Ardmore 25 ans

51.4% alc./vol.

André 88%
Noix et céréales maltées, fruits secs sur fond de fumée terreuse et d’agrumes. En bouche, beaucoup de fruits séchés, d’orge maltée, de raisins mauves et de cerises noires, puis oranges huileuses. Rafraichissant et presque tropical. Chocolat au lait, café avec beaucoup de crème, camphre ou menthol. Finale douce et longue, se drapant de fruits tropicaux et de crème, de camphre, d’oranges et de fruits rouges. Un bel embouteillage, loin du Traditional Cask.

Patrick 91%
Un whisky d’une rare complexité et d’une très grande balance. Yep, ça valait le coup d’attendre 25 ans pour obtenir un tel chef d’œuvre. Nez : Raisins secs, noisettes, céréales et surtout, du moka. Bouche : Fumée de tourbe d’une belle intensité, poivre, café, chocolat au lait, fruits rouges et une touche d’orange pour couronner le tout. Très complexe. Finale : Longue et épicée.

Ardmore Tradition Peated

46% alc./vol.

André 84%
Tourbe terreuse chocolatée et crémeuse vraiment unique, fine touche épicée très discrète, belle vanille langoureuse. En bouche, la tourbe est bien présente sans être omniprésente, sensation chocolatée et de café expresso, nuage de vanille, mais la texture générale du whisky déçoit beaucoup. Je m’attendais à quelque chose de plus huileux avec le unchillfiltered mais le whisky semble un peu dilué. Belle sécheresse épicée et boisée (bois sec) en finale de bouche. La finale est moyenne, bien fumée et adoucie par les notes de chocolat et de café. Un bon dram de fin de soirée d’automne… ou de printemps tardif.

Patrick 87%
Un très bon whisky, qui manque un peu d’intensité à mon goût, mais c’est justement ce qui saura plaire à plusieurs! Bref, facile à boire pour un whisky tourbé, alors ne peut qu’aimer! Nez : Fumée de tourbe vaporeuse avec des notes de tabac et de foin qui brûle, le tout à proximité d’un marécage desséché. Bouche : Fumée de tourbe, huile à chauffage, épices du chêne, touche de poivre, de terre séchée, le tout avec une pincée de sel et de sucre. Finale : D’une longueur moyenne.

Martin 87%
Coloris identique au Triple Wood Peated. Nez: Cacao, herbe et tourbe sale. Crème et vanille. Avec un peu de temps, le tout se mélange harmonieusement. Bouche: Cerise noire, miel et tourbe. Épices bien présentes. Chocolat au lait. Cherry Blossom. Texture agréablement épaisse. Finale: Chocolat, cerise et tourbe nous laissent sur une planche de chêne bien épicée. Équilibre: Un excellent whisky tourbé, qui perd malheureusement quelques points par son côté cerise un petit peu trop exhubérant.

Ardmore Traditional Cask

46% alc./vol.

La distillerie a été fondée par William Teacher en 1897 et n’a pas changé de propriétaire au cours de son histoire, mais la société William Teacher & sons a été reprise par Allied Distillers, filiale de Allied Domecq. La distillerie Ardmore chauffe encore ses alambics, en forme d’oignons, au charbon, ce qui est très rare de nos jours. Le single malt Ardmore entre dans la composition de nombreux blends, en particulier le Teacher’s Highland Cream. La distillerie Ardmore est une des plus grandes et des plus modernes distilleries d’Écosse, et produit annuellement plus de 3.000.000 de litres et possède sa propre tonnellerie.

Ce Speyside particulièrement tourbé a subi une double maturation : d’abord vieilli en fût de bourbon, il est ensuite vieilli pendant plusieurs mois dans des “quarter casks”, des fûts beaucoup plus petits entraînant un rapport chêne / whisky supérieur et influençant grandement le profil aromatique du malt. Le single malt Ardmore entre dans la composition de nombreux blends, en particulier le Teacher’s Highland Cream.

André 88%
Wow ! Tourbe paisible, sel et effets omniprésents du bois. Citron, sel, un peu crasseux. Texture très huileuse en bouche, un peu terreuse, chocolat noir, léger brûlé-caramelisé. Finale où la tourbe et le sel gagnent en ampleur. Biscuits au citron en finale. Partage beaucoup de similitudes avec le Laphroaig Quarter Cask. Je ne savait pas que Laphraoig avait un frère illégitime dans le Speyside.

Patrick 84%
Parfum de tourbe typique des Highlands. En bouche, la tourbe, mais sans l’intensité qu’on aurait pu attendre d’un whisky à 46% d’alcool. On dirait que quelque chose vient l’adoucir inutilement (trop de caramel?). Toutefois, à ma surprise, la finale se révèle d’une surprenante intensité et s’étire longuement sur une belle pointe de fumée. Ce whisky aurait avantage à prendre exemple sur son cousin le Quarter Cask de Laphroaig, qui est embouteillé à un taux d’alcool supérieur. Un très bon whisky, mais décevant par rapport à mes attentes.

Martin 86.5%
Vraiment doré sous le soleil, entre jaune tournesol et confiture d’abricots. Nez: Beaucoup moins tourbé que ce à quoi je m’attendais vu la description sur la bouteille. Belle céréale du Speyside au coeur du nez. Chêne grillé et patate douce sucrée enrobent le noyau, mais obscurcissent un peu la tourbe. Bouche: Miel et céréales pavent le chemin, sans toutefois prendre toute la place. Huileux et métallique au niveau de la texture, alors que le goût nous fait voyager un peu plus parmi des saveurs de maïs et de fudge au chocolat avec une pointe de boucane de tourbe. Finale: Très douce malgré son taux d’alcool, s’étirant sur une mystérieuse et curieusement amusante fumée métallique. Bonne dose de caramel au rendez-vous. Équilibre: Pas désagréable, mais la tourbe n’est vraiment pas suffisamment affirmée pour un embouteillage qui se dit peated. Un malt difficile à qualifier de stellaire, mais qui se boit très bien. On peut passer une très belle soirée à ses côtés si on parvient à mettre de côté notre façade de péteux ne serait-ce qu’un instant.

RV 87%
Tourbe, mais définitivement pas celle de Islay. En bouche, une moitié de citron trempée dans de la cendre hachée très très finement. Le citron meure et est finalement incinéré dans un lit de cendre sous un feu doux.

Ardmore Triple Wood Peated

46% alc./vol.

André 81%
Ananas tourbé au nez, nappé de miel et de vanille sur un canevas de fruits rouges. La bouche est très fruitée et portée sur les céréales maltées et au miel, une touche d’agrumes citronné, d’oranges et de confiture de fruits sauvages. Agréable texture crémeuse tirée du fût ainsi que de la tourbe épicée en fond de bouche. Les épices sont peut-être un peu trop musclées pour un whisky si doux, ce qui, jumelé à une astringence de bonne amplitude, déséquilibre un peu le whisky en bouche. La finale est poivrée, sèche et épicée et les fruits tropicaux laissent aussi une petite trace avant de s’estomper dans les draps de tourbe terreuse.

Patrick 89%
Un whisky qui répond aux attentes. Bref, très bon, plaisant à boire au point qu’on a envie de s’en verser un autre verre dès que le dernier est fini et offrant un maximum de complexité et de balance pour plaire à tout amateur de scotch. Nez : Beau parfum de fumée de tourbe huileuse, épices, orge et vanille subtile. Bouche : Belle fumée de tourbe épicée et poivrée, avec une touche de caramel et de la vanille subtile. Le tout est enveloppé dans un bel étui de chêne brûlant. Finale : L’intensité des épices diminue rapidement, mais la fumée s’étire très longuement.

Martin 84%
Jaune doré, tournesol désaturé et trouble. Nez: Timide tourbe citronnée, avec des accents d’orge et d’orange. Céréales et eau de mer. Bouche: Texture plaisante. Tourbe, miel, agrumes, chêne et épices. Ces deux dernières notes sont plus marquées, signe de ses trois fûts. Finale: Tourbe et bois, sel marin et céréale mielleuse. Équilibre: Bien intéressant pour un peated, malgré que ça reste un embouteillage aisément battu à ce niveau par les grands noms d’Islay.

Berry Bros. & Rudd Ardmore 2010 KWM Cask

58.2% alc./vol.
Cask ref. 803060. Maturation en Ex-Islay Bourbon Barrel (probablement Laphroaig).

André 84%
Cendres refroidies du foyer, terre mouillée, sel marin, filets de pêche séchants sur le quai, agrumes, miel, confiture de pommes et d’oranges, miel, poires et ananas. La bouche est plus sur les céréales au miel puis passées dans le four et infusées à la fumée de tourbe camphrée. On perçoit quelques accents maritimes qui s’esclaffent en arrière-plan sous des notes d’iode et d’agrumes. Le whisky manque d’équilibre en bouche, sans trop trouver quoi spécifiquement on sait rapidement lorsque quelque chose ne va pas… La finale me fait penser à un morceau de pork chop trempée dans les cendres du feu de plage dégusté avec une bière blanche très céréalée. Bizarre comme rendu final…

Patrick 91%
Un excellent whisky, d’une intensité et surtout, d’une balance surprenante pour un scotch relativement si jeune. De la belle tourbe intense, mais tellement bien balancée avec toutes les autres saveurs… Excellent! Nez : Fumée de tourbe, agrumes, chêne et morue salée. Bouche : Mmmh, c’est excellent ça! Des épices, du chêne, de la fumée de tourbe, du sel et une touche sucrée surprenante et très agréable. Finale : D’une belle longueur, fumée, salée et subtilement sucrée.

Martin 83.5%
Nez: Tourbe fruitée, malt caramélisé. Cuir et tannins vineux. Bois, vanille et sel complètent le tableau. Encore une fois le taux d’alcool se cache dans l’ombre, sûrement prê à nous poignarder dès qu’on croisera son chemin. Bouche: Vanille, agrumes, miel et cassonade. Chêne, épices, tourbe et légère impression métallique ou minérale. Finale: Les épices explosent ici, mais elles amplifient le côté minéral du whisky plutôt que de le masquer. Légère erreur. Même la tourbe est trop discrète pour sauver les meubles. Équilibre: Très bel effort, mais malheureusement ses défauts dépassent ses qualités.

Gordon & MacPhail Ardmore 1998

43% alc./vol.
Refill Sherry Hogsheads barrels.

André 86.5%
La rondeur du nez nous prépare à cette généreuse envolée fruitée; pommes rouges, cerises, réglisse fraiche, oranges et fruits séchés, gingembre et clou de girofle. Rien qui case la barraque mais un souci de bien présenter les choses. Un peu terne comme texture de bouche, le présenter à 46% lui aurait donné le kick qui lui manque car les saveurs sont superbes; anis, fruits secs, framboise et fruits sauvages, vieux tonneau de sherry dans un warehouse en terre humide, clou de girofle, poivre, cannelle, cerises noir, chocolat au lait fourré d’oranges, discrète tourbe terreuse avec une touche de miel en finale de bouche. Finale moyenne en longueur, épicée et poivrée avec un nuage diaphane de fumée de tourbe terreuse. Les versions da Ardmore en fût de sherry valent le détour.

Patrick 91%
Wow, un superbe whisky riche et complexe, avec tout ce qu’il faut à la bonne place. J’adore. Nez : Belle fumée, chêne brûlé, un peu d’agrumes et de pommes vertes. Bouche : Belle fumée intense, épices, chêne brûlé et un peu d’agrumes, et toujours ces surprenantes pommes vertes. Finale : D’une belle longueur, fumée, épicée et avec une touche de pomme verte.

Gordon & McPhail Ardmore 1990 14 ans

43% alc./vol.

RV 84%
Tourbe dans un clos de vache plein de bouse. Sel. Feuillu? Goûte le Ardbeg sans le finish et la laine mouillée. Peaty épicé en finale.

Patrick 84%
Salin, un peu de tourbe au nez. Oui, tourbe. Superbe, mais la finale trop légère lui fait perdre de nombreux points. Impressionnant pour un Speyside.

Gordon & McPhail Ardmore 1991-2003

57.3% alc./vol.

André 91.5%
Voici une belle tourbe douce mais puissante appuyée de sucre et d’odeurs maritimes et de poisson. Cette douceur est trompeuse comme sa candeur en bouche s’aura l’afficher avec passablement de puissance d’ailleurs. Léger feeling de poussière de pierre ou de galets polis bordant les places le long de la mer. Citron et chocolat noir aussi, de suie. Finale de fruits tropicaux et de poivre, bien longue, apaisante. Un whisky exceptionnel qui gagnera des points de par la seule caractéristique qu’il provient du Speyside. Wow, superbe !

RV 89.5%
Off the Scottish beaten path. Le parfum de tourbe annonce merveilleusement bien ce whisky: tout d’abord seulement tourbé, celui se transforme en fumée à mesure que le whisky respire. Surprenante arrivée, les pruneaux que j’avais cru sentir se font maintenant goûter, mais disparaissent en finale où la fumée et la tourbe meurt tranquillement. Sans mettre le doigt dessus, il y a quelque chose de pas réglo dans ce whisky que j’aime beaucoup.

Gordon & McPhail Ardmore Cask Strength 1991

57.3% alc./vol.
Distillé le 11 juillet 1991 et embouteillé le 7 mars 2007, fûts #6167, 6168, 6169, 6170.

RV 90%
À Ardmore, une fois le feu allumé, on sait vraiment bien accueillir la visite. D’une belle approche gentille et chaleureusement olfactive, devant le foyer sont servis des chips faites maison un peu poivrées. Suit alors une confortable conversation de tourbe, où un peu de bacon se mêle à la discussion, se terminant dans une soirée qui se termine très amicalement, dans une très belle douceur, spécialement pour un cask strength.

Patrick 94%
Nez : Fumée de tourbe appétissante avec une touche huileuse rappelant des chips maison.  Bouche : Les larmes me viennent presque aux yeux!  Fumée de tourbe, huile graisseuse, poivre et chêne.  Le tout d’une intensité extrême, mais tout de même superbement équilibrée.  Finale : La finale est très longue, mais très douce!  Marquée par la tourbe et le chêne.  Balance : Une arrivée en bouche si intense, suivie d’une finale interminable mais tout en douceur?  Je n’avais jamais vu ça!!  Découverte et achetée sur un coup de tête au Festival des spiritueux de Fredericton, cette bouteille valait à elle seule le voyage!

Old Particular Ardmore 15 ans

48.4% alc./vol.
Distillé en mai 2000, embouteillé en mai 2015 depuis le fût #10787, 234 bouteilles.

André 86%
Nez doux et calme, très aromatique et non pas caché par de la fumée de tourbe pas subtile. Vanille crémeuse, petites vagues de citron et d’agrumes, douce tourbe calme mielleuse. Le nez développera avec plus d’avidité les notes de tourbe qui sont plus soutenues et qui s’accompagnent aussi d’épices en fond de bouche. Le côté citron-agrume est toujours présent et se mélange superbement aux saveurs de miel et de vanille. La tourbe est contrôlée, présente mais ne monopolise pas la bouche. Certaines saveurs rappellent le fût neuf. La texture est grasse et colle partout en bouche, ce qui est bien vu la délicatesse de la majorité des saveurs. La finale quant à elle est orientée sur le citron et les agrumes que balaiera la montée des saveurs de tourbe douce et distinguée. Un bel embouteillage, avec moins de punch qu’on aurait pu si attendre, mais pour les amateurs de tourbe, un must sur le chemin de l’exploration des saveurs.

English EN Français FR