Kilchoman 10 ans KWM 25th Anniversary

56.6% alc./vol.
Bourbon Cask #255/2007, Distilled 22/08/2007, Bottled 28/08/2017, 212 bottles

André 88%
Beau gros feu de plage dans le sable mouillé, réglisse noire, tourbe médicinale, pastilles casse-grippe, notes phénoliques mais tout de même relativement tranquilles au nez, agrumes et fruits tropicaux, un peu animal et brut dans l’approche, maritime et rafraichissant, aérien. La bouche est onctueuse, vanillée, mielleuse et bien fruitée, l’ananas et les fruits tropicaux, pommes vertes, notes de menthol et de phénols, la tourbe est médicinale et camphrée, on s’imagine facilement sur le bord du quai ou de la mer. Une intense douceur, des saveurs définies mais une texture polie et respectueuse. Longue finale sur les notes de tourbe et les bonbons pour la grippe, fruits de mer, miel et vanille. Incroyable comment le Kilchoman vieillit bien au fil des années, mais comment aussi le whisky devient de plus en plus sage. Ces éditions plus ‘’âgées’’ ne plairont probablement pas à tous les fans actuels de la distillerie. Chose certaine, Kilchoman trouve lentement et confortablement sa niche dans l’univers des whiskies d’Islay.

Ardbeg Grooves

46% alc./vol.
Lancé à l’occasion du Ardbeg Day 2018, Ardbeg Grooves est un whisky d’assemblage de Ardbeg Signature vieilli en fûts de Bourbon et de whisky vieilli en fûts de vin bousinés. Son nom est inspiré de ces fûts si intensément brulés que le bois à la surface des douelles est strié de grosses rainures, des « grooves » en anglais.

André 88%
En approche, les arômes typiques d’Ardbeg, puis avec le temps, ce Ardbeg se dévoile avec délicatesse et presque gêne. Camphre, phénol et essence de pins et sapins ou de menthe, fruits rouges et viande fumée encore rouge, bbq & feu de plage, embruns marins. L’édition régulière est très différente de la Committee Reserve, plus grand public, plus ronde et approchable. La bouche est salée, herbeuse et camphrée, puis balance sur le bbq sur la plage encore mouillée et parfumée de sel de mer, les fruits rouges et la viande fumée. Au fil des gorgées, des notes de vanille, de pelures de pommes et de poires trouvent leur place aux côtés des saveurs de tourbe typiques de la distillerie. La finale est un peu courte, sur les fruits rouges et le bois de cerisier, les cosses de pommes et la viande fumée sur la plage. Un peu trop domestiqué, ce Ardbeg se laissera approcher par les amateurs hardcore ou les nouveaux prospects. Personnellement, je reste sur ma faim.

Patrick 88%
Youpee, ma dose annuelle de nouveau Ardbeg! Un très beau Ardbeg, savoureux comme il se doit et bien balancé. Nez : L’enivrante fumée de tourbe d’Ardbeg, avec une superbe couche de cendres, une touche de viande bien cuite sur le BBQ et un soupçon de fruits. Bouche : Une belle vague de fumée de tourbe, légèrement adoucie par une subtile note fruitée. Aussi du poivre, du sel et une tonne de bois brûlé. Finale : D’une belle longueur, épicée et salée.

IrishAmerican

40% alc./vol.
Whiskey Irlandais vieilli en fûts de chêne américain.

Patrick 86%
Un bon Irish, dont le contenu de whiskey de grain semble être assez élevé. Parfait l’été sur le patio, ou le vendredi soir en général. Nez : Parfum frais et fruité, présentant au premier plan un mélange de vanille et de poires, avec une lointaine salade de fruits “Del Monte”. Bouche : Une complexité que le nez ne laissait pas présager, avec les épices du bois sec, des agrumes, de la vanille et des poires. Finale : D’une longueur moyenne, marquée par les épices du bois sec.

Orphan Barrel Release #06 • Entrapment

41% alc./vol.

Patrick 89%
Un très bon whisky, avec beau mélange de sucre et d’épices, qui saura faire tripper les amateurs de whisky canadien qui ont la dent sucrée. Ceci étant dit, à ce prix, j’ai déjà vu de meilleurs whiskys canadiens. Nez : Cassonade, caramel et légers fruits, le tout recouvrant avec brio la vanille et la planche de bois. Sucré et appétissant. Bouche : D’abord les épices, puis le bois sec et la vanille et enfin un beau mélange de cassonade chauffée. En fait, les épices ne nous quittent jamais tout à fait. Finale : D’une longueur moyenne, marquée par les épices et la cassonade.

SMWS 3.295 Bowmore 20 ans

54.6% alc./vol.
“Bouquets and spades” – Distillé le 5 avril 1996 – 228 bouteilles

André 87%
Effectivement floral et agréablement sucré, genre lilas et pâquerettes, chocolat blanc, beaucoup d’ananas nappés de vanille fraiche. La bouche est moelleuse, douce tourbe légèrement phénolique, grosses tranches d’ananas, poires en cube, vanille saupoudrée de sel, chocolat blanc, pincée de cannelle. Je détecte un léger off-key en bouche que je n’arrive pas à identifier… J’adore l’amalgame de saveurs et le taux d’alcool un peu plus approchable. La finale se définit par des tonalités fumée et tourbées et son mélange de poires et d’ananas. Pas le meilleur embouteillage de Bowmore de la SMWS mais ce whisky offre de belles découvertes de dégustation.

Patrick 88%
Un beau Bowmore bien salé comme je les aime. Aussi riche, intense, complexe et bien équilibré. Nez : Bouquet de fleurs et cassonade, avec une touche de miel et surtout de sel de mer. Bouche : Sel intense, touche de poivre, bois brûlé, bouquet de fleurs, bois brûlé et cassonade discrète. Finale : D’une belle longueur, riche et intense, marquée par le chêne brûlé, le sel et la fumée.

SMWS 3.291 Bowmore 20 ans

56.5% alc./vol.
“Tickle your Fancy” – Distilled on April 5th 1996 from Refill Ex-Bourbon Hogshead Cask – 263 bottles

André 86.5%
Une invitation au buffet de saveurs incroyable servi à la mode Bowmore; gâteau aux fruits, oranges, cuillerée de cannelle, gingembre, confiture de fruits, saumon au sirop d’érable, miel, raisins secs, chocolat noir, pincée de sel de mer, fumée de tourbe noyée dans les fruits secs. On déchante rapidement en bouche, où quelques effluves de chlore ressortent immédiatement du verre et taquinent la bouche… Belle envolée d’épices, de caramel et d’ananas, d’oranges et de petits fruits rouges sauvages, caramel salé un peu brûlé. Vraiment étonnant cette avalanche de fruits avec un vieillissement en bourbon cask, j’aurais parié sur un sherry cask… Finale longue et très fruitée, les raisins secs et une lente fumée de tourbe florale. Un Bowmore hors-norme, avec quelques petits défauts mais définitivement attrayant.

Patrick 90%
Un superbe Bowmore, différent des produits habituellement offerts par la distillerie, mais qui sait tout de même satisfaire le fan que je suis. Nez : Caramel, oranges sanguines, épices et sel de mer appétissant. Bouche : Sel et épices en premier lieu, fruits mûrs discrets, trace de fumée, notes de rhum et gingembre discret, mais pas tant que ça non plus. Finale : D’une belle longueur, épicée, légèrement fumée et salée.

SMWS 29.172 Laphroaig 20 ans

58.2% alc./vol.
“Smoked beer”, distilled April 4th 1995, Refill Ex-Bourbon Barrel, 212 bottles

André 83%
Singulier, dans la singularité qu’à déjà Laphroaig, c’est peu dire. Ça sent la bière du distillateur, les céréales macérées mais avec un fond de fumé de tourbe assez bizarre. C’est définitivement unique comme nez, on aime ou pas… Ça sent aussi la tourbe verdâtre, la motte de terre avec de l’herbe au travers, la fumée de tourbe un peu étouffées, les céréales macérées, le bois vert et un léger médicinal, le miel et du citronné agrumé.Plus franc en bouche que l’annonçait le nez, suie et cendre de feu de foyer refroidi, miel, boisson au citron, mélange de sel et de poivre broyé. La bouche est pleine de sous-entendus tourbés un peu crasseux, que cachent un paravent de fruits tropicaux et d’herbe verte. Finale tourbée, poires, fruits tropicaux et aussi avec quelques accents de chlore en arrière bouche qui gâche le plaisir général. Dommage, le voyage était si bien commencé.

Patrick 84%
Un Laphroaig non orthodoxe,, mais tout de même savoureux et intense comme on peut s’y attendre. Mais bon, peut-on vraiment réinventer un classique? Nez : Céréales, épices… Et quelque chose me rappelant un hot dog all dressed! Dont la saucisse a été fumée à la tourbe! Bouche : Fumé et très épicé, avec du sel, du bois brûlé et des pickles! Finale : D’une belle longueur, fumée, salée et marquée par les… Cornichons à l’aneth!

SMWS 29.179 Laphroaig 16 ans

51.6% alc./vol.
“Tarry ropes on a wooden boat” – Distillé le 1er juillet 1999 – 282 bouteilles

André 90.5%
Nez frais et qui rappelle les escapades en randonnées sur le bord de la mer, boisson au citron, pitch à toiture, embruns maritimes, bbq sur la plage, confiture de fruits et d’oranges, centre de foyer éteint, chocolat noir, poires nappées de crème à la vanille, tourbe médicinale… mais pas trop, accents de machinerie industrielle, genre huile à moteur neuve. La bouche déçoit un peu en approche, la texture est un peu diluée alors que l’on s’attendait à quelque chose de huileux et plus généreux; poires, ananas, tourbe maritime un peu grasse, suie, chocolat noir. Longue finale, bien tourbée, légèrement acidulée, citronnée et maritime. I like.

Patrick 92%
Un superbe Laphroaig, intense, riche et débile comme je les aime! Nez : Fumée de charbon de bois et de poivre, avec une touche de saumure, d’agrumes et de fleurs. Bouche : Fumée de charbon de bois d’une belle intensité, un peu de goudron, sel de mer intense, agrumes et quelques fleurs. Finale : D’une belle longueur, fumée, boisée et épicée.

BenRiach Peated Quarter Cask

46% alc./vol.
Une version qui met également en lumière le processus de maturation en fûts quarter casks, processus qui amplifie les échanges entre le bois et le whisky.

André 86%
Axé sur les céréales, savoureuses notes de poires dans leur jus, d’agrumes, accentué par des pointes de bois sec, tourbe un peu brute et terreuse. La bouche évoque beaucoup de verdeur, le bois vert, la tourbe parsemée de poignée d’herbe verte mouillé, bien grasse et terreuse aussi, duquel ressortent les vagues successives de poires dans leur jus, de nectarines et d’agrumes fraiches finement citronnées. Ce whisky est moins robuste que son congénère Curiositas avec un aspect similaire apportée par la tourbe terreuse, herbacée et grasse. Finale moyenne, un peu courte même, tourbée, camphrée et sur la salade de fruits avec beaucoup de poires. Un peu ambivalent avec cette édition, qui manque de punch et de singularité. On ne nous a pas habitué à ça chez Benriach… Coïncidence, c’est aussi un des premiers embouteillages officiels à paraitre depuis la vente de la distillerie par Billy walker et ses acolytes. J’espère que ce n’est pas de mauvais augure.

Patrick 90%
Ok, amateurs de whisky tourbés, vous ne pourrez qu’aimer ce whisky! Mais n’y cherchez pas le côté maritime des Islays, il s’agit d’un vrai Speyside traditionnel. En tout cas, moi j’en ai mis une bouteille dans mon panier! Nez : Superbe fumée de tourbe vanillée et sucrée, avec une légère touche boisée. Bouche : Bois épicé et brûlé intense, suivi d’une vague de fumée de tourbe qui ramasse tout! Bref, épices, fumée, charbon, végétaux cramés et bois brûlé. Finale : D’une belle longueur, marquée par la fumée et les épices du bois brûlé.

Blair Athol 23 ans 1993

58.4% alc./vol.
2017 Limited Release, Bottle #5332 of 5514. Ce single malt embouteillé au degré naturel en édition limitée, est présent pour la première fois dans la collection Special Release. Issu de la méconnue distillerie Blair Athol située à Pitlochry, Perthshire, cet embouteillage est le premier Blair Athol depuis 2003. Il a vieilli depuis 1993 en ex-fûts de Xérès, assemblés à partir de chêne européen. Seulement 5.514 flacons numérotés individuellement pour le monde entier. Ce whisky fait partie de l’édition 2017 des Special Releases de Diageo, une collection qui permet de découvrir des whiskies rares ou atypiques en provenance des meilleures distilleries d’Écosse, dont certaines sont aujourd’hui fermées.

André 91%
Cerises noires, grosses épices du gâteau aux épices, chocolat noir, oranges, raisins secs, sensation presque tannique, prunes et oranges. Belle courbe aromatique en bouche, plénitude des saveurs, intenses et qui sont certaines dans leur approche; prunes, raisins secs, cerises noires, tannins du vin rouge, gâteau aux épices, oranges. Texture vraiment superbe, collante et amoureuse menant à une finale sur les cerises noires épicées et les prunes, la pâte de fruits. Superbe whisky, une célébration du sherry cask. Divin!

Patrick 90%
De loin le meilleur Blair Athol que je n’aie jamais eu, superbement construit et totalement satisfaisant. Wow, ils avaient caché le bon stock! Nez : Parfum marqué par un vieux xérès, avec du chocolat noir, des fruits mûrs et une vanille subtile. Bouche : Wow, du vieux xérès sur du vieux chêne, avec des épices intenses, des noix et du gâteau aux fruits. Finale : D’une superbe longueur, marquée par les fruits mûrs et du caramel légèrement cramé.

English EN Français FR