Bruichladdich Micro-Provenance Château d’Yquem 2002-2010

65.8% alc./vol.
Embouteillé exclusivement pour Park Avenue Liquor Shop. Édition limitée de 270 bouteilles.

André 88.5%
Nez puissant, même le cask finish ne réussit pas à atténuer l’alcool. Bon sucré, vin rosé et saveurs de pêches. Timide bois caramélisé et chocolat noir, raisins secs. Est-ce que le si haut taux d’alcool était nécessaire? Apporte peut-être une dualité intéressante entre la douceur du cask finish et la sécheresse de l’alcool mais aurait mérité de peut-être être embouteillé à un niveau d’alcool plus bas. J’hésite encore à ajouter de l’eau dans une édition affinée du genre de celle-ci.

Patrick 90%
Nez très puissant marqué par le vin. Au goût, l’alcool prends énormément de place, mais s’évapore rapidement pour laisser la place au vin. Boisé puissant. Chaleur très agréable, expérience unique. En finale, le raisin s’étire et nous laisse dans un état euphorique. Globalement, on dirait plutôt un brandy vieilli dans un fut de scotch. Idéal pour le temps des fêtes, mais à partager avec parcimonie compte tenu du taux d’alcool définitivement non approprié pour les novices et pour RV qui confond alcool et tourbe.

RV 85.5%
Tourbe, os de côtes levées à la Louisiane de plus en plu sucrée. L’arrivée de tourbe d’orange médicamenté est assez intense, quoique moins qu’on aurait pu le croire par son taux d’alcool, malgré que celui-ci soit peut-être un peu trop fort pour rien. La finale est de son côté beaucoup plus tempérée, ce qui lui fait regagner quelques points.

Bruichladdich Links 16 ans Vancouver

46% alc./vol.
Onzième embouteillage de la série LINKS célébrant le 100eme anniversaire de ce célèbre Golf Club en 2010, offert en édition limitée de 6000 bouteilles.

André 81%
Poires sautées en poêle, raisins mauves, beurre et éclisses de bois. En bouche; savon à vaisselle en poudre et fruits (poires-pêches). La finale (presqu’inexistante) rappelle une fine brise citronnée.

Bruichladdich Links 14 ans Turnberry

46% alc./vol.
Septième version de la célèbre série LINKS de Bruichladdich, cet embouteillage a vieilli initialement un premier 14 ans dans des futs de bourbons avant d’être transféré dans d’ex fut ayant contenu du vin Château Haut-Brion.

André 84.5%
Très très floral; très surprenant, on se réconcilie avec Bruichladdich, petit peat très faible (un fond de Laphroaig??? Est-ce qu’ils prennent le même malt???).

RV 84%
Fleur, beurre, peat très faible, huileux, très très légère fumée.

Patrick 78%
Fleur, beurre, huileux… beurre. 2ème dégustation: même note: Sens le cadavre en décomposition depuis au moins 2 semaines. À moins que ce ne soit tout simplement une forte odeur de transpiration. Sens aussi le brûlé. Pas mal mieux au goût, un peu de fumée, chêne.

Bruichladdich 12 ans (nouvel embouteillage)

46.25% alc./vol.

André 87.5%
Très fruité raisins verts, vanille crémeuse, beurre froid. Plus sucré en bouche, une bonne vague de raisins accompagnés d’une pointe florale. Très doux et vraiment rafraichissant. Finale finement tourbée, avec un retour sur les omniprésents raisins.

RV 82%
Même du côté calme d’Islay c’est une pièce instrumentale qui se perd dans l’air. Tout d’abord avec du beurre et de la fleur, il n’y a pas de surprise, ni bonne ni mauvaise. Au moins, un goût légèrement tourbé aux accents fleuris de lys marque une brève présence, autant en bouche qu’en aftertaste. Rien de remarquable, mais au moins ça passe bien.

Patrick 90%
Au nez, fruits, orge et chêne qui tentent de cacher un petit côté maritime. En bouche toutefois, la première chose qui nous frappe est le sel, puis la saumure, qui évolue vers une saveur rappelant un bouillon de poisson d’une délicieuse soupe asiatique. L’orge et une touche de raisin nous rappellent toutefois efficacement qu’il ne s’agit pas d’une soupe mais bien d’un très bon scotch! L’ensemble présente une belle texture huileuse qui permet de prolonger la finale, qui est passablement salée, au point de nous encourager à prendre une gorgée de plus pour nous désaltérer! Un superbe scotch, bien équilibré, offrant un bel ensemble de saveurs et qui est simplement agréable à boire en toutes circonstances, ma bouteille trop rapidement vidée en faisant foi.

Bruichladdich 12 ans (ancien embouteillage)

46% alc./vol.

Patrick 90%
Nez : Vanille et beurre, avec du chêne et des fruits exotiques. Bouche : Sel et épices, puis fruits mûrs chêne et vanille. Finale : Longue et chaleureuse. Balance : Wow, je comprends pourquoi j’ai fini la bouteille aussi vite. Quel bonheur! Quelle complexité! Quel équilibre! J’aime.

Martin 88.5%
Nez: Vanille, chêne et caramel au beurre. Fleurs et légère fumée. Fraîcheur et fruits tropicaux. Bouche: Miel, vanille et épices douces. Chêne, fruits tropicaux et crème. Finale: Chaleureuse et épicée. Assez boisée et mielleuse. Équilibre: Belle complexité des saveurs, comme quoi Bruichladdich maîtrise autant les styles non-tourbés que les styles tourbés. Bravo.

RV 82%
Vraiment doux au nez, avec de la vanille mais peu ou pas de tourbe, mais il mérite de respirer un peu. L’arrivée est chaude et mielleuse, et se développe lentement avec un peu de cendre tombée sur un vieux tapis un peu humide. La finale est un peu soporifique, et me fait penser à un blend. Ok si je me sens fatigué un peu et que je ne désire pas être challengé.

Bruichladdich The Laddie Ten

46% alc./vol.
Dix ans après le rachat de la distillerie par Mark Reynier et un groupe d’investisseurs privés sept ans après sa fermeture en 1994, le tout nouveau 10 ans d’âge est enfin disponible! Composé entièrement de stock distillé par les nouveaux propriétaires, cette cuvée, surnommée “The Laddie” a été créée par Jim McEwan, ancien distillateur chez Bowmore et légende dans le monde du single malt whisky écossais. Produit à base d’une bière de malt 100% écossais, et après une longue fermentation, ce whisky a été distillé lentement afin de conserver le maximum de texture et de goût. Mis en fût au degré exceptionnel de 70% (au lieu du 63,5% standard en Écosse) il a été vieilli intégralement sur l’île d’Islay dans les chais de la distillerie. Après 10 ans de vieillissement, il a été réduit à 46% avec de l’eau de source d’Islay, et mis en bouteille sans filtrage à froid.

André 86.5%
J’aime le côté “mer paisible” de Bruichladdich, pas la mer puissant et robuste des Bowmores et des Ardbegs, ce côté marche au bord de l’eau par une journée ensoleillée. Le nez est frais avec des accents de citron, ponctué des notes de vanille et de toffee du fût de bourbon. Tarte au citron servie au bord de la mer, un whisky maritime mais sans brusquerie. Un sursaut de nectarines-tangerine et d’épices en finale de bouche. Ne sera peut-être pas le scotch qui vous étonnera au plus haut point mais définitivement bien construit, bien balancé. Les éléments sont agréable et représentatif de Bruichladdich.

Le premier 10 ans d’âge – suivant le rachat de Bruichladdich par McEwan et ses partenaires en 2001 – venait à peine de sortir que l’on apprenait la vente de la distillerie au groupe français Remy cointreau. Mark Reynier criait haut et fort à qui voulait bien l’entendre – pas plus tard qu’à l’automne dernier – que la distillerie n’était pas à vendre… La réalité nous a bien vite rattrapé et les accords de « Money Talk » d’AC|DC ont dû résonner jusque dans les warehouse de Bruichladdich.

En 10 ans de hauts et de bas et l’avalanche d’éditions de toute sorte (souvent critiquée d’ailleurs, à tort ou raison), il était devenu difficile de suivre la ligne directrice de Bruichladdich. Pas que cela était désagréable, loin de là, on a eu droit à de belles pièces dans ce déluge de toute sorte, mais où voulait bien nous amener Jim McEwan et sa troupe ? Même notre ami Benny aurait dû ré-hypothéquer sa maison et travailler 80 heures de plus par semaine afin de pouvoir s’offrir la totalité des novelties de la distillerie…

Espérons que les valeurs qui étaient chères à McEwan trouveront écho dans les bureaux de Remy Cointreau. Il faut bien avouer que la distillerie à su ébranler à plus d’un égard les murs austères et rustres de la SWA et de certains gens frileux de changements tourbillonnants dans le millieu du whisky, mais le marché écossais avait-il le choix avec toute cette nouvelle vague de micro-distilleries qui foisonnent de par le monde ? Comment rivaliser avec les géants voisins Ardbeg et Lagavulin et leurs conglomérats ayant 20 fois le budget annuel de la petite distillerie ? Innovation ! Et ça, personne ne pourra blâmer McEwan pour ses efforts en ce sens. C’est, dans un certain sens, un bien triste anniversaire que ce Bruichladdich 10 ans – The Laddie Ten.

RV 82.5%
Au milieu du Speyside, trop confortablement assis sur une chaise longue d’une maison de retraite. D’étranges effluves chimiques doucereuses se présentent de manière très feutrée dans un malt somme toute tranquille. Ensuite, le ton monte en bois et grain brûlé malgré une faiblesse au niveau de l’alcool qui à mon avis aurait su amener plus rapidement les saveurs. Enfin, le tout se conclut de manière admirable dans une finale qui manque de tonus mais qui contient une intéressante portion de gruau, de fraise et de vanille.

Patrick 90%
Fumée, tourbe, chèvrefeuille. En bouche, l’arrivée en bouche est wow! Suave, chaleureuse, fumée, tourbée, légèrement vineuse. Crémeux en bouche. La finale s’étire sur les épices. Une belle richesse de saveurs bien équilibrées. Un excellent rapport qualité/prix. Ok, j’en veux une.

Bruichladdich 10 ans (nouvel embouteillage)

46% alc./vol.

Patrick 84%
Frais, vif. Au goût, fruité, “zesty”, frais et vif. Malgré que je n’y retrouve pas ce que je recherche dans un malt d’Islay, il s’agit d’un malt de très grande qualité. Toutefois, le rapport qualité/prix de Bruichladdich laisse toujours à désirer, probablement à cause de leur importants efforts marketing. Malgré tout ca, une collection bien garnie se doit de contenir un Bruichladdich.

Duthies Bowmore 17 ans

46% alc./vol.

André 87%
Fruits, tourbe et nez très envoûtant d’agrumes et de citrons. Bouche encore plus citronnée, liquide et claire, mais soutenue par l’alcool, et toujours cette tourbe et cette suie de charbon et de sel qui s’étirent dans des notes d’agrume. Finale décevante, axée principalement sur cette fumée de tourbe, mais la rétro-olfaction est vraiment intéressante.

RV 88.5%
Toujours sur Islay, on se croirait dans une vallée inconnue des distillateurs. S’agit-il réellement d’un Bowmore? Au nez, c’est une tourbe sans sel surplombée par une fumée de cèdre étrange. Cependant en bouche, on aperçoit au loin les pagodes de Bowmore, avec une finale non sans rappeler l’ancien Darkest d’où un peu de fumée s’échapperait de la pierre polie. Un peu blasé des Bowmore traditionnel? L’aftertaste de sel mais aussi de chêne confirme de manière convaincante ce choix.

Patrick 85%
Nez marqué par la tourbe les herbes et une touche d’agrumes. En bouche, la texture est très huileuse, et le goût fumé et tourbé. En fait, on dirait un l’odeur se dégageant d’un feu de camp le lendemain matin… La finale, fumée, est plutôt courte. Un très bon scotch, mais manque d’intensité au niveau de la finale, ce qui fait perdre plusieurs points.

Berry’s Own Bowmore 1994-2008

46% alc./vol.

André 88%
Tourbe fraiche et notes d’iode. Pétrolé et hautement phénolique. Très bien présenté au nez, bel équilibre même si les éléments du nez sont pas très subtils. Il est par contre plus diffus en bouche, atténué mais reprend de la force en finale. Les sels marins et le citron apparaissent en finale et s’accompagnent de varech et d’algues séchées. Chaque gorgée supplémentaire gagne en intensité. Ressemble à un Kilchoman avec une texture moins huileuse et surtout moins crasseuse.

RV 87.5%
Pourquoi Islay? Réponse. Comme introduction d’Islay, avec cette bouteille il est possible de découvrir le sel typique de la distillerie, accentué par une bonne mesure de tourbe citronnée. Doucement poussée par un vent de fraicheur, l’arrivée se présente tranquillement pour retrouver en finale le bon vieux caractère franc du whisky, accompagné d’une belle finale qui confirme cette édition comme une bonne introduction.

Patrick 88%
Parfum de tourbe poisseuse, de fumée et de goudron. En bouche, un mélange d’épices, de sel, de tourbe et de goudron. Le tout commence doucement, mais gagne en intensité vers la finale. Finale d’ailleurs porteuse d’un sel intense qui s’étire longuement. Une belle prise!

Bowmore 10 ans Tempest Batch #1

55.3% alc./vol.
Édition limitée à 12000 bouteilles.

André 88.5%
Très sucré, permettant de neutraliser le taux d’alcool de plus de 55%. Tourbe – évidemment – une pincée de sel en prime et une belle présence de cacao. Finale sur un rappel de tourbe salée, un brin de poussière de pierre. Finale de belle longueur. Me réconcilie avec cette distillerie qui avait perdue quelques plumes dans ses embouteillages réguliers.

RV 88%
Les fruits sont très présents avec de la confiture aux fraises sans sucre ni pectine, avec un peu de vanille qui se mélange au tout. En bouche, les fruits sont présents à l’ouverture mais sont aussi rapidement remplacés par la fumée, puis la tourbe puis enfin le sel typique de la distillerie. La finale est de bonne longueur et l’alcool est moins évident que l’ancien cask strength sans toutefois être totalement effacé; c’est du Bowmore qui ne me semble ni forcé ni contraint. Un digne remplaçant du défunt cask strength dont le petit côté sucré excuse le 15$ supplémentaire, que je verrais très bien servi avec de la truite aux canneberges dans un chalet dans le fond du bois sur le bord d’un lac.

Patrick 88%
Nez fumé et salé typique d’un bon Bowmore. Au goût, sel, très marqué par les agrumes et légère tourbe. Une valeur sure.

English EN Français FR