Jefferson’s 18 ans Presidential Select

47% alc./vol.
Batch #15, bouteille #0074, blé, distillé en automne 1991.

André 82%
Nez vif, parfumé à l’acétone et de vernis à bois. J’aurais à prime abord parié sur un nez de rye whisky assez âgé, très épicé me rappellant le Rittenhouse Rye 25 ans. En respirant, le nez s’arondit progressivement afin de laisser les fruits prendre place; framboises, noix et épices. Fort en bouche surtout pour un wheat whisky. Encore une fois je trouve la ressemblance avec les rye whiskies très possible même si, en sourdine, ou peut distinguer les douces céréales de blé, le toffee et sa texture bien enrobante. Il offre aussi un effet cireux – style crayon de cire – en bouche, qui me plait pas, j’ai l’impression que cette couche agit comme une barrière entre mes papilles et le whisky et celui-ci n’arrive pas à se livrer complètement. Finale bien relevée, on sent bien l’alcool prendre la relève mais n’eut été de l’apparition inattendue et brève des oranges, j’aurais déjà oublié le reste.

RV 88%
Provoque sans fâcher, aiguise sans casser. Sur le continent olfactif américain, on delaisse un peu la cerise pour se diriger vers le blé et la citrouille. Doux a l’arrivée, peu entreprenant mais chaud, qui laisse parler le grain et l’alcool, puis quelques belles courbes de cerises. Finale aux accents de Maker’s Mark ou le blé s’emporte, s’élève, tangue et valse, c’est un intense one-woman show très sexy sans être déplacé.

Patrick 85%
Tsunami de cassonade brûlée et crème brûlée, avec une subtile touche terreuse et un fond épicé. Définitivement un nez intéressant! En bouche, les épices remontent en surface en emportant avec eux des notes vineuses et fruitées. La finale s’étire sur les épices et un soupçon de cassonade. Un bel équilibre, un nez superbe mais le goût, très bien, n’offre rien d’original non plus.

Jefferson’s Bourbon

41.2% alc./vol.
Batch #124, bouteille #1289.

André 82%
Très doux et docile, probablement trop. Même si les arômes habituels des bourbons s’y retrouvent, ils sont comme étouffés par une couche cireuse qui annihile l’expression des éléments les plus riches. Pas très distinctif; fruité, cerises sauvages et bien sucré. Représentatif des bourbons mais pas très imaginatif. Pourrait ressembler à un wheat whisky à quelques égards, surtout au niveau de la texture et de sa douceur en bouche.

RV 83.5%
La base, la terre ferme. Le terre du champs répandu sur le plancher d’entrepôt. Difficile de penser que l’on a pas réduit le maïs à la limite légale pour pousser sur le sucre du blé et un soupçon d’aigreur de seigle olfactif, même si le maïs reste toujours en vue. En bouche, c’est au seigle de faire sentir sa présence en donnant à l’ensemble un aspect sec et vinaigré. En finale, on remélange le tout en le versant sur des planches d’entrepôts de bourbon. Rien de nouveau mais pas mauvais, pas mauvais du tout.

Jefferson’s Ocean – Voyage 12

45% alc./vol.
Ce qui au départ se voulait une expérimentation scientifique a finalement résulté en une approche plus scientifique du procédé de maturation du bourbon. Au départ, le whisky, mis en tonneau au Kentucky, a reçu un petit vieillissement non intentionnel en voyageant sur les rivières et les mers, en route vers sa destination finale sur les marchés internationaux. On ne parle pas seulement ici de la durée du voyage, mais du fait que le précieux liquide a été forcé d’une motion constante dans les barils dû au mouvement des vagues, augmentant donc le contact avec le bois. L’équipe de Jefferson a donc poussé un peu plus loin l’expérience en remettant le tout sur un bateau qui, pendant un an, aura traversé 4 fois les lignes de l’équateur, aura visité 5 continents et plus de 30 ports de mer. On dit que le procédé aurait ajouté une touche saline au bourbon, et augmenté ses notes de caramel en arrondissant de beaucoup le whisky.

André 88%
Pain chaud, céréales, épices, pêches, vanille, caramel. La bouche est ronde et pulpeuse, effectivement un peu salée, offre beaucoup de caramel et de noix, toffee, oranges, et des fruits secs du genre dattes et raisins secs. L’effet du fût de chêne prédomine aussi un certain temps en bouche et en finale aussi. Sucre brun brûlé, épices, cannelle, caramel salé. Finale moyennement longue mais d’une agréable douceur. Un bon whisky mais je trouve que l’on commence à travailler fort pour livrer quelque chose de différent.

Patrick 92%
Un bourbon unique et spectaculaire. J’adore la touche de sel subtile (mais pas trop), qui fait le lien entre le bourbon et certains de mes scotchs favoris. Ma bouteille va se vider rapidement, je le crains! Nez : Oui, il y a définitivement une subtile note maritime à ce bourbon. Bref, air marin, orge, caramel, fleurs et… gomme balloune? Bouche : De belles épices boisées, du sel, des fleurs et un peu d’orge. Finale : D’une belle longueur, marquée par l’orge et le sel.

Martin 87%
Nez: Maïs, pêches, vanille, caramel et poivre blanc. Léger côté salin. Cerise. Bouche: Toffee, caramel salé, noix et maïs. Vanille et orange. Cassonade et touche de cannelle. Finale: Poivre, cuir, vanille et céréales. Équilibre: Un bourbon d’une douceur surprenante. Même si parfois on préfère notre bourbon avec plus de torque, cette douceur saura attirer bien des débutants.

Jefferson’s Ocean – Voyage 17

45% alc./vol.
Batch 746 – Embouteillé exclusivement pour le Kensington Wine Market

André 80%
Mélange de caramel dilué à l’eau, de pommes caramel et de cannelle, cassonade, réglisse rouge, bois toasted, chocolat noir amer. Définitivement le style typique bourbon avec une touche discrète de sel. La texture déçoit, diluée et sans côté huileux amoureux et racoleur, les épices sont maintenant plus prononcées en bouche, mais l’arrière-bouche est drabe, astringent, presque poussiéreux, sans être franche, juste froide… les barres Turtles, pacanes, fruits secs, réglisse éventée et la pomme caramel. Finale à la fois salée et astringente. Débalancé et amalgame de saveurs discutables.

Patrick 92%
Un superbe whiskey, riche, savoureux et simplement trop bon. J’ai bu des bourbons à 100$ de la shot qui ne lui arrivaient pas à la cheville! D’ailleurs, je m’assure d’en avoir toujours une bouteille à la maison. Nez : Le parfum unique du Jefferson’s Ocean: du bourbon, avec son maïs sucré, son bois, une touche sucrée mais surtout une belle petite dose de sel de mer. Bouche : Du bois brûlé, du sel, du maïs, un peu de sucre chaleureux. L’ensemble, très chaleureux, est porté par une belle texture huileuse. Finale : D’une belle longueur, plutôt salée et donne le goût de s’en servir un autre verre.

Martin 89.5%
Nez: Riche bourbon classique, réglisse, fruits et maïs. Vanille, chêne et vent marin. On tient quelque chose je crois. Bouche: Juteux et sucré, vanille et bois, les épices sont un peu timides. Le maïs est définitivement au rendez-vous. Finale: Bien que l’alcool prenne l’arrière-plan pour la majorité de l’expérience, ici il refait surface, avec un curieux punch. Le chêne, la vanille et le maïs dominent la chaude et relevée finale. Équilibre: Une belle unicité, un bon dram, qui s’affirme, sans tomber dans le piège évident de la douceur à outrance.

Jefferson’s Reserve – Batch G-621

45.1% alc./vol.
Batch G-621, bottle 47. New Hampshire Exclusive.

Martin 86%
Nez: Quelques fruits rouges et un peu de cassonade nous mènent vers la planche de chêne qui supporte l’expérience. Maïs séché, foin, vanille et poussière arrondissent le portrait. Bouche: Gomme savon et petits coeurs à la cannelle. Pomme de tire et poivre blanc. Le tout bien encâdré par le bois brûlé. Bien savoureux. Finale: Chaude et épicée mais concise. Cannelle, bois et caramel. Touche de cire. Équilibre: Un bourbon quand même bien arrondi, rien pour tout à fait épater la galerie, mais toujours bien mieux que le bottom shelf régurgité par les clients de MGP qui ne veulent pas payer pour un assemblage de qualité.

Jefferson’s Reserve Groth Reserve Cask Finish

45.1% alc./vol.
Affiné en fût de chêne Français ayant préalablement servi au vieillissement de vin Cabarnet Sauvignon Groth de la vallée de Napa.

André 88.5%
Nez singulier, hyper challengeant. Douceur du blé, sucré du maïs, fruité du Carbarnet, épices du chêne… c’est la totale. Belle gamme de nuances de caramel, de toffee. La bouche elle aussi étonne aussi et nous amène dans des sentier méconnus. Texture vraiment moelleuse et douce, l’épine dorsale de Jefferson’s est bien là, puis les épices et les fruits rouges, les cerises, la sauce à fondue bourguignonne, le chêne, s’installent progressivement. Les saveurs les plus douces servent d’édredon aux épices du fût et du rye qui sont plus relevées. J’adore l’intégration du cask finish avec les saveurs moelleuses qui me rappellent le blé, surtout le fait que la cask finish ne masque pas trop les autres saveurs. Mélange de cannelle, gingembre, sucre, vanille et caramel-toffee avec une finale ou le rye et la cannelle sont plus puissants. J’adore le mélange de saveurs et la singularité de l’ensemble. Belle présentation, soucis du détails et présentation inusuelle. Bon voyage au pays des saveurs!

Patrick 79%
J’adore le cabernet sauvignon, mais on y a été un peu fort ici. Le vin camoufle en effet la complexité du whisky et en vient presque à nous lever le cœur par son intensité. Dommage, c’était prometteur comme concept. La prochaine batch sera peut être mieux? Faites-moi signe si c’est le cas! Nez : Pas de surprise, le nez est marqué par un vin chaleureux et épicé. Quelques clous de girofle, du chêne brûlé, de la vanille et une note de feuillue viennent compléter le tout. Bouche : L’arrivée en bouche nous fait presque penser à un brandy! Ensuite, les épices et le chêne brûlé nous rappellent qu’il s’agit tout de même d’un whisky américain. Finale : Longue et chaleureuse, marquée par les notes du vin.

Martin 89%
Nez: Vanille, maïs de Neuville sucré, vin rouge et ses tannins. Chêne, fruits rouges, caramel, raisins secs et épices. Un amalgame auquel on est plus ou moins habitués, mais un hyper nuancé et vraiment séduisant. Bouche: Cerises, fraises et framboises, épices, vanille, caramel, cannelle, maïs et bois carbonisé. Une bonne douche poivrée s’abat sur le tout. Finale: Caramel, seigle frais, crème, bois et épices pour nous faire un beau portrait. Les tannins du Cab-Sauv nous bouclent le tout. Équilibre: Un beau whiskey bien construit, le caractère parfois austère du bourbon adouci par le profil suave et affirmé à la fois du cépage de ce Groth. Je suis converti.

English EN Français FR