Bruichladdich 1989 Bourbon Cask #44

53.5% alc./vol.
Cask #44

Patrick 89%
Le nez discret m’a complètement fourbé! Tout explose une fois en bouche, pour notre plus grand plaisir! Bref, quelques points en moins pour le nez qui a fait son difficile, mais en bouche, si tous les scotchs étaient fait sur la même recette, je ne m’en plaindrait même pas! Nez : Chêne, discrets fruits tropicaux et vanille subtile. Bouche : Oh oh! C’est ici que ça se passe! Fruits tropicaux, tonne d’épices du chêne et surtout, une belle touche de fumée discrète, mais impressionnante! Finale : D’une longueur moyenne, marquée par le chêne brûlé, l’orge et une touche de fumée.

Laphroaig 28 ans

44.4% alc./vol.

André 93%
Malgré le prix légèrement plus élevé que son frère de 27 ans (1750$), ce whisky livre la marchandise. Rapidement au nez, on constate que le whisky a de l’âge et une rondeur sensuelle envoute rapidement les narines de nuages de tourbe phénolique tendres et pulpeux, hôpitalesque, d’herbes verte mouillée, céréales fumées, d’agrumes citronnées, poires passées à la poêle, miel chaud. Bouche onctueuse et sensuelle, phénolique à souhait, beaucoup d’agrumes rafraichissantes et de cosses d’oranges fraiches, jus de citron, poivre noir moulu, une touche de fruits secs, xérès et réglisse rouge, fumée de tourbe diaphane qui fond dans la bouche. Longue finale, persistante mais très douce, la fumée de tourbe phénolique s’éteint lentement en laissant une sensation de plénitude et d’air frais maritime. Du grand Laphroaig, à plus de 1700$ la bouteille, nous en attendions rien de moins.

Patrick 94%
Un Laphroaig apprivoisé par 28 longues années en fût. C’est excellent, le genre de whisky qu’on boit à tous les jours… quand on est milliardaire! Nez : La tourbe typique (c’est-à-dire, crasseuse) de Laphroaig est grandement adoucie par du chocolat et du miel. Bouche : Superbe fumée de tourbe crasseuse et sucrée tout la fois, avec des notes de chocolat, de miel de fruits mûrs et de bruyères. Finale : D’une belle longueur, marquée par la fumée de tourbe, un peu de chêne brûlé et une vanille sucrée.

Kilchoman Single Cask Release – PX Finish – Kensington Wine Market Exclusive

57.5% alc./vol.
28.7.2011-25.7.2016 – Cask number 446/2011 – 222 bouteilles

André 93%
Wow!!! Attrayant et c’est peu dire. Sherry onctueux, marmelade de fruits, petits fruits sauvages, sensation huileuse au nez et de tourbe puissante un peu brute, fruits de mer sur le bbq de plage, accents maritimes, tourbe industrielle un peu crasseuse. Un amalgame bizarre mais qui fonctionne à 100 miles à l’heure. Tel qu’attendu, la texture en bouche est huileuse et grasse. Au départ, les fruits rouges et le xérès nous frappe de plein fouet, puis un tsunami de tourbe industrielle un peu sale et crasseuse, ressac d’embruns maritimes, bbq sur la plage, filet de pêches séchant sur le quai, le tout nuancé par un trait d’épices pas trop relevées. Le sel de mer est finement plus expressif en finale de bouche et dévoile encore plus ses racines maritimes. La tourbe est épicée et poivrée, texture huileuse jusqu’à la fin, ce qui aime à dorloter le taux d’alcool. Superbe!!!

Patrick 90%
Un beau gros whisky intense, avec plein de belles saveurs comme j’aime. Le genre de whisky qui démontre pourquoi j’aime tant découvrir des nouveautés! Nez : Fumée intense qui s’enroule autour une vague de sel, avec une touche discrète de fruits mûrs et de sucre. Bouche : Une fumée intense comme un mur de brique, de belles épices, un peu de chocolat noir et des fruits des champs. Finale : D’une belle longueur, fumée, épicée et fruitée.

Bruichladdich Rocks 4th Edition

46% alc./vol.

Martin 82%
Jaune-doré-soleil un peu diffus. Nez: Maritime mais jeune. Sel, algues, un peu de tourbe fraîche. Mais aussi un peu de mélasse et de cuivre. Bouche: Texture moyenne. Orge et épices, avec un peu de citron et de sel. Par la suite se manifeste une belle et surprenante tourbe. Finale: On reste ensuite sur des notes de chêne et d’épices, mais plus fortement et fâcheusement sur des accents de cuivre et d’autres métaux. Équilibre: Bruichladdich peut sans gêne se targuer de produire les malts les plus expérimentaux et funky, mais on ne peut pas gagner à tout coup.

Laphroaig 17 ans 1999 Single Cask

58.8% alc./vol.
Bourbon Cask #5167

André 94.5%
Oufffff… Solide… La douceur des années passées doucement dans le bourbon cask a domestiqué la tourbe médicinale habituelle de la distillerie, même l’asphalte a perdu un peu de son agressivité délavée par une bordée de pluie aux accents de sel de mer, une pointe de tarte au citron, d’ananas en tranche, pansements antiseptique, café noir, oranges, citron et agrumes. Superbe texture veloutée en bouche en introduction, puis une vague progressive de tourbe phénolique et maritime, poivrée, notes de diachylons, aux notes de gingembre, de poivre concassé et d’agrumes. Pointe salée en finale, beaucoup d’agrumes et d’oranges, tartelette au citron. Les notes de tourbe sont intenses et dosées habilement, la sensation alcoolisée ne se pointe même pas le nez. Un Laphroaig complexe, hyper bien équilibré et qui montre que l’épine dorsale du whisky est majestueusement loin des dernières versions soporifiques que l’on nous offre sur le marché.

Patrick 94%
L’un des Laphroaig les plus intenses que j’aie vu, ce qui n’est pas peu dire. Si comme moi, vous aimez Laphroaig, celui-ci est gigantesque! Wow. Nez : La belle grosse fumée de tourbe sale de Laphroaig, avec du goudron, du sel et une tonne de médicaments. Bouche : Intense intense intense!! De la tourbe, du goudron, beaucoup de bois brûlé, du poivre et quelques épices.

Old Particular Laphroaig 18 ans

48.4% alc./vol.
Single Cask #DL11634, Distilled December 1998, Bottled March 2017, 262 bottles.

André 90.5%
Grosse fumée de tourbe phénolique et terreuse, mais tellement en douceur et en raffinement, fruits tropicaux et agrumes, citron, caramel, de la délicatesse tourbée de façon magistrale dans un style qui peut s’avérer un peu brut et direct. L’arrive en bouche est équilibrée et souple, texture huileuse qui cache bien le jeu du taux d’alcool, de laquelle le sel de mer et la tourbe médicinale émerge lentement, un tango langoureux de saveurs qui rappellent la provenance du whisky, cendre de feu de foyer chauffé à la motte de tourbe terreuse et verte, saveurs camphrées, notes de fruits tropicaux, raisins verts et fraicheur de la limonade au citron. J’adore la délicatesse de la présentation pour des saveurs si rough. Longue et douce finale camphrée, cendre refroidie, tourbe médicinale, fruits tropicaux, citron.

Lagavulin 24 ans 1993 Straight from the cask, 1st Fill Sherry Cask

49.8% alc./vol.

André 88%
Petit gâteau aux fruits nappé de chocolat noir fumé, médicinal mais dans le bon sens, genre infirmière sexy qui arrive avec un anesthésiant, caramel brûlé, bonbons casse grippe à l’eucalyptus et la menthe défraichie, sherry un peu vif et le poivre noir. La texture de bouche est douce mais les saveurs prononcées, envolée d’épices et de poivre concassé, tourbe vive mais équilibrée, sherry fondant et chocolat noir, sel de mer. Y’a un déséquilibre en fond de bouche et en finale de bouche, sulfureux persistant que tente de cacher les épices et le poivre. Fine poudre de pneus brûlés en background, sherry poussiéreux, tourbe poivrée. Goûté en solo, c’est bien mais ça n’a pas la trempe du 16 ans régulier ou du 12 ans cask strength mais comparé avec les autres cask samples, celui-ci est sous la barre du repêchage.

Kilchoman 10 ans – Single Cask Release – Embouteillée pour célébrer le 10e anniversaire de Québec Whisky

52.7% alc./vol.
72 bouteilles – Bourbon Matured Single Cask – Cask 72/2008 – Distillé 22.2.2008, embouteillé 25.4.2018

André 93%
Embouteillage emblématique probablement autant pour la distillerie que pour moi, fruit de tant de passion et de rêves. Nez qui reflète la quiétude et la force latente. Purée de bananes, grosse vanille, feu de plage, accents maritimes s’épanouissant sur des notes de sel de mer, de pommes rouges et de chocolat fumé, robe sucrée envoûtante. Belle bouche pulpeuse tourbée, cannelle épicée, bbq sur la plage, vanille, fruits tropicaux et agrumes, tourbe sirupeuse, pommes vertes, eucalyptus. Longue finale d’épices et de tourbe, sucre et sel de mer, fumée terreuse. Ce whisky représente bien ce qu’est devenu le club; épicé avec des saveurs bien campées, une texture savoureuse et des saveurs et arômes qui travaillent à se bonifier mutuellement. Happy birthday!

Patrick 95%
Ok, difficile d’être impartial avec cette bouteille, vu qu’elle représente un rêve réalisé : Il y a 10 ans, tout a débuté par l’idée folle de lancer le premier club de whisky au Québec, en ayant peur que personne ne nous prenne au sérieux. Aujourd’hui, nous recevons le premier scotch de 10 ans produit par Kilchoman, sur la mythique île d’Islay en Écosse et ce, aux couleurs de Québec Whisky: la réalité a dépassé nos rêves! Et c’est vraiment excellent, la bouteille se vidant dangereusement vite! Un whisky de 10 ans à environ 50% d’alcool, l’idéal quoi : un cask strength avec l’intensité que ça suppose, mais présentant tout de même une superbe complexité admirablement équilibrée. Nez: Fumée de tourbe intense, cendre, poivre, un peu d’agrumes, de la pomme verte et une touche de cerise hyper subtile. Hyper complexe et appétissant. Bouche : Une tonne de fumée poivrée, du bois brûlé, de la cendre à profusion, un peu d’agrumes et de pomme verte discrète. Finale : D’une superbe longueur, marquée par la fumée de tourbe et les agrumes. Mais surtout la tourbe. Encore svp.

Martin 92%
Nez: Cuir, tourbe, raisins secs et orange. Sel, foin et chène fruité. La force de l’alcool est bien sournoise et cachée. Bouche: Melon au miel, tourbe verte et épicée, crème anglaise, coulis de fruits des champs, feu roulant de cannelle et de muscade vanillée. Finale: Longue et chaude, pas trop persistante, mais en même temps des fois on est heureux quand la visite s’en va. Notes de vanille, de tourbe et de bois. Équilibre: J’ai un peu de misère avec le concept d’accorder des points pour la signification de la bouteille et non pour le mérite de son contenu, quoiqu’on est un peu en droit de dire que c’est un embouteillage stellaire.

Kilchoman Red Wine Cask Matured 2012-2017

50% alc./vol.
Limited Edition of 7000 bottles. Affiné en fûts de la Vallée de Douro au Portugal.

André 89.5%
Agréable au nez, superbe mélange de fruits rouges séchés et de tourbe terreuse, framboises, cerises, compote de fruits, caramel, fond un peu tannique mais juste pour rappeler le cask finish. La bouche offre plus de punch que le nez, poignée de poivre concassé, fruits rouges, encore les framboises et les petits fruits sauvages, balayé par une vague de tourbe fumée et terreuse assez prononcée et de cendres froides, d’épices des Caraïbes, oranges, de chocolat noir, après 2-3 petites gorgées on sent bien l’apport vineux en bouche, genre pâte de fruits. Longue finale, douce et avec des saveurs punchées, confiture de fruits et fumée de tourbe, chocolat fourré à la confiture de fruits et à l’orange se terminant par une sensation tannique et épicée avec parcimonie.

Patrick 90%
Un très beau scotch, présentant un superbe mélange de sucre, d’épices, de fruits et de fumée. Honnêtement, je ne saurais pas quoi demander de plus, sinon de gagner à la loterie pour m’en acheter encore plus! Nez : Parfum de fumée poivrée, avec une touche de vin rouge et chocolat noir hyper amer. Bouche : Ici, le vin rouge oublie sa discrétion. Un bel ensemble de vin rouge mûr, du sucre et une tonne de fumée de tourbe légèrement poivrée et épicée. Finale : D’une belle longueur, épicée, fumée et avec un peu fruits mûrs.

Martin 90%
Nez: Fruits rouges et vineux, bois, épices, chocolat, agrumes et caramel. Divin. Bouche: Fruité, gomme balloune, chène poivré, belle douceur qui occulte presque la tourbe. Finale: Parlant du loup, ici la tourbe revient au galop sur une selle de cuir fruité pour notre plus grand plaisir. Équilibre: Une superbe expérience qui fait ressortir le caractère de la distillerie. Les fûts de vin rouge sont des fûts qui gagnent à être plus utilisés dans l’industrie.

Kilchoman Loch Gorm 2018

46% alc./vol.
Fruit du mélange de 19 fûts de sherry Oloroso distillés en 2007, 2008 et 2011 et embouteillés à l’été 2018. Édition limitée de 15000 bouteilles.

André 90%
Magique, ces éditions de Loch Gorm conjuguent la tourbe et le xérès de façon magistrale. Au nez; fumée de tourbe terreuse bien calme, xérès aux notes de framboises et de cerises, caramel et chocolat, marmelade d’oranges, clou de girofle, cannelle, bonbons casse-grippe à l’eucalyptus. Quelle texture en bouche, veloutée et ronde, la tourbe est approchable, belle puissance cachée par l’apport affirmé du xérès, amalgame d’épices, de sel de mer et de poivre broyé, chocolat noir, oranges, raisins secs et cerises. On ressent l’apport des whiskies plus âgés qui arrondissent la vivacité un peu prompte de la tourbe terreuse. Ce virage ne plaira pas nécessairement à certains fans qui suivent la distillerie depuis plusieurs années, mais démontre définitivement l’évolution de ce whisky au travers les années. Finale hyper douce, caramel salé, tourbe drapée de sherry onctueux, notes de chocolat noir finement amer.

Patrick 92%
Loch Gorm, toujours un grand plaisir! Une autre superbe édition qui se boit tellement bien, j’adore! Nez : Fumée de tourbe, notes d’orange, épices et une touche de fruits très subtile. Bouche : Bois carbonisé et épicé, fumée de tourbe, belle dose de fruits sucrés. Finale : D’une belle longueur, épicée, fruitée et surtout fumée.

Martin 92%
Nez: Racé, distingué. Tourbe douce bien à sa place, laissant le sherry pleinement s’exprimer. Raisins, dattes, pruneaux, orange, cacao et tabac en feuilles. Touche de cuir tourbé. Bouche: Compote de fruits rouges, chène poussiéreux, tourbe huileuse, raisins juteux et explosion de xérès. Semble vouloir tomber dans l’excès, mais tout est contrôlé de main de maître. Finale: Longue et chaleureuse, sur le maintien de toutes les belles notes qui ont parsemé notre parcours jusqu’à présent. Équilibre: Rares sont les embouteillages qui allient tourbe et xérès à ce niveau de qualité. Loch Gorm livre la marchandise à tout coup.

English EN Français FR