Bruichladdich 32 ans 1985 Hidden Glory Bourbon Rare Cask Series

48.7% alc./vol.
Ces 22 derniers fûts de bourbon de 3eme remplissage disponibles distillés en 1985 ont été redécouverts par Jim McEwan en 2012. Ils ont été dans un premier temps transféré dans des fresh bourbon cask en 2012 puis en 2017 retransférés dans des fûts de chêne Français ayant précédemment contenu du vin Claret. Une édition limitée de 4200 bouteilles.

André 91.5%
Nez hyper velouté et sensuel, avalanche d’oranges et de nectarines, de banana split nappé de miel chaud, melon au miel et melon d’eau, coconut, d’amandes et de poires. On peut ressentir l’onctuosité du dit liquide rapidement au nez, son raffinement aussi. La surprise vient de la bouche qui offre plutôt des saveurs de fruits rouges (petit fruits sauvages, cerises, framboises, raisins secs, prunes) s’étirant sur des tonalités de bois de chêne, de poires et d’épices. Les saveurs sont très douces, la texture superbe et la pérennité en bouche est étonnante. La finale est sur le bois de chêne et les épices, très longue et douce. Un travail exceptionnel au niveau des choix des fûts, palette de saveurs variée et challengeante, équilibre digne de mention.

Patrick 90%
Un superbe scotch, sucré et fruité à souhait, adorablement construit et équilibré. J’aime! Nez : Parfum beaucoup plus sucré et fruité que ce que je m’attendais. Bref, fruits mûrs vineux, un peu de bois brûlé et une touche de sel subtile. Bouche : Doux xérès sucré et chaleureux, avec une note de chocolat noir. Finale : D’une belle longueur, et marquée par un savoureux chocolat noir légèrement salé.

Lagavulin Distiller’s Edition 1997-2013

43% alc./vol.

Patrick 95.5%
Un autre bel exemple démontant pourquoi Lagavulin est mon scotch favori. Du pur bonheur en bouteille. Nez : L’incroyable fumée de tourbe de Lagavulin, accompagnée de délicieuses notes vineuses venant des fûts de xérès. Bouche : La fumée de tourbe avec une subtile touche de créosote, le sel de mer hyper intense, le tout marié avec brio par un xérès marqué par les fruits mûrs et le chocolat. Sublime ! Finale : Longue, savoureuse et marquée par les épices du bois.

Lagavulin 12 ans Cask Strength 2003

57.8% alc./vol.

Patrick 94%
L-a-g-a-v-u-l-i-n. Ai-je besoin d’en dire plus? Nez : Parfum de tourbe intense, avec du sel, des agrumes, de la vanille, du chêne et du bonheur dans mon cœur. Bouche : Belle arrivée en bouche épicée, qui évolue rapidement vers une puissante fumée de tourbe, le tout avec des pointes de poivre, d’agrumes, de chêne, de charbon et de sel de mer. Finale : Longue et hyper savoureuse, dominée par les épices du chêne et le sel de mer.

Bruichladdich 30 ans 1986 The Magnificient 7 Sherry Rare Cask Series

44.6% alc./vol.
Rare Cask Series – Cette édition est nommée ‘Magnificent Seven’ car les sept derniers fûts de 1986 ont été utilisés pour la créer. Vieilli depuis le début en fût de xérès Oloroso, puis transféré en 2012 en fûts de xérès Pedro Ximenez de la Bodega Fernando de Castilla. A noter qu’il s’agit du millésime historique ayant servi à la creation du célèbre embouteillage Bruichladdich Darker Still. Seulement 4200 bouteilles embouteillées à la force du fût de 44.6%.

André 91%
Gâteau aux fruits nappé de chocolat noir et de prunes séchées et de figues, mélange de cannelle et de gingembre, la pâte de fruits, les prunes et les petits fruits sauvages. La bouche est onctueuse et grasse, les notes de chocolat noir et de caramel brûlé sont plus évidentes, le sherry est pâteux et concentré, presque amer comme sensation en fond de bouche, oranges sanguines, abricots. Les épices émergent lentement de cette couverture de saveurs passablement opaque. Belles notes de gâteau aux fruits et de fruits séchés, vieux pantalons de de moto en cuir mouillés par la pluie. Finale de caramel salé au sel de mer, raisins secs, prunes, fruits secs et de barres de pâte de fruits trempées dans le chocolat noir amer. Du grand Bruichladdich!

Patrick 82%
Toute qu’une expérience… Mais j’aurais plutôt tendance à le décrire comme un « cask oublié » plutôt qu’un « cask rare ». Bref, un whisky qui a été oublié dans un fût un peu trop longtemps. Enfin, ça demeure une superbe expérience malgré tout. Nez : Parfum de xérès superbement et énormément riche… De beaux fruits mûrs, du chocolat noir, de la réglisse et un peu d’oranges. D’une profondeur incomparable. Bouche : D’une grande richesse, des fruits mûrs, du caramel, du chocolat noir, du bois brûlé et des oranges sanguines. Intense, trèèèèès intense. Finale : D’une longueur interminable, marquée par un vieux xérès brûlant.

Bruichladdich 32 ans 1984 Bourbon Rare Cask Series

43.7% alc./vol.
«Édition limitée de 3000 bouteilles tirées des 12 derniers fûts distillés le 31 décembre 1984 à la distillerie Bruichladdich, transférés en fresh bourbon cask en 2008 par Jim McEwan.

André 90%
Gros bloc de toffee, poires nappées de miel, oranges, abricots, salade de fruits tropicaux, melon au miel, vanille onctueuse. Divin… Belle bouche ronde pulpeuse, on fait dans la dentelle de saveurs fruitées; marmelade de fruits, oranges de Séville, abricots et poires, crème fouettée nappée de miel et d’essence de vanille, mangue, le tout tranché par des salves de gingembre et une finale finement salée. Au fil des gorgées on distingue même des notes de fruits rouges séchés qui étaient passés sous le radar du nez. La finale est doucement épicée, longue, persistante et assurée. Merci Christine Lambert pour l’échantillon.

Patrick 87%
Un très beau whisky, présentant un beau mélange d’épices et de fumée. On jurerait par contre avoir affaire à un whisky beaucoup plus jeune. Nez : Légère fumée de tourbe, air marin, agrumes une touche d’érable sucré. Bouche : Fumée de tourbe, poivre, sel, chêne brûlé et une touche de sève. Finale : D’une belle longueur, et plutôt épicée.

Bunnahabhain 14 ans Pedro Ximerez Finish

54.3% alc./vol.
Limited Edition of 5900 bottles, Warehouse #8, Distiled 24/03/03, Bottled 21/06/17. Vieilli 11 ans dans des fûts de xérès de second remplissage puis affiné pendant 3 ans dans des fûts de Pedro Ximerez de premier remplissage.

André 87%
Raisins secs, prunes, chocolat noir, gâteau aux fruits, fruits séchés, miel, poires, beaucoup d’épices, dattes. Le whisky est franc au nez malgré la souplesse du sherry et du caramel. Bizarrement, je détecte aussi quelques notes de javel en background mais très discrètement. La bouche est bien épicée, vague de cannelle, de réglisse noire, ça rappelle aussi les épices à creton et à steak, beau mélange de caramel et de chocolat noir, jus de dattes et d’abricot pressées, notes de rhum peut-être? Finale franche et épicée, le sherry est puissant et austère. Feeling très différent de la première fois où je l’ai dégusté. Y’a maintenant des liaisons de saveurs qui me laissent un peu perplexe et à mon goût perso, peut-être un peu trop épicé et poivré.

English EN Français FR