Provenance Speyburn 12 ans Winter

46% alc./vol.

André 86.5%
Sous des dessous épurés et à priori ordinaires se cache une réelle surprise. Une superbe arrivée caractérisée par des traces indélébiles de pommes vertes saupoudrés de poivre blanc. allié d’une fraicheur déconcertante. Un passage à saveur de bouchon de céramique de bière Grolsh et de 7-UP dégazé menant sur une brève finale vivifiante. Une éphémère rencontre manant sur des espérances qui demeureront inassouvies mais qui resteront de beaux souvenirs.

RV 85%
“lui itou il sent le …”. Légère vanille avec fond de bière et céramique de toilette. Finale épicée de moyenne longueur. Not that bad, but really not that good.

Patrick 85%
Odeur de condom brûlé. Normal après une telle fin de semaine. Léger gazon. Au goût, me fait penser à une bière Grolsh. On dirait qu’il y a un léger houblon en finale. Une belle surprise de la part d’un whisky dont je n’attendais rien.

Speyburn 10 ans (embouteillage US)

43% alc./vol.
Embouteillage exclusif au marché américain.

Martin 81%
Nez: Sa couleur jus de pomme dorée s’accorde avec son âge. Ça sent définitivement les pommes. Avec un peu de tire. En le laissant s’ouvrir un peu on se voit gratifié de toffee, de caramel et d’agrumes. J’en ai quand même senti de meilleurs. Bouche: Vanille, épices, un peu de tourbe pour couronner le tout. Un petit côté acide accompagne le retour des pommes à la fin. J’en ai quand même goûté de meilleurs. Finale: Finale sèche et épicée surplombée par un brin de toffee. Un goût étrange de racinette me reste sur le palais. J’en ai quand même fini de meilleurs. Équilibre: Tout ceci ne nous empêche pas toutefois d’apprécier ce scotch, il est quand même agréable, bien qu’il y en ait de meilleurs.

Speyburn 10 ans (nouvel embouteillage)

40% alc./vol.

André 79%
Nez à prédominance de cerises, puis d’oranges soutenu par un apport de sucre appréciable à peine atténué par un filet cendreux. Sucre à la crème. Assez simple en bouche où les notes fruitées se poursuivent sans trop de vigueur et d’expression et une finale qui s’estompe sur un effet de corde rêche, le gingembre et un toffee mal cuisiné. Il ne faut pas le laisser trop longtemps dans le verre pour on voir les arômes disparaitre incroyablement rapidement.

RV 77.5%
Surprenant qu’un whisky aussi ordinaire ait pu mérité un distillerie bottling. Ça sent le pas propre ça! La terre du jardin au début du printemps, avec du jus de compost. Plus tard vient le caramel, sur fond d’oignons. Le goût est malheureusement dans la même veine, avec de la vieille tourbe défraichie. Par contre en finale, c’est mieux balancé, alors qu’on retrouve des saveurs végétales et terreuses, un peu générale mais pas si mauvaise. Ou plutôt pas trop mauvaise. Mais globalement, c’est vraiment trop ordinaire.

Patrick 79%
Menthol au nez. Je n’aime pas la menthe dans mon whisky. Au goût, la menthe laisse place aux agrumes puis au caramel en finale. Un malt assez simple, plutôt frais, à servir en apéritif. Pas de fautes, mais rien pour écrire à sa mère. A moins de collectionner les distilleries, j’aimerais qu’on m’écrive pour m’expliquer pourquoi quelqu’un irait acheter ce whisky sans grande personnalité.

Speyburn 15 ans

46% alc./vol.

Patrick 88%
Un très bon whisky, facile à boire en tout temps. Genre, un chum d’enfance fiable. Nez : Chocolat au lait, fruits mûrs et sucrés, vanille et caramel. Appétissant. Bouche : Riche et enveloppante, avec des notes de caramel, de fruits mûrs, de vanille, d’agrumes subtiles et de quelques épices pour agréablement compléter le tout. Finale : D’une longueur moyenne et marquée par quelques épices du bois.

Speyburn 25 ans

46% alc./vol.
Vieilli dans des barriques de Fino Sherry de chêne blanc américains ainsi que des barriques de bourbon.

André 83.5%
L’attaque feutrée du nez est trompeuse pour un whisky si baveux en bouche. Approche de miel et de vanille crémeuse, zeste de citron frais et jus de la salade de fruits. La bouche est plus puissante, la force du chêne ayant mis à sa main pendant quelques décennies le doux whisky, la sensation d’épices des caraïbes est manifeste et les saveurs de sucre, de miel et les fruits tropicaux divers n’arrivent pas à rivaliser avec les saveurs plus fortes tirées du fût. Les céréales au miel sont aussi très bold partout en bouche. Sous l’effet du 25 ans en fût, les sensations de l’alcool se concentrent en fond de bouche et laissent les épices s’incruster sur le milieu de langue avec une sensation astringente. Je trouve l’apport du fût de Fino Sherry bien faible dans cet amalgame de saveurs très axées sur le bourbon cask. La finale est persistante, l’alcool parait plus haut qu’Il ne l’est en réalité, les épices ont marquées le whisky sur presque toutes les étapes de la dégustation. Une belle pièce de dégustation à ajouter au répertoire mais pas certain qu’Il vaut le 550$ demandé…

Patrick 82%
Un bon dram, mais un mauvais investissement. Je ne comprends pas pourquoi il a fallut attendre 25 ans pour arriver à un tel résultat. Dans le même style, j’ai déjà goûté de meilleurs 10 ans d’âge dix fois moins chers! Nez : Orge, citron et quelques notes feuillues. Le tout est complété par une touche de chêne mielleux. Bouche : Nettement plus plaisant que le nez le laissait présager. Toujours l’orge et les agrumes, mais le côté feuillu est plus intéressant et le chêne plus puissant. L’ensemble me fait presque penser à un genièvre traditionnel des Pays-Bas. Finale : D’une longueur moyenne, marquée par le chêne.

Speyburn Bradan Orach

40% alc./vol.

André 74%
Je n’aime pas le nez, ça sent les céréales macérées dans l’eau, l’orge maltée assaisonné d’agrumes, le sucre à glacer, la vanille. Plus épicé et soutenu en bouche, même si la vanille adoucit vraiment bien le tout mais les saveurs d’orge macérées ne me rejoignent pas du tout. Finale épicée d’une bonne longueur. Bon, à ce prix-là, il était difficile de casser la baraque était pure chimère main n’en reste pas moins que cet embouteillage est plus qu’ordinaire. Une review supplémentaire pour le web !

Patrick 80%
Nez : Frais, marqué par l’orge, les agrumes et le miel. Bouche : Toujours l’orge, mais avec un beau bouquet de pommes, de citron et de vanille épicée. Frais et sucré. Finale : Relativement courte, marquée par la vanille et une pointe florale. Balance : A moins de 20$ pour un single malt provenant de la distillerie, difficile de ne pas y trouver son compte. Un whisky honnête, sans faute, qui pourrait facilement être utilisé avec un mixer, sur glace l’été ou simplement pur, si on ressent le besoin de quelque chose de léger. Il vaut définitivement chaque cenne investie.

Martin 67%
Or profond et ambre pur sont de belles couleurs, à l’image de sa bouteille. Nez: Fruits, chêne, vinaigre de cidre. Un petit chatouillement de l’alcool se fait sentir. Ceci et son absence de mention d’âge nous fait soupçonner que c’est un whisky très jeune. Tombe aisément dans l’oubli. Bouche: Un départ léger. Ballet de vanille, poire et gingembre. Sans crier gare, la jeunesse du spiritueux frappe ensuite d’une bonne brûlure poivrée. Finale: Citron amer. Poivre, cannelle et gingembre. L’amertume est la seule partie de la finale qui persiste, et c’est la seule qu’on voudrait qui meure tôt. Équilibre: Déception la plus extrême. Aurait incommensurablement à gagner de quelques années de plus en fût. Après tout, Speyburn est loin d’être une mauvaise distillerie. C’est un peu de ma faute, je ne sais pas à quoi je m’attentais pour seize dollars US.

Speyburn Solera 25 ans

46% alc./vol.

André 83%
Belle douceur au nez avec un accent tourbé qui surprend. Agréable mélange de chêne, de vanille et de toffee en bouche. Finale en pente douce, un peu trop courte. Rien de surprenant mais rien qui décevra vraiment également.

RV 80%
Comptez le nombre de fois le mot mauvais. Pauvre, le nez est une fois de plus pour cette distillerie un bien mauvais accueil. Suivie d’une mauvaise arrivée gustative de foin pourri, très bizarre avec une finale horriblement mauvaise. Seul point positif, l’aftertaste de gazon plus frais donne une conclusion presqu’acceptable à ce mauvais whisky. Mauvais placement pour avoir aussi peu d’intérêt accumulée après 25 ans.

English EN Français FR