Old Particular Craigellachie 10 ans

48.4% alc./vol.
Refill Hogshead #DL12542, Distilled January 2008, Bottled May 2018, 353 bottles

André 82%
Bois de chêne vert, céréales maltées, herbe, vanille, bananes vertes. Y’a quelque chose de pas trop palpitant dans ce nez parsemé de saveurs verdâtres. Heureusement, la bouche offre plus de challenge; agrumes, bananes et ananas, vanille et miel, fraicheur citronnée, céréales séchées. Le point fort de ce whisky est la texture grasse et ample qui nappe bien la bouche. Finale légèrement épicée avec un retour sur les saveurs verdâtres, les agrumes et la vanille hyper crémeuse.

Gordon & MacPhail Ardmore 27 ans 1990

52.2% alc./vol.
Refill Bourbon Barrel, Batch 18/098, Bottled 07/09/2018, 179 bottles

André 94%
Cette distillerie du Speyside, souvent boudée parce que rarement mis à l’avant-plan et avec de trop peu nombreux embouteillages est une perle rare méconnue. Cette édition démontre tout le potentiel de cette distillerie au travers une palette aromatique et de saveurs incroyable et une texture hallucinante. Tarte aux pommes vertes cuites sur feu de tourbe terreuse, embruns de sel de mer, ananas rôti sur le feu de plage. La tourbe est tellement ronde et souple qu’elle s’évapore pratiquement au nez et fond sur la langue. En humant le verre et en fermant les yeux, on se lance et prenons une gorgée qui évoque aussi un panier de fruits tropicaux et de cosses d’oranges, des bananes flambées et les ananas, rappel légèrement terreux et maritime. La présentation est fraiche et inspire le grand air, le bord de mer autour du feu de plage. Douce finale à saveur d’oranges, les narines remplies de sel de mer et la tête embrumée de fumée de feu de bois un peu mouillé trouvé sur la plage. Superbe exécution, soucis du détail et une dentelle de saveurs agencées de façon magistrale. Quel voyage aromatique.

Benromach Wood Finish – Château Cissac

45% alc./vol.
Distillé en 2009, embouteillé en 2018

Patrick 89%
Un beau whisky tellement agréable à boire que c’en est presque dangereux. À acheter maintenant, il va être parfait l’été, le soir sur le patio! Nez : Succulent parfum de sucre blanc, de fruits et feuillu. Bouche : Un beau sucre chaleureux, boisé et fruité. Un vrai dessert! Finale : D’une longueur moyenne, fruité et boisée.

Glenlivet Nàdurra Peated • Batch PW0717

61.8% alc./vol.

Patrick 90%
Un superbe whisky intense comme il se doit pour un Nàdurra! La tourbe est puissante, mais bien équilibrée. Bref, une délicieuse réussite. Nez : Une belle fumée de tourbe marquée par une touche savoureuse de vanille subtilement sucrée et une touche boisée. Bouche : Une belle fumée de tourbe intense, du bois sec, de belle épices, des agrumes et de la pomme verte très subtile. Finale : D’une belle longueur, fumée et épicée.

Balvenie 12 ans Single Barrel – Cask 5273

47.8% alc./vol.
First Fill Bourbon Cask, Cask #5273, Bottle 208.

André 90%
Comme d’habitude, conquis dès la première gorgée. Épopée sucrée, onctueuse. Beaucoup de vanille, de sirop de poires et d’ananas, bananes, gâteau des anges, caramel, sirop d’érable, oranges, tarte aux pommes et crème glacée à la vanille. La bouche est pulpeuse et texturale, pas huileuse mais juste ample et amoureuse; filling de la tarte aux pommes, ananas, sirop de salade de fruits, oranges, caramel, miel avec passablement d’épices en sous-entendu; gingembre et poivre, se terminant sur une sensation franche et sèche de bois de chêne épicé et peut-être même encore verdâtre. Finale langoureuse, bien sucrée au départ puis balayée par les épices. J’adore ces versions de Balvenie qui laissent place à la singularité de chaque fût tout en permettant l’expression des saveurs typiques de la distillerie.

Ballantine’s Glenburgie 15 ans

40% alc./vol.
Le single malt Glenburgie forme le cœur du blend whisky Ballantine’s et est issu d’une maturation en foudre de chêne américain.

André 82%
Le nez évoque beaucoup de fruits, dont les poires dans leur sirop et le caramel, le miel, les pommes et les oranges. Premières impressions en bouche; les galets séchés au soleil, aspect minéral bizarre, puis les saveurs senties au nez se confirment; pommes vertes, poires, oranges, vanille et miel. Rien de désagréable mais rien qui est singulier également. La texture est un peu monotone et le taux d’alcool minimum affadit aussi les saveurs qui sont délavées et éphémères. On détecte aussi une petite touche verdâtre en background. La finale est poivrée, quelques notes de bois de chêne séché ainsi qu’une touche de gingembre.

Mortlach 12 ans

43.4% alc./vol.

André 86.5%
Viande de bois servie avec une sauce aux fruits sauvages, oranges et miel, chocolat au lait fourré aux cerises, prunes, gingembre plus discret que dans l’édition 16 ans. Savoureux en bouche, la tarte aux poires, les oranges, caramel, miel, toffee et vanille, fruits sauvages et prunes, chocolat, touche de cannelle, xérès bien fruité. Belle texture onctueuse avec des saveurs pas trop intenses. Le whisky est bien défini dans sa présentation de saveurs, rien de chaotique, tout est précis. Finale épicée, mélange de cannelle et de gingembre avec un bon retour sur le xérès et le café au lait.

Patrick 90%
Je l’ai déjà dit, mais je ne peux l’expliquer. Mortlach, pour moi, c’est le top du Speyside et parmi les grands whiskys du monde. Ce 12 ans n’y fait pas exception. Je suis conscient de ne pas faire l’unanimité, mais ça doit être l’ingénieur en moi qui capote sur le la complexité technique de la fabrication de ce scotch, complexe, mais si élégante. Nez : Oh wow. Un superbe arôme de fruits mûrs, de viande rouge légèrement grillée, d’épices, de chocolat noir. Oh que ça sent bon ça. Bouche : Toujours le sublime mélange de viande rouge légèrement grillée, de fruits mûrs, d’épices et de chocolat noir, mais aussi de chêne et une note de fumée discrète venant du bois brûlé qui vient donner un niveau de complexité supplémentaire. Finale : D’une belle longueur, et je voudrais qu’elle s’étire encore plus tellement c’est bon.

BenRiach Heart of Speyside 2018

40% alc./vol.
Essentiellement vieillie en ex-fûts de bourbon. Son nom provient de sa situation géographique en plein coeur de la région de Speyside non loin de la ville d’Elgin.

André 73%
Vives notes de sac de la désherbeuse rempli d’herbe verte mouillée, pomme verte, les roues de la tondeuse nappées de boue terreuse, miel et crème fouettée. L’été a définitivement l’air de me manquer. Rectiligne et soporifique, mais ce n’est rien en comparé de la texture en bouche…Shit… De l’eau aromatisée à la vanille… flat, aucun amour, rien. Notes de poivre et de cannelle, d’orge maltée, la vanille diluée, les fleurs blanches, l’herbe et des notes de tourbe délicatement industrielles. Courte finale sur la vanille et les céréales séchées dans l’herbe mouillée. Une bonne amélioration sur l’édition précédente, c’est d’ailleurs une des rares éditions phares à s’être améliorée depuis le départ de Billy Walker.

BenRiach 14 ans Vintage 1998

55.9% alc./vol.
Virgin American Oak Finish, Distilled 1998, Bottle August 2012, From Cask #2828, Bottle 286 of 307.

André 85%
Amandes, ananas avec de la noix de coco séchée et râpée, bananes, le tout passé au four, belle fraicheur citronnée, gâteau des anges et meringue, pâtisseries. Belle texture crémeuse en bouche, notes de meringue et de gâteau au beurre, ananas, citron, raisins mauves et herbe verte. Encore une fois, la fraicheur est au rendez-vous. La finale est épicée et puissante, l’alcool est bien ressenti, notes de bois de chêne verdâtre, cannelle, gingembre. Un Benriach un peu dépouillé et qui manque légèrement d’équilibre.

BenRiach 21 ans Tawny Port Finish

46% alc./vol.
Ce Benriach a vieilli de manière traditionnelle en fûts de bourbon américain avant d’être affiné dans des fûts de porto Tawny en provenance de la région de Douro au nord du Portugal.

André 86%
Confiture de framboises et de cerises, poivre noir concassé, fruits secs. La bouche est un peu diaphane et délavée, affadie et presque diluée, la texture est un peu trop limpide malgré l’intensité des saveurs bien fruitée; confiture de cerises noires et framboises, prunes, fruits secs, raisins secs, oranges, réglisse rouge, très aromatique mais une texture vraiment ordinaire. Belle finale fruitée mais qui manque de caractère. J’avais de beaucoup préféré l’édition de 15 ans avec qui affichait une légère fougue et une intensité surprenante.

Patrick 90%
Un whisky comme je les aime, avec du beau xérès sucré et un bel ensemble de saveurs équilibrées avec brio. Nez : Bonbons sucrés aux fruits, sucre d’orge et surtout, tellement alléchant. Bouche : Bois brûlé et épicé, vin rouge intense, et sucre d’orge. Yummy. Finale : D’une belle longueur, fruitée et légèrement épicée.

English EN Français FR