Douglas Laing Director’s Cut Macallan 25 ans Single Cask

50.2% alc./vol.
Distillé en mai 1988 et embouteillé en décembre 2013 depuis le fût DL10160, 117 bouteilles.

André 95.5%
Douceur extrême, saveurs polies et raffinées. Bouche hallucinante, le sherry est excessif mais présenté avec une exactitude étonnante; cerises marasquins, feeling légèrement cireux, saveurs de miel et de chocolat, un peu boisé, fines épices, oranges sanguines. Ce whisky garde la note en bouche si longtemps que ça en est déstabilisant. Il explose en bouche et nappe complètement la bouche de sa texture un peu cireuse et fruitée à saveur de xérès. Finale éternelle sur le sherry et les fruits, les cerises dans leur jus. Macallan doit encore se mordre les doigts d’avoir vendu ce fût.

Gordon & MacPhail Macallan 9 ans 1993

40% alc./vol.
Importation de Park Avenue Liquor à New York

André 91%
Sherry, fruits sauvages, raisins secs, mûres. Très bon, réponds aux attentes. Distingué pour son âge.

RV 89%
Sent les bas. Fantôme de jus de pied. Mûres. Bonne finale longue et douce. très très équilibré. Mérite quand même sa note.

Patrick 88%
Vineux, épices, fruits mûrs. Très bon.

Gordon & MacPhail Speymalt from Macallan 2007-2016

43% alc./vol.

André 81%
Nez frais de fruits tropicaux et exotiques, petits fruits sauvages, cœur de pommes rouges, miel caramélisé, chocolat au lait. Ouverture de bouche sur les épices légèrement fébriles principalement la cannelle, mélange de fruits tropicaux, d’oranges, de pommes rouges, la réglisse et de salade de fruits. La texture est agréable, la force des épices compense un taux d’alcool légèerement bas mais l’ensemble est peut-être un peu trop influencé par les notes de bois vert. La finale est un peu sèche, bien épicée et sur des notes de chocolat au lait et aux noisettes, la pomme rouge roulée dans la cannelle.

Patrick 90%
J’ai goûté à ce whisky avec beaucoup d’appréhensions, mais je dois admettre être agréablement surpris! Tout de Macallan s’y retrouve, sauf le prix, qui est raisonnable!! J’en ai d’ailleurs acheté 2!! Nez : Caramel, fruits délicats, fleurs sucrées, vanille… Délicieux! Bouche : Des fruits chaleureux et sucrés, les épices du bois, du miel, de la banane, de la vanille subtile et une touche de Caramilk. Finale : D’une belle longueur et épicée.

Gordon & MacPhail Speymalt Macallan 1988

43% alc./vol.
Ce Macallan a été vieilli en fûts de sherry de second remplissage pendant 18 ans.

André 89%
La finition en fût de sherry fait ressortir les doux arômes de fruits et de pomme, le tout accompagné d’un léger fumé très impressionnant pour un Macallan. Le nez est incroyablement doux et invitant. La finale “champêtre”, avec un nez comme si vous étiez en plein cœur d’un champs fraîchement coupé durant la canicule d’été. Trouvé au prix difficile à croire de 42$ à Park Avenue N.Y. voilà 3-4 ans. Un merveilleux rapport qualité-prix.

Macallan 10 ans

40% alc./vol.
Fondée en 1824 par Alexander Reid, la distillerie, de taille modeste à l’époque, changea plusieurs fois de propriétaires au cours du XIXème siècle. Le nombre d’alambics passa successivement de 6 à 12 en 1965, puis à 18 en 1974 et à 21 en 1975. A noter que ces alambics, nombreux certes pour pouvoir répondre à une demande sans cesse croissante, sont les plus petits du Speyside…ce qui n’est peut-être pas pour rien dans la spécificité du produit ; de plus ces derniers ont la particularité de fonctionner en trios et non par paires comme cela se pratique habituellement : chaque alambic de première distillation « wash still » en alimente deux de deuxième distillation, les « spirit stills ». Ajoutons à cela que Macallan utilise (ou utilisait devrait-on dire dorénavant) exclusivement des fûts de sherry pour la maturation de son single malt. Désormais propriété de Highland Distillers Ltd., la politique de la maison semble s’orienter différemment : l’usage de la « golden promise », la variété d’orge choisie jusqu’alors et le vieillissement en fûts de sherry ne sont plus des priorités…

L’édition de base de cette distillerie et mûrie en fût de Xérès qui ont fait la réputation de Macallan. Le single malt Macallan est aussi utilisé comme base de blends pour The Famous Grouse notamment.

Patrick 83%
Speyside, bouquet de fleurs, sherry… Assez riche, intéressant. La réputation est quelque peu surfaite, mais il s’agit quand même d’un très bon scotch. Un peu de chêne.

Macallan 10 ans Cask Strength

59.6% alc./vol.
Version hors normes par sa puissance et qui révèle l’influence du vieillissement en fût de sherry si cher à Macallan.

André 89%
Merci Macallan pour ce nectar des Dieux, une place sur le podium assurée, le Michael Phelps de Macallan. Dangereusement bon, et impardonnable en grande quantité… Tout y est. Fruits, chocolat, brève arômes de noix le tout accompagné d’un puissant taux d’alcool. Wow wow wow… un autre verre !

RV 84%
Sherry, floral, vanille, complexe au nez. Se développe petit en petit sur un floral sucré de trèfle. Finale un peu morne mis à part la puissance de l’alcool, il passe néanmoins très bien. Là pour faire mal? Les dames peut être. Si Macallan l’ont juste sorti pour copier les autres distilleries, ils auraient aussi bien pu se retenir.

Patrick 85%
Un cask strength très intéressant. Typiquement Macallan. Très bien, surtout si on est amateur de Speyside. Très riche, sherry, chêne, très légère vanille. Quand même un peu sweet. 2e dégustation: sherry, nutty, winey.

Martin 93.5%
Nez: Raisin sucré, bois, dattes, épices. Explosion de xérès. Subtiles notes de réglisse et de cannelle. Bouche: Montagne russe de sherry. Huileux, riche et chaud. Pruneaux, porto et cinq-poivres. Finale: Épices pour toujours. Ce n’est pas le moment d’avoir un ulcère dans la bouche. Riche et fruitée. Longue avec notes de menthe et de lavande. La plus infime impression de crème sûre. Équilibre: Bon vieux Macallan avec un peu de mordant. Délicieux et dangereux. Décadence pure.

Macallan 10 ans Sherry Oak

40% alc./vol.
Tradition devenue signature emblématique d’un style, l’utilisation de fûts de xérès (sherry en anglais) a donné à Macallan qualité pour revendiquer l’Andalousie comme un terroir ou presque. Les contrats signés avec une tonnellerie de Jerez assurent un approvisionnement régulier en fûts de chêne espagnol, imprégnés («seasoned») pendant une durée maximum de deux ans avec un xérès oloroso sec.

André 89%
Beef jerky, sirop d’érable de fond de tub, caramel brûlé, noisettes et pacanes. Très doux à l’arrivée mais s’intensifiant progressivement avec un côté asséché en finale de bouche. Épices avec un côté poussiéreux de vieux fûts rustiques et un sherry plus noble que fruité. La bouche est dans la ligne directrice de Macallan; les fruits et notes de sherry, côté caramélisé de la crème brûlée, les épices également. Finale épicée, goût de cuir et petite astringence. Dans le style, c’est vraiment bien réussi. Le genre de Macallan qui va me manquer avec l’arrivée de la nouvelle série 1824.

Macallan 12 ans

40% alc./vol.
Le vieillissement des whiskies se fait dans deux types de fûts. Une première série de fûts en provenance d’Espagne est utilisée. Ce sont des fûts fabriqués à la tonnellerie de Jerez à partir d’un bois riche en tannin. Ces fûts sont utilisés deux saisons pour la fabrication du sherry puis sont vidés et envoyés à la distillerie Macallan. La deuxième série de fûts est d’origine américaine. Ces fûts sont fabriqués dans une tonnellerie du Kentucky. Ils sont utilisés pour la maturation du bourbon pendant huit années. Ils sont ensuite vidés et envoyés à la distillerie Macallan.

André 85%
Mes attentes envers Macallan étaient grandes. Je n’ai pas été déçu mais surtout je suis heureux d’avoir gouté à ce scotch en ayant de l’expérience car c’est un scotch trop rempli de subtilité pour tout amateur. Doux, bien balancé, enrobant à souhait, fruité et boisé accompagné d’une finale très légèrement épicée / fumée.

RV 80%
Épices douces et légèrement herbeux, assez complexe. Les épices attaquent fortement, mais tombent un peu trop rapidement. Très beau début de finale, toute aussi complexe, mais s’éteint un peu trop rapidement dans un bazar de capharnaüm trop indéfini a mon goût. Complexe? Oui. Satisfaisant? Non. Enfin, un prix trop élevé, à environ 10$ de différence, le Cask Strength est un meilleur placement.

Patrick 86%
Fleurs et sherry, plus intense et riche que le 10 ans. Vraiment intéressant, un coup de foudre instantané. Riche et intense.

Martin 86%
Belle teinte de henné roux ou bien d’ambre diablement riche. Nez: Un tonneau de sherry dans les dents. On découvre un nez de bois de chêne et de vanille crémeuse, entrelacé avec des notes d’agrumes et de pruneaux. Bouche: Cerises, caramel onctueux suivi de vanille et de fruits des champs. Finale: Je pourrais faire un copier-coller de la finale américaine. En parlant de ça, finale douce et épicée à la fois. Pointe de feuille de tabac. Impression restante de beurre et de gingembre. Équilibre: Une belle bombe de sherry de semaine. Comme son frère américain, mais il est beaucoup trop dispendieux ici pour ce que c’est, en plus avec une coupe de 3% d’alcool, ça ne vaut vraiment pas le coup.

Macallan 12 ans (embouteillage US)

43%% alc./vol.
Version embouteillée à 43% d’alcool uniquement pour le marché américain.

Martin 88%
Entre auburn, henne et acajou se situe le choix de la teinte la plus appropriée. Nez: Explosion d’épices et de xérès. Raisins secs, pruneaux et toffee. Miel et bois de chêne. Une touche de zeste d’orange vient couronner le tout. Bouche: Cerise, caramel à peine salé, très doux, onctueux et velouté. Vague de canneberges et d’essence de vanille. Finale: Douce et épicée à la fois. Pointe de feuille de tabac. Impression restante de beurre et de gingembre. Équilibre: Un solide Macallan. Un excellent sherry d’entrée de gamme. Un de mes whiskies de semaine aux États-Unis, quand le taux de change le permet.

Macallan 12 ans Double Cask

40% alc./vol.
Assemblage de fûts de chêne américain et espagnol, tous deux ayant contenu du xérès.

André 86%
Soucieux de peut-être voir ses ventes chuter après la mise en marché de leur nouvelle gamme nas depuis quelques années, Macallan revient à la charge en réintroduisant un single malt avec mention d’âge. Au nez, le sherry distinctif et très chocolaté, chocolat au lait même, avec une marée de fruits secs et des saveurs de sciure de bois de chêne au toffee. La bouche est simple au niveau texture, un peu trop diluée même, les fruits sont délavés. Belles notes de sherry bien fruitées et épicées généreusement de gingembre et d’une touche de poivre. Abondantes notes de caramel et de toffee, tarte au sucre, fruits séchés, cachoux mappés de miel. Finale sèche et bizarrement crémeuse, épicée, chocolat au lait, petits fruits séchés. Un bon whisky, auquel on a retranché l’amplitude des saveurs en coupant un maigre 6% d’alcool. Je vais passer mon tour sur l’achat.

Patrick 89%
Yéééé, le retour des age statement !! Prenez note que j’ai écrit cette évaluation en comparant ce whisky avec les « Gold » et « Amber » de la gamme 1824, ainsi que l’ancien 12 ans. Verdict, Aussi bon que le Amber, meilleur que les autres ! Good job Macallan ! Nez : un bon parfum de xérès, riche, chaleureux et sucré. Bouche : Chaleureux, épicé et fruité, avec une bonne dose de xérès et de chêne. Finale : Longue, marquée par le xérès et un chêne chaleureux.

Martin 86.5%
Doré assez léger rappelant le Macallan Gold. Nez: Orge, malt, miel, vanille et fleurs blanches. L’influence du xéres y est, mais bien plus discrète que dans les autres embouteillages agés de la distillerie. Une fois reposé, le caramel, les fruits secs et le toffee se révèlent. Bouche: Miel, vanille et sherry épicé, quoique légèrement timide. Assez frais mais pas jeune. Le vieillissement est bien contrôlé. Le bois et le caramel arrivent dès la seconde gorgée. Finale: Chaude et épicée, elle nous offre une longueur raisonnable. Notes de bois sec, de sherry et de vanille. Pointe de cacao. Équilibre: Le retour de l’enfant prodige. Bien que la distillerie revient enfin avec une mention d’âge sur la bouteille, Macallan reste Macallan, donc son prix est fixé en conséquence.

English EN Français FR