.

Martin 91%
Nez: Bon vent frais de seigle, de maïs et de caramel fruité. Solide assemblage. On sent que le taux d’alcool est au rendez-vous, mais encore une fois sournois qui se cache dans le détour. Bouche: Ample et sucré, épices, caramel et cannelle, cassonade et vanille, poivre blanc, au risque de sonner comme Patrick, j’en veux une bouteille! Finale: Une fois que le feu roulant nous laisse, on se prélasse dans des notes de bois, de caramel brûlé, de cannelle et de fruits séchés. Équilibre: C’est scandaleux qu’on doive visiter les autres provinces pour se procurer les meilleurs éditions de Wiser’s. Shame, SAQ. SHAME!

Pike Creek 21 ans Oloroso Sherry Finish

45% alc./vol.
Édition limitée de 4481 bouteilles pour le Canada et les États-Unis.

André 84%
Fruits rouges roulés dans la cassonnade, vieux bois vernis, caramel, sirop d’érable. Bonne onctuosité en bouche, rondeur envoûtante, cassonnade, sirop d’érable, raisins secs, oranges, vieux fauteuil de bois, caramel assaisonné d’épices. Notes de cannelle, de poivre, rye épicé, chocolat noir légèrement amer, cerises. Malgré tout, je trouve qu’il manque un petit quelque chose niveau textural général, un petit plus qui confirmerait l’âge vénérable de whisky. Plus un élément personnel mais qui influence la note finale. Finale de chocolat à l’oranges et aux fruits secs, parsemé de grains de poivre noir.

Patrick 85%
Un très bon whisky, trop sucré à mon goût, mais qui selon mes chums est excellent. Bref, si vous aimez vos whiskys un peu sucrés, go! Nez : Le xérès, très sucré, prends toute la place! Donc, de beaux fruits sucrés, avec des notes de caramel, vanille et boisées. Bouche : Du vrai bonbon! Un peu trop sucré même. Bref, des fruits, du caramel, quelques céréales et une tonne de sucre. Finale : D’une belle longueur, sucrée, fruitée et sucrée.

Martin 88%
Nez: Sucre brun, fruits rouges, bois et vanille. Caramel, xérès, bonbons à la cannelle. Ça rassemble un portrait du Pike Creek auquel on s’attend. Bouche: Caramel épais, fruits bien mûrs, céréales nappées de vanille. Épices et chêne. Très sucré, mais très savoureux aussi. Finale: Chêne bien sucré, eau d’érable, cassonade, fruits mijotés. On le croirait trop sucré, mais son âge adoucit beaucoup cet aspect de sa personnalité. Équilibre: C’est un autre beau succès de la part des gens de chez Wiser’s.

Gooderham & Worts 19 ans – Wellington 49 – Red Winter Wheat

49% alc./vol.

Patrick 91%
Le whisky canadien à son meilleur, ou presque! Riche intense, savoureux et simplement tellement le fun à boire! Encore svp! Nez : Un succulent parfum de fruits, de sucre et de céréales, avec un trait de miel, d’oranges, de pommes vertes, de seigle et une touche de caramel. Bouche : De belles céréales sucrées et fruitées, avec une belle touche boisée. Finale : D’une belle longueur, boisée, sucrée et agréablement fruitée.

Martin 86.5%
Nez: Seigle, orange, vanille, pommes et miel. Ma foi assez surprenant comme amalgame. Belles épices variées couplées à un bol de fruits rouges. Bouche: Caramel, seigle, vanille et bois de chêne bien grillé. Touche de mélasse et d’acétone. Le taux d’alcool pointe de façon légèrement agressive, mais somme toute on aime bien. Finale: Bien chaude, elle s’étire sur des notes de chêne, d’épices, de fruits rouges macérés et de caramel salé. Équilibre: Ça se prend vachement bien, comme bien des Gooderham & Worts. Dommage qu’on garde pas ça en plus grande variété au Québec.

Lot 40 Cask Strength 3rd Edition

57% alc./vol.

Patrick 90%
Un superbe rye canadien qui m’en a mis plein la gueule, mais le tout, avec une petite touche de douceur qui donne presque l’impression de rêver! Nez : Le parfum, plutôt sucré et légèrement fruité est définitivement surprenant! Bref, du seigle sucré, de la vanille, du caramel et quelques notes de bonbons aux fruits. Bouche : Ahah! C’est ici que les épices se cachaient! Bref, de belles épices du seigle et du bois brûlé et quelques fruits sucrés. Le tout, violemment intense. Finale : D’une belle longueur, marquée par le sucre, les fruits et les épices.

Martin 91%
Nez: Épices, fruits rouges et épinette. Le degré d’alcool est hyper-sournois, on ne dirait pas qu’il y a 57% qui nous attend au détour pour nous foutre un coup de pelle dans la face. Canne à sucre, seigle et caramel. Bouche: Texture plaisante, superbe couverture du palais par le rye. Fruits bien mûrs, épices et chêne ultra-vert et jeune. Sa force en bouche est beaucoup plus douce que ce à quoi je m’attendais. Finale: Longue et chaude, elle demeure avec nous un bon bout de temps sur des notes de pumpernickel, de poivre et de bois. Salade de fruits. Équilibre: Le Lot 40 est une recette qui, autant dans cette mouture cask strength que dans son édition régulière, ne cesse de nous épater.

English EN Français FR