Ardmore 12 ans 100th Anniversary 1899-1999 Limited Edition

40% alc./vol.
Cette édition limitée commémore le 100eme anniversaire de la distillerie. Traditionnellement, cette distillerie du Speyside était la seule à produire un whisky tourbé de façon régulière. Une distillerie atypique qui gagne à être connue.

André 85%
Au début des années 2000, les whiskies du Speyside tourbés n’étaient pas communs et on a redécouvert le style avec un certain Benriach Curiositas. Pourtant, cette distillerie peu connue roulait déjà sa bosse dans l’ombre des autres géants de la région mais était fortement apprécié des whisky connoisseurs qui pouvaient mettre la main sur ses trop rares bouteilles. Cette édition n’est pas sans rappeler ce Benriach Curiositas remis à l’avant-plan par Billy Walker et sa troupe. Bonbons casse-grippe éventés, tourbe terreuse camphrée, oranges & abricots, quelques fruits secs, miel, noix, ananas et chocolat. La bouche est cendreuse et parsemée de tourbe terreuse, ensemble légèrement dilué. J’ai un doute sur le fait que le whisky ait peut-être changé en bouteille depuis son embouteillage voilà plus de 20 ans. J’ai des notes d’ananas et de bananes coiffées de noix séchées émiettées, cendre de feur de foyer éteint, les céréales séchées, de la réglisse noire aussi. Dommage pour l’intensité des saveurs effacées par le temps et la texture trop diluée mais une finale qui s’étire sur des notes de tourbe aux accents terreux et camphrés.

Patrick 82%
J’aurais aimé pouvoir goûter une version « cask strength » de ce whisky à l’époque, ça devait être incroyable. Malheureusement, ici encore, on a eu la main généreuse sur l’eau. Même le regretté Michael Jackson ne lui avait donné qu’une note de 73%… Note que je trouve très sévère, tout de même. [Ndt : La bouteille indique « 1899-1999 », alors que les bouteilles d’aujourd’hui indiquent une date de fondation de 1898] Nez : Un superbe mélange de tourbe et de miel onctueux, avec une bonne dose de bruyères. Oh que ça sent bon, l’un des meilleurs parfums de whisky que je n’aie jamais senti. Bouche : Une petite pointe subtile de fumée de tourbe, avec du miel, une bonne dose de fleurs et des biscuits. Par contre, la texture aqueuse du whisky, trop dilué, le fait passer de la catégorie « magistrale » à la catégorie « bon, sans plus ». Finale : Un peu courte, marquée par les fleurs et l’orge.

Laisser un commentaire

English EN Français FR