Glen Grant 12 ans

43% alc./vol.

Patrick 80%
Un gros bof typique du Speyside. Bof bof bof. Nez : Parfum de céréales mouillées et de chêne tout autant mouillé. Bouche : De belles épices venant du chêne brûlé et… Pfff… Pas grand chose. Nope. Honnêtement, si vous aimez assez le whisky pour lire nos évaluations sur ce site web, ce whisky ne rencontre pas vos standards. Finale : Boisée pis du malt pis pas grand-chose d’autre.

Glen Grant 18 ans

43% alc./vol.

Patrick 81%
Sans joke, gardez votre argent. Ce n’est pas mauvais, mais pour votre santé, voici une belle façon de prendre un verre de moins . Nez : Un parfum tellement subtil qu’on s’en sacre pas mal. Du chêne, un petit peu de fruits pis… Bof. Fuck off. Bouche : Du sucre, des épices venant du chêne, pis… Bof. Finale : D’une longueur moyenne, d’un goût moyen.

Glen Grant 5 ans

40% alc./vol.

André 84%
Quel single malt bizarre; très herbeux. Odeur de bubble gum? Bon whisky. Super doux. Sucré. Mais tellement difficile à trouver que c’est un réel plaisir d’y goûter juste pour ça. Merci Pat pour ce scotch rapporté d’Italie.

RV 82%
Mielleux, herbeux, fleurs de trèfles, rond en bouche. Sucré.

Patrick 85%
Herbeux, vert. Sec au goût. 2ème dégust: Nez: Léger et sec. On dirait un peu de vin. Goût: Léger, le vin se confirme. Huileux. Global: Délicieux, à 13,50 Euros, le deal du siècle! Je comprends aisément pourquoi c’est le plus populaire d’Italie!

Glen Grant The Major’s Reserve 2010

40% alc./vol.

André 85%
J’adore la simplicité de Glen Grant, un whisky easy going sans soucis qui vous ramène à l’essentiel. Nez très fruité – compote de pommes vertes et ananas, melon d’eau, mélange discret d’herbe sucrée, très doux et agréable. Le taux d’alcool donnera une bouche à l’approche monotone un peu plate, feeling un peu moelleux mais avec un côté edgy du oak cask, miel, noix et bois, fond d’épices. Finale un peu courte mais à l’image du reste, calme et posée, un filin d’herbe et de pomme épicée. À ce prix – 20$ – un des meilleurs rapports qualité-prix du marché. C’est presque le prix d’une bouteille de vin de semaine!

Patrick 80%
Nez : Céréales Honeycomb et pommes. Bouche : Ok, c’est ici que ça se passe! Très agréable en bouche, avec des notes d’Honeycomb, de caramel et une pointe d’épices de chêne. Finale : Plutôt courte et sèche. Balance : Nez ordinaire et finale inexistante. Mais le goût est vraiment intéressant. Bref, Intéressant, surtout pour un whisky à moins de 30$.

Gordon & MacPhail Glen Grant 16 ans 1993

40% alc./vol.
Fondée en 1840, Glen Grant est longtemps restée la propriété du groupe Chivas Brothers (Pernod Ricard) avant de tomber en 2005 dans l’escarcelle du groupe Campari. Principalement élevé en fûts de bourbon et mis en bouteille en tant que 5 ans ou 10 ans, Glen Grant est un single malt méconnu au regard de la capacité de production de sa distillerie. Avec prés de 6 millions de litres d’alcool pur par ans, Glen Grant se place en quatrième position après Roseisle, Glenfiddich et Macallan. Elle est surtout connue auprès des amateurs de single malts pour ses versions élevées en fûts de sherry de premier remplissage du négociant Gordon & MacPhail.

André 85.5%
Nectarines et sale de fruits tropicaux, nez festif et agréable, ensoleillé, un brin de citrus, le fût de bourbon sans bien de doutes, un soupir de fumée en sourdine. L’arrivée en bouche est un peu plate, au niveau textural il y a mieux, mais cela ne le rend que plus invitant et facile d’approche, les agrumes, les nectarines et la fine touche de fumée. En fait, la bouche est le miroir du nez, mis à part l’apport épicée de la finale de bouche. Finale épicée et sèche accentuée par la fine fumée. Un whisky avec un bel éventail de saveur, aux facettes différentes sans être éloignées aux deux bouts du spectre des saveurs.

RV 83.5%
Un divan rapidement choisi par un gars chez Tanguay. Malt qui trempe dans une solution très noire de vanille et grandes herbes grasses, elles aussi sucrées. En bouche, le grain est ultra pesant, laissant très peu de place à la précédente vanille. Toutefois, lors du reste de l’expérience, les feuilles et les fleurs de violette africaine poussent tranquillement en pointant par-dessus la poussière de moulée à chevaux. Les couleurs sont un peu morne, le modèle couci-couça, en fait il s’agit simplement d’un whisky de gars où le confort prime sur l’originalité.

Patrick 83%
Nez: Parfum très léger de céréales. Petite note fruitée. Bouche: Sensation fraîche et légère. Céréales et agrumes. Finale: Moyennement longue avec une pointe d’épices et toujours les agrumes. Balance: Bien balancé, mais un peu trop léger à mon goût. Et ce, malgré qu’il s’agit de mon premier dram de la soirée.

Gordon & MacPhail Glen Grant 1968

40% alc./vol.

André 85%
Party time comme dans le Sud! Citron lime. Très liquide et vraiment frais. Wave très longue, aftertaste qui s’étire et demeure longtemps en bouche. Super frais! Peut-être des poires en finale. Un scotch généreux, qui reste longtemps en bouche. Surprenant de la part d’un whisky si liquide. Ceci dit, de boire un scotch distillé en 1968 est une expérience en soi.

RV 84%
Marshmallow peaty. Sables orangé du Oban. Oranges. Entrée sophistiquée en bouche et bonne finale longue à plusieurs vagues successives. Arrivée gâteau mais long à développer, finale par contre forte en alcool et vanille trop forte, mais un aftertaste retour sur les bananes qui corrige le tout. Une cousine plus âgée à laquelle jaser n’est pas une corvée mais qu’on n’appelle pas souvent.

Patrick 90%
Agrumes. Oranges… Herbeux, huileux, trèfle. Wow! Évolue pendant plusieurs minutes dans la bouche, ce qui est selon moi la définition d’un excellent whisky… J’aurais aimé le voir à 50% d’alcool…

Gordon & MacPhail Glen Grant 2003-2014

40% alc./vol.

André 77%
Nez herbeux et de pommes vertes, poire, de vanille. Fruits à chair fraiche, oranges, couché sur un lit d’épices. La bouche est flat et diluée, les saveurs sont douces et très fruitées, auxquelles s’additionnent les céréales, le miel, l’herbe coupée. Les épices jouent un rôle plus important en bouche, leur prestation est soutenue et appuyée par de solides notes de poivre noir. N’eut été de ces épices et du poivre, la finale aurait pris des allures précipitées et volatiles. Dans l’ensemble, ce whisky, en plus de ne pas tomber dans ma palette de goûts perso, livre un équilibre douteux, une texture diluée et une succession de saveurs très ordinaires.

Patrick 82%
Un dram très léger, avec une belle présentation de saveurs.  Un bon whisky, mais définitivement rien pour faire bouger les montagnes.  Nez : Léger, avec des notes d’orge, d’ananas, de mangue et de vanille.  Bouche : Malt épicé-poivré, ananas, mangue, banane et agrumes.  Finale : D’une belle longueur et portée par le poivre et les agrumes.

Gordon & Macphail Glen Grant 47 ans 1966

45% alc./vol.
Special bottling “To celebrate The Queen’s Award for Enterprise for International Trust”

André 95%
Miel, oranges, melon au miel, sucre brun, fruits secs, dattes sucrées, cerises, poires et ananas. Hallucinante texture, oranges et poires, melon au miel, puis les fruits rouges – cerises, dattes, framboises, pincée d’épices, sucre brun organique, gingembre, toute-épice, ananas. La texture est juste wow… Ce qui étonne, c’est la montée soutenue des épices en finale de bouche, sans être trop fortes. Finale de sirop de cerises, marmelade d’oranges, réglisse rouge, oranges et poires. Beaucoup de sucre résiduel, ensemble sirupeux et collant, notes de chocolat au lait, miel, cassonnade ou rhum brun. Un superbe whisky, de mon année de naissance en plus, ça ajoute au plaisir.

Gordon & MacPhail Glen Grant 50 ans

40% alc./vol.

André 91%
Nez riche et surtout pas étouffé par les effets des 50 ans passés dans le fût de chêne. Vieux sherry poussiéreux, autant au nez qu’en bouche, les dates fraiches, la pâte de fruits, moue de café, la pomme rouge, le chocolat noir et un soupir d’épices. En bouche, le whisky affiche une force surprenante pour son âge presque gériatrique et mon maigre taux d’alcool. On est à même de ressentir avec plus de puissance l’effet du fût de sherry, le boisé est plus prédominent sans trop envahir les saveurs posées et douces qui s’évaporent du verre. Toujours le sherry vieillot, les dattes et le chocolat noir, une petite sensation rêche, vague de fruits secs mélangés et de chocolat noir affublé de quelques sournoises teintes épicées. La sensation du whisky se concentre complètement en fond de bouche, confirmant son âge vénérable. Les saveurs du whisky s’étirent presque avec indécence en bouche, mais les saveurs goûtées ne font que se prolonger sans fin. Très porté sur le sherry et le bois de chêne gorgé de sherry fruité un peu austère, le chocolat noir. Une expérience en soi qu’il est difficile de séparer de l’expérience de la dégustation elle-même. Toute la notion historique du whisky biaise peut-être un peu l’évaluation mais au final, difficile de séparer l’émotion de la notion froide d’évaluer un whisky. J’espère que j’en serai pardonné.

Old Malt Cask Glen Grant 18 ans 1990

50% alc./vol.
Embouteillé en 2008, 665 bouteilles.

André 82.5%
Assez relevé au niveau de l’alcool mais paisible au niveau des arômes. Bon fruité, sans trop d’exubérance, une belle dose d’épices. La bouche copie assez exactement le nez, sans surprises. N’eut été la bouche soulevée par la vague alcoolisée, cette salade de fruits et d’épices serait passée inaperçue. Décevant, surtout pour le prix payé.

RV 82%
Un voyage payé cher et étrange, du japon à la Caraïbe, mais qui se termine dans un champs d’houblon assez banal. Léger au nez, avec un aspect dessert de gâteau bananes et noix. Sur la langue, feuilles de feuille de bananiers, de lait de coco et de noix de Grenoble. Début de finale de grain et de feuille fumées et aftertaste qui se fait attendre, mais pour ne livrer que de la bière à l’image du Glenturret.

English EN Français FR