Naked Grouse 2018

43% alc./vol.

Patrick 80%
La première version de ce scotch m’avait impressionné, mais ici, on dirait qu’on a réalisé que les gens qui achetaient ce scotch le buvait en cocktail… Alors on a rajeuni considérablement le mélange, pour en faire un whisky bien ordinaire, rapport que dans un cocktail, ça fait pas de différence. Nez : Parfum de whisky de grain, de crème brûlée et de caramel. Bouche : Jeune whisky de grain, bois frais, quelques épices et un peu de miel. Finale : D’une longueur moyenne, épicée et boisée.

Martin 84%
Nez: Grain, malt et vanille. Herbe et caramel salé. Hormis cela, ça reste un blend plutôt tranquille. Bouche: Caramel, vanille, fruits, épices et céréales au miel. Assez plaisant, sans toutefois casser la baraque. Finale: Chaude et épicée, sur des notes de bois, mais un peu trop marquée par l’alcool. Équilibre: Pas mauvais, un bon blend de semaine, mais on est loin des vatted malts de qualité.

Berry Bros. & Rudd Cutty Sark 25 ans

45.7% alc./vol.

André 87%
Belle onctuosité apportée par la vanille, jumelé d’une quiétude palpable apportée par le quart de siècle passé en fût. Dattes, gâteau aux fruits, caramel chauffé, vieilles cerises, pommes. L’intensité de la bouche déstabilise un peu avec l’arrivée puissante et ses notes de fumée de cendre de foyer, de poivre et de chocolat noir amer. Une fois ces saveurs assimilées, notes de fruits secs et de caramel brûlé, de sel et d’anis, moue de café bodum, oranges pour se refermer sur des tonalités de bois de chêne un peu sec et de cannelle, clou de girofle. Finale sèche et amère, chocolat noir et chêne sec. Merci à Éric pour avoir partagé cette bouteille.

Compass Box Phenomenology

46% alc./vol.
Inspiré par la pensée phénoménologique, Compass Box ne souhaitait pas au départ fournir ni la recette, ni les whiskies qui la compose, ni aucune description aromatique que ce soit sur le packaging ou les supports de communications. C’est pour cela que les consommateurs sont invités à déguster ce whisky en toute objectivité. La recette du mélange de whiskies utilisés pour la création de ce blend fût dévoilée quelques mois après sa parution : 24.5% Tamdhu 2001 15 ans – 1st fill Bourbon barrel, 72.0% Glenlossie 1996 21 year – Rechar Hogshead, 2.0% Highland Park 1997 – 20 ans – Rechar Hogshead, 1.0% Talisker 1996 21 ans – Refill Butt, 0.5% Caol Ila 2006 11 ans – Hogshead.

André 92.5%
Citronniers en fleurs, vanille, poires, bananes, lilas, petits fruits sauvages, cerises, miel. Exquis en bouche, quelle texture, cireuse et fruitée ainsi qu’avec un bon taux de sucre; herbe verte fraiche, citrons, oranges, bananes, ananas, cerises, poires, pommes vertes. On retrouve aussi une touche florale poudreuse qui rappelle le lilas. Suivent ensuite les saveurs de fruits rouges, les cerises et la pelure de pomme rouge, la réglisse. Après 2-3 petites gorgées, notes de noix de coco et de fumée de tourbe distante, bois de chêne toasté, chocolat au lait. Finale douce, pleine et exquise. Succulent!

Patrick 82%
Un parfum extraordinaire que j’aurais passé des heures à sentir, mais le goût en bouche… Bof, parfait pour des shots, et encore. Nez : Mmmmh, appétissant! Une légère fumée, des biscuits, du bois sec et un panier de fleurs séchées. Bouche : Du chêne épicé et carbonisé, des fleurs séchées et une discrète fumée. Mais, par rapport au nez, la bouche me laisse sur mon appétit. Finale : D’une longueur moyenne, marquée par le bois carbonisé.

James Buchanan Black & White 1946

% alc. inconnu
Black & White a été produit pour la première fois en 1884 par James Buchanan.
Un an après il réussit le contrat pour fournir la Chambre des Communes et la marque a ainsi été l’une des premières à introduire ses whiskies blended sur la marché anglais.
Composé à 60-65% de whiskies de grain parmi ceux qui incluent des marques comme Port Dundas, Cameronbridge et Dalwhinnie.

André 81%
Wow!!!! On croirait le Lagavulin 8 ans ou la version Game of Throne version sucrée!!! Tourbe herbeuse médicinale, camphre sucré, poires, herbe verte et bonbons casse grippe, céréales au miel. Bouche diluée, sucrée, tourbe terreuse, thé noir, poires et amandes, melon au miel, agrumes, huileux tout de même avec une petite morsure de gingembre. Ne serait-ce que de la texture moche, les saveurs sont super agréables, la tourbe bien intégrée et l’alcool bien approchable. Retour sur le bois brûlé en finale et les céréales au miel, sirop de poires et un nuage de tourbe diaphane. Un beau rappel historique.

Patrick 46%
Dégueux. J’espère que c’était meilleur que ça en 1946, rapport que là, c’est incroyablement mauvais. Nez : Yaaaaark. Yark Yark Yark. Bouche : Infect. Ok, des épices, de la fumée de tourbe du sucre et une tonne de vinaigre. Finale : Mélange de vomi de bébé et de vinaigre. Ouin. Le vomi de bébé, c’est moins pire que ça. Vomi-d’ado-sur-sa-première-brosse, plutôt.

Martin 80%
Nez: Doux et sucré, vieux et poussiéreux à la fois. Comme une vieille bibliothèque. Jerky de boeuf et fumée légèrement cendrée. Oranges et steak mariné. Arrière-vent d’aneth et de vinaigre. Bouche: Sucré et boisé, le côté vinaigré laisse place ici à une douce fumée maritime. La vieille poussière demeure ici en fin de bouche. On sait qu’on goûte ici à de quoi de vieux. Finale: Colle à timbres, vieux bois vineux, fumée, miel et brandy. Équilibre: Bien heureux d’avoir goûté à ceci, mais bien heureux aussi de voir que de nos jours les distillateurs savent un peu plus ce qu’ils font.

Compass Box Hedonism The Muse Blended Grain

53.3% alc./vol.
Hedonism fut le premier Blended Grain Scotch Whisky au monde qui ouvrît un nouvel univers de saveurs jusqu’alors inexploré en Écosse. Compass Box a récemment trouvé un fût de vieux whiskies de grain d’un âge certain. Ce fût étant exceptionnel, il inspira John Glaser pour la création de cette nouvelle Edition limitée d’Hedonism. The Muse est un clin d’œil à la femme représentée sur l’ensemble des embouteillages de la marque. Édition limitée de 3060 bouteilles.

Recette utilisée: 27.2% Invergordon Distillery (refill American standard barrel), 20.4% North British Distillery (re-charred barrel), 16.0% Strathclyde Distillery (refill hogshead), 15.7% North British Distillery (first fill bourbon barrel), 13.8% Unknown (butt; parcel of unknown, pre-blended grain whiskies), 3.6% Port Dundas Distillery (re-charred barrel) et finalement, 3.3% Port Dundas Distillery (hogshead)

André 89%
Crème Chantilly, caramel, miel, ananas, noix de coco, céréales au miel et sirop d’érable. L’influence du grain whisky est indéniable en bouche, on croque dans les notes de céréales à pleine dents ainsi qu’aux saveurs de bois de chêne; céréales séchées, caramel, miel, ananas, essence de vanille, pêches, oranges. Finale bien épicée par la cannelle, le clou de girofle saupoudrant les céréales séchées. Un parfait exemple du savoir faire du blender et de la qualité des grain whiskies lorsque bien sélectionnés.

Patrick 80%
Mouin, faut avoir soif en maudit! Ce n’est pas mauvais, mais ce n’est pas le genre de whisky qui m’apporte grand plaisir à boire. Bref, pour moi, la définition même d’un “80%”. Bon, j’aurais envie d’y ajouter un ou deux points pour le taux d’alcool, mais non. Nez : Parfum typique d’un whisky de grain: frais, léger, un peu sucré et boisé. Et aussi des effluves de fruits exotiques et une touche de cerises. Bouche : Intense sur l’alcool, avec beaucoup de bois frais, mais un peu brûlé, avec une bonne dose d’épices, de la vanille et des agrumes. Finale : D’une finale moyenne, marquée par le bois et les agrumes.

Dewar’s 12 ans The Ancestor

40% alc./vol.

André 82.5%
Notes de miel et de noix, poires flambées, pommes poires et d’orge maltée. Très approchable comme whisky. La bouche est pulpeuse et offre au départ des notes de chocolat au lait, de fruits secs et de raisins, un bon taux de sucre qui se développe sur des tonalités de miel et de frutis exotiques, des cosses d’oranges et de cerises. Ce qui étonne, c’est que l’apport de céréale ne monopolise pas du tout la bouche et a été pleinement intégré dans le résultat final. À la deuxième gorgée, j’ai le feu de bois de cerisier et de pommier. Apparaissent aussi de bonnes épices et une légère fumée qui accompagnent bien les saveurs de cerises. Finale un peu plus sèche et céréalée avec des points d’exclamation d’épices, de poivre et de fumée.

Patrick 90%
Wow, exactement ce que j’attends d’un blend : Complexe, bien balancé et facile à boire. Trèèèèès facile à boire. Nez : Un beau parfum complexe et appétissant, avec des notes de miel, de noix, de poires, d’oranges et d’orge maltée. Bouche : Oh, c’est bon ça. Du chêne, des céréales, du miel, de l’orge, du bois, des fruits secs et une subtile fumée. Le tout superbement attaché par du beau grain suave. Finale : D’une belle longueur et complexe.

Martin 83.5%
Nez: Pommes et miel, fleurs blanches et rosée du matin. Les céréales sont très discrètes. À l’aveugle je vous aurais presque dit un single malt! Au deuxième nez par contre le grain sort la tête. Bouche: Miel dilué, chêne, noix et épices, beau petit nuage de chocolat au lait. Raisins juteux vers la finale. Finale: Planche de bois gorgée de jus de pomme et raisin, poivre rose et cannelle. Fort agréable au début, même si une légère pointe minérale vient déséquilibrer les gorgées subséquentes. Équilibre: Un beau blend de qualité on ne peut plus facile à boire et partager. Bon prix.

Berry Bros. & Rudd 40 ans Blended Scotch Whisky KWM

46% alc./vol.

André 85.5%
Xérès, prunes, dattes, abricots, oranges, chocolat noir et vanille. Un arc-en-ciel de saveurs qui se complètent superbement bien. La bouche affiche plus l’âge vénérable du whisky; plus sur les notes de vieux de bois de chêne, le charcoal presque, vieille reliure de livre poussiéreuse dans le coin de la bibliothèque humide, gâteau aux fruits, caramel, les prunes et le raisin sec, texture un peu claire, sensation sèche et astringente, épicée, sur le chocolat noir amer aussi. Je trouve la bouche légèrement déséquilibrée. À la 2eme gorgée, notes d’oranges sanguines, de vieux xérès et de bonbons nounours en gelée s’ajoutent. Finale moyennement longue, épicée et amère avec un retour sur des notes de tabac.

Patrick 90%
Un whisky profond et unique, comme seul un scotch de 40 ans peut l’être. Aucune déception ici! Nez : Une belle marmelade de fruits mûrs, du sucre, de la vanille et de subtiles épices. Un parfum alléchant s’il en est un. Bouche : Fruits très mûrs, bois brûlé, épices, chocolat noir et une discrète note tourbée surprenante. Finale : D’une belle longueur, marquée par un mélange unique de bois brûlé, d’épices, de café noir et de tourbe.

Martin 91.5%
Nez: Belle douceur, cuir et bois, délicat et affirmé à la fois. Fruits rouges, sirop, xérès. Raisins, dattes et tabac. Un blend peut-être, mais chargé à bloc de sherry. Bouche: Sucré, sirupeux, cerise et raisins juteux. Pelure d’orange, cuir et chêne ultra-poussiéreux. Un grand malt qui transpire la tradition d’une époque révolue. Finale: Le bois et le raisin juteux nous transporte sur le reste de l’expérience. Équilibre: Tout en douceur, une belle balade dans le temps. Dommage que ces whiskies faiblissent avec les années.

Game of Thrones Johnnie Walker White Walker

41.7% alc./vol.
Un blended scotch whisky comprenant des single malt de la distillerie Cardhu et Clynelish. La bouteille est illustrée à partir d’encre thermochromique qui, une fois refroidi, laisse apparait les mots ‘’winter is here’’ sur son côté.

André 77%
Vanille et crème Chantilly, cannelle, fruits secs, caramel chaud, canne de Noel à la cannelle, ensemble très axé sur les grains de céréales. Je ne m’attendais tellement à rien que je suis ‘’agréablement’’ surpris du résultat final, malgré la touche d’alcool industrielle tel que me le faisait remarquer ma conjointe. La texture est liquide mais la présentation agréable. J’ai plus en tête l’image d’une boisson aromatisée à la cannelle qu’un scotch whisky. Premières impressions de la bouche, grosse baffe de cannelle, mélange de vanille et de caramel, bananes, poivre et clou de girofle, nous menant à une finale expéditive laissant un gros souvenir de cannelle. Globalement, ce whisky est monochrome et il faut le considérer comme un alcool de plaisir et non de dégustation. Mais ça, on s’y attendait.

Patrick 80%
Exceptionnellement, j’ai dégusté ce whisky à la température de la pièce (~21°C) puis congelé. L’exercice, quoiqu’amusant, n’a pas permis au White Walker de se démarquer plus que ça. Peut-être qu’à certains endroits, la phrase “Winter is here” peut impressionner, mais en tant que Canadien, ça me laisse plutôt de glace. TEMPÉRATURE “PIÈCE” : Nez : Whisky de grain et une touche de fumée des plus subtile, du caramel, des amandes et une touche de fruits frais. Bouche : Toujours le whisky de grain, accompagné de vanille, de pommes jaunes très sucrées, de caramel et d’une fumée vraiment évanescente. L’ensemble, comme il se doit, est plutôt frais. Finale : Un peu courte, marquée par les pommes et les épices du bois. // CONGELÉ : Nez: Comme il fallait s’y attendre, inexistant! Bouche : Whisky de grain, un peu de bois légèrement brûlé… C’est tout. Finale : Courte, marquée par l’alcool.

Martin 80%
Étant donné le thème de cet embouteillage et la recommandation de Diageo, j’ai décidé d’y goûter aussi, blasphème, sur glace. Nez: Crème anglaise et fruits rouges. Vanille et léger caoutchouc. Rappelle le Red Label ou bien le Adventurer par moments. Caramel chauffé et acétone. Par la suite, le froid semble rendre certains arômes muets, pour ne garder que le caramel et les fruits. Bouche: Arrivée en bouche très timide, avec une des textures les plus décevantes. Par contre d’agréables saveurs sont au rendez-vous. Cannelle, vanille, caramel, fruits rouges et tout petit vent de tourbe. Ci ce n’était de ce dernier trait, on pourrait même croire à un canadian whisky. Je l’aime mieux au froid, les saveurs se développant tout doucement au fur et à mesure que le whisky se réchauffe en bouche. Finale: L’alcool et l’acétone sont les uniques notes qui demeurent au début, pour heureusement laisser place au chêne, aux épices et au caramel. Une fois pris froid ou sur glace, la basse température a tendance à tuer les mauvais traits du blend. Équilibre: Qui l’eut cru? Ce whisky doit effectivement se boire froid. Bon bin ma bouteille s’en va dans le congélateur. Dommage car c’est une belle bouteille à exposer, quoique son étiquette, comme certains jouets de notre enfance ou bien une canette de Coors Light, réagit de façon « cool » aux changements de température.

Cooper’s Choice Famiily Silver 44 ans 1972 Blended Scotch Whisky

41% alc./vol.
Limited Edition of 480 bottles. Embouteillage soulignant le 25eme anniversaire de la Vintage Malt Whisky Co, un mélange provenant de trois distilleries; Invergordon, Lochside et Garnheath, vieilis pendant une période de 44 ans.

André 90.5%
Cask strength à 41%… Wow. Nez de céréales séchées et une poignée de noix et d’amandes, vanille et miel, mélange de caramel, coconut et de cannelle, poires et pêches. Définitivement singulier comme présentation mais en accord avec le style. Avec le temps et confirmé par la bouche, amalgame de fruits à chairs, de raisins secs, de melon au miel, noix, saupoudré de cannelle. Céréales Sugar Crisp, bananes, ananas, caramel chauffé dans la poêle puis oranges, chocolat au lait, épices. La finale est relevée malgré le taux d’alcool assez bas, beaucoup d’épices, notes de chocolat aussi, nappant des fruits secs dont le raisin et les prunes, les fruits tropicaux, ainsi que du poivre broyé. Top class grain whisky!

Compass Box Delilah’s XXV

46% alc./vol.
8520 bouteilles

Patrick 74%
C’est pas bon ça. Pfff. C’est quoi ces saveurs là? C’est n’importe quoi! Nez : Oh, ça commence mal. Un mix bizzare d’herbe et de jeunes pousses d’arbres fraîchement coupés, avec un trait d’agrumes. Bouche : Un peu mieux en bouche grâce au fait qu’on retrouve ici une belle touche de bois. Mais c’est toujours le même mix de saveurs weirds à la base. Finale : Un peu courte, avec du clou de girofle, du gingembre, des herbes et de la sève. Puis on se dit, enfin, c’est fini!

English EN Français FR