Grand Traverse Distillery Ole George

50% alc./vol.
Rye whiskey avec une finition en fûts de xérès

Patrick 92%
Un superbe whisky d’une rare intensité compte tenu de la balance qui est atteinte. J’adore, merci Guillaume pour l’échantillon! Nez : Maïs et xérès en premier lieu, avec du beau chêne baignant dans le jus. Bouche : Du bois épicé (beaucoup), du maïs sucré (généreusement) et les beaux fruits mûrs du xérès (abondamment). Finale: D’une belle longueur, boisée, sucrée et fruitée.

Heaven Hill 7 ans Bottled-In-Bond

50% alc./vol.
Mashbill composé de 78% de maïs, 10% de seigle et de 12% d’orge.

André 88%
Un bourbon au nez gêné mais à la bouche charnue et moelleuse. Le taux d’alcool passe complètement sous le radar au nez, qui offre des notes de cerises, de caramel et de sirop de maïs, pincée de cannelle et bois carbonisé discret. La bouche est moelleuse et affirmée, sirop de cerises, cuir naturel, caramel, vanille, bois brûlé, cannelle et réglisse, pommes rouges. À l’ingestion le whisky est plus effilé et épicé, l’alcool fait sentir sa présence un peu plus fermement. L’ensemble devient plus sec, poivré et épicé au fil des gorgées. Finale sèche, à saveur de cannelle et de réglisse trempée dans le caramel.

Patrick 89%
Vous voulez savoir c’est quoi une valeur sûre ? Essayez ce whiskey, plaisir garanti! En fait, si vous n’aimez pas, c’est que vous n’aimez pas le bourbon, celui-ci étant l’archétype du style. Nez : Un beau parfum de bourbon avec du délicieux maïs et de beaux petits fruits. Classique et réussi avec brio. Bouche : La chaleur et les épices du bois brûlé, le sucre du maïs, la vanille du chêne et les petits fruits nous présentent un bourbon classique et savoureux. Finale: D’une longueur moyenne, épicée au début, puis de plus en plus sucrée.

Martin 88%
Nez: Assez frais et doux pour un bourbon à 50%. Cerise muette, caramel et vanille, bois et maïs. Petit bol de fruits rouges nappés de crème. Bouche: Bois et épices, cerises et cassonade, cannelle et crème. Bel assemblage, texture aguichante. Finale: Légèrement acérée sur le chêne épicé, avec de chaudes notes de cannelle, de vanille, de petits fruits et de caramel. Équilibre: Un beau bourbon classique qui se tient droit. À ne pas manquer si vous le voyez passer.

Elijah Craig Toasted Barrel Straight Bourbon

47% alc./vol.
Mashbill composé de 78% de maïs, 12% de seigle et de 10% d’orge

André 87%
Mélange moelleux au nez, pommes, oranges, caramel, cerises marasquin, pacanes. Belle texture souple en bouche, sans être grasse. Chocolat, noix, poivre, cannelle, cerises, pommes et oranges, bois brulé ou toasted. Les notes de poivre, cannelle et de sucre caramélisé sont plus intenses aux gorgées suivantes. Finale bien épicée et assaisonnées de cannelle. Les notes de bois brûlé prédominent aussi en finale de bouche. Un bourbon relativement typique mais qui manque de singularité dans l’ensemble.

Patrick 90%
Une belle surprise que ce bourbon, avec un superbe mélange de chaleur et de douceur. J’admets d’ailleurs que ma bouteille semble se vider toute seule. Nez : Un arôme de bourbon classique si ce n’était des superbes effluves de vanille et de petits fruits rouges. Appétissant! Bouche : L’arrivée en bouche est dominée par les épices du bois brûlé, et une belle dose de seigle. Puis, une délicieuse vague de vanille fait son apparition, accompagnée du sucre du maïs et de discrets petits fruits rouges. Finale : D’une longueur moyenne, avec un beau mélange de bois brûlé et de vanille.

Hudson Whiskey NY Back Room Deal

46% alc./vol.
Straight Rye Whiskey. Mashbill composé de 95% de seigle et 5% d’orge maltée. Maturation initiale de 3 ans en American Oak Barrels, affiné en Peated Scotch Barrels.

André 84%
Au nez, rye cireux et terreux très intense, Coke aux cerises, réglisse et pommes. Bouche herbeuse bizarre, bonbons à la cannelle, cerises noires, réglisse fumée, seigle poivré. On perçoit la jeunesse du whisky qui même s’il livre une ligne aromatique définie manque de finesse et de profondeur. Finale de cerises roulées dans la cannelle, d’épices et d’anis. À certains égards, on aurait pu le confondre avec un Canadian Rye funky. Expérimental et singulier.

Patrick 75%
Un whiskey qui n’est définitivement pas dans ma palette de goût. Ouf, j’ai trouvé l’expérience pénible. Dommage, je m’attendais exactement au contraire. Nez: Ouf, c’est bizarre ça… Du bois brûlé mouillé ? Un sous-sol qui sent l’humidité ? En tout cas, c’est loin de mes attentes. Bouche : Une grosse dose d’épices, de bois brûlé et une touche de fumée de tourbe. Et beaucoup de bois mouillé, voire de carton mouillé. Le tout complété avec du clou de girofle. Finale: D’une belle longueur, avec un mélange d’épices et de carton mouillé.

Michter’s Small Batch US #1 Bourbon Whiskey – Batch 21G2144

45.7% alc./vol.

André 87%
Raisins secs et petits fruits séchés roulés dans la cassonade, soupçon de cannelle et de réglisse. Le tout niche sur une couverture sucrée appétissante. Aspect cireux au nez. En bouche, le bourbon à son meilleur; réglisse fraiche, cannelle, chandelle de cire, raisins secs, cerises noires. On est maintenant plus sur fond de terre humide. Texture cireuse, rendue chaleureuse par les épices boisées. La texture s’effiloche malheureusement trop rapidement pour être remplacé par les épices de cannelle, de poivre et de bois d’orange brûlé. Un bourbon agréable et sans prétention.

Patrick 90%
Nez : Un beau parfum où le sucre du bourbon se mélange admirablement avec les saveurs du seigle, des fruits mûrs et une touche de vanille. Alléchant. Bouche: Les épices du bois et du seigle se marient ici superbement, le tout complété une touche sucrée venant du maïs, quelques gouttes de vanille et des petits fruits rouges discrets, mais qui ajoutent tout de même une belle profondeur à l’ensemble. Finale : D’une belle longueur, épicée et savoureuse.

Buffalo Trace Antique Collection William Larue Weller Vintage 2019

64% alc./vol.
Cette version 2019 a été distillée à l’hiver 2007 et vieillie pendant au moins douze ans et six mois en barriques neuves de chêne blanc bousiné de niveau 4, carbonisé pendant 55 secondes. Non diluée et non filtrée. Faisant partie de la collection Antique de la distillerie Buffalo Trace dans le Kentucky, ce whisky pur bourbon a été nommé en l’honneur du distillateur pionnier WL Weller. Weller dans lequel on a substitué le blé au grain de seigle traditionnel dans le mash.

André 95%
Mon bourbon de l’année, bar none. Exceptionnel et unique à tout point de vue. Le 64% d’alcool passe derrière la cravate sans aucune brûlure et grincement de dents. Nez de céréales de mais et de caramel, figues, pomme caramel, cerises et prunes, effet de cire, nez doux et feutré, sensation soyeuse exquise. Bouche de compote de cerises, figues, cannelle, une touche poivrée, caramel brûlé. Texture huileuse et grasse, effet cireux toujours présent. Finale sur le bois brûlé, les cerises nappées de chocolat noir et saupoudrées de poivre et d’une touche de cannelle. Sans être un bourbon complexe, cette édition est d’une exactitude céleste tant au niveau du rendu des saveurs que pour sa texture sublime. WOW.

Patrick 94%
Wow, ça c’est une superstar! Un whiskey intense, complexe et balancé avec brio. Même si on vous offre une fortune pour votre vieille, gardez-la et buvez-la! Nez: Du maïs sucré, du caramel, quelques fruits, du cuir, du tabac, du chêne et une touche de seigle. Bouche: Du seigle, du bois brûlé, de belles épices, du caramel, des amandes salées, du tabac, des figues et du charbon. Finale: Très longue, boisée, épicée et discrètement sucrée.

Martin 94%
Nez: Caramel épais, pomme, poivre, céréales et cerise. L’approche demeure douce et timide, même si on y décèle une force tranquille qui cherche à percer. Bouche: Pommes de tire, cerises, poivre bien dosé, tannins du chêne grillé gorgé de spiritueux. Cannelle, caramel et retour du poivre. Finale: Longue, chaude, épicée, elle repose sur des notes solides de cacao, de bois, de cerise noire et de poivre noir. Équilibre: Une superbe construction, bien équilibrée. Le taux d’alcool paraît effrayant, mais il est uniquement là pour supporter une texture qui livre la marchandise. Pour dégustateurs avertis, dans le sens de « je vous avertis que ça va être bon en simonak »…

Blanton’s Single Barrel #248

46.5% alc./vol.
Dumped 29-01-21, Warehouse H, Rick No:1. Blanton’s Original Single Barrel Bourbon a une histoire riche qui lie de nombreux propriétaires de la distillerie Buffalo Trace. À l’origine, le Colonel Albert B. Blanton était le président de la distillerie George T. Stagg Bourbon, qui est maintenant connue sous le nom de distillerie Buffalo Trace jusqu’en 1952. Au cours de cette période, Elmer T. Lee a travaillé sous Blanton. Alors que Lee approchait de la retraite, il a décidé de sortir un dernier produit. Un an avant de prendre sa retraite, Lee a mis sur le marché le premier bourbon commercial Single Barrel et l’a nommé Blanton’s en l’honneur du regretté Colonel. Un whisky de 6 à 8 ans dont le mashbill #2 de BT comprendrait entre 12 à 15% de seigle.

André 86%
J’ai bien de la difficulté à comprendre l’engouement fanatique pour cette édition, mais faut avouer que c’est un sacré bon bourbon, facile à apprécier mais largement surestimé selon moi. Le nez est au départ très effacé, hyper doux, sur le miel et la vanille. Un peu de patience et quelques minutes d’aération et les notes typiques des bourbons émergent. Cannelle et cerises, caramel, une touche de bois brûlé. La bouche est vraiment douce et souple. Mélange de petits fruits rouges, cerises et pommes, cannelle et cassonade, orange et crème brûlée. Touche d’épices musquées. Finale de caramel épicé, de cannelle et de bois de chêne brûlé.

Patrick 85%
Un très bon bourbon, mais pas au point d’expliquer la folie qui l’entoure. Enfin, je recommande si vous la trouvez au “cost”. Nez: Un parfum sucré et plein de cerises, de caramel et de bois frais. Bouche: Du bois frais, du charbon, de la cerise, de la cannelle et une touche d’agrumes. Finale: D’une belle longueur, boisée et épicée, avec une touche d’agrumes.

Martin 89.5%
Nez: Doux et peu agressif pour un bourbon. C’est dans ces cas qu’on comprend l’importance d’un mashbill équilibré et d’un tant soit peu de maturation. Vanille, maïs, crème, caramel, miel et chêne. Touche de poivre rose et de petits fruits. Bouche: Pomme et cannelle, miel et vanille, touche de grain et de bois sec. Cassonade et fruits juteux. Tout en douceur. Finale: Chaude, longue et sucrée. À peine poivrée. Pommes, fruits des champs, miel, vanille, caramel et bois. Équilibre: Un superbe bourbon qui se boit tout seul. On décèle facilement sa qualité par rapport aux bourbons disons plus « commerciaux », bien qu’à voir les collectionneurs de bouchons en forme de petit cheval, on peut dire que c’est peut-être bien commercial après tout…

Jefferson’s Reserve – Batch G-621

45.1% alc./vol.
Batch G-621, bottle 47. New Hampshire Exclusive.

Martin 86%
Nez: Quelques fruits rouges et un peu de cassonade nous mènent vers la planche de chêne qui supporte l’expérience. Maïs séché, foin, vanille et poussière arrondissent le portrait. Bouche: Gomme savon et petits coeurs à la cannelle. Pomme de tire et poivre blanc. Le tout bien encâdré par le bois brûlé. Bien savoureux. Finale: Chaude et épicée mais concise. Cannelle, bois et caramel. Touche de cire. Équilibre: Un bourbon quand même bien arrondi, rien pour tout à fait épater la galerie, mais toujours bien mieux que le bottom shelf régurgité par les clients de MGP qui ne veulent pas payer pour un assemblage de qualité.

Evan Williams Single Barrel 2002

43.3% alc./vol.
Mis en fût le 7 juillet 2002 et embouteillé le 2 août 2012. Fût #346.

Martin 87%
Nez: Maïs grillé, pétales de fleurs blanches, vanille, chêne avec une touche de cannelle. La cerise au marasquin en pot classique de la distillerie fait son petit coucou aussi. Bouche: Sucre brun, maïs, poivre rose, vanille et chêne. Rien de trop agressif, un bourbon qui se laisse boire. Finale: Courte, chaude et mielleuse. Poivre, bois brûlé et cerise vanillée. Équilibre: D’une grande douceur, ce dram est un bel exemple qu’un peu de temps en barrique ne peut qu’aider un spiritueux. Excellent bourbon.

Orphan Barrel Rhetoric 25 ans

45.5% alc./vol.
Distillé à la Distillerie Bernhein et entreposé à la distillerie Stitzel-Weller. Mash bill 86% corn, 8% malted barley, 6% rye.

André 92%
Nez de violette et de gomme savon, grosse cannelle, anis fraîche, cerises, un brin d’acétone, fruits rouges, cerises et pommes, oranges trempées dans le caramel chaud. Le bois brûlé est encore là mais beaucoup plus contrôlé que dans les éditions précédentes. La bouche est grasse et cireuse, divine texture d’où s’extirperont les notes d’épices et de bois brûlé quelques secondes après ingestion. Chocolat noir, cacao, bois brûlé, cannelle, poivre et anis. La bouche est très relevée par les épices, superbe texture. Le rye est incroyablement présent pour une si petite partie du mashbill. Belle finale sur les fruits rouges épicés et où l’alcool est plus présent.

Martin 91%
Nez: Gomme savon c’est clair, pétales de fleur, maïs, vanille, cannelle, chêne grillé, cerises et caramel. On se retrouve ici devant une belle complexité, un beau défi de dégustation. Bouche: Belle texture agréable, caramel et maïs. Cerises, retour de la gomme savon. Poivre et bois, fleurs et paille. Un peu de poudre de cacao boucle ce rodeo. Finale: Épices bien dosée par le seigle, bois sec, fleurs, cerises et vanille. Cannelle, poivre et fruits séchés. Équilibre: Tous les éléments sont là pour qu’on veuille y retourner. Difficile d’attraper toutes les facettes de ce whisky dès la première dégustation, il mérite qu’on le revisite de temps à autre…

English EN Français FR