Armorik Dervenn

46% alc./vol.
Distillé janvier 2012 – 2000 bouteilles. Dervenn veut dire « chêne » en breton – le whisky a vieilli pendant plus de 4 ans au sein de fûts de chêne breton de premier remplissage. En collaboration avec le dernier tonnelier Breton, la distillerie innove depuis 15 ans avec des fûts en chêne des forêts bretonnes. Utilisés depuis longtemps dans notre Armorik Double Maturation, les voilà aujourd’hui mis à l’honneur dans cette édition limitée

Patrick 88%
Un très bon whisky qui me donne envie de retourner faire un tour en Bretagne lors de mes prochaines vacances! Présente un mélange de saveurs boisées vraiment agréables. Subtilement original, j’aime! Nez: Parfum avec des fruits exotiques, des notes de céréales et un peu de bois frais. Bouche : D’abord le bois, puis de belles épices, les céréales et, presque cachés, les fruits exotiques. Finale : D’une belle longueur, marquée par les fruits exotiques et le bois légèrement brûlé.

Glann Ar Mor Kornog Roc’h Hir – Lot 11155

46% alc./vol.

Patrick 84%
Un beau whisky jeune et intense, avec toute la fumée qu’on peut rêver trouver dans son scotch. Nez : Parfum enveloppant de fumée de tourbe avec une bonne dose de vanille et un peu d’herbe. Bouche : Fumée de tourbe intense, poivre, le tout sur un fond feuillu. Finale : D’une belle longueur, intense, fumée et poivrée.

Réserve Légendaire – Vin de paille

44% alc./vol.
Whisky de France. Vieilli en fûts de xérès, puis finition en fûts de vin de paille.

Patrick 92%
Pas de surprise ici, ça goûte ce que c’est. Je dois toutefois admettre que mes attentes étaient élevées, et je ne suis pas déçu : c’est vraiment un superbe whisky qui doit rendre bie à des Écossais vert de jalousie! Et à ce prix-là, je n’ai pas hésité et je m’en suis acheté une bouteille! Nez : Parfum envoûtant qui présente un beau mélange unique de vin de xérès et de vin de paille. Bouche : Toujours le mélange unique des deux vins, l’ensemble étant très sucré et fruité. Finale : D’une belle longueur, légèrement épicée, sucrée et fruitée.

Les Bienheureux Bellevoye Triple Malt Noir

43% alc./vol.
Après Bellevoye Bleu et Bellevoye Rouge, le whisky haut de gamme 100% français se décline aujourd’hui en un troisième opus : Bellevoye Noir, le premier Triple malt tourbé intégralement produit dans l’Hexagone. Au terme d’une intransigeante dégustation à l’aveugle parmi une quarantaine de whiskies français, trois Single malts tourbés se sont imposés comme les meilleurs, dignes de composer l’assemblage de ce Bellevoye Noir. Ils proviennent d’excellentes distilleries situées dans le Nord, en Alsace et en Lorraine, où a eu lieu l’élevage primaire pendant six ans. Après assemblage, le Triple malt a patienté entre neuf et 12 mois dans les meilleurs fûts du chai Bellevoye, en Charente, des barriques neuves dont la chauffe a été réalisée sur place.

André 84%
Étrangement, cela ressemble beaucoup à une variante de la version rouge (Bellevoye et non Jean-Pierre Ferland). Les notes de bois de chêne brûlées sont discrètes et s’agrémentent bien de l’ensemble de fruits rouges, de réglisse (rouge et noire) et d’oranges. Semble moins sucré que l’édition rouge mais plus sucrée que la moyenne des whiskies en général. Belle texture en bouche, le café torréfié et le charcoal, chocolat noir amer, fruits rouges, anis et encore ses épices de cannelle et de clou de girofle. Pourtant tourbé, ce whisky rappelle plus le fût de chêne brûlé et le charcoal que la fumée de tourbe. Finale d’anis et d’épices et rappel persistant de bois de chêne brûlé.

Michel Couvreur Cap a Pie

45% alc./vol.

Patrick 89%
Un whisky stupéfiant, qui nous tire habilement dans plein de directions différentes. Les notes de whisky de grain vont peut-être déplaire aux puristes du malt, mais les amateurs de bon whisky ne s’y tromperont pas. Nez : Parfum typique d’un blend fort en whisky de grain, mais aussi avec de belles notes fruitées venant du vieillissement en fût de xérès. Bouche : Oh… Surprenant! On sent tout d’abord le whisky de grain, mais celui-ci est rapidement recouvert d’un malt fruité et d’une touche de caramel. Mais la vraie surprise arrive ensuite, avec un étonnant nuage de fumée. Finale : D’une belle longueur, subtilement fruitée et fumée.

Roof Rye Double Maturation – Batch 1

43% alc/vol.
Distillerie Warenghem. Premier whisky de seigle français, ce Roof Rye est l’enfant de deux régions et de deux méthodes de vieillissement. Distillé et élevé en Bretagne, ce Rye Whisky a vieilli 9 ans en fût de sherry et sous le climat tempéré et humide de la péninsule Armoricaine. Il a ensuite vieilli deux années supplémentaires, sous le climat sec et ensoleillé de la Provence, dans des fûts neufs, pour le marquer à “l’américaine”.

André 86%
Classique rye, avec ses notes de réglisse rouge épicées, cosses d’oranges, aspect un peu cireux, les pommes toffee des fêtes foraines, céréales de rye bien en évidence, notes de caramel et de vanille. La bouche est épicée et poivrée, fruits rouges, raisins secs, cassonnade, réglisse, oranges, rye puissant, cire de chandelle, gâteau aux épices un peu terreuses. Finale moyenne longue, très épicée, fruits rouges, réglisse poivrée.

Bastille 1789 Single Malt

43% alc./vol.

Patrick 80%
Ouin… Pas évident de donner une note à ce whisky. C’est bon, mais je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas envie de m’en servir un autre verre. Probablement trop sucré. Nez : Parfum de jeune whisky de malt sucré et marqué par les céréales et par des fruits délicieusement sucrés. Bouche : Oh…. Meilleur que ce que je m’attendais! Du sucre très chaleureux, du chêne, quelques épices et un beau mix de fruits sucrés venant des différentes finitions en fûts. Finale :D’une belle longueur, fruitée et sucrée.

Réserve Légendaire

44% alc./vol.
Whisky de France. Vieilli en fûts de Cognac et de Sauternes, puis finition en fûts de vin jaune.

Patrick 90%
Une superbe surprise, avec un mélange de saveurs inattendu et très agréable. Le tout à un prix plus que raisonnable, alors je ne peux qu’aimer. Nez : Le parfum original du vin jaune, avec une surprenante touche de fumée. Bouche : Toujours un beau vin jaune légèrement sucré, mais avec la fumée qui prends plus de place, et un peu d’épices. Finale : D’une belle longueur, fruitée et sucrée.

Les Bienheureux Bellevoye Triple Malt Blanc

40% alc./vol.
Composé de trois single malt de France (Nord, Alsace, Charente), puis affiné en fûts de Sauternes. Non tourbé.

André 78%
Nez vraiment fermé et gêné; chocolat blanc, poires, vanille, céréales au miel, apport important du fût neuf (ce qui personnellement ne me plait pas beaucoup). Bouche disparate, oranges et nectarine, poires, vanille, miel, raisins verts, amandes. Encore une fois beaucoup d’influences du fût neuf… je décroche… Finale expéditive, fruitée et sucrée. Le choix d’embouteiller à 40% plutôt que 43% comme l’édition Noir et Rouge n’était peut-être pas judicieuse.

Patrick 89%
Un superbe whisky, savoureux et relativement intense, avec du sucre alléchant. Mon Bellevoye favori à ce jour. Nez : New make sucré, avec de l’herbe, des fruits subtils, de l’orge et une vague vanille. Bouche : Herbe, épices, sucre blanc brûlant et un peu de bois. Finale : D’une belle longueur, fruitée et sucrée.

Les Bienheureux Bellevoye Triple Malt Rouge

43% alc./vol.
Composé de trois single malt de France (Nord, Alsace, Charente), à partir d’une sélection des meilleurs fûts de Bellevoye. Non tourbé.

André 83%
Un whisky dessert appétissant. Cerises noires, fruits sauvages, oranges sanguines, fond de chocolat au lait et de terre mouillée. La bouche est hyper sucrée, peut-être même trop sucrée, oscillant entre le sucre et les fines épices fraiches : sirop de cerises, liqueur d’Amaretto, sirop simple, miel, vanille, grains de café moulus, chocolat au lait, épices plus releves en finale. On ressent bien aussi l’apport final du fût neuf avec sa touche de saveurs vintage et artisanales. Finale moyennement longue, épices – cannelle, clou de girofle.

Patrick 86%
Un très bon whisky, mais deux fois trop cher. Nez : Parfum de fruits mûrs, sucre qui commence à brûler, miel et fleurs assez intenses. Bouche : Fruits très mûrs, cassonade, épices, fleurs et touche de miel. L’ensemble est un peu âcre, complexe et appétissant. Finale : D’une belle longueur, avec pas mal d’épices et un peu de fruits et de fleurs.

English EN Français FR