SMWS Exotic Cargo 10 ans

50% alc./vol.
Blended Batch 01 – Distillé 06/2006, Bottled 2017, 1st fill Spanish Oak Hogsheads, édition limitée de 2937 bouteilles – Premier blend de la SMWS.

André 88%
Sherry bien fruité, noix sautées à la poêle, une touche musquée, oranges, raisins secs, vieux cuir mouillé, chocolat noir au chili. Belle rondeur en bouche, presque sirupeuse, bois mouillé, cerises marasquin, prunes, raisins macérés dans le rhum brun, chocolat noir amer, caramel, poivre et épices à chili. Finale amère et sèche, pâte de fruits, prunes, bois humide, chocolat et moue de café.

Patrick 94%
Un superbe whisky présentant un délicieux mélange de fruits et d’épices. La SMWS a créé un vrai chef d’œuvre comme premier blend, bravo! Nez: Du chocolat au lait avec des cerises, de la vanille, des mangues et du caramel. Bouche: Des épices chaleureuses, du piment, des fruits mûrs, des fleurs, de la cannelle, du gingembre, du cuir et une touche de cendre. Finale: D’une belle longueur, avec de beaux fruits mûrs et de succulentes épices.

Martin 88%
Nez: Miam, xérès goulu, dattes, raisins et caramel salé. Bois, miel et fruits bien mûrs. Cuir, fumée et cherry blossom. Bouche: Texture à point, distribuant des saveurs telles que cerise, bois, miel, raisin, orange et poivre rose flamboyant. Finale: Épicée et chaude, sur des notes de bois, de poivre, de cannelle et de café. Les fruits rouges complètent le tableau. Équilibre: Un beau coup quand même, je dois leur donner, même si leur trip de blending en général m’épate peu.

SMWS Big Swirl 10 ans

50% alc./vol.
Blended Batch 07 – Vintage 02/11/2007, Bottled 2019, 1st Fill Sherry Hogshead, édition limitée de 1895 bouteilles.

André 84%
Compote de fruits sauvages et de cerises, hyper riche et presque pâteaux, fruits secs et réglisse. Un peu rectiligne comme ensemble mais au moins le nez est attrayant et équilibré. La bouche est fruitée, chocolat noir et cassonade, rhum brun, cerises noires et prunes, assaisonné d’une pincée de gingembre et d’amertume boisée puis der caramel. Texture quand même ronde et sirupeuse. Finale de gingembre et de cerises noires trempées dans le caramel.

Patrick 92%
Difficile de faire mieux en terme de whisky de style « sherry cask ». J’adore, un whisky superbe d’une belle intensité bien mesurée, meilleur de gorgée en gorgée! Nez: Un succulent parfum de vin chaleureux et plein de fruits mûrs. Le tout avec de la cassonade, du chocolat au lait, une touche de café et une pincée de tabac sec. Bouche: Oh wow. C’est une belle bombe de xérès, plein de fruits, de chocolat noir, de bois légèrement brûlé, d’épices et de tabac. Finale: D’une superbe longueur, fruitée et épicée.

Martin 87.5%
Nez: On commence timidement, vin rouge, cacao et raisins. Dattes, raisins et touche de tabac aromatisé. Vanille et miel. Les notes classique y sont toutes, mais j’ai l’impression qu’elles sont bâillonnées. Bouche: Chocolat au lait et caramel épicé. Miel, jus de raisin et chêne sec. Une bonne dose de poivre noir nous transporte vers la prochaine étape. Finale: Vent de vin chaud et épicé, vanille et bois. On est définitivement dans le sherry cask. Équilibre: De belles saveurs, un beau blend, mais le mutisme du nez m’a déstabilisé un peu. Un peu décousu, mais j’aime quand même.

SMWS Beachcomber 7 ans

50% alc./vol.
Blended Batch 06 – Distillé 17/11/2011, Bottled 2019, 1st Fill Ex-Bourbon Barrels, édition limitée de 1995 bouteilles.

André 85%
Nez très doux et huileux, ensemble frais et qui inspire les grands espaces. Saveurs vanillées et à saveur de sorbet au citron, sirop de poires, tourbe effacée, pommes vertes, une touche d’herbe verte aussi. Je suis impressionné par la rondeur générale du nez pour un assemblage de whiskies si jeunes. Texture un peu diluée en bouche, lime et citron, vanille, tourbe salée, maritime et assaisonnée d’eucalyptus et d’herbe verte mouillée, coconut, ananas, mangue, sucre de fruits en toile de fond. Définitivement le bourbon barrel côté influence. Finale un peu courte, calcaire et maritime.

Patrick 89%
Un beau whisky savoureux d’une belle intensité et très frais. Un vrai whisky de plage, il porte bien son nom! Nez: Un étonnant mélange de saveurs avec des algues, des fleurs, du sucre blanc, une pincée de sel, un zeste d’agrumes, du bois sec et une toute petite volute de fumée de tourbe. Bouche: Du bois sec et épicé, du sel, des algues, des fleurs et une belle fraîcheur d’agrumes. Le tout est porté par une belle texture huileuse. Finale: D’une belle longueur, fraîche, salée et subtilement fumée.

Martin 82%
Nez: Sel de mer et sucre en poudre, agrumes et bois. Touche de fleurs et de salade de fruits. Bouche: Eau de rose sucrée, cantaloup, épices et chêne. Cannelle et poivre font particulièrement office de fer de lance. Tourbe un peu éloignée. Finale: Épicée et salée à la fois, embruns, plage, chêne et agrumes. Un peu fade en fin de compte. Équilibre: Pas exactement une réussite dans mon livre à moi, à moins que ce soit la seule chose qui ait pu sauver les fûts utilisés si la SMWS a jugé qu’ils ne pouvaient pas être mis en bouteille tels quels.

Laphroaig Cairdeas 2015 • 200th Anniversary

51.5% alc./vol.

Martin 88.5%
Nez: Tourbe bien camphrée et médicinale. Citron, sel marin et algues. Varrec, sherry et pierre lavée. Biscuits au beurre et touche de noix et de fumée. Mentholé sur la fin. Bouche: Fumée, épices et bois sec. Poivre blanc, tourbe, sucre blanc et fruits sauvages. Foin endiablé. Finale: Vent de chêne vert acide avec fruits tropicaux et touche de pouding à la vanille. Équilibre: Un excellent whisky, un excellent scotch, un excellent Islay, un excellent Laphroaig, un excellent Càirdeas. Par contre pour le bicentenaire de la distillerie on dirait que je m’attendais à plus.

Laphroaig Cairdeas 2020

52% alc./vol.
85% des futs de cette édition proviennent de Portwood Barrique Matured et 15% de whisky ayant passé leur première période de maturation pendant 3 ans en Ex-Bourbon cask pour ensuite être affinés pour 3 années supplémentaires en Ex-Red Wine Barriques.

André 89%
Framboises, vin rouge et petits fruits sauvages trempés dans le chocolat, prunes, raisins mauves nappés de caramel chauffé, sel de mer, médicinal et maritime à souhaits. La bouche est remplie de notes de caramel et de chocolat nappant des petits fruits sauvages, les tonalités de vin rouge et de raisins, dattes et prunes sont rehaussées par le poivre concassé, la réglisse et la cannelle ainsi que le sel de mer. La tourbe est iodée et médicinale et est bien intégrée au mélange de fruits séchés. On retrouve aussi une sensation de galets polis par la mer sur lequel le sel de mer aurait séché au soleil. Finale moyenne en longueur, poivrée et salée et sur les fruits rouges.

Odd Society Release 6 Single Malt

46% alc./vol.
Fabriqué à partir d’orge maltée à 100% provenant de la Colombie-Britannique et élevé pendant 3 ans dans des fûts de 56 litres de type Quarter Cask

André 79%
Définitivement jeune au nez sans être agressif. Fruits tropicaux, sirop de poires, oranges et vanille, mangue, pommes poires, passablement influencé par le bois et les grains de céréales trempés. La bouche est sucrée et épicée, oranges poivrées, pelures de pommes, mangue, sirop de poires, vanille et caramel, sucre naturel. Finale assaisonnée de poivre moulu et d’oranges. Un peu simpliste et beaucoup trop jeune encore.

Martin 85%
Nez: Malt épicé, vert et frais, quoiqu’un peu jeune. Miel, vanille et bois percent le voile. Bouche: Belle texture, épices, mélasse, sucre d’orge, vanille, fruits et colle à timbre. Bien fait tout de même. Finale: Verdurette, bois, menthe poivrée, sucre et herbe sur un parcours d’une longueur adéquate. Équilibre: Assez complexe et doux malgré sa jeunesse. Un autre espoir canadien!

Glendronach Revival 15 ans 2012

46% alc./vol.

André 91%
Pour amateur de sherry intense! Cerises Marasquin, dattes dans leur emballage de cellophane, gâteau aux fruits, moue de café, chocolat noir amer, pâte de fruits, prunes. Sensation tannique et pâteuse très intense en bouche. Le sherry est intense, bien défini mais aucunement austère. Wowww… La bouche est riche : cosses d’oranges trempés dans le chocolat noir amer, cerises marasquin, dattes et prunes, filtre à café, confiture de pommes, raisins secs. Bouche épicée avec parcimonie; poivre, une pincée de cannelle, anis. Longue finale tannique et pâteuse, bien poivrée, boisée aussi et remplie de fruits séchés. Du grand Sherry comme il s’en fait de moins en moins.

Glen Scotia 14 ans Campbeltown Malts Festival 2020

52.8% alc./vol.
Maturation initiale en American Oak casks et affinage en Tawny Port Casks. Édition limitée de 15000 bouteilles.

André 86%
Fruits rouges séchés mais présentés de façon beaucoup plus léchée que dans les éditions sherry cask, sensation soyeuse, cerises-fraises-framboises, raisins secs, tourbe plutôt effacée, bois de chêne brûlé et poivre broyé. La texture en bouche est plus pointue que l’annonce du nez. Aspect licoreux relevé par la fumée de tourbe terreuse beaucoup plus importante. Fruits rouges séchés, cerises, raisins, prunes, caramel salé, cannelle, sel de mer, poivre, terre remplie de peat moss, plus épicé en finale de touche et avec une impression de fumée très intense remplie de poivre de cayenne et d’anis. Longue finale sur la tourbe épicée. Dans les meilleurs GS à date, avec une note de 86%, faut le faire…

Martin 89.5%
Nez: Doux et suave, on veut en découvrir plus. Malt grillé, fraises et framboises, infime tourbe sèche, bois, toffee et touche de cinq poivres. Bouche: Texture crémeuse, onctueuse et huileuse, j’adore. Caramel salé, chêne et vanille. La tourbe se présente ici comme plus maritime et arrondie. Finale: Longue et chaude, sur des accents de tourbe salée, de vanille, de confiture de fruits et de chêne carbonisé. Les quelques tannins de ce dernier nous offrent une belle dose d’espresso. Équilibre: On a visé dans le mille ici. Le fût de porto a bien payé. Ils ont peut être annulé le festival des malts de Campbeltown l’an dernier, mais on a au moins eu l’embouteillage, un sacré embouteillage, alors je mets quiconque au défi de se plaindre.

Glen Scotia 11 ans Double Cask

54.1% alc./vol.
Maturation initiale en First Fill Bourbon Cask et affinage pendant 10 mois en Oloroso et Pedro Ximerez Sherry Cask.

André 59%
Gâteau aux fruits nappés d’un coulis de caramel chauffé dans la poêle, framboises, cerises, prunes et dattes, oranges sanguines, fond de soufre assez intense, odeurs de fermette aussi par une chaude journée d’été et de terre humide, fromage de biquette, foin mouillé fermenté. Simonac que la bouche est bizarre… Pâte à dent à saveur d’eucalyptus, sherry terreux et fond de warehouse humide, oranges sanguines, caramel, d’épices des Caraïbes, raisins secs, dattes, prunes, tourbe terreuse intense et sel de mer mélangé de cannelle. Finale herbeuse et de fermette, tourbe terreuse humide mélangée de crottin. Ma ‘’non-amour’’ de Glen Scotia se poursuit encore une fois.

Martin 79%
Nez: Fruits des champs, sucre à glacer et une touche de crème. Semble intéressant au départ, mais une fausse note un peu sûrette se dessine doucement à l’horizon. Nope, la crème a tourné. C’est moins pire une fois que le verre a respiré, mais il y a définitivement quelque chose de louche ici. Bouche: La texture est assez agréable, les épices prennent rapidement le dessus sur les saveurs de caramel écossais, de poudre de chili et de chêne. Le xérès y est, mais on se fait vite étouffer par son degré d’alcool. Finale: Le chêne épicé et sa touche acide et métallique en font une expérience qu’on préférerait oublier rapidement. Équilibre: Je pensais que je me régalerais avec ce Campbeltown CS, mais comme je me trompais. Ses qualités rédemptrices sont plutôt peu nombreuses et se situent plus en bouche et en finale. L’expérience dans son ensemble m’apparaît en-dessous des attentes à tout le moins. Next!

Distillerie 1769 Whisky Canadien – Batch #007

42% alc./vol.

Patrick 80%
Après avoir été quelque peu déçu par ma première expérience avec ce whisky, je voulais valider si un an plus tard, il y avait eu une évolution. Force est de constater que non, il va falloir attendre encore quelques de plus avant d’avoir un whisky qui est autre chose qu’une base pour un cocktail québécois. Nez: Alcool brut… Je vais lui ai donné quelques minutes pour respirer : j’ai alors détecté du maïs sucré, du chêne et un peu de vanille. C’est mieux. Bouche : Toujours le maïs sucré, avec du bois brûlé, les épices du seigle. Finale : D’une longueur moyenne, s’étire sur les notes de chêne brûlé.

English EN Français FR