SMWS 10.106 Bunnahabhain 10 ans

60.1% alc./vol.
Salted lemon sherbet – Distillé le 6 octobre 2006 – 198 bouteilles

André 90%
Incroyablement doux au nez avec un taux d’alcool si puissant. Vague de citron maritime, sucre à glacer, caramel salé, raisins secs, vanille. Si le nez se laisse autant approcher que les tigres exposés dans les cages au Festivent, en bouche, ça fesse solide avec le taux d’alcool décoiffant… Mais quel équilibre et les saveurs réussissent à s’exprimer librement sans trop d’entraves; beau mélange de miel et de vanille, de raisins secs, prunes, gâteau aux fruits, d’épices et de bois sec, gâteau au citron. Longue finale épicée et alcoolisée, fraiche sur les fruits tropicaux et la boisson au citron.

Patrick 89%
Un des whiskys les plus intense en agrumes que j’aie goûté. Ce n’est pas du tout ce que j’attendais, mais j’aime bien! Nez : Agrumes, biscuits sablés avec une touche de jus de citron et de pomme verte. Bouche : Agrumes très intenses, zeste de citron, bois frais, caramel salé, miel et une touche de thé noir. Finale : D’une belle longueur, et fumée avec brio, et une belle dose de zeste de citron.

SMWS 10.109 Bunnahabhain 8 ans

60.9% alc./vol.
“Westering home”, distilled February 7th 2008 from Refill Ex-Bourbon Barrel, 210 bottles

André 88.5%
Un hommage aux origines de la distillerie. On se croirait définitivement sur le porche d’une maisonnette sur le bord de la mer où fume le foyer chauffé à la tourbe. Contextuel; sel de mer, fumée de tourbe, gros mélange d’épices bien soutenues, agrumes, citron, vanille. Ça rappelle définitivement l’Ile d’Islay… La bouche se donne dans une texture onctueuse et huileuse, très épicée et alcoolisée, les nuages diaphanes de tourbe laissent entrevoir le panier de fruits tropicaux et d’agrumes qui dansent dans des bras de mer salés et camphrés. L’alcool aide à propulser les saveurs et la longévité du spiritueux est étonnante, à la fois de par la douceur de sa texture mais la force des saveurs. La finale est très longue, camphrée, presque industrielle et brute, musclée, rappelant le marin trônant sur le logo de la distillerie.

Patrick 91%
Tout ce qu’on attend d’un whisky d’Islay, avec du sel, de la fumée de tourbe et bien des épices. Intense et savoureux, j’aime! Nez : Huile fumée et légèrement tourbée avec des touches de laine fumée et trempée dans l’eau de mer. Bouche : Fumée très intense et poivrée, avec une bonne dose de bois brûlé, le tout lavé par l’eau de mer. L’ensemble est complété par une tonne d’épices avec une touche d’orge. Finale : D’une belle longueur, fumée, salée et épicée.

SMWS 10.117 Bunnahabhain 9 ans

61.2% alc./vol.
“Smoky, salty, sweet porridge”

Patrick 89%
Un très bon whisky, riche, complexe avec une tonne de sel et de fumée. Nez : Fumée, goudron et sel, avec quelques épices. Bouche : Sel et fumée intense, du goudron, du bois épicé et une touche sucrée plutôt succulente. Finale : D’une belle longueur, salée, épicée.

Martin 88%
Nez: Céréale solide, vanille, pierre salée et bois sec, poussiéreux même. Herbe et raisin blanc, moscato bien sec. Touche d’épices. Bouche: Caramel, tourbe et salade de fruits, explosion de poivre et de cannelle. Petit cuir bien chaud avec quelques subtils tannins de bois sec. Retour de la salade de fruits en fin de bouche. Pas méchant! Finale: Longue et soutenue, sur des tisons de braise ardente à la fin du feu de plage. Air salin, chêne, vin sucré et poivre noir. Très fort. Équilibre: Une belle richesse, on n’en attendait pas moins d’un Bunna SMWS.

SMWS 10.119 Bunnahabhain 9 ans

59.3% alc./vol.
« The Chimney in a Beehive » – Distillé le 10 décembre 2007, Refill hogshead, 242 bouteilles

André 88%
Un bon BBQ sur la plage avec de bonnes viandes grasses dont le jus coule sur les braises et un pot-au-feu de fruits de mer et de la tarte aux pommes pour desert. La bouche est tendre et sucrée, enbruns de sel de mer, miel chaud, une touche citronnée et une belle tourbe docile bien terreuse, vanille, beurre. Belle et longue finale, sur la fumée de tourbe suave et le sel de mer.

Patrick 91%
Un Bunnahabhain tourbé comme j’ai rarement vu ça! Superbement délicieux, savoureux… Wow. Le genre de whisky que j’aimerais boire à chaque jour. Nez : Mmmm! De la fumée de tourbe, de la cendre, de la vanille et une touche sucrée savoureuse. Bouche : Du savoureux sel de mer, de la fumée de tourbe, de la cendre, du miel et une touche de vanille. Finale : D’une délicieuse longueur, avec de la fumée de tourbe, du sel et du bois brûlé.

Martin 92.5%
Nez: Oh, c’est du solide ça. Tourbe cendrée, ribs BBQ, vanille et caramel cramé. Bouche: Vanille, miel et sel marin. Belle fumée iodée sur un lit d’épices à steak et de poivre rose. Finale: Hoo Ha! Ça reste en bouche sur des fruits tropicaux, de la tourbe médicamenteuse et un gros tri-tip bien juteux et fumé. Équilibre: On ne sait jamais si un grand Bunnahabhain c’est un accident ou pas. Je ne sais pas ce que vous faites, mais don’t stop.

SMWS 10.121 Bunnahabhain 10 ans

62.8% alc./vol.
“Romantic moments at sunset”, Distilled 06.10.2006 from Refill Ex-Bourbon Barrel, 199 bottles.

André 91%
Petit frère du SMWS 10.151, probablement de la même batch de distillation mais maturation dans un autre fût. Il sera intéressant de voir l’évolution distincte de chacun de fûts et du rendu des flaveurs… Au nez; ananas et sirop de maïs, sel de mer, terre mouillée, jus de salade de fruits, maritime mais hyper doux, genre ride de catamaran sur la mer bien calme. Encore une fois, les épices volent le show en bouche, mélange de sel et de poivre aussi. La texture est supérieure à l’édition 10.151, très ronde et amoureuse, elle colle en bouche avec passion et un rendu huileux hyper intéressant. L’alcool est beaucoup mois ressenti aussi (même si plus élevé). Touche florale aussi, de la bruyère peut-être. Superbe équilibre général, l’alcool est bien niché dans le cocon de saveur et ne se dévoile qu’en finale de bouche. Une belle découverte!

Patrick 77%
C’est rare pour un embouteillage de la SMWS, mais je n’ai pas eu grand plaisir à boire ce scotch. Nez : Un jardin de roses, puis le parfum évolue vers la gomme balloune de paquet de cartes de hockey de ma jeunesse (eh que je trahis mon âge ici!). Bouche : Des fruits mûrs, une tonne d’épices et du soufre. Finale : D’une belle longueur, très épicée et avec une touche quelque peu métallique.

SMWS 10.129 Bunnahabhain 9 ans

60.1% alc./vol.
“A round trip journey” – Distilled 02/2008 from Refill Ex-Bourbon Barrel, 199 bottles.

André 89%
Herbe mouillée, charcoal, miel et ananas, fruits tropicaux, notes phénoliques intenses et sel de mer séché sur les lèvres. Bois de Santal, Humidor à cigares, fruits tropicaux nappés de crème à la vanille, fumée de tourbe industrielle et parfumée d’odeurs maritimes. Finale camphrée et tourbée, puissante, alcoolisée et épicée, un peu franche et remplie de suie de cheminée tout juste ramonnée.

Patrick 92%
Un beau gros whisky salé comme j’aime, avec quelques notes originales comme j’aime encore plus. Nez : Oh… Un Islay tropical? Du sel, un peu de fumée et un je-ne-sais-quoi qui me rappele une plage des tropiques. Bouche : Du beau gros sel, du bois brûlé, des épices et un plat carabéin. Finale : D’une belle longueur, fumée et salée.

SMWS 10.151 Bunnahabhain 11 ans

60.3% alc./vol.
“Reminder of the sea”, Distilled 06.10.2006, Refill Ex-Bourbon Barrel, 188 bottles.

André 89%
Ananas et bananes flambées, sel de mer, fruits tropicaux, citron, crème glacée à la vanille avec une cuillerée de miel, feu de bois de plage. Les fruits en bouche tournent aussi sur les fruits sauvages rouges en plus des fruits tropicaux, beaucoup de citron et d’ananas, varech, embruns maritimes, bois sucré et vanillé. Le tout est balayé avec fougue par un tsunami d’épices et de poivre. Finale pointue et épicée, portée sur l’alcool dans laquelle baigne les fruits tropicaux et sauvages. Sensation calcaire et de poussière de pierre en rétro-olfaction.

Patrick 90%
Un agréable whisky maritime. Énormément de sel, tout un cocktail de saveurs! En fait, tellement de sel, que je recommande de le déguster en gardant un verre d’eau à proximité! Nez : La mer, où plutôt, la plage à marée basse, avec des algues en train de sécher. Le tout vient avec un peu de bois, de la vanille et des fruits exotiques. Bouche : D’abord le sel et les algues, puis de la vanille, du bois brûlé, des fruits exotiques et enfin, on échappe le pot d’épices BBQ sur le tout! Finale : D’une belle longueur, salée et épicée.

SMWS 10.152 Bunnahabhain 10yo

58.7% alc./vol.
“The leviathan wakes…” – Distilled 10/12/07 from Refill Ex-Bourbon Hogshead, 261 bottles.

André 90%
Un festin de fruits de mer sur la plage. Le moteur du bateau a callé et dégage des vagues d’huiles à moteur souillées qui se mélangent au sel de mer. Le temps est à l’orage et l’air est gorgé d’embruns maritimes puissants et de quelques grains de sable transportés par le vent. Un des marins a avalé quelques pastilles camphrées (des Fisherman’s Friends peut-être) car il traine un début de grippe recalcitrant. À l’ouverture, le sac dégage ses odeurs puissantes de camphre et de Tiger Balm charié par le vent un peu féroce provenu du large. Nos sens sont aussi inspirés par une sensation minérale brute mais fraiche. La bouche laisse des trainées d’huile de poisson (sardines?) en conserve et de tranches d’ananas cuites sur le feu de bois. Certains ont préféré de bons verres de jus de citron. De puissantes images qui font défiler une histoire bien ficelée dans nos têtes.

SMWS 10.76 Bunnahabhain 8 ans

61.4% alc./vol.
“Duelling banjos dram” – Distillé le 3 octobre 2003 et vieilli en ex-fûts de bourbon, 196 bouteilles.

André 77%
Nez vif de bonbons en gelée à saveur de fruits, vanille et miel, avec de bonnes poussées d’alcool épicé. La bouche est relevée et fumée, fortement alcoolisée et la balance reflète bien la vivacité d’un whisky si jeune. Passablement d’agrumes et de citron, de saveurs maritimes et de tourbe à saveur de charcoal, de sel de mer et de fruits bien épicés. Finale puissante et rectiligne où les épices se mélangent bizarrement avec les saveurs de chalcoal et de fumée. Pas mon style de whisky, équilibre déficient, alcool prédominent, du tape à l’œil, trop facile et sans créativité.

Patrick 80%
Un dram jeune et vigoureux. Assez bon, mais je l’aurais fait vieillir quelques années de plus. Nez : Bois humide, cuir humide, miel, poire, agrumes et vanille. Bouche : Sucré, avec des notes de noix, de chocolat amer et de subtiles pointes de fumée et de poivre. Finale : Relativement courte, avec des notes de chêne.

Martin 82%
Jambes très grasses sur fond de paille désaturée propre aux jeunes tourbés. Nez: Assez frais, mais jeune et vif, certainement. Vanille, herbe et melon, avec une fougue plus ou moins retenue. J’ai presque peur que ça me pète en pleine face une fois en bouche. Jeune chêne vert. Bouche: Miel et pommes. Poires et vanille. Le taux d’alcool est extrêmement sûr de lui et frappe rapidement. Fumée poivrée et tourbe salée parviennent à percer. Finale: Assez courte, bien qu’on aurait pu croire que son degré d’alcool l’aurait portée plus longtemps que ça. Noisettes. Équilibre: De belles saveurs assez subtiles combattues par un taux d’alcool des plus agressifs. Des banjos? Je dirais plutôt The Duellists sur l’album Powerslave.

SMWS 10.77 Bunnahabhain 6 ans

61.4% alc./vol.
“Beware of the monster” – distillé le 25 mai 2005 et vieilli en ex-fûts de bourbon, 229 bouteilles.

André 78.5%
Les mêmes odeurs de bonbons nounours en gélatine – que l’édition 10.76 – en introduction de nez, herbe verte tondue, miel et une fine couche de tourbe docile herbeuse et citronnée. Le nez est hypocritement posé et l’alcool se déchainera en bouche. La vivacité du jeune whisky, jumelé au taux d’alcool décoiffant en tuera pratiquement toute les saveurs en approche de bouche. Même dilué avec beaucoup de salive, le whisky demeure vif et musclé, on dirait que la fumée de tourbe est encore plus apparente qu’elle était au nez même si adouci par le miel et la douce vanille. Finale alcoolisée, asséchante avec un background un peu salé maritime. Définitivement un whisky immature, fougueux et un peu gauche.

Patrick 84%
Si on aime les jeunes scotchs, c’en est un superbe! Sinon, ça demeure une belle curiosité. Nez : Parfum délicieux et sucré, avec une subtile pointe de fumée. Le new make n’est pas loin, avec des notes de poires, de pomme jaune et de vanille. Bouche : New make, tourbe, fumée, fleurs brûlées, charbon. Très floral. Mais surtout new make! Finale : D’une belle longueur, marquée par le new make et la vanille.

Martin 79.5%
Teinte d’huile de canola coupée à l’eau. Nez: Céréale jeune et alcoolisée au départ, suivie d’une espèce de tourbe un peu maladroite. Une mélasse de new make plane au-dessus du portrait. Bouche: Extrêmement jeune et épicé. Vanille, fleurs et fond d’alambic métallique. Mélasse et anis, ça goûte le new make à fond. Finale: Chaude mais raide. Un peu de chêne et beaucoup de poivre. Restant de métal peu invitant. Équilibre: Une chance que c’est un cask strength parce que dans le cas d’un Bunnahabhain, on dirait que 6 ans ce n’est clairement pas assez.

English EN Français FR