Jim Murray – Whisky Bible 2020

Dram Good Books – 2019

Patrick 82%
Après l’avoir lu en diagonale, j’ai remisé l’édition 2019 sans y revenir de l’année… Et je crois bien que le même sort attend l’édition 2020! Que Monsieur Jim ait préféré tel ou tel whisky, ça demeure toujours bien l’opinion d’une seule personne, basée sur des échantillons choisis avec soin par les gens de l’industrie : Bref, aucun intérêt (même si une recherche sur Google de « Whisky Bible 2020 » vous donnera l’impression que c’est tout ce qui intéresse les lecteurs). Toujours est-il que les « éditoriaux » qui parsèment l’ouvrage de Jim Murray sont souvent pertinents, et c’est pourquoi je continue à acheter ce livre à chaque année. Si on oublie un peu son chauvinisme (si on le prend au mot, tous les bons coups des 20 dernières années dans le monde du whisky sont survenus à grâce à lui), il apporte une critique de l’industrie que peu (mis à part Québec Whisky!) se permettent d’avoir, par crainte de perdre des commandites et des revenus. Par exemple, son nouveau cheval de bataille porte sur les types de vieillissement parfois un peu loufoques utilisés dans l’industrie et qui sont souvent faits n’importe comment. Pour illustrer son point, il remarque que parmi les 50 whiskeys irlandais qu’il a évalués cette année, il avait retrouvé 30 types de finitions différentes. Personnellement, je trouve qu’il va un peu trop loin car il sonne comme un vieux grincheux qui n’aime pas le changement, mais je dois admettre que même si j’adore l’innovation, c’est en effet souvent fait n’importe comment. Merci Jim d’avoir mis le spotlight sur cette problématique qui méritera une bonne conversation autour d’un dram avec mes chums.

Glenallachie 10 ans Cask Strength – Batch 2

54.8% alc./vol.
Fruits de l’assemblage de fûts de xéres de type Oloroso et Pedro Ximénez, First Fill Bourbon ainsi que de fût virgin oak.

André 82%
Pommes vertes et rouges, crème vanillée, réglisse, petits fruits sauvages, aspect sec et épicé à saveur de gingembre, poires et ananas, beaucoup de bois sec aussi. Je trouve l’approche un peu brusque et maladroite. La bouche est puissante et musclée, sèche et épicée; sirop de salade de fruits, pommes vertes, ananas et caramel, saveurs citronnées, bananes, cerises séchées depuis un bout de temps, miel. Longue finale hyper sèche et épicée, beaucoup de gingembre et de poivre, poires, ananas et un brin de sherry. Un Glenallachie qui manque de subtilité et de souplesse en bouche.

Patrick 89%
Un beau whisky intense et savoureux. Définitivement, les cask strengths de cette distillerie sont une valeur sûre! Nez: Du miel, quelques fleurs, du chocolat au lait et de la vanille. Alléchant! Bouche : Des fleurs, du miel, des épices, du bois chaleureux et un peu de caramel. Finale : D’une belle longueur, marquée par de chaleureuses épices et un peu de bois.

Glenallachie 15 ans

46% alc./vol.
Maturation initiale en bourbon cask et affinage de 20 mois en ex-sherry cask de type Oloroso et Pedro Ximerez puncheons et hogsheads.

André 87%
Simplement wow! Toffee, caramel et chocolat au lait, dates et prunes, raisins secs, oranges confites, cerises noires. Superbe texture, bien grasse; réglisse rouge, cerises, dates, prunes, raisins secs, grains de café enrobés de chocolat, le gâteau aux fruits, cannelle. Bonne finale, longueur appréciable, surtout influencée par les notes de cannelle et de poivre nappant les fruits secs.

Patrick 90%
Un beau gros whisky intense, savoureux, chaleureux et superbement balancé. On voit ici que les nouveaux proprios de la distillerie commencent à être plus à l’aise avec leur acquisition! Nez : Parfum de chocolat au lait sucré, avec de la vanille, du caramel et quelques cerises. Appétissant. Bouche : Un beau whisky whisky chaleureux et sucré, avec un mix de chocolat au lait et noir, des épices, du bois brûlé et quelques fruits mûrs. Finale : D’une belle longueur, marquée par les épices et les fruits mûrs.

Glenallachie 8 ans Rye Quarter Cask

48% alc./vol.
Vieilli en fûts de chêne américain et affinage pendant 17 mois en ex-Koval rye quarter casks.

André 79%
Nez très franc, malgré la rondeur apportée par le miel et la vanille. Les épices sont bien présentes, notes de cannelle et de poivre broyé, bois de chêne sec mélangé de copeaux de bois verdâtre, gingembre céréales séchées. Y’a aussi un fond d’odeur de virgin oak qui ne me plait pas plus qu’il faut. Après avoir passé un bon 20 minutes dans le verre, le whisky devient plus équilibré et le nez plus rond. En bouche, la texture est beaucoup trop diluée malgré le taux d’alcool de 48%, l’ensemble manque un peu de structure aussi. Mélange de cannelle et de gingembre, influence du rye peut-être aussi, les pelures de pommes rouges et la réglisse trempée dans le poivre, discrètes notes de bois vert encore. Finale fraiche, zeste de citron, poivrée et épicée avec un retour sur le bois verdâtre et les copeaux de bois séchés.

Patrick 80%
Un beau whisky riche et très intense. Un peu trop jeune à mon goût, mais avec une base de whisky plus vieille, ça pourrait être superbe. Nez : Parfum de malt et de seigle, avec une touche subtile de petits fruits et de chêne sec. Bouche : De belles épices, du bois carbonisé et de trèèès subtils fruits mûrs. Avec une bonne dose d’alcool. Finale : D’une longueur moyenne, marquée par le bois carbonisé.

Glenallachie 12 ans Pedro Ximenez

48% alc./vol.
Vieilli en fûts de chêne américain et finition en pedro ximénez sherry puncheons.

André 89%
Belle rondeur très fruitée, le gâteau aux fruits, les raisins secs et oranges, abricots, chocolat noir, fruits sauvages. Texture licoreuse en bouche, caramel onctueux, liqueur d’oranges, raisins de Corinthe ayant trempés dans le rum, cerises, le gâteau au fruit baignant dans son jus, noix grillées, infime touche de cannelle. À chaque gorgée supplémentaire, l’incroyable texture étonne, licoreuse et qui nappe bien l’entièreté de la bouche. La finale est légèrement austère, un peu poussiéreuse et vieillotte, bien épicée aussi, les fruits secs sont l’épine dorsale des saveurs et ont développé de succulents sucres résiduels. Un whisky dessert, peut-être un peu trop sucré pour certains, mais délectable à chaque gorgée.

Patrick 86%
Un beau whisky intense et très chaleureux. Un peu rough sur les bords, mais tout de même très bon. Nez : Parfum de chocolat au lait enrobant de petits fruits, le tout avec une touche de vanille. Bouche : Fruits mûrs, bois brûlé, des épices et un peu de chocolat noir. Intense. Finale : D’une longueur moyenne, épicée avec du bois brûlé.

Laphroaig Càirdeas 2019 Triple Wood

59.5% alc./vol.
Édition de 36000 bouteilles, maturation en ex-Bourbon barrels, ayant d’abord mûri en quarter casks ainsi qu’en ex-oloroso European oak Sherry casks.

André 90%
Nez typiquement Laphroaig avec sa tourbe médicinale représentative, des accents prononcés de menthol et d’herbe verte ainsi que de bonbons casse-grippe à l’eucalyptus. Ça sent aussi la terre mouillée, les poires et abricots séchés ainsi que des soupirs de fruits rouges un peu distrants. La bouche est puissante, salée et grandement poivrée, cendre refroidie et pansements gorgés d’antiseptique, camphre et menthol, poignée d’herbe verte arrachée du sol dont les racines sont encore attachées à de la terre mouillée et boueuse, poires, abricots, raisins, citron et agrumes. Belle texture huileuse et grasse avec des tonalités de chêne séché, saveurs de vanille et de caramel. La finale est hyper longue, poivrée et tourbée, puissante et interminable pérennité.

Kilchoman 10 ans Bourbon Cask #446/2008

56.6% alc./vol.
Distilled 21/08/2008, Bottled 21/08/2018, 209 bottles

André 92%
Marmelade de poires et d’ananas fumée, vanille onctueuse, fumée de tourbe camphrée, embruns maritimes salés, salade de fruits avec cerises, oranges, cendres refroidies. Belle onctuosité en bouche apportée par la collade amoureuse du bourbon cask, cosses d’oranges et de marmelade de fruits, cintré d’une fumée terreuse et salée, puis les poires et l’ananas en dés. Malgré une approche robuste, ce Kilchoman est très approchable et d’une douceur incroyable. La finale est longue est fumée, camphrée, bien meublée par la salade de fruits tropicaux bien fraiche. La versatilité de cette distillerie à un si jeune âge est impressionnante.

Old Particular Auchentoshan 21 ans

51.5% alc./vol.
Distilled October 1996, Bottled May 2018 from Refill Hogshead #DL12591, 191 bottles

André 79%
Douglas Laing sait nous étonner et nous livrer des pépites d’embouteillages venant de distilleries que l’on hésite à essayer (ou réessayer). Alors je me laisse porter par mes sens et laisse mes idées préconçues pour évaluer cet embouteillage de cette distillerie dont je ne suis pas un fan inconditionnel. Tarte au citron et meringue, oranges, vanille crémeuse, herbe verte coupée et céréales au miel. La bouche est plus aiguisée et les notes de bois vert fraichement coupé et de sac de tondeuse remplie d’herbe mouillée coupée sont plus présentes. On a encore cette livraison de tarte au citron et meringue, poires, miel, mais même les notes de vanille sont écrasées par des saveurs qui rappellent le virgin oak, le bois sec maintenant mais aussi des saveurs verdâtres qui rappellent presque les bonbons mentholés. Après avoir passé près de 30 minutes dans le verre, le whisky est plus équilibré et rond mais ne s’est pas débarassé des odeurs de bois et d’herbe verdâtres. La finale est épicée et sèche, un peu franche aussi. Habitué à la douceur caractéristique de la distillerie, cet opus tranche de la ligne directrice de la maison. L’expérience est intéressante mais le rendu discutable.

Patrick 77%
21 ans pour ça?! J’ai goûté des whiskys de six mois plus impressionnants! Je ne comprends pas pourquoi on a pas fait l’effort de le transférer dans un autre fût pour lui donner un coup de pouce. Nez : Arômes de gazon et de céréales sucrées. Bouche : Une bonne dose de bois sec et épicé, avec une touche de marmelade aux oranges. Finale : D’une belle longueur avec des épices et une touche d’orge.

Benromach 27 ans Single Cask #1280

54.1% all./vol.
Refill Sherry Hogshead, Distilled 25/09/2009, Bottled 25/09/2009, 223 bottles

André 86%
Au nez, ce sherry cask tient plus du bourbon cask. Ananas et poires, belle gousse de vanille fraiche, oranges, sherry affadit, citron, agrumes, une touche de bois verdâtre en fond de nez. Ensemble crémeux et soutenu aussi, fraicheur générale évidente. Bouche soutenue, agrumes, beaucoup d’oranges, soupçon de citron, saveurs d’ananas et de bananes nappés de crème vanillée, pointe de sherry épicé en finale de bouche mais plus sur les fruits tropicaux que sur les fruits rouges sauvages. Léger effervescent en finale de bouche, comme de la boisson gazeuse à l’orange.

Glendronach 12 ans Single PX Sherry Puncheon Cask #1451

56.1% alc./vol.
Distilled 08/12/2005, Limited Edition of 698 bottles.

André 86.5%
Raisins de Corinthe, oranges sanguines, prunes, figues et dattes, le tout baignant dans le caramel. Nez très intéressant où l’alcool est bien lové dans les savoureuses saveurs. Noisettes grillées en bouche, mélange de caramel et de cassonnade, sirop d’érable peut-être et chêne toasté qui s’accompagne des saveurs humées au départ; raisins, oranges, pommes et dattes, chocolat fourré à la pâte noisette. Finale relevée par le poivre concassé et le gingembre, notes de pâte de fruits et de raisins secs, d’oranges. De belles saveurs mais une texture un peu diluée.

English EN Français FR