10.179 Bunnahabhain 12 ans

60.2% alc./vol.
‘’Flamingos Smoking Pipe Tobacco’’, Distilled 01/12/2006, from 1st Fill Ex-Red Wine Barrique Finish, 243 bottles

André 87%
Fruits séchés au feu de tourbe sur le bord du Loch, sel de mer discret, jambon fumé dont le gras fondu tombe sur les pierres évanescentes du feu de plage, prunes, raisins de Corinthe, framboises, accents hospitalesque. Superbe texture en bouche, cerises noires, prunes, raisins de Corinthe, fruits secs, sel de mer, tourbe terreuse parfumée aux fruits secs, jambon fumé. Le wine cask laissera par contre une impression finement chlorée de fin de bouche. Finale sur le vin rouge et la fumée terreuse et organique, cendreuse et ponctuée par la force de l’alcool en toute finale.

Patrick 84%
Intense. Trèèès intense. Un peu trop même. Sur le coup, j’ai été déçu du manque de balance puis, j’y ai pris goût… Mais je suis content de ne pas en avoir acheté une bouteille. Couleur : Bon, je ne parle presque jamais de la couleur d’un whisky, mais ici, c’est trop exceptionnel, d’un incroyable orange-brûlé tendant vers le rouge, comme j’en ai rarement vu! Nez : À cinq pieds de distance j’ai été capable de détecter les arômes fruités de ce dram! Toutefois, en m’approchant, le tout a évolué vers quelque chose de plus salin, d’un peu fumé et avec une touche minérale. Bouche : J’ai rarement vu un whisky goûter autant le vin. Genre, pas subtil pantoute. À la deuxième gorgée, on finit par y trouver aussi un feeling me rappelant celui qu’on a quand ça fait trop longtemps qu’on a le même cigare en bouche et que l’humidité de la salive fait que ça goûte le cigare mouillé et la fumée en même temps. Bref, des gros fruits mûrs pas subtils pour deux cennes, de la cendre, du goudron et du tabac. Finale : Plutôt longue, me donne l’impression de licher un botch de cigare qu’on vient de tremper dans le vin rouge.

Martin 87%
Nez: Fruits rouges et air salin, légère tourbe maritime, raisins et smoked meat. Assez insolite et attirant. Bouche: Raisins et caramel salé, céréales, fumée et pierre lavée au bord du loch. Cuir et cigare, tourbe et vin rouge. Finale: Longue et bien poivrée, on retient les notes de vin, de calcaire et de sel. Bois sec et quelques petits fruits dilués. Équilibre: Bien cendré, vineux et épicé. J’aime bien son intensité, mais sa subtilité laisse fort à désirer. J’aime ça pareil!

Adelphi Bunnahabhain 10 ans

59.3% alc./vol.
First Fill Sherry Cask #900023, Distilled 2009, 695 Bottles

André 93%
Fruits pâteux et gâteau Forêt Noire, vieilles cerises trempant dans leur jus, café noir et pelures de pommes, prunes. La bouche est intense et très pâteuse. Chocolat noir amer et anis, moue de café, fruits secs, cannelle, vieux rhum boisé. Intensément sexy ce sherry très voluptueux assorti de caramel chauffé. En laissant respirer plus de 30 minutes, de belles notes goulues sucrées émergent, cassonade, caramel, pâte de fruits. Finale de sherry plutôt sec et pâteux, caramel chauffé, pincée de sel de mer, terre mouillée et cannelle.

Patrick 93%
Un whisky sont je pourrais trop facilement abuser! On ne ressent presque pas la force de l’alcool, si ce n’est au niveau de l’intensité des saveurs… Et encore, le tout est bien mesuré. Bravo! Nez: Arôme de délicat xérès bien fruité et sucré, avec du caramel écossais et une discrète note boisée et un soupçon de vanille. Bouche: Oh, c’est bon ça! Du caramel, de beaux fruits mûrs et très sucrés et un peu de bois épicé. Finale: D’une belle longueur, fruitée et de plus en plus épicée…

Adelphi Liddesdale Bunnahabhain 21 ans

46% alc./vol.
Batch 10 – 1011 bouteilles

André 90%
Fruits tropicaux, melon au miel, oranges, ananas, vanille crémeuse. Wow, quelle texture, crémeuse et amoureuse, poires, ananas, oranges, melon au miel, vanille, caramel. Avec le temps des notes de poivre apparaissent et nuancent les notes fruitées on croirait même avoir droit à quelques notes de tourbe terreuse et verdâtre. Finale lente et langoureuse, sirop de fruits, ananas, melon au miel, fruits tropicaux, une touche de cerises noires. Superbe, langoureux et inspirant.

Patrick 87%
Le nez m’a grandement déconcerté, mais une fois en bouche, ça se tasse pour devenir un superbe dram. Nez : Étonnant parfum de sève, d’herbe fraîchement coupée, d’agrumes et de bois frais. Bouche : Un peu de fumée, du chêne brûlé et épicé, des agrumes, une touche de sucre et un peu d’herbe. Finale : D’une longueur moyenne, épicée, boisée et légèrement fumée.

Battlehill Bunnahabhain 9 ans

53% alc./vol.

Patrick 83%
Mouin. Disons que les embouteillages que j’ai goûté venant de la distillerie étaient en général pas mal meilleurs que ça. Bref, c’est bon, mais je vais continuer d’investir sur les embouteillages réguliers. Nez : Orge maltée, un peu de bois et des fruits exotiques. Pas le parfum auquel je m’attendais. Bouche : Le new make n’est pas loin, mais on a tout de même des saveurs boisées, une touche discrète de fumée, des épices et des fleurs. Finale : D’une longueur moyenne pour un whisky à 53% d’alcool, et très boisée.

Blackadder Bunnahabhain Peat Reek

60.6% alc./vol.

André 87%
Cendreux et jus de citron, purée de banane. Plus maritime que « Islayesque ». Belle fraicheur, aéré et oxygéné. Malheureusement, trop diffus en bouche, principalement axé sur les fruits, ensuite balayés par un nuage de tourbe, de sel et de fumée. Ce n’est pas explosif comme mélange mais l’ensemble est bien présenté tout en manquant de punch. La finale est la suite logique de la bouche, sans surprises.

RV 87%
Droit au but. D’accord, de la tourbe. Sans aucune trace de fumée, et à la limite sucrée. L’arrivée est très très tourbée, exactement ce qu’on pouvait retrouver en bouche mais de manière beaucoup plus concentrée. L’aftertaste se dissipe assez rapidement, avec une belle finale de muscade et de citron, en de très belles proportions.

Patrick 90%
Un Bunnahabhain ca? On est loin du « gentle side of Islay »! Une tourbe très puissante portée par une fumée non moins intense occupe pratiquement toute la place au niveau olfactif. Avec un peu d’effort, on reconnait de l’orge un peu brûlé… Pour voir autre chose, il me faudrait plus d’imagination! En bouche, nous ne sommes pas dans la subtilité non plus : tourbe, fumée et un peu d’orge. La sensation est crémeuse, un peu à notre surprise. La finale est marquée par la fumée. Bref, simple et efficace. On aime.

Blackadder Raw Cask Bunnahabhain Moine 13 ans 2005

59% alc./vol.
Ex-Bourbon barrel Cask #800017, Distilled 20/12/2005, Bottled 16/10/2019, 214 bottles.

André 88%
Quelle douceur au nez, aucune perception de l’alcool et des saveurs hyper douces. Ananas et miel, vanille, feu de plage, sel de mer, abricots, poires, boisson au citron, cendre froide. La bouche est plus corsée, hyper cendreuse. La tourbe est très présente et se mélange aux fruits jaunes divers dont le citron, les agrumes et les poires, chocolat noir. Aspect maritime très contextuel et un accent minéral un peu brut. La texture est un peu disparate, aucun aspect huileux ou gras, astringence au rendez-vous pour la finale, sur la cendre froide fruitée. Une belle expérience sur une palette aromatique limitée.

Patrick 92%
Le mélange de saveurs “idéal” (fumée de tourbe et xérès), avec une superbe profondeur – dans le style, difficile d’en demander plus. Nez : Ooooh… Mon type de parfum favori! De la fumée de tourbe admirablement croisée avec du succulent xérès sucré, une touche de poivre et de bois brûlé. Bouche : De la fumée de tourbe, du bois brûlé, du poivre et, après quelques secondes, du superbe xérès fruité qui vient enrober le tout. Finale : D’une belle longueur, où la fumée et les épices laissent tranquillement leur place au xérès.

Martin 90%
Nez: Belle fumée ultra-fruitée, chocolat et vanille. Sherry bien goulu, chêne et cuir nappé de caramel. C’est chaud, c’est chaud! Bouche: Belle texture, épices mielleuses et enivrantes. Tourbe hyper cendreuse, le feu de camp de plage typique par excellence. Bois brûlé, délicieux! Finale: Le bois cramé, le poivre et le vin chaud sont à l’honneur, pour une longue envolée et pour notre grand bonheur. Équilibre: Une bête, un breuvage qui n’est pas vraiment pour tous, mais quand on aime, on adore.

Bunnahabhain 11 ans 2007 French Brandy Finish

52.5% alc./vol.
Maturation initiale de 8 et demie et affinage de 2 année et demie en Ex-French Brandy Butts.

André 87%
Noix grillées, raisins secs, pelures de pommes, fruits secs, dattes, oranges et caramel. La bouche est costaude, saveurs de chocolat noir amer fondu nappant des fruits séchés et des raisins secs, des dattes, mélange de gingembre et de cannelle suivie d’une bonne part de caramel fondu. La texture est finement aiguisée et cendreuse, très poivrée aussi. En background, on a encore des souvenirs de tourbe terreuse discrète qui se mélange aux saveurs de fruits diverses. La finale est poivrée et épicée, longue et soutenue.

Patrick 91%
Un superbe Bunnahabhain, avec tout ce qu’on peut attendre d’un « brandy finish ». J’adore, wow ! Nez : Sucré, plein de fruits, avec du chocolat et une touche de sel très subtile. Wow, appétissant ! Bouche : Très sucré, très fruité, avec une bonne dose de chocolat et une touche boisée. Le tout porté par une belle texture huileuse. Bonus, on ne sent pas la force de l’alcool. Finale : D’une belle longueur, marquée par le chocolat et les fruits.

Bunnahabhain 11 ans Manzanilla Cask Matured 2008

52.3% alc./vol.
Distilled 02-07-08, Bottled 05-2020, 9249 bottles.

André 86%
Chocolat terreux strié de veines caramélisées, Amarula, poignée de petits fruits sauvages, raisins secs et prunes, pincée de soufre. La bouche est quelque peu anonyme, la texture est agréable mais pas à la hauteur de ce que les derniers embouteillages de cette distillerie nous a habitué. Les notes de soufre sont plus importantes qu’au nez, les notes de chocolat sont huge et servent de toile de fond aux fruits secs, raisins et prunes. Le tout est nappé d’un coulis de caramel salé assaisonné de poivre concassé et de bois toasted et de buns à la cannelle et cassonade. Finale de caramel au soufre, de poivre et de dattes juteuses dans leur emballage de cellophane. Challengeant comme présentation mais pas convaincu du résultat final. Au dessus de la moyenne des ours comme on dit mais en bas de la qualité habituelle de la distillerie.

Patrick 90%
Attention, il faut laisser ce whisky respirer quelques minutes dans son verre pour lui “donner sa chance”. Je vous garanti que votre patience sera récompensée! Nez : Parfum de Manzanilla trèèès intense et dominé par les fruits mûrs, une grosse dose d’orange et un peu de chocolat au lait et de chocolat blanc. On n’est pas dans la délicatesse, ici! Bouche : Toujours les fruits trèèès mûrs, mais aussi du bois brûlé, une bonne dose d’épices, des oranges amères et une discrète note de cacao. Le tout porté par une belle texture huileuse. Finale : D’une longueur moyenne, fruitée et un peu sucrée.

Martin 88%
Nez: Café noir, chocolat, raisins et caramel en puissance. Touche de cuir, compote de fruits des champs, bois et poivre. Bien dosé, belle complexité des arômes. Bouche: Orange, cuir, raisins et épices endiablées. Bois poussiéreux, sherry en puissance. Chocolat blanc et poivre tout aussi blanc. Fruits et terre. Finale: Longueur agréable, mais compensée par une chaleur enveloppante. Épices, bois, xérès, chocolat et oranges. Équilibre: Une superbe finition, parfois vacillante, mais qui représente bien le caractère de Bunna, sous un voile racé de savoureux manzanilla. Yes!

Bunnahabhain 11 ans Pedro Ximenez

54.6% alc./vol.
Bottle #293 of 833.

André 87%
Bonbons au miel, tourbe terreuse et salée, compote de cerises, raisins secs, souvenirs chocolatés. Quelques arômes rappellent presque que le vin rouge tannique aussi. La texture de bouche est légèrement pâteuse, le gâteau aux fruits et noix, les cerises, dattes et figues, le chocolat au raisin, noix salées trempées dans le miel. Les notes de xérès sont intenses et pleines mais malheureusement aussi ponctuées de teintes chlorées, dont ont réussi difficilement à se départir une fois que l’on a mis le doigt dessus. Finale épicée aux saveurs d’oranges et de raisins secs, de cannelle et de gingembre.

Patrick 89%
Nez : Beau xérès chaleureux, avec une touche de chocolat noir. Intense. Bouche : Xérès intense et chaleureux, avec une bonne dose de bois brûlé, et une touche de chocolat noir. Finale : D’une belle superbe longueur, marquée par le bois brûlé et une touche de vin sucré.

Bunnahabhain 12 ans – Edition 2019

46.3% alc./vol.

André 90%
Ce whisky demeure, avec quelques Bruichladdich, une alternative hyper intéressante pour les amateurs ou nouveaux adeptes de whisky aux saveurs maritimes mais qui n’aiment pas nécessairement la tourbe et une excellente porte d’entrée sur les whisky tourbés d’islay. Depuis la refonte de la gamme complète de Bunnahabhain, l’ajustement du taux d’alcool à 46.3% minimum et le unchillfiltered, cette distillerie, moins connue à l’époque est devenue l’enfant chérie de bien des amateurs et ne cesse de nous surprendre. Reste à voir, avec le départ de Kirstie McCallum, s’il y aura changement de cap dans le portfolio. Le nez évoque le bord de mer agité et les enbruns maritimes salés transportés par le vent du large. Une légère brume de tourbe saline et terreuse nous titille les narines et s’entremêle de saveurs de petits fruits rouges, de cerises et d’oranges. La texture est crémeuse en bouche, habilement épicée aussi. Des notes de terre mouillée et de fumée lointaine, de sel de mer séché au soleil et de poivre évoluent lentement en bouche et sont rejointes par les fruits sauvages, les raisins secs et la cerise, le tout nappé de chocolat noir fondu. La texture est vraiment intéressante, les saveurs bien intégrées aussi. Finale un peu courte par contre mais un mélange intéressant de caramel, chocolat et de fruits rouges fumés. Bien des distilleries aimeraient avoir un whisky ‘’d’entrée de gamme’’ ayant cette qualité. Comme on dit, ‘’ça torche solide’’.

Patrick 89%
Un très bon whisky. Bunnahabhain 12, sous toutes ses formes, a toujours été une valeur sûre. Tsé, quand tu veux juste un peu de fumée dans ton scotch. Nez : Parfum floral et fruité, avec un peu de chocolat, de la vanille et des noix. Bouche : Fruits mûrs, fleurs, noix, caramel, épices et une touche de fumée. Finale : D’une belle longueur, marquée par les épices.

Martin 89.5%
Nez: La tourbe est présente, mais elle sait tout de même se faire discrète devant les fruits confits, les fleurs et la vanille. Quelques céréales agrémentent le tout. Bouche: Caramel, dattes, raisins bien gorgés de vin. Sherry et tourbe. Opulent malgré sa texture un iota sous les attentes. Finale: Tourbe discrète, belles épices fruitées du fût de xérès. Belle longueur. Équilibre: Excellent whisky, surtout pour l’âge et le prix. À acheter quand ça passe en SAQ!

English EN Français FR