Wasmund’s Experimental Single Malt

?% alc./vol.
Petits fûts, 14 mois d’âge, dégusté à la distillerie même.

RV 82.5%
Au nez, un peu trop gênée, mais en bouche orge, orge orge et orge, avec un filet de fumée. Très doux et belle finale fumée en plusieurs waves doux-fort-doux-fort. S’apparentant beaucoup plus avec les single malt d’Écosse que les whiskies américains, c’est un très bon départ sur lequel il resterait à trouver un nez approprié pour être vraiment notable.

Wasmund’s New Make Spirit

62.5% alc./vol.
75% de seigle et 25% d’orge maltée.

RV 92.5%
Tasses toi White Dog, papa préfère la petite rousse de Copperfox! Au nez, sent le maïs du white dog, mais en plus sucré et beaucoup plus varié. En bouche ça se poursuit dans un déferlement d’épices de plus en plus sucrées. Au joyeux taux d’alcool de 62%, elle reste très douce en étant quand même très racée, avec une finale qui va presque sur le miel. Vendu avec un baril pour le vieillissement, c’est sans artifice et nue qu’elle atteint son paroxysme.

Wasmund’s Rye Spirit

62% alc./vol.
Distillé le 24 août 2009, moins de 30 jours d’âge. 1/3 d’orge maltée et 2/3 de seigle.

André 79.5%
Plus baveux au nez que l’édition single malt spirit. Le rye est bien présent et s’amuse à piquer les lèvres aidé par le pourcentage d’alcool. Il s’attache sur le bout de la langue mais disparait étonnamment en bouche. Fruits secs et céréales Raisin Brand. Les céréales sèches qui présentes au nez se sont effacées en bouche. L’alcool semble part contre s’affirmer avec plus de fermeté que dans le “single malt spirit” de la même collection.

RV 89%
Connaissez le rye. Nez discret mais bien pointé, avec un aspect fancy intéressant. Sur les papilles, wow, le grain de seigle est super bien mélangé à l’orge, de manière à ce que l’alcool ne se sent pas du tout. L’aftertaste est à la même saveur alors qu’on peut y gouter tous les détails du grain, ainsi qu’une légère cerise que l’on peut aussi sentir lorsque le liquide a suffisamment respiré.

Patrick 80%
Nez avec une légère épice, et un fruit encore plus léger, mais tout de même bien équilibré. En bouche, l’alcool en première approche, puis les épices, puis un fruité-fraises-framboises assez agréable. La finale est marquée par les fruits. L’ensemble est marqué par un alcool très fort, mais les saveurs demeurent bien assemblées. Définitivement, cette distillerie ne sait simplement pas comment faire vieillir son whisky!

Wasmund’s Single Malt Whisky

48% alc./vol.
Batch #31.

André 78%
Radis rouges. Herbeux et quelque chose de difficilement descriptible en bouche. Pas plus agréable qu’il faut. Ça cloche du début à la fin pour cette batch. Quelle débarque après la surprise de la Batch 6 qui m’avait tant impressionné. WFT Rick !!!?

RV 84%
Encore un Wasmund’s difficile à apprivoiser, mais comme une belle petite sportive en sueur, il ne faut pas se fier et laisser altérer son jugement qu’à cette première impression olfactivement à défaut de manquer toute une bouche. Fumée de cigare un soupçon cartonné accompagné d’un brin de rhubarbe. Beaucoup de rhubarbe en bouche, puis un éclair indescriptible (même après la 3e gorgée) où la foudre touche terre. La finale est de très bonne longueur, portant sur un caramel terreux apaisant. Notablement meilleur que les plus vieilles batches, avec une inclassabilité qui lui vaut des points.

Patrick 3%
AVERTISSEMENT DE RISQUE POUR LA SANTÉ – Santé Canada avise les consommateurs de ne pas prendre de ce whisky. Ce whisky ne doit pas être consommé en raison de risques de problèmes de foie, de troubles hépatiques, de troubles rénaux, de maladie des gencives et de perte de dents qu’il peut engendrer. De plus, les gens en ayant consommé régulièrement ont été atteints de troubles mentaux sévères ayant nécessité une hospitalisation prolongée. Les consommateurs de ce produit devraient consulter leur médecin s’ils présentent des symptômes tels que nausées, vomissements, crampes abdominales, fièvre, fatigue et ictère (urine foncée, jaunissement du blanc des yeux).

Wasmund’s Single Malt Whisky

48% alc./vol.
Batch #33, 18 mois d’âge.

RV 90%
Le désagréable du nez des vieilles batch est presque complètement disparu! Le applewood est toujours présent au nez et en bouche, mais le kick d’épices est encore plus agréable. Chaude mais bien balancée, la jadis petite jeune pré-pubère des voisins a perdu ses broches et ses boutons, et ses 18 mois lui vont a ravir! Un excellent whisky qui démontre bien l’évolution des connaissances et des expérimentation du master distiller.

Wasmund’s Single Malt Whisky

48% alc./vol.
Batch #6, 4 mois d’âge.

André 88%
Céréales mouillant dans le fond d’une brouette dont la peinture est écaillé donnant un léger goût de métal rouillé et ferreux. Sucré; bonbons aux arômes artificiels. L’arrivée en bouche est unique; claire et au goût des pastilles Fisherman’s friend et de Listerine. La finale quant à elle est une belle vague d’agrumes.

RV 81%
“Ne laisse personne indifférent” et “love it or hate it” sont des expressions trop souvent utilisés dans les critiques, mais cette fois-ci il faut bien l’avouer. Tabac très frais vraiment fort, quenouilles brûlées, presque (ou bien pour certain totalement) repoussant. Enlever le presque. Faut sérieusement compétition au Balblair 89 pour les pire nez de l’univers des whiskies, malgré qu’il soit à l’autre bout du dépotoir, plus prêt des matières toxiques que de l’égout. En bouche ça commence bien alors qu’il navigue sur de grosses vagues indescriptibles en arrivée, et la finale d’agrumes est très particulière et inattendue, avec un retour sur le cigare mais auquel tout ce qu’il y avait de désagréable se serait transformé en poussière. Des points en plus pour la particularité, or beaucoup en moins pour le nez (à 81%, imaginez la note s’ils pouvaient le corriger). Il ne faut pas toujours se fier à la première impression et ce n’est pas le genre de verre qu’on peut servir à l’aveugle ou à la bonne franquette quand on ne sait pas quoi ce servir.

Patrick 0%
(Surnommé affectueusement Wasmarde par Patrick) … Nez toxique qui rappelle l’odeur émanant des égouts sortant d’une usine illégale de produits chimiques. Le mot infect est faible. Imaginez un étang ultra acide au point que tout ce qui y plonge se met à faire des bouillons pour être rapidement décomposé. Selon le SIMDUT, on devrait apposer sur la bouteille un logo avec une tête de mort dans un octogone. Je n’ose pas y goûter. Cachez la bouteille pour ne pas que les enfants puissent s’en approcher. Cette bouteille provient probablement d’un entrepôt de matériel de torture de Guantanamo. En temps de guerre, la convention de Genève la prohiberait. Les fabricants devraient être poursuivis pour crimes contre l’humanité. Les stocks ne devraient pas être détruits car ils risqueraient d’endommager l’ensemble de la biosphère. Nous devrions plutôt les entreposer avec les déchets radioactifs au fond d’une mine abandonnée. Santorum? Compte tenu que je n’ai pas le droit de donner une note négative, je lui accorde généreusement zéro.

Wasmund’s Single Malt Spirit

62% alc./vol.
Distillé le 22 juillet 2009, moins de 30 jours d’âge. 100% d’orge maltée à la main.

André 82%
Maïs au beurre chauffé, pommes vertes. Soyeux en bouche. Au départ, le maïs se présente mais sur fond par la suite sur le mélange de grains variés. L’alcool mène le tout jusqu’en finale où le 62% d’alcool semble s’apprivoiser sournoisement.

RV 81%
D’avantage une expérience qu’autre chose, mais assez bien pour réchauffer. Violente au nez, avec de l’orge on-ne-peut-plus-standard. En bouche on dirait que ça va s’évaporer comme s’il s’agissait d’un alcool à 75% mais le liquide reste bien là avec l’orge un tantinet terreux, sans grand aftertaste sauf le grain à la base de l’expérience.

Patrick 78%
Vapeurs assez sucrées, avec soupçon de céréales. En bouche, on découvre les avantages du vieillissement en fût : Ca goûte l’alcool, et pas grand-chose d’autre! Bon, quelques épices, un peu de céréales qui semble avoir trop trempé dans l’eau. La finale est plutôt courte, mais l’ensemble manque plutôt de finesse…

English EN Français FR