Bunnahabhain 12 ans Warehouse 9 Manzanilla Sherry Butt Cask #331

51.3% alc./vol.
Distilled 14/02/2005

André 91%
Superbe nez, l’opulence des fruits, les raisins trempés dans le chocolat, la pâte de fruits, café noir saupoudré d’épices des Caraïbes, miel, vieux cuir mouillé, prunes, rhubarbe, zeste d’orange, cannelle et clou de girofle. J’adore cette présentation pleine de challenge, qui pousse à la dégustation et à l’analyse. La texture en bouche est goulue, très texturée et huileuse, ça colle partout en bouche et se dissipe lentement afin de laisser places aux fines morsures de l’alcool et des épices. Les odeurs détectées au nez s’épanouissent en bouche à mesure que l’alcool s’évanouie lentement. Bonne dose d’épices par contre et on dirait que la saveur principale est devenue un mélange de confiture de fruits et de marmelade d’oranges. La finale est tannique, presque pâteuse et s’étire très longtemps en bouche. J’adore la présentation de ce whisky, des saveurs à la texture.

Patrick 87%
Un très bon whisky, très intense au niveau du xérès. Super pour les amateurs de xérès, mais personnellement, je l’aurais coupé avec un petit peu de bourbon cask. Mais bon, ce n’était pas le but de l’exercice. Nez : Délicieux xérès avec une touche de sel et de chocolat. Très appétissant! Bouche : Toujours le xérès, mais avec une tonne de chocolat noir, du bois brûlé et toujours du sel très subtil. Finale : D’une belle longueur, marquée par le xérès et le bois brûlé.

Bunnahabhain 12 ans Warehouse 9 Manzanilla Sherry Butt Cask #332

52.4% alc./vol.
Distilled 14/02/2005

André 92%
Quel effet a le fût sur le vieillissement… Intéressant ici, on a le fût 332, alors que j’ai évalué le fût 331 précédemment, même batch distillée le 14 février 2005, même type de fût Manzanilla, vieilli dans le même entrepôt et embouteillé la même date… mais 2 fûts différents. Cet échantillon présente une couleur plus orangée, vraiment impressionnante. Cerises noires, toffee, raisins secs, chocolat noir, prunes, oranges, saveurs plus intenses que dans l’autre fût #331 évalué. Étrangement j’ai des notes de fumée en retrait ou peut-être est-ce le résiduel de l’échantillon Moine dégusté quelques heures plus tôt. La bouche est intense, tannique et presque sirupeuse, une touche de sel de mer puis le tsunami de fruits rouges divers et de raisins, framboises et cerises noires, cosses d’orange aussi. Finale plus en pente douce, on joue beaucoup la carte de la texture et de l’onctuosité, moins d’épices mais des notes de poivre noir relativement importantes. Directement dans ma palette de goût en plus d’offrir une qualité indéniable au niveau de la présentation générale.

Patrick 86%
D’une belle intensité, une bombe de xérès. Très intéressant. Nez : Cerises, chocolat au lait et vanille. Alléchant! Bouche : Bois brûlé épicé, fruits très mûrs, caramel et chocolat noir. Finale : D’une belle longueur, marquée par les fruits mûrs et le bois brûlé.

Bunnahabhain 13 ans Distillery Manager’s Choice Palo Cortado Sherry

55.5% alc./vol.
Distilled February 16th 2005, Bottled April 26th 2018, Bottle #109 of 624. Distillery Exclusive.

André 87%
Hyper syngulier ce Bunna. Cerises noires trempées dans le miel, bel ensemble crémeux, vanille douce, abricots, poires, crème glacée à la vanille. Étrangement, je lui trouve des similitudes avec le Glenmorangie Nectar d’or au niveau texture. En bouche, les notes de fumée de tourbe lointaine apparaissent auxquelles s’additionnent de pétillantes notes de poivre broyé. On a toujours droit aux notes d’abricot et de poires, de miel et vanille aussi et les cerises gagnent elles aussi en importance. J’ai malheureusement quelques notes persistantes de souffre qui m’agacent. La finale est très poivrée, longue et parsemée de fruits rouges.

Bunnahabhain 13 ans Warehouse 9 Oloroso Moine Finish

55.9% alc./vol.
Cask #AR13000007, Distilled 26/01/2004.

André 92.5%
Feu de plage avec des mottes de tourbe terreuse, raisins secs, prunes, grosse vanille tirée du fût de chêne, cerises noires, confiture de framboise, poivre broyé, grosse pelure de raisins mauves, vineux à souhait. La texture est hallucinante en bouche, grosse onctuosité collante et huileuse, de l’amour en texture. Le sherry et la tourbe dansent comme un couple amoureux profitant des dernières notes de la chanson sans se lâcher. Cerises noires, confiture de framboises, raisins séchés, sel et poivre, feu de tourbe dans le sable humide, cuir. J’adore la façon langoureuse qu’a la tourbe de s’attendrir dans le verre lorsque l’on prend le temps de laisser le tout respirer pendant de longues minutes, cette tourbe de terre mouillée et d’herbe singulière. Impressionnant agencement de saveurs que l’on aurait pu associer au départ comme de la dualité mais force de constater que le rendu final est étonnant et déboussolant de par le contraste des saveurs mais l’agencement réussi.

Patrick 90%
Un superbe whisky, présentant avec brio mon duo de saveurs favori, c’est-à-dire tourbe et xérès. Il y a de belles pépites dans les entrepôts de Bunnahabhain! Nez : Cerises très mûres au chocolat, saupoudrées de suie. Bouche : Superbe sucre chaleureux, une belle fumée de tourbe délicate mais enveloppante, un panier de fruits, un peu de caramel et du chocolat noir. Finale : Longue et intense, marquée par le bois brûlé.

Bunnahabhain 14 ans Pedro Ximerez Finish Limited Edition

54.3% alc./vol.
Limited Edition of 5900 bottles, Warehouse #8, Distiled 24/03/03, Bottled 21/06/17. Vieilli 11 ans dans des fûts de xérès de second remplissage puis affiné pendant 3 ans dans des fûts de Pedro Ximerez de premier remplissage.

André 87%
Raisins secs, prunes, chocolat noir, gâteau aux fruits, fruits séchés, miel, poires, beaucoup d’épices, dattes. Le whisky est franc au nez malgré la souplesse du sherry et du caramel. Bizarrement, je détecte aussi quelques notes de javel en background mais très discrètement. La bouche est bien épicée, vague de cannelle, de réglisse noire, ça rappelle aussi les épices à creton et à steak, beau mélange de caramel et de chocolat noir, jus de dattes et d’abricot pressées, notes de rhum peut-être? Finale franche et épicée, le sherry est puissant et austère. Feeling très différent de la première fois où je l’ai dégusté. Y’a maintenant des liaisons de saveurs qui me laissent un peu perplexe et à mon goût perso, peut-être un peu trop épicé et poivré.

Patrick 91%
Pour amateurs de chocolat! C’est super bon, ça se boit tout seul! Nez : Oooh, du chocolat, des fruits des champs mûrs et une note boisée. Bouche : OK, j’ai rarement vu du chocolat si intense que ça dans un whisky, ça en presque incroyable. Donc du chocolat, des fruits mûrs très sucrés et quelques épices. Finale : D’une belle longueur, marquée par le bois brûlé et subtilement épicé.

Bunnahabhain 16yo Manzanilla Sherry Finish

53.2% alc./vol.
Limited Edition of 3792 bottles, Feis Ile 2009

André 84%
Ce Bunnahabhain est plus fondu et discret au nez et définitivement tricky au nez, du genre qu’on cherche l’attrape. Très sucré, mielleux, les pommes jaunes et pommes vertes, les céréales, une touche d’agrumes et de citron, les pommes poires, une touche de sherry et de compote de fruits, prunes et raisins secs, des baklavas sortant du four. La bouche livre sa cargaison d’épices, le gingembre particulièrement, savoureuses notes de gâteau aux fruits et de raisins secs, prunes séchées et une sécheresse épicée un peu trop prononcée. Bien que fruitée, quelques notes d’herbe verte et de bonbons à l’eucalyptus transpercent la couverture de pâte de fruits et la texture crémeuse du bourbon cask, tartelettes aux poires et amandes. Ce qui étonne ici, c’est les notes salines en finale de bouche et la sensation astringente malgré le sucré démontré au nez, texture presque licoreuse au nez. Une ambivalence des saveurs qui est difficile à suivre, il y a aussi une mince touche de sulfure et de chlore au nez lorsque le whisky aura respiré plus de 20 minutes dans le verre.

Patrick 89%
Un délicieux whisky, riche, complexe, savoureux et dont les saveurs sont très bien balancées. Du sel et des fruits, que demander de plus ? J’aime ! Nez : Parfum très fruité, avec beaucoup de chocolat et une touche maritime subtile. Bouche : Sel, fruits, sucre, chocolat et caramel. Pommes jaunes, prunes et miel. Finale : D’une belle longueur, savoureuse et surtout, donne le goût d’en prendre un verre de plus !

Bunnahabhain 17 ans Fèis Ìle 2014

53.4% alc./vol.
Fût d’ex-Cognac Cask avec une finition en fût de Sauterne – 301 bouteilles

Patrick 90%
OK, vous n’aurez pas de surprise en buvant ce whisky, ça goûte le Cognac, le Sauterne et le vieux scotch. Quelqu’un a un problème avec ça? Nez : Parfum avec une touche de Cognac, mais un Cognac plutôt sucré. Et aussi un peu de bois, typique d’un bon vieux scotch. Bouche : Du Cognac, du Sauternes, du bois brûlé, pas de surprises… Mais who cares? Finale: D’une belle longueur, plein de belles saveurs.

Bunnahabhain 18 ans

43% alc./vol.
Édition limitée à 1500 bouteilles.

André 82%
Toffee et caramel, tarte aux fruits, richesse sucrée plaisante au nez. Réconfortant sans brusquerie. En bouche; biscuit au beurre, pommes vertes menant à la finale toute en douceur relevée par quelques notes d’épices et de sel. Un whisky superbement bien balancé mais sans rien de particulièrement accrocheur. Le nez est définitivement son point fort, la bouche très changeante déçoit rapidement. Un autre Bunnahabhain qui ne saura m’impressionner.

RV 82.5%
À la recherche d’une bombe d’Islay? Passez votre chemin. D’un bon rapport qualité/prix? N’achetez pas. D’une curiosité à goûter sans payer? Pourquoi pas. Au nez, l’île tourbe est lointaine, et c’est dans le raisin (qui disparait en respirant) et le grain qu’on se trouve. L’arrivée en bouche est super visqueuse, toute de raisin et de bleuet, puis vient la chaleur d’un alcool plus volubile que prévu. Enfin, la finale est à la hauteur de l’âge mais beaucoup trop douce, marqué uniquement par le grain brûlé. Une bouteille qui flashe davantage sur la tablette que derrière les palettes.

Patrick 88%
Nez légèrement brûlé, miel salé, fruits murs…. En bouche, salin, riche, caramel intense et chaleur du xérès pour marier le tout. La finale s’étire sur le xérès. Très bien équilibré, une belle chaleur, on aime! Seul problème, il semble s’évaporer un peu vite.

Bunnahabhain 18 ans Frenchman’s Rocks

46.3% alc./vol.
Exclusivité du marché de Taïwan. Maturation originale est ex-sherry cask pour être ensuite affiné dans des fûts ayant contenu du cognac.

André 92%
Sublime, à tous les points de vue. Nez d’une finesse et d’un caractère direct mais raffiné, gorgé de saveurs de fruits rouges et de gâteau aux fruits, raisins secs, les cerises noires, jolies notes d’épices très douces, sensation un peu poreuse et vaporeuse au nez, abricot, oranges, sherry, bizarre. Distinction et raffinement à la fois. La bouche est très souple, fruitée goulûment et expose les mêmes saveurs que le nez. La texture est grasse et supporte bien les saveurs dans le temps, ce qui donne une longueur appréciable à l’ensemble de la bouche. Les épices gagneront en importance au fil des gorgées. Savoureuses notes de prunes et de raisins secs mélangé de sherry et d’une fine couche poussiéreuse un peu vieillotte enrobées de caramel un peu brûlé et saupoudré de gingembre et de clou de girofle. Finale douce et longue, fruitée et épicée avec parcimonie. Belle intégration des 2 types de fûts utilisés sans amputer la douceur générale, texture incroyable.

Patrick 90%
Un excellent whisky de dessert ! Facile à boire, savoureux, riche et délicat. Nez : Parfum extrêmement fruité faisant presque penser à un brandy. Fruits rouges, gâteau aux fruits, raisins secs, cerise noire, abricots… L’ensemble est très sucré. Bouche : Gâteau aux fruits très sucré, avec une bonne dose de chocolat au lait. Un vrai dessert ! Finale : D’une longueur moyenne, fruitée et sucrée.

Bunnahabhain 20 ans Fèis Ìle 2017 American Oak 1997

52.2% alc./vol.
Bottle #479 of 528. Vieilli pendant une première période de 19 ans en ex-bourbon cask puis affiné pendant 10 mois supplémentaires en virgin oak cask.

André 84%
Nez rectiligne et incroyablement doux, genre bois de chêne toasted …pas brûlé… Pleines notes de caramel et de toffee, de bois de chêne sucré, beaucoup de vanille qu’on a passé au petit chalumeau pour le caraméliser légèrement, petits fruits sauvages saupoudrés d’épices. La bouche est très épicée et vraiment influencée par le bois de chêne, belles notes de toffee et de caramel, recouvrant des cerises et des fruits séchés. La force de la bouche étonne un peu, surtout de part la forte présence d’épices mais aussi de par les fortes essences de bois de chêne que cache les notes de poivre et de sel de mer. Même si l’équilibre général du whisky ainsi que sa texture sont délectables, l’amalgame et la diversité des saveurs font que l’on se lasse rapidement (surtout après avoir évalué le Moine Mor Feis Ile).

English EN Français FR