SMWS 68.28 Blair Athol 8 ans

58.1% alc./vol.
« Monkberry moon delight », Distilled 11/06/2010 from Re-Charred Hogshead, 283 bottles.

André 75%
Dattes et figues séchées, accents licoreux et épicé, vieux cuir, réglisse. Bouche parfumée aux saveurs découlant du xérès, fruits rouges intenses, réglisse poivrée, prunes, fruits sauvages, pelures de pommes. Celle-ci est débalancée et même si la texture est agréable au départ, on tombe rapidement sur les odeurs d’allumettes justes brûlées, de soufre et une avalanche de poivre. Finale sur le soufre et le poivre, horrible.

Patrick 84%
Un beau gros whisky chaleureux et intense. Malgré qu’il manque un peu de raffinement, ça demeure plutôt agréable. Nez: Un parfum riche, avec des figues, du cirage à chaussures, du xérès et les fameuses cinq épices chinoises. Bouche : Intense et chaleureux, avec du vin chaleureux, du chocolat noir, du thé noir, des piments et un peu de paprika. Finale: D’une belle longueur, fruitée mais surtout épicée.

Martin 78%
Nez: Fruits séchés, pruneaux, raisins, pâte de fruits rouges, vent de xérès. Les épices viennent compléter. Cuivre, huile. Bouche: Belle texture qui nous apporte des notes de pommes, de vanille, de cannelle et de noix. Thé, bois et cacao. Finale: Longue et poivrée, elle nous laisse sur des notes de chêne, de cuivre, de pommes jaunes, de caramel et de cannelle endiablée. Le côté cuivré prend par contre toute la place. Équilibre: Bien que je ne plaigne pas souvent devant le métal agressif, ici je dois dire que la SMWS a connu de meilleurs jours.

SMWS 58.23 Strathisla 9 ans

60.4% alc./vol.
« Curry Corner », Distilled 23/09/2008 from First Fill Ex-Bourbon Barrel, 232 bottles.

André 85%
Wow, vraiment challengeant comme palette aromatique. Fruits tropicaux, papaye et pommes vertes, gomme balloune. Bouche tendre et vanillée, sucrée et épicée à la fois, beaucoup de bois qui masque les autres saveurs plus gènées. Bien de la difficulté à isoler et identifier les épices. Les fruits détectés au nez sont maintenant en retrait. Finale bien relevée par les épices et où l’alcool se dévoile aussi plus directement.

Patrick 83%
Un whisky peu orthodoxe et assez unique. Je ne suis pas certain d’avoir beaucoup aimé, mais c’était très intéressant. Nez: Épicé, ce whisky porte bien son nom en me rappelant un agneau baignant dans un curry indien, sur lequel flotterait quelques caramboles. Bouche : Dans surprise, l’arrivée en bouche est très épicée, mais c’est la suite qui m’a surpris par la douceur de la texture et une touche sucrée. Bref, le curry indien prends une twist du sud-est asiatique, avec de la citronnelle, du gingembre, du poivre, du basilic et du riz au Jasmin. Finale: D’une longueur moyenne, épicée mais tout de même fraîche.

Martin 84%
Nez: Salade de fruits croquante, touche de crème, pommes vertes, poires et pommegrenades. La force de l’alcool se laisse deviner, sans toutefois nous assailler. Bouche: Cannelle, grand vent d’épices, on reconnaît bien l’inspiration de la cuisine indienne, les différents currys. Finale: Une fois les vagues d’épices passées, on découvre une petite planche de chêne chaude et sèche avec une pointe d’ail. Équilibre: Un bel exemple du style « sec et épicé ». Bien que moins dans ma palette, je salue les descriptions « on-point » de la SMWS.

SMWS 59.59 Teaninich 10 ans

55.2% alc./vol.
« Spock’s earwax », Distilled 29/09/2008 from New Oak Hogshead Heavily Charred #4, 297 bottles. Maturation initiale de 9 ans en bourbon hogshead avant d’être transféré en fût new oak hogshead bousiné niveau 4.

André 86%
Alléchant et très fruité festif. Oranges, melon au miel, salade de fruits, une touche de citron, miel, bananes. Bouche sirupeuse, une touche mentholée et encore beaucoup de fruits tropicaux, quelques épices dont la réglisse et la cannelle. Finale de nectarines et d’oranges, bonbons en forme de chandelle de cire avec le jus de fruits dedans, beau sucré naturel et feu d’artifice d’épices en rétro-olfaction.

Patrick 88%
Un très bon whisky, avec une belle balance et dont chaque gorgée est de plus en plus facile à boire. Et c’est probablement ce qui est arrivé au tasting panel de la SMWS pour avoir donné un tel nom à ce scotch! Nez: Une pâtisserie aux petits fruits, avec une touche de miel, des fleurs et de la banane verte. Bouche: Délicieux, avec des petits fruits, du caramel salé, des fleurs, quelques gouttes de thé et un je-ne-sais-quoi rappelant du béton fraîchement coulé. Finale: D’une longueur moyenne, épicée et florale.

Martin 85.5%
Nez: Miel et caramel en puissance, vanille, épices et bois. Toffee et fines herbes. Aucune trace de la cire d’oreille de Spock à ce stade. Bouche: Citron, sel de mer, fines herbes, thé, bois sec, agrumes. Pierre lavée, ressac, poivre noir et touche de pamplemousse. Finale: Sèche, forte et longue. Le poivre et le chêne dominent le reste de l’expérience. Équilibre: Un SMWS assez audacieux, des saveurs affirmées, un beau dram ça c’est certain. Mais toujours pas de Spock.

SMWS 10.192 Bunnahabhain 9 ans

60.8% alc./vol.
« Deep and complex, sweet and earthy », Distilled 27/09/2010 from Second Fill Moscatel Hogshead, 243 bottles. Maturation initiale de 7 ans en Ex-Bourbon cask et affinage de 2 ans en Moscatel cask.

André 86%
Tarte au citron et purée de bananes, herbe verte, oranges, les saveurs tirées du fût prennent rapidement le dessus avec des tonalités de bois sec puissantes tempérées par la douce vanille. Encore une fois, la texture est exquise, soyeuse et douce. Les notes maritimes apparaissent progressivement à l’ingestion et se mêlent de saveurs sucrées bizarre, tout comme l’herbe verte et le gingembre. Généralement, je trouve le whisky plutôt linéaire et ennuyeux. En finale, quelques notes de fruits rouge émergent, notes de réglisse rouge aussi, puis sel de mer et éclisses de bois sec.

Patrick 89%
Un superbe whisky d’été, idéal après un bon souper sur le patio. Un mix de saveurs que j’aime de plus en plus, mon verre s’est d’ailleurs vidé bien trop vite! Nez: Un beau parfum envoûtant, avec de la noix de coco, la vanille, du citron sucré… L’ensemble fait un peu penser à une Keys Lime Pie, avec un trait de caramel et quelques tranches de bananes bien mûres Bouche: En bouche, la tarte explose sous l’effet des épices boisés, du gingembre, une pincée de sel et du poivre, le tout présentant un beau mélange de saveurs sucrées et épicées. Finale: D’une belle longueur, épicée et sucrée.

Martin 84%
Nez: Cuir, citron et épices, melon, tabac et touche de sucre en poudre et de crème anglaise. Bouche: Chocolat au lait, gingembre, herbe sèche, caramel écossais, poignée d’épices chaudes, chêne lointain, vin blanc. Finale: Le vin blanc croquant continue sa course, nous laissant une impression de bois sec et d’épices acérées. Équilibre: Pas mauvais, SMWS et Bunna font rarement mauvais ménage. Une bonne colonne, un peu exubérant à mon goût, mais tout de même…

SMWS 10.133 Bunnahabhain 10 ans

62.2% alc./vol.
« An entire mouth experience », Distilled 06/10/2006, Bottled 20/10/2017 from Refill Ex-Bourbon Barrel, 195 bottles.

André 88%
Plutôt doux pour un Bunna… Pommes au miel, belle crème à la vanille, caramel, enbruns maritimes, une discrète touche de fumée. C’est délicat et affirmé à la fois. La bouche est délicieuse, impressionnante texture grasse doux s’exclaffent des notes de pommes vertes, de purée de banane et de vanille, influences indéniablement maritimes, sel de mer et fruits de mer vendus sur le quai. À chaque gorgée le bouche étonne de par son exactitude et sa texture visqueuse, l’alcool est relégué en second plan… À plus de 62% d’alcool, beau tour de force. Les notes de bois marquent la finale, plus relevée et légèrement épicée. Intéressant comme embouteillage et effectivement, une expérience de bouche plus que de nez.

Patrick 89%
Un superbe whisky intense et savoureux, marqué à fond par les saveurs maritimes. Nez: De l’huile, de l’eau de mer, des pommes au caramel, du miel, des pétoncles et une touche de miel. Bouche: De belles épices, du sel, du chocolat noir et une goutte de beurre. L’ensemble est intense, maritime et très savoureux. Finale: D’une belle longueur, et débordant de sel.

Martin 84%
Nez: Caramel chaud, pommes mijotées, miel, céréales, bois et vin fortifié. Touche d’herbe fraîche maritime. Bouche: Texture agréable, quoiqu’un peu aqueuse. Épices, agrumes, bois, sel, beurre et caramel salé. Moins maritime qu’au nez. Finale: Longue et chaude, le sel et le chêne étant les principaux véhicules des saveurs. Équilibre: On essaie de se la jouer « classic Islay », on ne se noie pas trop dans la tourbe, mais on cherche un peu aussi son identité…

SMWS 144.1 High Coast Distillery 7 ans

60.6% alc./vol.
« Searingly sweet purple smoke », Distilled 05/09/2012 from New Oak Barrel, 231 bottles. Distillerie High Coast, anciennement Box.

André 88%
Oh! Singulier cette presentation. Bonne fumée de tourbe terreuse assaisonnée de bruyère légèrement savonneux, miel, éclisses de bois, caramel. La bouche est monopolisée par un mélange de pommes rouges, cerises noires, de réglisse et de fruits séchés nappés d’une oréole de fumée puissante et d’une touche sucrée. Belle texture grasse qui nappe bien la bouche. Les saveurs en bouche rappellent un bon bourbon cask strength, l’effet du new oak est décuplée sur le rendu des saveurs. La finale dévoile la jeunesse du whisky et des notes de ‘’new make’’ apparaissent discrètement. Finale de bol de fruits rouges dans un nuage de feu de mottes de tourbe dans un foyer.

Patrick 91%
Un superbe whisky plein de fumée de tourbe vivifiante. Le tout est d’une légèreté rarement vue pour un whisky tourbé. Nez: Un délicieux parfum de fumée de tourbe très fleuri, discrètement sucré, voir caramélisé. Bouche: De la fumée de tourbe, du charbon, du poivre, des pistaches, des pommes et une discrète note herbeuse. Finale: D’une longueur moyenne, avec de la fumée et un peu d’herbe.

Martin 87%
Nez: Caramel fumé, oranges, chêne, raisin, réglisse et épices. Sucre brun chauffé et touche de poivre noir. Bouche: Texture grasse à souhait, transportant avec elle des saveurs très intenses de cassonade, de raisins, de poivre, de bois, de cacao, de caramel et de cerises. Finale: La force de l’alcool et la texture de ce whisky nous livrent une longue finale bien à cheval sur des saveurs ardentes. Chocolat, raisins, vanille, caramel et épices chaudes. Équilibre: Bien particulier, mais j’aime bien. On salue la SMWS qui sort des sentiers battus en commençant à sonder des distilleries non-écossaises.

SMWS 4.257 Highland Park 15 ans

56.6% alc./vol.
« Going the extra mile(s) », Distilled 17/01/2005 from First Fill Ex-PX Hogshead Finish, 256 bottles. Maturation initiale de 13 ans en Ex-Bourbon cask et affinage de 2 ans en Ex-PX Sherry hogshead.

André 90%
Wow, un nez riche et complexe. Belle avalanche de fruits séchés, de bois mouillé et de raisins secs. Belle sensation épicée qui aiguise le tout ainsi qu’une touche poivrée. L’aération permet aux saveurs de s’équilibrer encore plus et le whisky développe des saveurs musquées et de purée de fruits licoreuse. La texture en bouche est exquise, sucrée et légèrement fumée à la fois, des notes de chocolats et de dates, de cerises. Les notes de poivre ont gonflé aussi et explosent avec force en bouche. Le taux d’alcool est lui aussi bien maitrisé.

Patrick 91%
Un délicieux pot-pourri de saveurs délicieuses. Je n’ai jamais goûté un tel Highland Park, et j’aime bien! Un whisky dont je pourrais facilement abuser. Nez: Le parfum ne rappelle un vieux vin de dessert, plein de fruits mûrs et de caramel. Alléchant! Bouche: Wow, de beaux fruits mûrs, du bois brûlé, du caramel chauffé, du sel marin, des noix et une agréable touche fumée. Délicieux! Finale: D’une belle longueur, fruitée, sucrée et salée.

Martin 89.5%
Nez: Les gros fruits du xérès à fond la caisse, suivis de réglisse, de raisins, de tabac et de dattes. Toutes les notes classiques du fût de Pedro Ximénez, mais la force de l’alcool semble vouloir occulter la colonne caractéristique de la distillerie. Bouche: Vin chaud, texture un peu trop liquide, mais avec de belles touches de raisins juteux, de cannelle et de muscade, de bois et de cuir. Bien que comme je le disais le bon vieux profil HP semble timide, la rondeur de cette sherry bomb est très très très plaisante. Finale: Tout se caramélise dans le fond du verre. La finale est longue et enveloppante, sur des accents de sel, de fruits confits, de raisins et de colle à timbre. Solide. Équilibre: Un super bon SMWS, juste un peu dommage que le caractère de Highland Park soit un peu caché, mais le reste de l’aventure offre amplement de rédemption.

SMWS 4.249 Highland Park 13 ans

64.6% alc./vol.
« The mermaid’s marmelade », Distilled 31/05/2004 from Refill Ex-Oloroso Sherry Butt, 592 bottles.

André 92%
Ananas flambés sur le feu de camp, oranges, sel de mer, chocolat au lait, cerises noires, réglisse rouge, caramel salé, fumée de tourbe. Simonac, à presque 65% d’alcool, le whisky coule lentement et soyeusement en bouche, aucune saveur ou sensation de soufre à laquelle je suis sensible. Compote d’orange et de cerises, réglisse, gâteau aux fruits, feu de tourbe lointain, caramel salé, poires, abricots et ananas. Superbe texture huileuse. Pincée de gingembre et le poivre noir en finale et bon retour sur la fumée de tourbe et la cendre froide. Un superbe HP comme on en voit trop peu maintenant.

Patrick 93%
Un scotch extraordinaire, présentant un beau mélange de fruits mûrs, de fumée et de sel. Que demander de plus? Nez: Un parfum doux et intense, avec du caramel salé, de la fumée évanescente, une touche d’orange et une note rappelant des saucisses brûlées sur le BBQ. Bouche: Oh wow! Un superbe mélange de fruits mûrs, de fumée de tourbe, de sel, de bois brûlé et de gingembre. Finale : D’une belle longueur, fruits, fumée et salée.

Martin 91.5%
Nez: Fumée et zeste d’orange. Céréales et herbe. Cerises, caramel et chocolat. Les épices lointaines sont le seul indice qu’on a affaire à un cask strength, outer le fait évident que c’est un embouteillage de la Society. Bouche: Tourbe herbeuse, poivre et céréales. Miel et barre granola. Caramel, vanille, épices en puissance sur une planche de chêne bien sucrée. Miam! Finale: Longue et chaude, portée par sa texture et son degré d’alcool. Touches d’herbe fumée, de fruits, de poivre, de bois et de gingembre. Équilibre: Incroyable. J’ai peine à croire qu’il faut maintenant se tourner vers la SMWS pour retrouver la succulence des HP d’antan.

Laphroaig Brodir Port Wood Finish Batch #002

48% alc./vol.

Patrick 92%
J’adore: ils ont réussi à conserver le style de Laphroaig, tout en l’agrémentant d’une belle touche fruitée. Il y a tellement de distilleries qui perdent leur âme à ce jeu, bravo Laphroaig. Nez: Un beau parfum où se mélange agréablement la tourbe, le goudron et le sel, mais le tout est adouci par la douceur des effluves sucrées et fruitées de Porto. Bouche: Toujours la superbe fumée de tourbe-goudronnée-salée, avec les fruits mûrs, du sucre blanc, du caramel et du bois épicé/brûlé. Finale: D’une belle longueur, avec un beau mélange de bois et de fruits sucrés.

Laphroaig Brodir Port Wood Finish Batch #003

48% alc./vol.
Ex-Bourbon barrels et affiné en Ex-Ruby Port Casks. Édition disponible en Duty-free.

André 85%
Succulent comme nez, ces vagues de tourbe médicinales drapées d’un manteau de fruits rouges opulents, c’est divin. Raisins et cerises, réglisse rouge fraiche, tourbe médicinale habituelle de la distillerie, sel de mer, camphre. La bouche perd de son lustre rapidement, les fruits sont fades et presque effacés derrière une barrière de pierre alcaline et saupoudrée de sel de mer séché. La tourbe est devenue plus crasseuse aussi, plus industrielle, presque cendreuse et goudronnée. La texture du nez était plus feutrée et douce, la bouche elle est franche et sèche, offre aussi une finale poivrée très relevée et un accent savonneux (mais pas comme les anciens Bowmore). Une expérience en dents de scie pour cette expression plutôt rare.

Martin 88.5%
Nez: Mélange discret de tourbe camphrée et de fruits rouges. Rien ne veut voler la vedette à un autre aspect de ce nez. Raisins et cacao, herbe et tourbe, fumée et poivre. Fleur de sel. Bouche: Tourbe et caramel, pommes mijotées et poivre. Bois et vin chaud. Pierre lavée et gros sel. J’adore. Finale: Bois sec et cendreux pour supporter un amalgame de sel, de vin de caramel et de tourbe iodée. Poivre pour barder le tout. Équilibre: J’adore le fait qu’aucune saveur ne veut tirer trop de couvertes. Le tout est bien construit, avec des saveurs riches et rares, sans vouloir nécessairement être dans le spotlight. On appelle ça du doigté.

English EN Français FR