Aberlour 10 ans

43% alc./vol.
L’histoire d’Aberlour commence réellement en 1879 bien que le village ait déjà possédé une distillerie auparavant. En 1879 donc, James Fleming, fils de fermier et négociant en grain, décida de se bâtir sa propre distillerie ; amené par son activité céréalière à traiter avec des distillateurs, il la fit construire intelligemment près d’une source « St Drostan’s well », réservant ainsi pour lui seul cette eau de qualité. En 1898, la distillerie fut victime comme tant d’autres d’un incendie qui nécessita une reconstruction importante des bâtiments. Agrandie en 1945 lorsqu’elle devint la propriété de Campbell distillers, elle fait désormais partie du groupe Pernod-Ricard.

André 74%
Un des premiers scotches que j’ai goûté et même avec le temps en me demandant ce que j’avais peut-être pas déniché les fois précédentes, c’est toujours un des pires scotch à mon avis. /// 2eme dégustation: Net en bouche. Vieux toffee brûlé, mais gustativement plat. Une fois qu’il a respiré 30 minutes; muffin aux bananes et noix. Meilleur que l’ancienne version mais je n’arrives toujours pas à lui donner une note en haut de 80%. Le Aberlour 10 ans est définitivement l’adolescent boutonneux de la famille. Idéal pour écouter Virginie avec matante. Tout est une question de goût et celui-là n’est simplement pas des miens.

RV 76%
Après le merveilleux 16 ans et le stellaire Abunad’h, il nous fallait revenir au 10e. Malheureusement, ce ne fut que pour constater qu’il avait toujours aussi mauvais goût que par le passé. L’image typique d’un whisky trop jeune, d’un malt trop près du grain métallique et des levures défraîchie. Et après 4 bouteilles étalées sur une dizaine d’années, il ne s’agit pas de mauvaise chance, le 10 ans est tout simplement un mauvais single malt; les proprios devrait vraiment reconsidérer la bouteille!

Patrick 79%
Goût de vieille église construite en 1300 et de pierre humide. Est-ce que la bouteille était encore bonne? 2e dégustation: meilleur au nez avec goût de caramel et de vieux fruits murs et légère vanille.

Aberlour 10 ans

40% alc./vol.

André 85%
Nez hyper doux, fût de sherry, gâteau au fruits, cerises bien rouges, caramel et toffee, miel. J’aimes beaucoup l’équilibre et la simplicité de la présentation, très efficace. La bouche est épurée, trop liquide à mon goût, mais les saveurs sont exquises sans être bien différentes de la livraison d’arômes du nez, sauf pour les épices, passablement plus soutenues. Avec le temps, le toffee et miel empièteront beaucoup sur le sherry épicé. Cela est dommage car le backbone de la distillerie selon moi c’est l’utilisation des fûts de sherry qui est presque complètement caché par les éléments sucrés du toffee, du caramel et du miel. Le pourcentage de fûts de bourbon est probablement plus élevé pour cette version. La finale est fruitée et généreusement épicée, mais un peu sèche, tout en étant moelleuse et crémeuse. Une belle édition surtout compte tenu du prix demandé.

Aberlour 10 ans (nouvel embouteillage)

43% alc./vol.

André 77%
Le rôle des embouteillages « phare » des distilleries est supposément de démontrer la ligne directrice, l’esprit, le style d’une distillerie. Aussi de vous amener à vouloir découvrir ses différentes expressions offertes sur le marché, comme le font si bien les Ardbeg 10 ans, Glenmorangie Traditional ou Highland Park 12 ans. Ce n’est pas réussi ici avec le Aberlour 10 ans. Il y a bien l’épine dorsale fruitée qui démontre la structure du vieillissement en fût de sherry – en ce sens, le but est accompli – mais là s’arrête toute l’expérience du Aberlour 10 ans. On doit ressentir le même feeling en arrivant au bout de la route 138 sur la côte nord et de se rendre compte que l’expérience est terminée. Pourtant les embranchement sont nombreux et savoureux sur la route Aberlour; le 12 ans, le 15 ans Cuvée Marie d’Écosse, le 16 ans, 18 ans, sans compter les nombreuses variantes de saveurs des différentes batches des Abunadh. On se retrouve plutôt devant un panneau « dead end » et nous aurions plutôt envie d’enclancher le « PARK » et de décrocher. À mon sens, cette édition 10 ans devrait être remplacée par le 12 ans qui pourrait fort mieux représenter la distillerie.

RV 76%
Après le merveilleux 16 ans et le stellaire Abunad’h, il nous fallait revenir au 10e. Malheureusement, ce ne fut que pour constater qu’il avait toujours aussi mauvais goût que par le passé. L’image typique d’un whisky trop jeune, d’un malt trop près du grain métallique et des levures défraîchie. Et après 4 bouteilles étalées sur une dizaine d’années, il ne s’agit pas de mauvaise chance, le 10 ans est tout simplement un mauvais single malt; les proprios devrait vraiment reconsidérer la bouteille!

Patrick 80%
Raisins, noix, caramel et… poussière? En bouche, la première impression est plutôt sulfureuse, mas tout de même chaleureuse. Une belle épice enrobe le palais, avec une touche de miel, de caramel brûlé et de jus de raisin. La finale est très sucrée et s’étire passablement longtemps. Meilleur que l’ancienne édition, mais la touche de poussière qui me reste sur la langue ne me convainc pas encore tout à fait…

Aberlour 12 ans Double Cask Matured

43% alc./vol.
Aberlour 12 ans d’âge Double Cask Matured est élaboré selon un processus complexe. Il en résulte un appréciable ‘Sherry finish’ : après un premier vieillissement de 11 ans dans des fûts de Bourbon, le whisky Aberlour Double Cask 12 ans est transféré dans des fûts de Sherry pour une dernière année, afin d’obtenir équilibre et richesse aromatique.

André 85%
Belle richesse au nez, généreusement fruité. Orange, toffee et l’effet bien senti du fût de sherry. Plus râpeux et trop liquide à mon goût en bouche mais se récupère bien en finale où les fruits secs et le chocolat embrasseront votre bouche de manière très habile. Manque un peu de finition et de complexité mais confirme la ligne directrice de la distillerie.

Patrick 85%
Nez de bois brûlé avec touche de raisin. En bouche, l’arrivée est très onctueuse et huileuse. L’ensemble est sucré, fruité, porté sur le caramel et le bois légèrement brûlé et sur un soupçon d’épices à steak. La finale, moyennement longue, est chaleureuse et s’étire sur le caramel. Bien équilibré, un rapport qualité/prix honnête si vous aimez votre scotch huileux et sucré!

Martin 83%
Nez: Raisin, vin de glace, très fruité. C’est ce qui frappe en premier, vraisemblablement causé par les tonneaux de xérès. On prend une pause. Le deuxième nez nous révèle son orge d’origine ainsi que le chêne de sa première maturation. Si on l’hume de nouveau après une première gorgée, l’orge revient, chapeautée par le caramel et le toffee. Ça sent pratiquement les Cheerios au miel et aux noix. Bouche: Autant qu’au nez il me paraissait peut-être trop sucré, autant il me déroute une fois en bouche. Il s’y passe énormément de choses. La texture est mielleuse, voire même huileuse. Raisins, orge, fruits et vin de glace se mélangent admirablement et ce sans être trop toquant. Finale: Bonne longueur qui commence par un combo orge et caramel et qui s’étire un peu sur le sherry et le raisin. Ce n’est pas à tout casser mais je ne suis pas en train de souffrir non plus. Sans émotion. Équilibre: Belle montée, mais la finale fait un peu trop patate à mon goût. Je dirais que c’est le plus Kool-Aid de mes whiskies à date. Il ferait à merveille après avoir passé la tondeuse un après-midi de juillet. Ça ne m’a pas empêché de boire la demie de la bouteille depuis le nouvel an. C’est pour les bibittes à sucre, on aime ou on aime pas…

Aberlour 12 ans Sherry Matured

40% alc./vol.

André 86%
Fruité, cerises, vraiment vraiment bon! Une superbe préparation avant de passer au 16 ans.

RV 86.5%
Mélange de cerises, de fraises discrètes et de caramel monte au nez, avec un arrière-nez de miel: sans contredit on commence par quelque chose de vraiment sucré. Arrivée en bouche visqueuse toute aussi sucrée mais légèrement fumée, comme si on avait laissé des grand-père aux fraises coller dans le fond de la marmite. Finale épicée subtilement à l’anis, de longueur moyenne. Champêtre, la chenille infecte du 10YO, 24 mois plus tard est un monarque qui vole très bien.

Patrick 86%
Sherry, terreux, cerise noire très intense. Très bon.

Aberlour 12 ans Unchillfiltered

48% alc./vol.

André 88.5%
Superbe nez tout en rondeur de sherry, rempli de chocolat noir et de morceaux d’oranges, de miel. La bouche s’ouvre comme une queue de pan; magnifique texture de confiture de fruits sauvages, cerises et d’un peu d’épices. Le fait qu’il soit non-filtré et embouteillé à un pourcentage d’alcool un peu plus haut que les embouteillages normaux de Aberlour lui donne une superbe présence en bouche, très texturale, ample et huileuse. Finale sexy, de très bonne longueur avec un retour sur le chocolat nappant les fruits épicés. À mi-chemin entre le 12 ans embouteillé à 43% et les (décoiffantes) versions Abunadh Cask Strength. N’eut été de son pourcentage d’alcool de 48% qui bousculerait certains nouveaux adeptes, ce nouveau 12 ans pourrait fort bien représenter la distillerie comme expression phare, tant pour son exploitation superbe et maitrisée de fûts de sherry que pour sa balance générale. Une agréable découverte.

Patrick 90%
Beau nez marqué par les prunes et le chocolat noir. Très fruité et très sucré. L’arrivée en bouche est très sucrée puis évolue vers les épices. Le goût demeure fruité, marqué par les cerises. La finale offre une belle longueur. Un superbe ensemble offrant une belle complexité et une évolution en bouche des plus intéressante!

RV 86.5%
Un peu fort pour débutants, mais c’est plus que du bonbon. Pommes rouges et bonbons sucrés, le nez manque de définition et est un peu trop nanane à mon goût. Le sucre se poursuit en bouche, à la saveur de gélatine pour tarte aux fruits. En finale la cerise juteuse assez typique est de retour et l’aftertaste est de bonne longueur. On aurait peut-être pas dû autant forcer la dose sur les glucides, mais il s’agit d’un beau petit whisky qui doit plaire en toute occasion.

Aberlour 15 ans Cuvée Marie d’Écosse

43% alc./vol.
Single malt provenant de l’assemblage de quelques fûts de chêne ayant contenu du xérès et du bourbon. Une version officielle réservée au marché français baptisée « Cuvée Marie d’Ecosse ». Ce single malt rend hommage à Marie Stuart, personnage symbolisant l’alliance historique entre la France et l’Ecosse depuis plus de 500 ans.

André 84%
Après nous avoir habitué à des sherry bomb dans leur dernières parutions Abunadh, nous voilà de retour à un sherry style plus posé. Toffee, miel, réglisse rouge, orange et évidemment beaucoup de sherry un peu vieillot. Le nez est doux et accrocheur, très fruité avec de savoureuses poussées de toffee au miel. Superbe nez, très représentatif des sherry cask. La bouche déçoit, un peu trop sèche à mon sens ce qui tranche avec le nez pulpeux et ample. Les oranges-nectarines suivies par une vague de réglisse noire et de sherry épicé. La sécheresse de la bouche est par contre équilibrée et la texture est tout de même intéressante. Longue finale sèche où les fruits rouges et le sherry s’entremêleront avec quelques notes de bois et de noix. Loin d’être le meilleur Aberlour que j’ai goûté mais une qualité ici que bien d’autres distilleries aimeraient atteindre.

RV 82%
À l’image de Balvenie qui se serait éloigné de la boulangerie en s’approchant de l’usine de raffinement de sucre. Odeur TRÈS généraliste, grain très sucré à la Balvenie mais aussi une touche de sucre aux aspects de certains rhums plus aigre (JM Bally par exemple). Arrivée très huileuse dans les mêmes notes accompagnées de miel, la finale est très égale, concerté et concentré. Bel aftertaste à la limite entre brûlé et fumée, mais l’ensemble semble plutôt viser la constance que l’originalité, ce qui ne fait pas mouche dans mon cas. Voyons le positif, peut-être s’agirait-il d’une belle base pour subir une finition en fût ayant une certaine personnalité.

Patrick 86%
Nez: Caramel et un peu de fruits rouges. Pointe de chêne et de noisettes aussi. Bouche: Caramel, fudge et petite pointe de confiture aux fruits aux fruits des champs. Belle sensation chaleureuse et enveloppante. Finale: Longue et agréable. Balance: Bien balancé, belle profondeur. Rien d’exceptionnel, mais tout de même un très bon dram idéal pour les soirs de semaine.

Aberlour 15 ans Double Cask Matured

40% alc./vol.

André 84%
La maitrise que peut démontrer Aberlour pour l’utilisation des fûts de sherry est étonnante. En voici un autre exemple. Le nez est abondant et fruité, l’influence du sherry est notoire et les fûts de chêne apportent la dimension plus sucrée aux accents de toffee et de miel. Très soyeux en bouche, peut-être un peu trop d’ailleurs, avec son %? d’alcool d’à peine 40%, il manque un peu de caractère et s’efface un peu trop facilement en bouche, sans toutefois se départir se son manteau fruité. Les fruits rouges et les cerises explosent en finale et en rétro-olfaction. puis cèdent la place à un effet asséchant de bois sec en toute finale. Très agréable mais manque de caractère et d’attitude.

Patrick 80%
Nez léger, marqué par les fruits et les céréales. En bouche, les céréales sont très présentes. On y trouve aussi des traces de chêne et de caramel. La finale est moyenne, avec un soupçon de menthe. Un bon whisky, sans plus.

Aberlour 16 ans Double Cask Matured

43% alc./vol.

André 87%
Plus de corps que le 10 ans d’âge. Les cerises sont au premier plan, suivi d’arômes de gâteau aux fruits chaud dans le temps de fêtes. Doux et soyeux, on sent une recherche, un vieillissement qui fait de lui un single malt plus mature et typé que son jeune frère. Mais pour le même prix qu’un Aberlour Abunadh, difficile de ne pas considérer de prendre le 2eme choix. Très agréable et éclipse le Aberlour 10 ans, n’en déplaise à Jim Murray.

Patrick 86%
Nez très chaleureux, où le xérès ne se fait pas trop discret contrairement aux épices du bourbon. Au goût, Aberlour nous démontre encore sa maîtrise du vieillissement en fût de xérès : une arrivée riche en bouche marquée par le xérès et les épices, évoluant jusqu’à ce que le sucre du vin vienne remplacer les épices du bourbon. En finale, une vanille cireuse vient malheureusement tout aplanir. Très bien équilibré, idéal pour l’automne et l’hiver, ou pour les soirées d’été un peu trop fraîches.

Martin 87%
Orange vif et riche. Nez: Doux et sucré, orge juteuse et xérès enflammé. Raisins secs, bois, caramel, kool-aid à la cerise. Gâteau aux épices, cuir et vanille. La bonne façon de s’exprimer pour un fût de sherry. Cacao et fleurs. Bouche: Un peu plus aqueux que prévu. Raisin juteux et caramel, sherry et épices, cuir fumé, cassonade, miel et vanille. Finale: Chêne, raisins et xérès avec une touche de vanille. Longue et soutenue. Équilibre: Un solide Aberlour, un peu comme un Abunad’h avec une force d’alcool régulière. Définitivement une des rockstars de la gamme standard de la distillerie.

Aberlour 18 ans

43% alc./vol.
Vieillissement en fûts de sherry et de bourbon.

André 90%
Forte influence du sherry encore une fois, généreusement fruité et marié de vanille et de toffee. Purée de fruits, oranges pêches poêlées. Superbe équilibre et une touchante générosité, mais c’est en bouche qu’il démontre plus sa qualité, la purée de fruits se présente en ouvrant la marche, suivie d’une poussée de raisins se changeant par la suite sur les bananes, les cerises noires et le chocolat fourré au miel. Une belle réussite encore une fois. De la qualité, de la complexité et de l’équilibre

RV 89%
Surprenante, il faut toutefois attendre (et apprécier) la maturité de celle-ci dans le tête-à-tête de la finale. Cerise moins mûre qu’à l’habitude, le nez paraît plus frais que le 16YO et le 12YO. En bouche c’est le piquant du Abunadh, moins enveloppant et à l’instar du nez, plus sec, plus jeune. La finale est plus reposée, douce et sucrée, et s’étend de manière particulièrement invitante. Une Aberlour qui peut paraître un peu juvénile, mais qui se révèle profonde lorsque connue davantage.

Patrick 88%
La chaleur du fût assaille joyeusement nos narines avec son chêne, ses notes brûlées et ses fruits intenses. L’arrivée en bouche est huileuse et chaleureuse. Très fruité (raisins et fruits de la passion) avec une touche de vanille pour adoucir les épices. La finale, , assez longue et marquée par un sucré-brûlé-fruité, est chaleureuse et nous laisse songeur. Une belle réussite, mais un peu trop dispendieuse à mon goût…

English EN Français FR