Clan Denny Invergordon 21 ans Vintage 1993

51.1% alc./vol.
Fût #10445

André 86%
Nez vraiment tricky pour un grain whisky… Avoir autant de fruits dans un whisky vieilli en bourbon cask est très singulier. Salade de fruits nappée de miel et d’un soupçon d’épices. En bouche, céréales au miel, sensation douce et soyeuse, beaucoup de miel et une texture de beurre fondu, chocolat blanc et croustade. Finale relevée, plus épicée et les céréales séchées concassées. L’alcool est plus approprié dans ce cas-ci et donne une chance aux notes d’agrumes un peu acide de se révéler doucement. Un whisky de grain singulier et de belle conception.

Patrick 90%
Un excellent whisky qui saura convertir ceux qui demeurent sceptiques face aux whiskys de grain. Nez : Parfum intense de caramel sucré et suave, avec de belles notes de fruits rouges et une touche de gâteau blanc qui sort du four. Bouche : Toujours le caramel sucré, au point où le whisky nous fat presque penser à un vieux rhum. Vanille et crème anglaise viennent compléter le tout. Finale : Longue et savoureuse, portée sur la vanille, la crème anglaise et une touche de chocolat au lait.

Martin 87%
Ambre à peine plus profond que le Girvan de la même série. Nez: Le grain est en vedette ici. Blé? Belles touches de caramel chauffé et de fruits séchés. Maïs? Bouche: Plutôt doux et mielleux, surtout fruité, avant que les épices du cask strength ne nous dévorent l’âme. On décèle une belle pointe de céréales derrière le tout. Finale: Les épices font perdurer les saveurs et les arômes précédents, sans toutefois les étouffer. Équilibre: Au contraire du Girvan, le taux d’alcool ici soutient à merveille les flaveurs proposées.

Clan Denny Invergordon 45 ans 1966

47.1% alc./vol.
Fût #HH7254

André 91%
Croustade aux pommes, grains de céréales un peu secs, miel et caramel chaud, vanille crémeuse avec une touche épicée un peu pointue. Si la patience ne vous dérange pas trop et que vous résistez à l’envie de prendre votre verre sans attendre, vous serez grandement récompensé. La bouche et le nez deviennent hyper crémeux, avec une progression de poires caramélisées, de coconut et de bananes flambées. J’avais fait mon idée un peu trop vite sur ce whisky la première fois où je l’avais dégusté… Ce qui est curieux, c’est que si on s’y attarde un peu, on peut continuer à discerner le fait que c’est un grain whisky, car les céréales séchées reviennent toujours en avant-plan. Après une bonne demi-heure dans le verre, des savoureuses notes de fruits séchés apparaissent avec discrétion mais affirmation. Une certaine sécheresse au goût de chêne aussi est latente sans cacher les autres saveurs plus discrètes. La finale est savoureuse avec ses accents de chocolat au lait et la vanille. Un beau dram, dans le style, il faut tout de même savoir à quoi s’attendre car c’est très différent des single malts. Tout comme la plupart des single grain, ce whisky demeure un travail de nuances plutôt que de contrastes, alors cela demandera peut-être un peu plus d’attention que normalement.

Clan Denny Invergordon 45 ans Vintage 1965

45.3% alc./vol.
Fût #HH6456.

André 87%
À prime abord; térébenthine et chimique pas très agréable au nez qui s’ouvre par la suite sur l’essence de vanille et les odeurs caractéristiques des fûts de bourbon/chêne. Céréales Sugar Crisp se changeant lentement en céréales assaisonnées d’orange. Malheureusement, sa texture est trop claire et un peu acide et pointue. Ressac orangé que le miel aide à adoucir en finale. Loin d’être désagréable mais manque de diversité et de complémentarité en bouche.

RV 88.5%
Une approche tranquille pour une belle introduction aux grain whiskies. Belle dimension de grain d’orge, avec de juteux passages de miel de rip de bois. Vraiment amplifié en saveur, ce whisky montre une fois de plus que ce ne sont pas seulement les single malt écossais qui sont capables de qualité.

Invergordon 22 ans Hart Brothers 1995-2018

52.8% alc./vol.
Single Grain Whisky

Patrick 85%
Je ne suis pas fan de whiskys de grain, mais je pourrais facilement faire une exception ici. On a joué habilement sur les faiblesses du style pour le retourner en force. Si vous avez à essayer un seul whisky de grain, celui-ci serait une bonne place où commencer. Nez : Un délicat parfum où se mélange la vanille, du xérès subtil et une touche de chêne hyper discrète. Bouche : Intenses épices du bois, xérès chaleureux et subtilement sucré. Finale : D’une belle longueur, épicée et fruitée.

SMWS G5.7 Invergordon 19 ans

64.6% alc./vol.
“All Day American Breakfast” – Distillé le 20 mai 1993, 234 bouteilles.

André 83%
Nez frais de fruits exotiques, comme indiqué sur la bouteille, l’eucalyptus, le miel, la vanille. Le nez est fort et prononcé sur l’alcool, j’ajoute donc une seule goutte d’eau… et pop ! Wow… explosion de fruits melon au miel, oranges, miel, toffee. Texture soyeuse en bouche, c’est adorable malgré le fort taux d’alcool. Finale très épicée et ou l’alcool est plus puissant. Les oranges aussi deviennent encore plus prédominantes. Un whisky en dents de scie, avec des points forts mais une finale débalancée.

Patrick 82%
Étonnant, intriguant.  Un mélange de saveur unique, mais plus bizarre qu’agréable.  Nez: Compte tenu du taux d’alcool (près de 65% pour un 19 ans ?!?!), la première impression au nez est dominée sans grande surprise par l’alcool.  Puis, quelques notes de fruits exotiques émergent pour nous rassurer.  Le tout est complété par une touche rappelant du pain sec.  Bouche : Intriguant.  L’arrivée est chaleureuse et fruitée, mais évolue rapidement vers des notes de pain sec sucré qu’on aurait trempé dans du jaune d’œuf.  Le tout est complété par de vagues notes d’oranges et de noix.  Finale : Longue et chaleureuse, mais sans grande distinction.

Martin 85%
Doré assez foncé pour un ex-bourbon. Nez: Bien mielleux et fruité, marqué par la faible influence du taux d’alcool. Pas aggressant, semble même velouté. Vanille et seigle. Bouche: Vanille, miel, menthe. Mangue, ananas, pêches. Épices et fruits caractéristiques du rye. Encore une fois le taux d’alcool se fait discret. Finale: Les chaudes épices nous emmènent en voyage, bien qu’on se demande si c’est son taux d’alcool ou bien la présence soupçonnée de seigle qui nous paient le billet. Équilibre: Son portrait est plaisant mais somme toute débalancé. On aime ou on aime pas.

Wemyss Malt “Applewood Bake” Invergordon 26 ans 1988 Single Grain

46% alc./vol.
Fût #86239, 697 bouteilles.

André 78%
Un coup au cœur du grain, ligne directe sur les céréales, beaux arômes de pommes vertes cuites, de poires poêlées, de cannelle, sucre blanc, avec une pointe sèche qui rappelle grandement les céréales séchées. J’adore habituellement la quiétude des whiskys de grains, ce calme et cette quiétude générale et posée comme présentation qui laisse beaucoup de place à l’expression des saveurs qui sont tirées du fût. Mais ici, ce whisky laisse une impression paradoxale de la sensation crémeuse de la vanille (qui me fait penser à certains Balvenie) qui tranche farouchement avec le petit edgy pointu des céréales séchées. La bouche est aiguisée et poivrée, limitée au niveau des saveurs – comme bien des single grain – mais en plus, quand la texture laisse à désirer… La finale est douce en texture mais pointue en saveurs, beaucoup de poivre moulu et de céréales séchées. Ce whisky me laisse plutôt indifférent malgré sa ligne directrice juste en tant que single grain. La variété de saveurs est limitée, son ambiguïté au niveau des variances de textures déstabilise la dégustation. Ceci étant dit, si vous aimez le style de ce type de whisky…

English EN Français FR