Santa Teresa 1796 Ron Antiguo de Solera

40% alc./vol.
Venezuela. Blend de rhums de mélasses de 8 à 12 ans vieillis en barils de solera puis fini pour un an en baril de whisky et de bourbon.

RV 88.5%
Un autre rhum qui nuit aux cochonneries de Bacardi habituelles en montrant ce qu’est un vrai rhum de qualité. Miel et orange, dès qu’on le sent on se rend compte qu’il ne s’agit pas d’un rhum typique. En bouche, l’arrivée d’agrumes est beaucou plus fraîche que ce dont à quoi je m’attendais, même si la canne finit par reprendre le contrôle. La finale est un peu râcheuse, mais à la deuxième gorgée des épices sortent pour venir contrebalancer le sucré. Une très belle découverte, confortable à l’instar d’une place devant le foyer d’un chalet de ski, bien entouré. Où est mon flasque?

Patrick 84%
Nez rappelant un scotch vieilli dans un fût de xérès avec une touche feuillu. La douceur en bouche est plutôt surprenante, cassonade et caramel intense, touche de fruits rappelant le vin qui diminue malheureusement trop vite en intensité pour qu’on puisse en apprécier les subtilités. La finale manque malheureusement d’intensité et lui fait perdre plusieurs points. Il aurait définitivement avantage à être embouteillé à un plus haut taux d’alcool afin qu’on puisse vraiment en apprécier les détails. Bien pour celui qui n’aime pas vraiment les spiritueux, mais laissera les autres sur leur appétit. Définitivement, donnez-moi un coup de fil lorsque vous en trouverez un échantillon embouteillé à un taux d’alcool plus appréciable.

St.Lucia Distillers 1931

43% alc./vol.
St. Lucia Distillers.

RV 84.5%
En partant, il m’est difficile de ne pas trouver fourbe un rhum approchant le 100$ qui utilise un date comme 1931 pour un rhum trop jeune pour avoir même vécu l’époque pré-internet (distillé en 2003 et 2005). Tout en douceur et en distinction, difficile de savoir s’il provient de canne directement, quoique l’odeur de fin caramel est un bon indicateur au milieu des framboises et des cerises. Peu d’arrivée mais le raisin s’installe très lentement, dans un rhum qui ne se développe trop peu avant la finale de caramel et de doux raisins secs. Bien plus une copie qu’un original, trop peu de vague le lac est beau mais un peu trop calme.

Chairman’s Reserve Finest St Lucia Rum

40% alc./vol.
St. Lucia Distillers.

RV 77%
Sans m’informer sur la méthode de fabrication de ce whisky, l’olfactive trompeuse ne peut cacher la finale de désastre environnemental. Au nez, c’est industriel mais bien fait: la canne y est encore un peu, toutefois le caramel est râcheux et est un peu décevant, sans vraiment d’évolution. Finale aigre à saveur d’industriel bas marché, ce navire qui semblait agréablement abordable s’échoue lamentablement. Quand on laisse du rhum dans l’once de dégustation servie… à 31$, aurais-je dû m’en douter?

Shellback Carribean Silver Rum

40% alc./vol.

RV 75%
Vanille et papaye, tiens beaucoup plus du rhum aromatisé que d’un rhum silver. Un peu aigre en bouche, les fruits tiennent du sirop qui sont encore plus aigre en finale. Dommage le nez semblait pardonnable… mais ça s’effondre. Désastreusement. Un autre mauvais rhum à peine bon pour saouler les gens à Vegas.

Saint-James Mojito Imperial

14.9% alc./vol.

RV
Difficile de mettre une note sur un mélange, mais si celle-ci n’était relié qu’au plaisir, elle friserait les 90%. Assez sucrée sans trop l’être, il s’agit sans contredit du meilleur prémix de mojito que j’ai goûté à ce jour. Quoique le citron vert est un peu faible, la menthe ressort bien et le whisky tient un bon rôle secondaire (et rien n’empêche d’en rajoutant, du blanc à mon humble avis). Avec ou sans quartier de lime, avec ou sans menthe, d’accord c’est moins authentique que le shaker et le sucre de canne mais quand ne sert à rien d’épater la galerie, quelques cubes de glace et le tour est joué. Ou sinon essayer le Mojicoke avec un tier du Saint-James mojito et deux tiers de Coke Zero.

Saint James Rhum Agricole Ambré

45% alc./vol.
Sainte-Marie, Martinique. Elevé en foudre de chêne de 18 à 24 mois.

RV 83.5%
Un peu rustre, mais très franc et amical. Beau mélange, juste à mi-chemin entre l’aigreur végétale de la canne et le caramel. Ce même caramel se révèle assez fort en bouche, et ne laisse à la canne qu’un léger goût de fer un peu rouillé transparaître. La finale est par contre tout en canne, très feuillue, voire en fougère ou feuille de quenouille. L’aftertaste est assez lustré, à l’image du nez.

Patrick 85%
Au nez, définitivement rustre et sans aucune trace d’amabilité. Va-t-il me planter un poignard dans le dos? Non! Au goût, une aigreur végétale plutôt agréable qui donne l’impression de mordre dans une canne à sucre pas assez mûre. Le caramel vient adoucir l’ensemble pour créer un équilibre agréable et une évolution surprenante. Le tout se termine lentement, avec un goût très végétal, très frais et qui nous donne le goût d’en prendre une autre gorgée. Dommage que le nez soit aussi rébarbatif, il pourrait aller se chercher quelques points de plus. En tout cas, pas surprenant qu’il jouisse d’un aussi grand succès à l’échelle planétaire.

Ron Barceló Gran Añejo

40% alc./vol.
Assemblage de rhums dominicains.

RV 68%
Jamais je n’ai autant écrit le mot ”non” sur ma feuille d’évaluation. Non, pas possible, c’est un rhum aromatisé, non? Heureusement, aucune, non aucune arrivée en bouche, pas même après 10 secondes. En finale, maigre retour sur des levures de bière industrielle. Non, vraiment, tout simplement, dégueulasse. Par contre, j’aurais peut-être dû douter de la qualité d’un rhum dit Gran Anejo à 25$. Qui goûte moins bon que des rhums sans mention (par exemple, le Newfoundland Screech).

Porto Morretes Cachaça Vieillie

40% alc./vol.
Brésil.

RV 83.5%
Au rhum, ce cachaça représente ce qu’est le mezcal au tequila, avec son caramel sale des whiskies industriels mais l’aspect végétal des rhums agricoles et même de vanille lorsqu’il respire. Au goût, la canne semble plus vieille et assez aggressive, en très bon médium sur toute la ligne. Avec sa finale légèrement boisée, il gagne de gorgée en gorgée et mérite de sortir des sentiers battus.

Rhum PMG Marie Galante

40% alc./vol.
Guadeloupe.

RV 85%
Ca sent bon la canne! Avec un léger salé de cactus et plein de citron, le nez précède avec fraîcheur l’arrivée explosive du rhum qui pique les lèvres et la langue. Définitivement pas pour les débutants dans le monde du rhum agricole, la finale encore toute de canne vêtue est bien au chaud même si elle arbore de beaux agrumes. Un bon moyen, davantage agricole que plaisancier, de transformer sa gorge en île du sud.

Plantation Barbados 2000

42% alc./vol.

Patrick 84%
Caramel fruité agréable.  En bouche ,doux caramel ,très bonbon.  Finale un peu courte ,marquée par la mélasse.  Bon ,mais rien d’extrordinaire non plus.


English EN Français FR