Knockando 12 ans Season

43% alc./vol.

Martin 83%
Couleur miel doré un peu pâle. Nez: Très fragrant, il s’y passe beaucoup de trucs. Fruité. Miel bien annoncé par la couleur. Herbe fraîchement coupée. Soupçon de tourbe enterré sous une montagne de céréales maltées. Notes d’amande. Bouche: Les saveurs tardent un peu à se faire goûter. On commence par le miel, rattrapé rapidement par un tsunami de citron. Nous laisse ensuite avec des céréales bardées de noisettes et d’amandes. Finale: Timide. L’orge et les agrumes persistent, noyés dans le miel sucré. Très frais. Équilibre: Beaucoup de variété au nez, moins en bouche, et peu en finale. J’aime bien, quand même très “terrain de camping”…

Knockando 12 ans Vintage 1989

40% alc./vol.
Construite en 1898, époque peu propice pour le marché du whisky, les premiers propriétaires eurent vite fait de mettre la clef sous la porte ; rachetée par W. et A.Gilbey en 1904, la distillerie allait rester au sein du même groupe -IDV/Justerini and Brooks- durant la majorité de son existence. Le Knockando entre d’ailleurs dans la composition du célèbre J&B. Pour l’anecdote, la milliardième personne à avoir acquis la bouteille de J&B Rare fut…Miss Thatcher, qui se déplaça pour la recueillir en main propre…

André 79%
Très frais et citronné, un scotch pour l’été sur le bord de la piscine? Trouvé en Nouvelle Écosse.

Patrick 80%
Citron, frais, rafraichissant, idéal pour l’été…

RV 78%
Couleur dégueulasse, sent la pelle rouge de carré de sable; au nez, un fruit genre groseille… en bouche le citron sort…. aussi orge pas mure, germes de céréales…. Un peu d’herbe.

Knockando 15 ans Richly Matured 1995

43% alc./vol.
Richly Matured, un nom évocateur de l’élaboration de Knockando 15 ans. En effet, Richly Matured fait référence au vieillissement de ce malt pour lequel 2 types de fût différents sont utilisés (Sherry et Refill Bourbon casks). Créée en 1898, cette distillerie de la Speyside fournit la matière première pour le J&B. Ce n’est qu’en 1978 qu’un single malt fut (enfin ?) embouteillé (12 ans). La distillerie appartient aujourd’hui au groupe Diageo.

André 77%
Un nez où le bois et ses effets dérivés ont transmis leur ADN, un nez à la fois franc et tranché tout en étant assez sucré. Même la vanille jumelée au sucre ne réussissent pas à dégager le nez sec, quoique étonnamment fruité – ananas, poires. En bouche, le bois (pas très agréable d’ailleurs) réussit toujours à percer le voile fruité, ce qui gâche le tout. L’arrivée est fade et sans grande distinction… acidité du citron, le pointu et effilé du bois sec et un peu d’épices asséchant encore plus l’ensemble. Le bois vert est définitivement trop présent dans ce whisky, du nez à la finale. Je n’aime pas.

Patrick 86%
Xérès, avec une touche de chêne et de noix. En bouche, d’abord le xérès, ensuite le… Xérès, puis un peu de chêne et une subtile trace de noix. La finale s’étire d’ailleurs sur ces notes, mais avec le vin se transformant en subtile épice. Léger, bien équilibré, un Speyside tout ce qu’il y a de plus classique. Bref, pas de surprise, mais une valeur sure.

Knockando 18 ans 1992

43% alc./vol.

André 77%
Nez au départ agressif et passablement épicé. En respirant, le whisky s’adoucit et libère des notes de toffee, de miel et de vanille, orange roulées dans le sucre caramélisé et d’une pincée d’épices. En bouche ; saveurs bizarres d’herbe verte et de menthol, d’éclisses de bois sec et de céréales au miel se prolongeant sur des notes de gingembre et de poivre. Ce whisky est débalancé et difficile à suivre dans son développement en bouche. Finale ; sèche et épicée, petits fruits sauvages. Le profil aromatique de cette distillerie n’est pas dans ma palette de goût personnels. De plus l’amalgame des saveurs est douteux et chaotique.

Knockando 18 ans Slow Matured

43% alc./vol.

Martin 82%
Beaucoup plus orangé et profond que le 12 ans. Nez: Plutôt faible, chêne avec une touche de sherry. Notes d’amande et de vanille. Bouche: Miel, vanille et épices. Extrêmement doux. Il faut croire que le temps adoucit les moeurs. Quelques touches de noisette et de fruits secs. Finale: Veloutée. Aucune brûlure d’alcool. Le bois reste un peu mais il est bien le dernier à rester à la fête. Équilibre: Très doux. Son six ans supplémentaire lui a enlevé un brin de mordant. Bien que ce serait un bon choix pour initier un débutant au scotch, ce serait aussi un peu dispendieux et laborieux à obtenir…

Knockando 21 ans Master Reserve

43% alc./vol.
La distillerie Knockando utilise des alambics de forme cônique (classic pot still) pour la première distillation et des alambics à compartiment sphérique (boil ball) pour la seconde distillation. Elle produit un single malt classique.

André 82.5%
Nez doux de miel et de vanille, d’amandes. Chêne présent en bouche. Beaucoup d’épices sur une étoffe de fruits et de sherry. La texture en bouche est anodine mais l’ensemble est plaisant, bien balancé malgré une sécheresse ouvrant sur la finale de céréales séchées et le bois franc. Un bon whisky, sans réelle singularité mais qui plaira à certains.

RV 82%
Dépassé l’adolescence, l’insolence est plus difficilement pardonnable. D’abord avec une pointe de sulfure, le liquide semble avoir beaucoup trop profité du baril et de la sève morte qui semble encore le bois de celui-ci. Avec plus de personnalité, le sirop et le grain intensivement fruité retentit en bouche pour se terminer en échos de coteaux boisés. À la limite de l’insouciance, c’est un whisky peu sage qui semble hausser le ton pour cacher ses défauts.

Patrick 85%
Nez très conventionnel pour un scotch: chêne, vanille, caramel et xérès. En bouche, épices et caramel. Et caramel. Ai-je dis caramel? La finale s’étire sur un caramel légèrement boisé. Rien d’extraordinaire, mais tout de même bien équilibré et très (trop?) facile à boire. Surtout, un excellent rapport qualité/prix.

Knockando 25 ans

43% alc./vol.
Knockando doit son nom au gaélique Cnoc-an-dhu, soit petite colline noire. Vieilli en fûts de chêne américain et caractéristique de son terroir, Knockando est cependant une exception : c’est en effet le seul single malt dont chaque bouteille provient d’une saison particulière, embouteillée quand elle est prête. La toute première édition de cette référence rare 25 ans d’âge en est le reflet. Knockando 25 ans d’âge n’a pu être produit qu’à 4 500 exemplaires numérotés.

André 83%
Très doux et harmonieux. J’ai toujours apprécié la tranquillité des Knockando. Mélange de fruits; raisins verts et citron jumelé des éléments boisés et d’un peu de vanille. En bouche; melon au miel et une fumée de tabac, un mélange éclectique mais agréable. Finale trop courte mais avec des éléments si volatiles, il aurait plutôt fallut se surprendre du contraire.

Patrick 85%
Au nez, un fruit mur et intense, porté par un chêne très riche. En bouche, toujours les fruits murs et riches, un sucre rappelant un vieux rhum, le tout toujours supporté par le chêne. La finale offre une longueur moyenne marquée par les épices. Un bon whisky chaleureux, parfait pour l’hiver qui s’en vient, mais après avoir payé le chauffage, j’ai bien peur qu’il soit trop dispendieux pour mon portefeuille.

Knockando Extra Old Reserve 20 ans 1977

43% alc./vol.
Bottled 1998

André 89%
Gâteau aux fruits frais, raisins de Corinthe, sherry onctueux et pompeux, oranges, dattes. Le sherry est intense mais d’une douceur exceptionnelle. La bouche est souple et texturée. Saveurs de cerises noires, de réglisse rouge, caramel et oranges, gâteau aux fruits. Le whisky a un bel aspect gras presque huileux en bouche qui préserve des épices qui se mettent en place progressivement. Un brin de cannelle et de clou de girofle, cacao, chocolat noir fourré à l’orange, sherry affirmé. La finale est un peu courte et s’assèche progressivement laissant de grosses notes de fruits séchés et une amertume tirée du bois de chêne qui s’allie d’épices soutenues. Petite rétro-olfaction de souffre mais rien pour déranger. Pour amateur de sherry avertis.

Patrick 87%
Un whisky vraiment plaisant, avec un beau mélange de saveurs. Si ce n’était de la texture, ça serait exceptionnel! Nez : Des dattes, du gâteau aux fruits, des oranges et du xérès. Bouche : Du beau xérès qui baigne dans le bois (à moins que ce ne soit l’inverse), des notes d’oranges, quelques épices, du chocolat noir… La texture est un peu aqueuse, mais c’est quand même très bon. Finale : Un peu courte, mais délicieuse, avec du xérès un du bois.

Knockando Extra Old Reserve 22 ans 1975

43% alc./vol.
Bottled 1997

André 90%
Très doux et paisible. Premières impressions rapides : Ananas, bananes, noix de coco, oranges, sherry, une touche de tabac. On reconnait rapidement le whisky avec de la noblesse sans manquer de caractère. Très souple en bouche, les épices, la cannelle, le poivre donnent une seconde vie aux saveurs hyper douces. On devine l’utilisation de sherry cask avec la livraison de fruits secs, de cerises, d’oranges, de raisins secs et d’abricots mais aussi des saveurs qui rappellent le bourbon cask avec de l’ananas et de la banane. Léger brûlé aussi avec des amandes grillées, du tabac et de la noix de coco, du chocolat noir aussi fourré d’oranges. La finale est épicée, gingembre, cannelle et poivre. Une belle expression avec de la complexité insoupçonnée venue d’une distillerie qui m’avait toujours laissé sur ma faim. Voilà qui remet les choses en place.

Patrick 88%
Un très bon whisky avec une belle complexité et très bien équilibré. Nez : Beaux fruits mûrs, cuir, noix de coco, orangés, miel et vanille. Bouche : Des oranges, du cuir, des fruits mûrs, du sucre brûlant, du bois brûlé et des ananas. Finale : D’une belle longueur, bois brûlé et quelques fruits mûrs.

Martin 90%
Nez: Doux, sucré et mielleux. Fruits tropicaux et herbe séchée. Crème fraîche et vanille timide. Raisins, pruneaux et cuir vineux. Belles notes du fût de vin fortifié. Bouche: Caramel, fruits secs, raisins, miel et vanille. Un peu d’astringence tirée du bois, belle texture et chaleur épicée. Cannelle. Finale: Longue et chaude, parsemée d’épices et de xérès. Équilibre: Pour une distillerie qui ne nous a donné que des scotchs disons « conventionnels », c’est rafraîchissant de voir qu’ils peuvent produire un embouteillage de ce calibre. Dommage encore une fois que ce soit absolument quelque chose d’introuvable.

English EN Français FR