Remy Martin Excellence XO

40% alc./vol.

RV 82%
Dès le début, les fruits ne donnent pas l’impression d’un cognac XO mais de quelque chose de vraiment plus jeune. Cet aspect juvénile se ressent aussi en bouche qui n’est pas très développée, peu subtile et trop claire. La finale est davantage intéressante, avec tout d’abord du vieux raisin, suivie d’épices feutrés, et enfin le raisin qui est devenu délicieusement juteux. Malheureusement l’orange adolescente qui domine aussi l’ensemble est un peu trop peu trop tard, spécialement pour le prix.

Pierre Ferrand Sélection des Anges 1er cru

40% alc./vol.

Patrick 93%
D’une complexité prodigieuse, d’un équilibre incroyable. A la hauteur des attentes, ce qui n’est pas peu dire car elle étaient élevées. Nez : Chocolat au curry, boisé-vanillé, fleurs, raisins secs, réglisse noire et gingembre. Très complexe au niveau des épices. Bouche : Arrivée en bouche spectaculaire, avec une explosion d’épices complexes et de chêne vanillé. Thé, curry, gingembre, safran, muscade, chocolat noir, herbes séchées. Tellement complexe! Finale : Longue et savoureuse. S’étire sur un mélange d’épices et de chocolat.

RV 89%
Plus fruité que le Pierre Ferrand Réserve, curieusement ce cognac plus âgé est frais et ne laisse pas le poids des années du bois le dépasser du nez. En bouche, les épices viennent se mélanger au chêne au lieu de se battre avec lui. La finale est indéniablement sage, alliant les épices (la cannelle) et la vanille, et gardant bien sûr le souvenir du raisin qui joue beaucoup plus une (très belle) trame de fond que la grande fanfare. Et même pour un débutant, impossible de renier sa qualité.

Pierre Ferrand Réserve Grande Champagne

40% alc./vol.

RV 85%
Raisins cette fois-ci dans leur déclinaison “secs” avec une touche de bois en second plan. En bouche il révèle une surprise de maturité avec une texture beaucoup plus crémeuse et élégante. La finale va dans la même veine, et l’aftertaste est vraiment soigné, soyeux, et plane habillement pendant de très longues secondes. Une bonne marche au-desuss de sa jeune soeur, cette bouteille est une belle jeune dame au parler bas en décibel mais aux notes aguichantes.

Pierre Ferrand Ambré Grande Champagne Premier Cru

40% alc./vol.

Patrick 89%
Exceptionnellement bien balancé, avec une complexité savoureuse. Wow, un grand spiritueux. Nez : Parfum floral où dominent les roses et les violettes, complété par du raisin acide ainsi que des touches de poires et d’abricots. Bouche : Délicieuse arrivée en bouche, avec un beau sucre fruité, du raisin, des abricots, de la vanille et une touche de chêne discrète, mais pas autant que la note poivrée. Finale : D’une longueur moyenne et agréable.

RV 80%
Très doux au nez, une bonne approche pour amadouer les amoureuses de vin, mais probablement mal avisé pou tenter d’ouvrir les horizons spiritueuses d’un amateur de single malt d’Islay. Toutefois, en bouche, une pointe de caramel et de bois se fait lourde sur la langue, pour établir une ferme présence. Enfin, la finale est de bon goût, très peu prononcée, et il n’y a peu ou pas d’aftertaste. Donc définitivement à garder du côté inoffensif de la bibliothèque des spiritueux.

Michel Forgeron Réserve Spéciale X.O. Cognac Grande Champagne

43% alc./vol.

RV 85%
Si proche du raisin que s’il était servi dans un verre opaque, je croirais que le liquide serait probablement mauve. On joue donc sur de fine note de raisin, mais seulement le raisin, comme si le liquide avait à peine vieilli (et il s’agit tout de même d’un XO). En bouche, un peu surprenant avec le poivre qui attaque la langue avant qu’une grappe de raisin explose en emportant la finale. Fancy, on ne joue qu’une seule note mais dans plusieurs gammes, et bien que pas nécessairement dans ma palette, la qualité et surtout la subtilité sont indéniables.

Martell Cordon Bleu

40% alc./vol.

RV 85%
Du mathcore qui mêlerait Fibonacci. Belle rondeur et belle chaleur au nez, mais la bouche est plutôt froide avec un peu de parfum chanel et de raisin. Très régulier en finale, l’aftertaste est trop bizarre mélangeant parfum et raisin bizarre. Bien fait, original, pour un show d’accord mais de là à acheter le disque, non.

Louis Royer XO

40% alc./vol.

RV 85%
Moins fort que son jeune frère et plus onéreux, l’âge a son apport, non seulement sur le goût plus travaillé, mais sur le prix aussi. Raisins secs qui trempent dans l’eau, l’âge se fait sentir mais je ne peux pas dire que c’est le meilleur nez pour un cognac. Visqueux, il masse les lèvres de ses huiles, sans trop pénétrer la langue. La finale plonge dans le cardamome et la cannelle, avec une finale difficile à ne pas apprécier. Rien d’exceptionnel, le fruit est bien là, c’est un cognac bien gouteux mais il se fait tout aussi bon à une fraction du prix de 300$.

Louis Royer Force 53 Fine Champagne

53% alc./vol.

Patrick 93%
Si plus de Cognacs ressemblaient à ceci, ce site s’appellerait peut-être « Québec Cognac ». Amateurs d’Abunadh, vous allez adorer. En tout cas, moi j’ai adoré. Nez : Fruits mûrs intenses, chocolat et caramel, le tout enveloppé par un beau raisin juteux. Bouche : Raisins mûrs intenses, cuivre, épices du chêne brûlé, cassonade et sucré brûlant. Finale : D’une superbe longueur, marquée par les fruits mûrs et les épices.

RV 85%
Nez plus près de l’armagnac que du cognac, le raisin est profond et piquant, fort probablement de l’alcool. Là aussi on dirait un spiritueux beaucoup plus âgé qu’en réalité. Comme il se doit, très aggressif en bouche mais aussi très sucré, cassonade et sucre dur, mais qui démontre malgré tout une jeunesse. La finale est toute en raisin, vaporeux de son pourcentage d’alcool avec un arrière-gout de cuivre. Surprenant, un peu cher mais bon. Mais BON.

Hidden Marsh Distillery Apple Brandy

40% alc./vol.

RV 82%
Les pommes moins mûrs ne sont pas les meilleures en bouche. Un peu gêné et vineux, c’est le raisin qui s’impose déjà aux papilles. Belle texture en bouche qui permet d’attendre la pomme rouge vraiment sucré qui s’installe après quelques secondes. Finale un peu décevante après la bouche étonnante, l’aftertaste de pomme verte corrige un peu le tir, mais pas de manière assez significative. Un brandy que j’aimerais goûter avec quelques mois ou années de plus.

Jean Grosperrin Grande Champagne 1980

49.2% alc./vol.

RV 82%
Grande champagne ayant poussé trop vite. Racinette et anis assez puissants mais bien sucrés. Arrivée assez fade comme s’il était coupé à l’eau mais bon développement. Finale vraiment bonbon (réglisse noire), ce n’est pas un mauvais cognac mais c’est pas nécessairement de la haute voltige non plus. Manque de bois, trop jeune et trop de raisin.

English EN Français FR