Cutty Sark

40% alc./vol.
Cutty Sark est une marque de blend qui a été créée le 20 mars 1923 par un marchand de vin et de spiritueux basé à Londres Berry Bros & Rudd. Le nom de la marque provient du fameux clipper Cutty Sark, lui même étant le nom d’une sorcière dans un poème de Robert Burns. Le fabricant a sponsorisé de 1973 à 2003 la Tall Ships’ Races, une compétition créée en 1956 à laquelle participent d’anciens grands voiliers, en l’honneur du Cutty Sark et pour perpétuer l’époque héroïque des courses de clippers. Durant ces trente années, la course porta donc le nom de Cutty Sark Tall Ships’ Race.

Martin 78%
Nez: Très fruité. Fraises et crème, shortcake même. Rayon de miel. Suit un léger côté médicinal qui ne prend pas trop de place. Un deuxième nez révèle un souvenir de petit caramel mou Kraft. Bouche: Encore frais et fruité. On remplace doucement la face sucrée par une vague de poivre blanc, pour terminer en douce sur le sel marin. On se croirait même sur le pont du Cutty Sark. Finale: Chaude et longue, voire même réconfortante. C’est ici qu’on décèle le malt, accompagné de poivre et de bois. Présence de chocolat. Équilibre: Belle surprise. Beau mixer, je dirais même beau blend de party. Au format disponible en SAQ, je n’aurais pas peur ni honte de laisser traîner la bouteille sur la table lors d’une fiesta.

Cutty Sark 12 ans

43% alc./vol.

André 81%
Nez de vanille crémeuse auquel s’additionne quelques notes fumées, ainsi que de pulpeuses notes de fruits tropicaux, de poires fraiches nappées de miel et d’écorce d’oranges bien mures. En respirant, le whisky affirmera avec plus de vigueur ses notes de grain whisky en dévoilant des notes épicées et plus pointues, céréales séchées, terre des champs brûlée par le soleil. La bouche est douce et approchable, mais l’éventail de saveurs est limité et on en fait le tour rapidement ; oranges et fruits tropicaux, miel et vanille, les poires pochées. Il faudra porter attention à la finale de bouche ou la sécheresse générale libèrera le chemin aux notes salées et épicées, fort soutenues d’ailleurs. On dirait aussi que des notes de sherry apparaissent progressivement. La finale est en dent de scie ; saveurs douces en contradiction avec les saveurs plus pointues d’épices et de poivre, ainsi qu’une certaine sécheresse apportée par le bois de chêne. Un bon blend, mais que je n’ajouterais pas à ma collection.

Patrick 90%
Un beau whisky riche et complexe, avec tout ce que j’aime dans un blend. Contrairement à André, oui, j’en garderais une dans ma collection. Nez : Un très bon parfum avec des notes de céréales sucrées, du miel et une touche de fumée. Appétissant. Bouche : Une belle fumée de tourbe délicate, un peu de fruits, des épices et du bois brûlé. Finale : D’une belle longueur, fumée et épicée.

Cutty Sark 15 ans

40% alc./vol.

André 82%
Nez agréable, gentil et abordable. Notes de sherry et petits fruits, céréales au miel, agrumes, poires, oranges et d’évidentes notes de fumée. La bouche offre une sensation diluée et un peu diaphane, petite gifle de gingembre, calmée par des vagues de vanille crémeuse, pomme rouge, oranges, gros bloc de toffee avec des notes de chocolat ou de café au lait. La finale est sur le caramel brûlé et la vanille, très rectiligne et pas super varié comme éventail de saveurs. Rien pour casser la barraque mais un whisky agréable à consommer, sans se caser la tête.

Patrick 86%
Un vrai dessert, surtout pour ceux qui aiment le xérès dans leur whisky! Nez : Parfum délicat et subtil, avec un peu de vanille et de fruits des champs. Bouche : Xérès chaleureux d’une belle intensité, caramel, vanille et bois brûlé. Finale : D’une longueur moyenne, avec du xérès et une discrète vanille.

Cutty Sark Black

40% alc./vol.
Version légèrement tourbée du fameux blend Cutty Sark. Le blend Cutty Sark fut non seulement associé au célèbre voilier éponyme mais aussi à la période de la prohibition aux Etats-Unis. Dès 1920, Francis Berry (Berry Bros & Rudd) engagea le Capitaine William McCoy comme agent. Ce nom fut, en peu de temps synonyme de whisky de qualité : « The Real McCoy ». Contient entre 60 et 65% de whiskies de grains et d’une vingtaine de single malts.

André 81%
Chocolat noir et café torréfié. Chêne sec et plus d’épices (sec du rye peut-être) en bouche. Finale rapide et cendreuse. Alors que je m’attendais à une présence de « tourbé » comme cette version l’annonce, j’ai plutôt trouvé un brûlé-cendreux et des notes de torréfaction. Correct pour le prix mais encore une fois, loin de me convertir aux blended whiskies.

RV 83%
Canadien avec un petit quelque chose de rhum épicé et de sapin. Arrivée moelleuse, un peu vide (léger sirop). Finale qui commence tourbe, cendre puis agrume, sans beaucoup de persistance. Sympa mais that’s all. Beau développement.

Cutty Sark Prohibition Edition

50% alc./vol.

André 87.5%
Un nez de gangster, brut et musclé. Alcool poivré et fruité, on ressent bien le fût de chêne au nez et encore plus en bouche. La bouche est poivrée et épicée, le taux d’alcool décoiffe un peu, l’astringence des épices, jumelé au taux d’alcool et au poivre, assèche beaucoup la finale de bouche. Avec le temps, le poivre disparait progressivement au nez et une vague sucrée prend le relais, mais la bouche demeure tout aussi musclée et punchée. La fumée sort aussi de nulle part en finale de bouche et le poivre s’accroche sur les lèvres en les picotant avec ferveur. Un blend qui vient mêler les cartes du style et qui saura déstabiliser tout amateur de par son caractère et sa consistance unique.

Patrick 93%
Nez : Malt, fruits, vanille, miel, chêne fumé, délicieux. Bouche : Un blend comme je les adore! Fruité, poivré et épicé, avec des notes de malt, de caramel , de chêne et de fumée. A la seconde gorgée, les notes d’agrumes et de miel se laissent mieux deviner. Finale : Très longue, surtout lorsqu’on songe au fait qu’il s’agit d’un blend. Balance : Est-ce plutôt un vatted? Tellement intense, tellement complexe! Le meilleur rapport qualité/prix que j’aie vu depuis trèèèèèès longtemps. A l’aveugle, un excellent whisky! Quand on réalise qu’il s’agit d’un blend qui se détaille à 32$ (A New York, donc si la SAQ nous l’offre un jour, le prix sera probablement entre 45 et 50$), on demeure stupéfait. Depuis longtemps je cherchais un dram de tous les jours à moins de 40$, je pourrais peut être l’avoir trouvé ici.

Martin 88.5%
Nez: Léger poivre derrière l’alcool. Le malt, le miel et les grains parviennent sans trop de difficulté à percer le solide taux d’alcool. Un doux brouillard de fumée reste présent derrière le tout. Bouche: Très épais et mielleux sur le palais. Boisé, légèrement sûrette et acide, comme une pomme verte. Impression huileuse de révolution industrielle. Finale: Poivre blanc sur une vague de miel amer. Un voile de fumée persiste au loin devant un caramel et un toffee huileux. Équilibre: Beaucoup plus de poids et de caractère que le Cutty régulier. Ce choix audacieux, autant au niveau du design de la bouteille que du taux d’alcool, a rapporté. Un vrai whisky de gangster, pas cher en plus.

English EN Français FR