High West “A Midwinter Night’s Dram” Act 28

49.3% alc./vol.
Acte 28, Scène 334.

André 94%
Un whisky unique, vraiment… unique. Nez qui représente tout un défi pour le dégustateur… mélange de rye, de fruits secs exubérants, de vin rouge, un blend de framboises sauvages et de cerises, de prunes et une superbe texture veloutée et crémeuse au nez. Avec un peu de patience, le rye s’adoucit encore un peu plus, les quelques épices discrètes du nez sont bercées par les soupirs du vin rouge et des fruits sauvages. Le nez pendu au bout du verre et les notes de vanille et de noix de coco apparaissent de nulle part, mais une fois en bouche, les notes de vin rouge et de fruits secs, de raisins mauves, de prunes et de pâte de fruits dans une douce tempête de rye épicé est déstabilisante… Finale sans fausses notes, les fruits encore et encore, le raisin, le caramel et le chocolat noir, une pincée de cannelle et d’épices. Superbe, de l’ouverture à la finale.

Patrick 92%
Un grand dram ideal pour les nuits d’hiver, mais aussi pour toutes les autres nuits de l’été. Une autre preuve que les ryes sont d’excellents whiskys qui ne demandent qu’à être découverts, quoiqu’en pense la SAQ. Nez : Parfum complexe faisant penser à un rye qui aurait subi un vieillissement en fûts de vin (dégustation faite à l’aveugle : en effet, il s’agit d’un rye vieillit entre autres dans des fûts de porto). Bouche : Céréales épicées, fruits mûrs, chêne brûlé et pointe subtile de vanille. Très intense et savoureux, tout aussi bien balancé! Finale : Longue et intense, marquée par les fruits mûrs et le chêne brûlé.

High West “A Midwinter Night’s Dram” Act 3

49.3% alc./vol.
Un mélange de Straight rye de 6 ans d’âge provenant de MGP et de Straight rye Barton de 16 ans d’âge affinés en Port & Frenck Oak Barrels.

André 89%
“Rien n’est bon ni mauvais en soi, tout dépend de ce que l’on en pense”. On dit du rye qu’il est l’équivalent américain qu’est la tourbe pour les whiskies Écossais. On aime ou pas, c’est un style en soi qui ne plait pas à tous. Amplitude fruitée impressionnante, anis, fruits séchés, cerises noires, chocolat noir, prunes, dattes, pâte de fruits, léger cireux, raisins secs, le genre de rye whisky qui convertit les non-adeptes au style particulier de cette céréale. L’onctuosité de la bouche incroyable; raisins secs, réglisse, fruits séchés, cannelle, une touche de cornichons à l’aneth, aspect cireux et texture grasse, caramel, grains de poivre concassés. Longue finale douce de réglisse et de fruits séchés, une touche tannique apportée par le bois et un foulard de cannelle pour garder au chaud. Compagnon parfait au coin du feu de foyer.

High West 21 ans Rocky Mountain Rye

46% alc./vol.
Mashbill de 53% de seigle, 37% de maïs et de 10% d’orge maltée. Étant vieilli en fût réutilisé, il ne peut techniquement donc ne pas s’appeler Rye Whisky, une technicalité mais qui lui fait perdre son appellation.

André 92.5%
Méga mélange de fruits, de caramel chocolaté, de vanille et d’épices. Onctueux et attirant. Pommes rouges, bonbons en forme de poisson goûtant la cannelle, légère sensation cireuse au nez. En bouche, le rye est en avant plan enveloppé de son côté cireux, les fruits secs, arrondi par les sucres apportés par l’important taux de maïs, puis migrant sur le poivre en fin de bouche. La texture est vraiment remarquable. La finale est le prolongement naturel du nez et de la bouche. L’intensité des fruits rouges et du seigle sec est bien balancée par les notes de caramel et de sucre apporté par le maïs et la sensation feutrée et cireuse sert d’écrin afin de présenter les saveurs de façon magistrale. Un must!

Patrick 90%
Un délicieux et chaleureux whiskey, complexe et bien balancé. Une superbe réussite, j’aurais aimé en avoir plus qu’un échantillon de 15 ml… Nez : Parfum d’une savoureuse complexité, présentant des fruits épicés, du chêne brûlé, de la vanille et une chaleureuse cassonade. Bouche : Arrivée en bouche chaleureuse et marquée par les épices. Ensuite, on détecte aussi des notes de bois brûlé, des fruits des champs bien mûrs et une note orangée des plus subtiles. Finale : Longue et chaleureuse, s’étirant sur le bois brûlé et une note orangée.

High West Campfire Batch 16K16

46% alc./vol.
Bottle 2527. Un whisky issu du mélange de bourbon, rye whisky & d’un peated scotch whisky… On aime faire les choses différemment à High West…

André 85%
Poires, pêches, miel, sucre et cassonnade, la glazed apple du Beauce Carnaval, oranges. Savoureux mélange! En bouche, le rye apparait rapidement, cerises noires, cannelle, cassonnade, pelure de pommes, poires nappées de miel, clou de girofle. La finale de bouche est un peu bizarre, la cendre froide de feu de tourbe, oranges, bonbons en forme de poisson à la cannelle. Approche inusitée pour un rendu hyper intéressant au nez mais à la bouche ambivalente. On salue par contre l’originalité de la présentation et la volonté de sortir des sentiers battus.

High West Double Rye – Batch 15D2X

46% alc./vol.

Patrick 85%
Un très bon rye, mais pas nécessairement dans ma palette de saveurs. Pour ceux qui aiment leur whiskey poivré. Nez : Parfum d’une grande complexité, avec des notes de menthe, d’anis, de poivre rose, de pistaches et de bois brûlé. Bouche : Le poivre rose en premier plan, puis le bois brûlé. Le tout accompagné d’un riche panier d’épices et d’herbes. Finale : D’une belle longueur, les herbes devenant moins épicées et plus sucrées.

High West Double Rye – Batch 16FO8

46% alc./vol.

André 88%
La puissance du rye et de la réglisse rouge poivrée. Bouche puissante, le rye, clou de girofle, le gingembre, la couleur rouge, poignée de réglisses rouges, grains de poivre concassé, cerises Cherry Blossom, chocolat noir et caramel, pomme rouge cireuse. Finale poivrée, puissante et longue, très représentative du style. Un bon rye qui ne réinvente pas le style mais de conception juste et plaisant à siroter.

Patrick 80%
Presque. Mais pas tout à fait. Bug au niveau de la distillation, ou whisky trop jeune ? Tout de même bon, mais a le potentiel d’être vraiment mieux. Nez : Surprenant nez sucré et fruité, où les notes typiques du seigle sont plutôt discrètes. Bouche : Ici par conter, on retrouve une belle tonne d’épices, du chêne brûlé, de la cassonade du clou de girofle et quelques fruits subtils. Par contre, j’y trouve aussi une note métallique qui, quoique discrète, fait dérailler l’ensemble du train. Finale : D’une belle longueur et très épicée.

High West Double Rye Manhattan Finish

50.6% alc./vol.
Barrel 1805

André 85%
Très rye au nez, avec les épices et les cerises distinctives, cannelle, vanille et cire de chandelle parfumée aux fruits, poudre des paquets de gomme Bazooka, sucre. Le nez est liquoreux et la bouche confirmera cette sensation avec sa texture amoureuse et ronde, presque collante. En bouche ; cerises noires, fruits secs, cannelle et vanille. Poignée de bonbons en forme d’ourson en gélatine, cette texture moelleuse et le sucré intense avec ces saveurs de fruits intenses. Saveurs herbeuses, presque mentholées bizarre. Le taux d’alcool est plus présent en finale et avec les épices et la cannelle, cela laisse une sensation légèrement brûlante sur le bout de la langue et aux coins de la bouche. La finale est très épicée et poivrée, étouffant presque les fruits rouges et la cerise noire, très astringent. Un whisky au style intéressant mais a l’équilibre discutable.

High West Rendezvous Rye

46% alc./vol.
Batch 44. Un Straight Rye Whisky conçu par une micro distillerie de l’Utah provenant d’un mélange d’un whisky du Kentucky de 6 ans à 95% de rye et un whisky de 16 ans à 80% de rye.

André 86%
Cosse d’orange accompagné de quelque chose d’acide et d’un peu sec. En bouche c’est plus le caramel écossais et la vanille et il est aussi très fruité (purée de bananes, goyaves ?) La finale est soyeuse et est un beau retour sur les oranges. À boire rapidement car il est très changeant et s’évente facilement. N’est certainement pas l’image que l’on se fait des bourbons, mais ne manque pas de singularité et d’originalité. Un peu cher, mais pour encourager les nouvelles distilleries, on peu bien allonger quelques dollars de plus.

RV 83.5%
Ok… c’est un whisky ça, pas un gin? L’Utah, c’est vraiment vraiment loin du Kentucky. Et le rye n’est lui aussi vraiment pas loin, et surpasse la vanille qui adoucit néanmoins un peu le tout. En bouche, le rye est encore plus et même presque trop puissant, et la réglisse me donnerait presque envie d’essayer un ou deux gins. Je me répète : c’est un whisky ça? Très féminin comme boisson, mais il faut être ouvert à la nouveauté avant de l’essayer; pas le genre à ouvrir après 8 Islay de suite. J’apprécie, mais difficile à classer par contre avec ses allures de drink pré-mixé. Par contre, à 86$, trop cher même si la distillerie le vend probablement pour financer leurs whiskeys tirés de leur propre alambic.

Patrick 84%
Une batch de gin qui aurait pris le mauvais aiguillage à l’embouteillage? Ou plutôt de vodka??? Au goût, la saveur rappelant un whisky canadien nous confirme qu’il s’agit bien d’un rye. Le premier goût qui nous frappe est un peu déséquilibré, mais la succession de saveurs de vanille, poire, ananas, réglisse et autres saveurs intrigantes rendent ce whisky très intéressant.

High West Rendezvous Rye

46% alc./vol.
Batch 13E01.

Patrick 90%
Épicé, sucré, boisé et fruité.  Quel délicieux rye!  Nez : Délicieux parfum de seigle avec quelques fruits des champs.  Bouche : Très épicée et marquée par le chêne.  Aussi quelques petits fruits.  Finale : Longue et boisée.

High West Silver Western Oat

40% alc./vol.
Recette à 85% d’avoine et 15% d’orge, non âgé. Essay #13DIS, Bottle #1541

André 79%
Vite comme ça, cela a plus des ressemblances avec de la Grappa que du whiskey, à la limite, un Corn Whiskey peut-être mais faut être imaginatif. Le nez est vraiment sucré, grappe de raisins verts, céréales séchées, tarte à la lime et citron et crème fouettée, coconut séché. Le nez a quelque chose de vraiment inattendu et j’avoues que je prends beaucoup de plaisir à chercher les spectres de la palette aromatique. Malheureusement, la bouche n’aura pas le kick du nez malgré une arrivée de salade de fruits frais en approche et une grappe de raisins verts, un taux de sucre appréciable, la texture est moche et diluée et les saveurs de new make dominent l’ensemble des saveurs. La finale quant à elle a des allures de new make spirit aromatisé, jus de salade de fruits et de raisins et de corn whiskey. Tiens plus de la curiosité qu’autre chose mais serait bien drôle de voir la réaction des gens si servi dans un blind tasting.

Patrick 86%
Nez: céréales sucrées et fruitées.  Bouche: Comme mordre dans de l’ avoine mouillée.  Très sucré, et un peu fruité.  Finale:  Une belle longueur, qui s’étire sur une note d’ avoine en poudre.  Balance: Bien équilibré, simple et efficace, que j’utiliserais toutefois pour un cocktail.

RV 86%
Le penchant californien des corn whiskies? Au nez de mi-chemin entre la vodka de grain à goût très prononcé et le new make, la bouche présente de son côté du blé et du vinaigre, ainsi que de belles épices. La finale quant à elle appartient d’abord à l’orge puis au blé, le tout dans une chaleur très persistance, de longueur presqu’incroyable pour un whiskey non âgé. Mis à part son prix élevé, est tout ce que le White Owl Whisky aurait dû être: innovative, appropriée pour la mixologie, et surtout, bonne.

English EN Français FR