Willett Straight Rye Whiskey

55.4% alc./vol.
Family Estate Bottled Small Batch Rye

Patrick 87%
Un très bon whiskey de seigle, avec toutes les saveurs que j’espérais! Un whiskey presque dangereux tellement il est bon! Nez : De beaux arômes typiques du seigle, avec du sucre, des épices et quelques fruits. Alléchant. Bouche : Du beau gros whiskey intense et savoureux, avec du bois brûlé, du seigle épicé et un peu de fruits. Finale : S’étire très longtemps à mon plus grand plaisir, en présentant du beau seigle juteux qui donne le goût d’en prendre une autre gorgée.

Lonehand Tennessee Sour Mash Whiskey

40% alc./vol.
Vieilli au moins 12 mois

André 71%
Grains de céréales bien en évidence, beaucoup de poivre aussi et de petits fruits sauvages, on perçoit énormément le bois neuf avec un fond d’arômes qui me font penser au Deanston Virgin Oak, bois brûlé, caramel. Très doux en bouche, notes de réglisse rouge et noire, cerises marasquin, poivre, rye et fruits rouges séchés couronné de bois de charcoal et de cannelle poivrée. L’effet de la filtration est vraiment perceptible avec la texture veloutée. Finale sur la cannelle et le poivre, plus pointue que la bouche en général.

Patrick 77%
Un whiskey plutôt jeune et sans grand attrait. Ouf, vraiment aucun intérêt ici. Nez : Du maïs, du new make, des petits fruits et du sucre… Bouche : Du new make, du maïs et du bois brûlé. Finale : Plutôt courte, marquée par le new make.

Blood Oath Pact #4 Kentucky Straight Bourbon Whiskey 2018

49.3% alc./vol.

Patrick 81%
Un bourbon qui goûte plus le dessert que le bourbon. Plutôt décevant si je compare avec le Pact #3, que j’avais coté 95%! Nez : Wow, j’ai rarement humé un whisky où l’arôme à l’avant-plan était la vanille. Le tout, suivi par du caramel, du chêne et du chocolat. Le parfum d’un dessert. Bouche : Du chêne brûlé, rapidement recouvert de vanille et de caramel, mais aussi de miel et de chocolat. Oui, définitivement du dessert! Finale : D’une belle longueur, avec des épices, du caramel, de la vanille et du chêne. C’est ici que l’on quitte le dessert pour retrouver le bourbon.

Oregon Spirit Distillers Straight American Wheat

45% alc./vol.
Vieilli 4 ans

Patrick 85%
Un très bon whiskey, qui me fait penser à un bon Wiser’s (la marque de whisky canadien). Nez : Une belle surprise, avec les belles épices du seigle, de l’orge, des fruits, un peu de chêne… Appétissant. Bouche : Pour un whiskey de blé, ça goûte plus le seigle qu’autre chose. Et aussi un peu le malt. Et du bois. Intéressant! Après quelques gorgées, ça me fait plutôt penser à un whiskey canadien. Finale : D’une longueur moyenne, plutôt maltée.

Wild Turkey Rare Breed Barrel Proof

56.4% alc./vol.

Patrick 90%
Un gros bourbon, hyper savoureux, avec tout ce que j’attendais d’un Wild Turkey “barrel proof”. J’ai acheté cette bouteille il y a une éternité, et je ne comprends pas pourquoi j’ai attendu si longtemps pour l’ouvrir. Nez : Du pain d’épice, du chêne, des pommes chaudes et une touche de caramel. Bouche : Oh que c’est bon! Une tonne d’épices, du bois brûlé, du poivre, de la cassonade et des pommes cuites. Finale : D’une belle longueur, boisée et épicée.

Martin 89.5%
Nez: Fruité, même framboises. Maïs, vanille et chêne. Caramel, bleuets ramollis et marmelade. Pain d’épice, gâteau moelleux, coulis de caramel chaud. Bouche: Texture légèrement huileuse, gâteau aux fruits, épices endiablées, caramel, poivre, bois, raisins secs et pouding chômeur. Finale: Mélange de chêne et de pin, toujours ces mêmes notes de caramel et de fruits des champs. La brûlure d’alcool est extrêmement éphémère, ce qui nous fait apprécier plus le reste de l’expérience. Équilibre: Wild Turkey nous présente déjà, pour la plupart, des bourbons exceptionnels. Quand on nous sert ça Barrel Proof, ça ne peut pas vraiment chier.

James T. Kirk Straight Bourbon Whiskey 12 ans

45% alc./vol.

André 75%
Sensation cireuse au nez. Pomme caramel, cerises, cannelle, cire, fût de chêne brûlé, tarte aux pacanes, sirop d’érable et caramel. La bouche déçoit grandement au niveau texture, aucun support gras oui onctueux et de grosses saveurs de bois brûlé pas subtiles du tout. Saveurs de cerises, pelures de pommes et pommes caramel, gros rye épicé le tout recouvert de bois de chêne grassement brûlé. Finale monopolisée par le bois calciné et des sous-entendus de fruits rouges épicés et poivrée. Si Star Treck a changé le visage des séries télé, ça ne sera pas de même pour le monde des bourbons. Beam me up, quickly.

Patrick 86%
Ok, nous ne sommes définitivement pas “where no one has gone before”, mais comme l’ensemble de la franchise, ça demeure une valeur sûre. Nez : Un beau parfum de maïs chaleureux, de cerises très mûres et d’un peu de bois brûlé et épicé. Bref, un arôme assez classique pour un bourbon. Bouche : Du sucre chaleureux, du bois brûlé et épicé très intense, une touche de cerise mûre. Finale : D’une longueur moyenne, et très boisée.

Martin 85.5%
Nez: Assez classique comme nez, mais avec un petit “oomph” de plus, probablement dû à son taux d’alcool. Caramel, pommes rouges, maïs, vanille et chêne. Bouche: Maïs, bonne dose de seigle épicé. La texture pourrait être plus ample, mais bon, on s’en contente. Vanille, biscuits et crème, bois de chêne. Finale: Assez longue, quoiqu’un peu violente sur les épices. Poivre noir, chêne gorgé, vanille crémeuse, fruits rouges, épinette. Équilibre: Un bon bourbon en soi, quelques belles saveurs, un peu “rough” sur les bords, un peu comme Kirk lui-même, quoi.

High West Campfire Batch 19J10

46% alc./vol.
Fait avec du whiskey de seigle, du bourbon et du scotch tourbé

Patrick 89%
Un superbe whiskey original et savoureux. Si, comme moi, vous aimez le rye, le bourbon et le scotch fumé, ça vous en prends une bouteille. Nez : Wow! Un peu de fumée de tourbe, les épices du seigle, du bois brûlé, du sucre et un peu de fruits. Original et appétissant. Bouche : Un beau mélange d’épices venant du bois brûlé et du seigle, le tout enveloppé par une belle fumée. Finale : D’une belle longueur, épicée et fumée.

Martin 88%
Nez: Maïs et vanille épicée dans une seule vague. Fruits rouges et vin chaud. Raisins et caramel, bois et butterscotch. Bouche: Sirop, réglisse et cerise de terre. Bois épicé, grain et vanille juteuse. De beaux gros fruits rouges. Finale: Épices et bois commandent le reste de l’expérience, mais laissent briller vanille, fruits et caramel de superbe manière. Équilibre: Son nom le dit bien, ça se prend bien au bord du feu de camp. Personnellement je trouve que c’est un dram de canicule idéal. Quoique, du bourbon, c’est crissement bon n’importe quand…

Newport Sea Fog 7 ans

45% alc./vol.

Patrick 95%
Incroyable, original, superbe! Je comprends pourquoi ce whisky est si rapidement sold out, c’est tellement bon! Si vous avez la chance de mettre la main sur une bouteille, svp, prenez-en une deuxième pour moi! Nez : Oh que ça sent bon ça! Original et porte bien son nom : Il y a définitivement une petite note maritime, du malt, du sucre d’orge et de subtils petits fruits. Très appétissant! Bouche : Un superbe mélange de sel de mer et de sucre d’orge, des fruits des champs, un peu de chêne et de discrètes épices. Le tout est porté par une belle texture huileuse. Finale : D’une belle longueur, salée, sucrée et fruitée.

St.George Spirits Baller Single Malt Whiskey 3 ans

47% alc./vol.
Mashbill composé de malted et lightly roasted American Barley, ayant été distillé dans un alambic de type pot still que la distillerie utilise aégalement pour produire leur brandy. Le résultat est ensuite vieilli pendant une période variant entre 3 et 4 ans en ex-bourbon casks et ex-french wine casks, pour être finalement affinés dans des barils ayant préalablement servi à la maturation d’une liqueur de prunes.

André 78%
Au nez, ça sent le jeune spirit, sur l’alcool un peu brut. L’alcool de prunes est rapidement évident lui aussi, avec des variantes de fruits séchés, les cerises, zeste d’oranges et de sirop de poires également. Très singulier comme approche, je ne suis pas certain si j’aimes. La texture en bouche est très intéressante, bien sucrée. Cela m’évoque de la confiture de pommes, la purée de prunes, une pincée de cannelle, fruits tropicaux agrumes, citron. Quelques notes s’approchent aussi des saveurs que l’on retrouve dans le Sauternes cask. Finale sur l’alcool de fruits. En gros, on a plus affaire à quelque chose qui pourrait s’approcher d’un alcool de type artisanal sur les fruits. Pas mal funky comme amalgame. Le pire c’est que je suis certain qu’avec certains plats japonais, il y aurait des acords hallucinants à faire, mais neat comme ça en dégustation, pas vraiment… Unique, mais pas nécessairement pour le mieux.

Patrick 75%
J’admets avoir acheté ce whiskey car je trouvais l’étiquette plutôt cool. La gaffe, toi. Le parfum est infect, et la bouche, dégueulasse à la première gorgée, finie par être passable après quelques gorgées. Décevant. Ça va me prendre de l’imagination pour finir ma bouteille. Nez : De l’herbe mouillée, du jus de légumes pourris qui a coulé dans le fond du réfrigérateur à la job et qui est là depuis le début de la pandémie. Et une touche d’agrumes. Bouche : Toujours l’herbe et le jus de légume, mais aussi du bois, des prunes, des agrumes et des épices. Le tout porté par une texture huileuse. Finale : D’une longueur moyenne, boisée et épicée.

Jack Daniel’s Single Barrel #18-2022

47% alc./vol.
Filled 4-2-18, Rick R-26

André 88%
Petits fruits rouges, cannelle et réglisse rouge, cire d’abeille et copeaux de bois brûlés, caramel. Belle petite morsure d’alcool, précédent la texture moelleuse et ronde. Les épices pétillent sur la langue, cannelle, poivre, léger brûlé. Mélange de fruits sauvages, anis, réglisse, cœur de pomme. Aspect cireux intéressant, pomme caramel, cerises. Le rye est très présent et pave la voie à la finale un peu sèche, bien épicée, poivrée et de bois brûlé qui étonne de par sa longueur. Si le Jack Daniels régulier s’est perdu dans de la pub bon marché auprès d’un public souvent dénigré, la version single barrel devrait quant à elle attirer tout amateur sérieux à faire un p’tit détour et de se donner la chance d’y goûter avec attention.

English EN Français FR