Old Forester Signature 2019

50% alc./vol.

André 83%
Nez plus cireux que l’édition Super Fine mais la même base de saveurs; cerises, fruits secs, cannelle et poivre, bois moins carbonisé et plus toasted. Incroyablement doux en bouche, presque feutré, cerises noires, anis, poivre, cannelle, caramel, quelques notes de bois légèrement brûlé. Les saveurs manquent un peu de profondeur en bouche, sont comme un peu délavées et un peu fades. Finale moyenne-longue sur la cannelle, l’acétone et le poivre noir broyé.

Old Forester Single Barrel Super Fine

45% alc./vol.

André 88%
Dans la lignée du style. Avalanche de fruits secs, cassonnade et bois de chêne brûlé, beaucoup de sucre résiduel et une belle onctuosité apportée par le virgin oak. Les notes de rye à saveur d’acétone et de cannelle prennent le dessus sur les autres céréales. La texture en bouche est superbe, très lissée au départ et ensuite avec une belle lancée d’épices à saveur de cannelle et de poivre. Cerises bien fraiches, fruits secs, caramel, oranges. On perçoit bien l’effet du bousinage en finale de bouche avec les saveurs de charcoal. Finale tannique et poussée par les notes de bois brûlé fortement et de fruits secs. C’est dangereusement bon ce whisky.

Old Forester 1910

46.5% alc./vol.

André 86%
Le nez définit très vite le style avec son avalanche de cannelle et de petits fruits des bois, la tarte aux pommes et cerises, tout juste sortie du four et qui refroidit lentement sur le bord de la fenêtre, les pommes caramel, du chocolat légèrement amer et du bois calciné, vieux cuir aussi. En respirant, les cerises noires gagnent en importance, le whisky devient juteux et très alléchant. La bouche est plus tranchante et la cannelle plus frivole. Niveau texture, je m’attendais à plus d’onctuosité. Pommes caramel, bonbons à saveur de cannelle en forme de poissons, poivre terreux, vieux cuir mouillé, charcoal, cerises noires et fruits secs, cassonnade, planches à cointrer en cèdre mouillées. Finale persistante, très poivrée et remplie de cannelle et de fruits rouges. Un bon bourbon de semaine.

George T. Stagg 2019

58.45% alc./vol.

André 93%
Cerises noires, fruits séchés, dattes, gâteau aux fruits bien frais, un brin de cannelle, cassonnade et chocolat noir, oranges, une touche de bois brûlé. Au nez, on perçoit l’onctuosité et la texture licoreuse que le whisky aura en bouche. Texture hallucinante, ronde et chaleureuse, très intense sur les cerises noires, les feuilles de tabac et les notes de chocolat noir légèrement amer, caramel chauffé, charred barrel, cannelle, poivre. Malgré la force de l’alcool, le whisky est facilement appréciable et ne se laise pas envahir par l’alcool. Hyper longue finale, forte mais bien équilibrée, une avalanche de fruits rouges, de cerises noires et d’épices. J’aime bien la rétro-olfaction de bois calciné et l’amertume de chocolat noir tranchant d’avec l’alléchante amalgame de fruits. Du gros stock.

Patrick 93%
Un gros whiskey intense, savoureux, superbe. Pas au point de la folie qui entoure ce whiskey, mais assez pour dire que si vous en voyez une bouteille à un prix raisonnable, n’hésitez pas, achetez-la et buvez-la! Nez : Oh. Que. Ça. Sent. Bon. De beaux petits fruits sucrés, du chocolat noir, du fudge, du nougat, du tabac et une touche de café. Bouche : Du bois brûlé, des épices, du tabac, des dates et des petits fruits subtils. Intense. Finale : D’une belle longueur, boisée et épicée.

Jefferson’s Ocean – Voyage 17

45% alc./vol.
Batch 746 – Embouteillé exclusivement pour le Kensington Wine Market

André 80%
Mélange de caramel dilué à l’eau, de pommes caramel et de cannelle, cassonade, réglisse rouge, bois toasted, chocolat noir amer. Définitivement le style typique bourbon avec une touche discrète de sel. La texture déçoit, diluée et sans côté huileux amoureux et racoleur, les épices sont maintenant plus prononcées en bouche, mais l’arrière-bouche est drabe, astringent, presque poussiéreux, sans être franche, juste froide… les barres Turtles, pacanes, fruits secs, réglisse éventée et la pomme caramel. Finale à la fois salée et astringente. Débalancé et amalgame de saveurs discutables.

Patrick 92%
Un superbe whiskey, riche, savoureux et simplement trop bon. J’ai bu des bourbons à 100$ de la shot qui ne lui arrivaient pas à la cheville! D’ailleurs, je m’assure d’en avoir toujours une bouteille à la maison. Nez : Le parfum unique du Jefferson’s Ocean: du bourbon, avec son maïs sucré, son bois, une touche sucrée mais surtout une belle petite dose de sel de mer. Bouche : Du bois brûlé, du sel, du maïs, un peu de sucre chaleureux. L’ensemble, très chaleureux, est porté par une belle texture huileuse. Finale : D’une belle longueur, plutôt salée et donne le goût de s’en servir un autre verre.

Martin 89.5%
Nez: Riche bourbon classique, réglisse, fruits et maïs. Vanille, chêne et vent marin. On tient quelque chose je crois. Bouche: Juteux et sucré, vanille et bois, les épices sont un peu timides. Le maïs est définitivement au rendez-vous. Finale: Bien que l’alcool prenne l’arrière-plan pour la majorité de l’expérience, ici il refait surface, avec un curieux punch. Le chêne, la vanille et le maïs dominent la chaude et relevée finale. Équilibre: Une belle unicité, un bon dram, qui s’affirme, sans tomber dans le piège évident de la douceur à outrance.

Willett Straight Rye Whiskey

55.4% alc./vol.
Family Estate Bottled Small Batch Rye

André 83%
Rye épicé et sirupeux, l’influence du bois est un peu trop présente. Caramel chaud, cannelle, un brin de cornichons et de poivre, chocolat noir amer et céréales séchées, oranges. Un peu bizarre, je cherche encore si j’aime ou pas. En bouche, le fût de chêne brûlé, pommes caramel et cannelle, cerises, cornichons poivrés, anis. Malgré tout, la texture demeure ronde et sirupeuse, très agréable. Finale ou l’alcool brut se dévoile un peu plus, grosses notes de cannelle et de cornichon dans le jus de cerises.

Patrick 87%
Un très bon whiskey de seigle, avec toutes les saveurs que j’espérais! Un whiskey presque dangereux tellement il est bon! Nez : De beaux arômes typiques du seigle, avec du sucre, des épices et quelques fruits. Alléchant. Bouche : Du beau gros whiskey intense et savoureux, avec du bois brûlé, du seigle épicé et un peu de fruits. Finale : S’étire très longtemps à mon plus grand plaisir, en présentant du beau seigle juteux qui donne le goût d’en prendre une autre gorgée.

Lonehand Tennessee Sour Mash Whiskey

40% alc./vol.
Vieilli au moins 12 mois

André 71%
Grains de céréales bien en évidence, beaucoup de poivre aussi et de petits fruits sauvages, on perçoit énormément le bois neuf avec un fond d’arômes qui me font penser au Deanston Virgin Oak, bois brûlé, caramel. Très doux en bouche, notes de réglisse rouge et noire, cerises marasquin, poivre, rye et fruits rouges séchés couronné de bois de charcoal et de cannelle poivrée. L’effet de la filtration est vraiment perceptible avec la texture veloutée. Finale sur la cannelle et le poivre, plus pointue que la bouche en général.

Patrick 77%
Un whiskey plutôt jeune et sans grand attrait. Ouf, vraiment aucun intérêt ici. Nez : Du maïs, du new make, des petits fruits et du sucre… Bouche : Du new make, du maïs et du bois brûlé. Finale : Plutôt courte, marquée par le new make.

Blood Oath Pact #4 Kentucky Straight Bourbon Whiskey 2018

49.3% alc./vol.

André 82%
J’adore le nez goulu, de sweet candy, caramel, cannelle, pomme caramel des fêtes foraines, oranges confites, cerises, fruits séchés. Le nez est rond, onctueux et très invitant. Cela se gâte en bouche, le whisky est dominé par les notes de bois sec et devient très pointu. Notes de caramel, de chocolat au poivre, de pommes à la cannelle roulée dans le poivre, raisins secs, cerises noires. La texture est vraiment nulle, liquide et sans trop de structure, aucun support aux saveurs. Finale sur le rye minéral vraiment bizarre, raisins et cerises séchées trempées dans le chocolat noir aux oranges et saupoudré de poivre et d’une touche de cannelle, bois de chêne calciné.

Patrick 81%
Un bourbon qui goûte plus le dessert que le bourbon. Plutôt décevant si je compare avec le Pact #3, que j’avais coté 95%! Nez : Wow, j’ai rarement humé un whisky où l’arôme à l’avant-plan était la vanille. Le tout, suivi par du caramel, du chêne et du chocolat. Le parfum d’un dessert. Bouche : Du chêne brûlé, rapidement recouvert de vanille et de caramel, mais aussi de miel et de chocolat. Oui, définitivement du dessert! Finale : D’une belle longueur, avec des épices, du caramel, de la vanille et du chêne. C’est ici que l’on quitte le dessert pour retrouver le bourbon.

Oregon Spirit Distillers Straight American Wheat

45% alc./vol.
Vieilli 4 ans

André 77%
Nez un peu inexpressif et fermé, mélange de miel et de cannelle, jeuna alcool aux accents de new make spirit, bois de chêne séché et croûtes de pain, réglisse rouge et pelures de pommes. Belle onctuosité en bouche avec des accents agricoles. Bois de chêne brûlé, miel, cannelle, cosses d’oranges, vanille, cerises et cassonade. L’influence du fût de chêne neuf prend beaucoup d’importance du côté saveurs en bouche. Finale diluée et éphémère très orientée sur le bois et la mie de pain. Un whisky encore trop jeune et beaucoup trop axé sur les notes boisées.

Patrick 85%
Un très bon whiskey, qui me fait penser à un bon Wiser’s (la marque de whisky canadien). Nez : Une belle surprise, avec les belles épices du seigle, de l’orge, des fruits, un peu de chêne… Appétissant. Bouche : Pour un whiskey de blé, ça goûte plus le seigle qu’autre chose. Et aussi un peu le malt. Et du bois. Intéressant! Après quelques gorgées, ça me fait plutôt penser à un whiskey canadien. Finale : D’une longueur moyenne, plutôt maltée.

Wild Turkey Rare Breed Barrel Proof 2017

56.4% alc./vol.
Assemblage de bourbons vieillis entre 6 et 12 ans d’âge, embouteillés directement à la force du fût.

André 89%
Compote de petits fruits sauvages, cerises noires, réglisse, raisins secs, gâteau aux fruits nappé de caramel fondu, cassonnade, gingembre. Sensation pâteuse et un peu résineuse aussi. Bouche; fruits séchés, cerises, réglisse et pommes, oranges, caramel et cassonade, gingembre, poivre, cannelle, fût brûlé. J’ai l’impression que la texture en bouche en a perdu comparativement à l’ancienne version, celle-ci semble plus épicée et plus diluée. L’amalgame de saveur est exquis. Finale bien épicée, sur les fruits rouges, l’anis et le bois carbonisé. Une belle alternative au Bookers pour environ le deux tiers du prix.

Patrick 90%
Un gros bourbon, hyper savoureux, avec tout ce que j’attendais d’un Wild Turkey “barrel proof”. J’ai acheté cette bouteille il y a une éternité, et je ne comprends pas pourquoi j’ai attendu si longtemps pour l’ouvrir. Nez : Du pain d’épice, du chêne, des pommes chaudes et une touche de caramel. Bouche : Oh que c’est bon! Une tonne d’épices, du bois brûlé, du poivre, de la cassonade et des pommes cuites. Finale : D’une belle longueur, boisée et épicée.

Martin 89.5%
Nez: Fruité, même framboises. Maïs, vanille et chêne. Caramel, bleuets ramollis et marmelade. Pain d’épice, gâteau moelleux, coulis de caramel chaud. Bouche: Texture légèrement huileuse, gâteau aux fruits, épices endiablées, caramel, poivre, bois, raisins secs et pouding chômeur. Finale: Mélange de chêne et de pin, toujours ces mêmes notes de caramel et de fruits des champs. La brûlure d’alcool est extrêmement éphémère, ce qui nous fait apprécier plus le reste de l’expérience. Équilibre: Wild Turkey nous présente déjà, pour la plupart, des bourbons exceptionnels. Quand on nous sert ça Barrel Proof, ça ne peut pas vraiment chier.

English EN Français FR