Deanston 12 ans (ancien embouteillage)

40% alc./vol.
Highlands, 1966. Les bâtiments datent de la fin du XVIIIème siècle, lorsque Deanston était une filature de coton ; ils furent conçus par Richard Arkwright, capitaine d’industrie ambitieux et personnage plutôt controversé parmi le monde ouvrier, à l’aube de la révolution industrielle. En 1966, les locaux furent rénovés et transformés pour devenir la distillerie ; on considérait que les besoins en eau des deux activités étaient sensiblement les mêmes, de plus la température et l’humidité constantes des caves voûtées permirent aisément leur reconversion en chais. Achetée par Invergordon Distillers en 1972, Deanston fut mise en sommeil une décennie plus tard. Sa réouverture intervint en 1990, lors de son rachat par l’actuel propriétaire : Burn Stewart Distillers. La distillerie possède 2 paires de larges alambics en forme d’oignon, effilés dans leur partie supérieure ce qui confère au whisky sa légèreté. Des turbines mues par le courant de la rivière fournissent l’électricité à l’entreprise.

André 77%
Des fois vaut mieux rien dire…

RV 79%
Sent l’orge, le citron, manque de profondeur au nez. Au goût, citron. Scotch de débutant. Nutty. Léger.

Patrick 74%
Nez: Graines de lin, citron, orge, léger sherry. Léger tout court. Plutôt ordinaire, en tout cas. Pas agréable pantoute en fait. Goût: Sherry poussiéreux. Sec. Meilleur toutefois que le nez laisse deviner. Global: Ouch! Je ne mettrais pas mon nom là-dessus à leur place! Laisse un arrière goût de poussière en bouche.

Deanston 12 ans (nouvel embouteillage)

46.3% alc./vol.

André 77%
Si les anges veulent ma part, je leur laisse le reste de la bouteille… Céréales noisette et orange, orge, agrume et ananas. La surprise en bouche, force de l’alcool et des épices, le gingembre particulièrement, accents oaky assez pointus, ça étonne un peu après la douceur paisible du nez, encore un accent d’herbe verte fraiche. Finale moyenne en longueur, la conjonction de chêne sec-gingembre affectera la finale qui gagnera en force et en caractère.

Patrick 80%
Nez : Malt, caramel et orange. Bouche : Cassonade épicée, gingembre, chêne et vanille. Finale : Relativement courte. Balance : Un bon dram simple et agréable.

Deanston 14 ans Spanish Oak – Batch 2

57.9% alc./vol.
Limited edition of 1400 bottles

André 87.5%
Belles notes de miel et de vanille trônant sur une coupe de petits fruits sauvages frais, savoureuses épices, pommes vertes et rouges, bois de chêne séché en retrait. L’approche est simple mais structurée avec intelligence. Ce qui étonne, c’est l’onctuosité de la bouche, le moelleux des notes sucrées de vanille un peu boisées, les petits fruits sauvages plantureux pour se terminer par un crescendo d’épices et de poivre broyé très soutenu, les wine gums. La bouche laisse supposer un cask finish, genre wine cask. La finale est très bizarre, oscillant entre les notes de chêne sec et le cask finish fruité et très épicé.

Patrick 92%
Un excellent whisky qui m’a vraiment surpris! Un peu comme Glenlivet dont les éditions “commerciales” sont plutôt fades, à l’image des Nàdurra, ce whisky joue dans les Ligues Majeures. J’en veux encore svp! Nez : Oh boy, ça sent bon ça mesdames-messieurs! Du miel, de la vanille, du chocolat blanc et une touche de bois bien sec. Bouche : D’une grande intensité, avec toujours le miel et la vanille, mais ici le côté boisé est plus dominant alors que le chocolat blanc est plutôt discret. Finale : D’une belle longueur, boisée et vanillé.

Deanston 18 ans

46.3% alc./vol.
First fill bourbon cask finish.

André 83%
Nez d’une douceur superbe et agréable, très estival. Le champ de céréales au soleil, le miel bien chaud, le caramel, le toffee que nuance de belles pointes de gingembre un peu effrontées. Peut-être un peu trop conservateur au nez et peut-être plus un travail de nuances de saveurs du même acabit que des différences au niveaux de la palette aromatique. La bouche offre une surprise de taille avec son lot d’épices et de poivre. Je dois avouer que j’aurais plus misé sur le fût de chêne européen qu’un bourbon cask avec toute cette livraison épicée. La bouche confirme les saveurs du nez, mais dévoile aussi quelques notes fruitées de type fruits rouges et raisins secs, ce qui est encore une fois étrange pour ce type de fûts mais qui ne peut aussi renier ses origines avec ses notes de caramel et de miel. La finale livre des notes d’oranges et de céréales au miel, saupoudré de gingembre râpé et de poivre noir concassé. Les notes d’épices permettent au whisky de s’accrocher en bouche mais casse un peu le rythme lent et langoureux du caramel et du miel.

Patrick 82%
Un whisky typique des Highlands, mais pas si typique que ça d’un scotch de 18 ans : Vous êtes en droit de vous attendre à plus que ça! Bref, voici ce qui semble être un bon whisky lorsqu’utilisé comme base d’un blend car en single malt, il est plutôt sans grand intérêt. Nez : Chêne, vanille, miel avec une touche de gingembre. Léger et simple. Bouche : Une vraie planche de chêne liquide, avec une belle dose d’épices à steak, de gingembre et une subtile note poivrée et de discrets agrumes. Finale : Un peu courte, boisée et épicée.

Deanston 20 ans Oloroso Sherry Cask

55.3% alc./vol.

André 83%
Deux pelletées de raisins secs… et une poignée de cosses d’oranges. Chocolat noir et gingembre. Odeur un peu bizarre difficile à cerner, cela ressemble à des saveurs de céréales macérées. La bouche est soutenue, les épices de bonnes force et l’alcool aussi. Raisins secs, fruits cake, beaucoup d’épices, cerises noires, suivies d’oranges et de chocolat avec comme toile de fond les céréales maltées un peu surchauffées. Praline ou marzipan peut-être. Finale poivrée, épicée et de moue de bière. Un profil aromatique singulier tout comme la plupart des Deanston. Pour les hardcore sherry fans.

Patrick 78%
Pas mauvais, mais plus étrange que vraiment bon. Me fait penser à un Slyrs de 8 ans (une micro-distillerie bavaroise), un whisky que j’avais qualifié de « prometteur ». Eh bien, ici, après 20 ans de vieillissement, il semble que les promesses n’ont pas été tenues. Nez : Au premier abord, c’est plutôt surprenant. Puis, après l’avoir laissé respirer et y avoir un peu réfléchit, j’y trouve des zestes d’orange, des raisins secs et du chocolat noir. Mais ça demeure surtout un peu bizarre. Bouche : Vin épicé intense, du sucre brûlé évoluant vers une bonne amertume, des raisins secs et du chocolat très amer. Le tout ayant un peu trop chauffé et coller dans le fond du chaudron. Finale : D’une belle longueur, et marquée par l’amertume du chocolat noir.

Deanston 30 ans Cask Strength

46.7%
US Exclusive

André 87%
Nez de fruits tirés du xérès, gâteau au fruits, pâte de fruits, raisins secs, un peu tannique et rustique, cosses d’oranges, chocolat amer, épices. Tout en douceur et en tendresse. En prenant bien notre temps, le nez s’arrondit et les épices s’évaporent lentement et laissent la place aux saveurs de cerises et de framboises, ce que confirme la bouche avec assurance; fruits rouges, notes de chocolat plus importantes maintenant, mais un léger sulfureux en fond de bouche. Quinze minutes plus tard, savoureuses notes de caramel et de toffee, qui s’entremêle de notes de cerises. Un genre de mélange entre une barre de chocolat Caramilk et de Cherry Blossom. La finale est douce au niveau texture mais un peu plus épicée en général, un peu tannique et la petite touche sulfureuse s’est évaporée. Beaucoup de fruits tirés de l’affinage de sherry et une belle texture soyeuse et crémeuse, héritage du long vieillissement en fût de bourbon.

Patrick 89%
Un très bon whisky, simple et efficace, et qui saura plaire à tous. J’aime ! Nez : Superbe parfum de vin fruité, sucré et vanillé, le tout avec une note de vanille subtile. Appétissant. Bouche : Miam miam ! Un superbe vin sucré, fruité et chaleureux, avec du chocolat au lait et du caramel. Savoureux et délicieux. Finale : D’une belle longueur, fruitée et marquée par le chocolat et le caramel.

Deanston 40 ans

45.6% alc./vol.
Édition limitée de 480 bouteilles, vieillies pour une première période de 30 ans en refill cask puis une deuxième maturation de 10 ans en Oloroso Sherry Butts. La plus vieille expression provenant de cette distillerie.

André 91%
Superbe nez onctueux, mélange de fruits tropicaux et de fruits divers séchés, miel et vanille, raisins secs, dattes, les pommes rouges, abricots et une bonne touche de bois de chêne, pas du tout omniprésente mais tout de même bien statuée. Belle présentation en bouche, la texture est soyeuse et bien texturée, avalanche de fruits séchés, de pelure de pomme bien rouge, gâteau aux dattes, texture mielleuse, un brin de chocolat, prunes, avant l’arrivée un peu tannique du bois de chêne et quelques épices légèrement acérées. L’apport du fût Oloroso s’exprime au travers d’innombrables notes de fruits séchés et la texture amoureuse elle reflète bien les 3 décennies en fût de chêne. La finale est hyper longue, équilibre parfait entre épices et fruits secs. Amazing dram, lovely texture, une belle expérience de dégustation.

Patrick 94%
Goûter un whisky vieilli 40 ans est toujours exceptionnel, et c’est encore plus plaisant quand le whisky est aussi bon. Bonheur! Nez : Vieux chêne, vieux fruits mûrs, caramel réchauffé avec une touche de vanille. Bouche : Wow, un vieux xérès bien cuit, enrobé de caramel et de bois brûlé. Finale : D’une belle longueur, marquée par le cuir et la vanille.

Deanston 7 ans Red Wine Cask

59% alc./vol.
Hand Filled – bottle your own at the distillery, bouteille #48

André 93%
J’aurais mis au défi n’importe lequel amateur de whisky de trouver la provenance de ce whisky sans avoir en tête Aberlour Abunadh, car c’est sa petite sœur illégitime que l’on retrouve dans cette expression bold and heavy, très fruitée et aux notes de chocolat noir et de moue de café frais. Le nez est intense, la force latente de l’alcool perceptible sous l’édredon de fruits séchés, de chocolat noir et de gâteau forêt noire. On pourrait facilement confondre le red wine cask avec le sherry, seule indication (et encore) c’est la finale un peu tannique de la bouche. La bouche offre également des saveurs de noix et de miel, céréales Raisins Bran, chocolat noir, la texture est hyper soyeuse et douce, un peu vieillotte avec une fine touche poivrée qui accompagnent le bol de cerises noires bien mûres et des notes de gâteau aux bananes. La finale est très soutenue, sans être puissante à l’excès. L’intensité des fruits apportés par le wine cask permet au généreux taux d’alcool de se nicher dans des bras de fruits rouges et de raisins séchés afin de s’endormir doucement dans des ronflements de satisfaction. Définitivement une des meilleures expressions de cette distillerie. Du savoir-faire et de l’exactitude dans l’intensité des arômes et des saveurs. Pour un whisky de 7 ans d’âge, la preuve que l’on peut faire du maudit bon stock, avec du jeune whisky et des fûts habilement sélectionnés.

Patrick 90%
Le meilleur Deanston que je n’ai jamais goûté (à ce jour du moins !) et ce, malgré que ce soit aussi le plus jeune que j’aie bu ! Impressionnant ! Nez : Superbe parfum de vin sucré et vanillé. Le tout avec des notes de chocolat au lait. Bouche : Toujours le vin, mais ici plus porté par les épices du bois et accompagné de chocolat noir, de cerises et gâteau aux bananes. Finale : D’une belle longueur, vineuse et marquée par des notes de caramel.

Deanston 9 ans 2008 Bordeaux Red wine Cask Matured

58.7% alc./vol.
Édition limitée de 3240 bouteilles.

André 90%
Nez licoreux et très bold; fruits séchés, cerises, raisins secs, miel, caramel salé chauffé, poires poêlées, poivré broyé et épices, framboises et petits fruits sauvages. L’influence du wine cask est prédominante, tout comme l’alcool qui rend la présentaiton un peu franche dans l’approche. Premières impressions en bouche, morceau de chocolat noir amer, cassonnade, poignée de fruits secs saupoudré de cannelle et de poudre d’épices broyées, cosses d’oranges, raisins mauves, gâteau Forêt Noire. Finale épicée et légèrement tannique et sèche, bien fruitée. Un Deanston qui, encore une fois, se prête bien au jeu du cask matured sans se faire assimiler, du beau travail.

Deanston Decennary 50th Anniversary

46.3% alc./vol.
Édition limitée de 1400 bouteilles soulignant le 50eme anniversaire de la distillerie, provenant d’un mélange d’un Deanston de 1977 40 ans refill hogshead, d’un de 1982 35 ans American Oak, un 1996 21 ans Port Pipe et finalement un Deanston 2006 11 ans Pedro Ximénez Puncheon.

André 93%
Exquis au nez, d’une douceur incroyable avec des odeurs posées et réconfortantes. Cerises noires, framboises et fruits séchés, oranges, vieux cuir élimé, vanille onctueuse, douces épices, chocolat noir et café noir, cannelle. Belle texture onctueuse en bouche, un peu gras, ça colle partout; l’effet du Sherry et du Port cask sont bien ressentis avec l’avalanche de fruits rouges divers. Agréable mélange d’oranges, de cerises et de framboises nappées de chocolat noir, de miel et d’une pincée de cannelle et de gingembre, avec une finale légèrement tannique et vieillotte ainsi que du caramel onctueux. Les épices sont aussi plus fébriles en toute finale et nuancent bien les saveurs qui gravitent, dans l’ensemble, dans le même coin de la palette aromatique. Une belle expérience de dégustation, chaîne et séquence de saveurs et arômes qui racontent une belle histoire.

Patrick 92%
Un scotch exceptionnel, d’une grande complexité et superbement bâti. Le genre de whisky grandiose où l’on découvre de nouvelles saveurs à chaque gorgée. J’adore. Nez : Parfum d’une rare complexité, présentant des notes de fleurs, d’agrumes, de fruits des champs très subtils et une bonne dose de chêne frais. Bouche : Wow, un sublime mélange d’épices, de bois sec, de fruits des champs, de vanille, d’agrumes et d’une touche de caramel. Finale : D’une belle longueur, très épicée et légèrement sucrée.

English EN Français FR