Evan Williams 1783 No10 Brand Small Batch

43% alc./vol.

André 79.5%
Commun et anonyme, le bourbon pour du bourbon. Belle livraison de fruits rouges séchés au nez, la cannelle et la réglisse rouge, pomme rouge et poivre, bois de chêne brûlé. Rien de particulier, rien d’unique mais sien aussi qui ne semble pas à sa place. La force du whisky en bouche est surprenante pour ce que le nez en laissait supposer, beaucoup de rye épicé et de poivre, caramel brûlé, pelure d’oranges, réglisse, charcoal, cannelle. La texture est un peu flat et sans passion, mais la sensation d’alcool est légèrement pétillante sur la langue. À l’aveugle j’aurais même misé sur un 48%, pas 43%. Le bois laisse aussi une légère astringence en finale de bouche ce qui met encore plus en valeur les épices et le poivre. Les notes de rye poussiéreux et terreux pavent aussi la finale de bonne longueur pour un whisky si ‘’ordinaire’’. Si vous voulez découvrir le style, ce whisky est idéal, il ne verse pas dans les saveurs excessives et l’alcool coup de poing. Le travail des céréales est

Patrick 84%
Un bon bourbon, intense sur le bois brûlé, qui manque un peu de finesse, mais qui compense par sa belle intensité. Nez : Caramel brûlé, chêne, fruits subtils, maïs et vanille. Un bon parfum appétissant. Bouche : Bois brûlé, sucre, épices, vanille, un peu de cerise, de charbon de bois et une touche de cuir. Un bon bourbon d’un style classique et savoureux. Finale : Longue, marquée par le bois brûlé et la cerise.

Evan Williams Black

43% alc./vol.

André 82.5%
Voici un bourbon facile d’approche, typique mais avec une petite touche épicée qui ravira les plus férus du style. Le nez est very smooth, fruité à souhait, la réglisse habituelle, vanille crémeuse, cassonade, bois de chêne sec, caramel. En bouche; arrivée soyeuse, noyée dans le caramel, puis émergent progressivement les notes de bois de chêne et les épices bien prononcées, les fruits rouges et la réglisse, une touche de poivre, cassonade. Finale bien poivrée et épices, mélange de fruits rouges séchés et de réglisse. Sans être le bourbon hyper singulier, ce bourbon est agréable de dégustation mais je le trouve légèrement débalancé par les fortes notes de poivre noir et d’épices trop prononcées en finale de bouche.

Patrick 87%
Il es aisé de comprendre pourquoi ce bourbon est un aussi bon vendeur : intense et léger à la fois, complexe et simple à boire en même temps, on pourrait l’apprécier straight ou on the rocks avec du Coke. Et le tout à un prix raisonnable, même à la SAQ! Nez : Chêne brûlé, vanille, maïs et de belles épices. Bouche : L’ensemble est riche en saveurs mais tout de même léger, probablement grâce à la filtration au charbon de bois. Superbe ensemble d’épices, de vanille, de chêne brûlé intense, de maïs, avec une touche de vieux cuir et en filigrane, un peu de caramel. Finale : D’une longueur moyenne, avec épices et cuir en vedette.

Martin 83%
Robe à quelque part entre orangeade et soleil du désert. Nez: On est tout de suite mis à l’aise avec un réconfortant nez de bourbon classique. Vanille, maïs, léger cuir et acétone. Nez très voisin d’un Maker’s Mark. Bouche: Comme bien d’autres, c’est en bouche qu’il se permet de briller. Assez léger, on s’ennuie un peu de l’aggressivité des autres bourbons, mais ça nous permet d’explorer un peu plus attentivement le mashbill, qui nous révèle plus d’orge qu’on aurait pu le croire. Le caramel rôde toujours, pas trop loin derrière le rideau. Finale: Le maïs revient frapper, avec les épices et un léger cuir. Équilibre: Un solide bourbon pour la base de la pyramide, même un petit peu surprenant sur les bords.

Evan Williams Single Barrel 1997

43.3% alc./vol.
Distillé le 6 novembre 1997, fût #158. Ce whiskey américain est sélectionné fût par fût par les Masters Distillers Parker & Craig Beam. Evan Williams Single Barrel a été récompensé à plusieurs reprises. Chaque année la distillerie Heaven Hill sélectionne des single casks pour ce straight whiskey à la gloire d’Evan Williams, l’inventeur présumé du bourbon. Ce straight Bourbon est issu d’un fût unique (single barrel).

André 90%
Sucre brun cristallisé, fruits sauvages, canne à sucre (?). Le chêne fait la transition sur une finale très poignante de beauté et de subtilité. à l’image d’une invitation à un repas champêtre frugal sous le plus grand chêne des environs où les fruits sont roi. “Un must have !”

RV 82.5%
Cerise et sève et terre mais pas de cire! Ca commence bien. Timide sur les papilles mais se reprend en fumée, et ce n’est qu’en gorge que le fruité de cerise expansionne. La finale est moyenne, avec un rye plus puissant. Excellent nez, mais bourbon plutôt moyen.

Evan Williams Single Barrel 1999

43.3% alc./vol.
Fût #597.

André 84%
Nez pauvre mais qui se développe par la suite rapidement sur des notes de panier de fruits sauvages, de mûres, de myrtille et de caramel. Une texture entre le single malt et le bourbon n’eut été de la présence soutenue de fraises et d’un brûlé léger, il aurait pu passer pour un single malt des Highlands dans un fût de premier remplissage (le côté sec en bouche en moins). Assez unidimensionnel, mais le fruité est vraiment bien équilibré mais aussi malheureusement trop volatile. La finale livre des notes plus épicées et le caramel est plus maintenant vanillé. Je préfère toujours l’édition précédente de 1997. Mériterait peut-être un embouteillage plus costaud – 48% ?…

RV 84.5%
Un petit peu du profil de Bookers, mais avec plus de cerises presque passée date qui tournent en caramel plus sucré en prenant l’air. L’arrivée est à mi-chemin entre la tire et le toffee, prend une brève tournure aigre pour revenir doucement sur le sucré en finale. L’aftertaste de son côté est peut-être un peu trop amorti mais de belle longueur. Belle balance que j’aurai aimé goûter plus haut en pourcentage: à part pour les intérêts pécuniaires de volume par baril, à quoi bon faire un single barrel qui n’est pas cask strength?

Patrick 87%
Nez riche et délicat, avec des mûres, des épices me rappelant un rye et une subtile vanille après avoir respiré quelques minutes. Au goût, les mûres sucrées et toujours les épices me rappelant un rye. Le vieillissement de 10 ans en futs de chêne est trahi par la vanille qui complète bien l’ensemble. Un très bon whisky, présentant une palette de saveur surprenante pour un bourbon, le genre bouteille qui doit se terminer rapidement, surtout à un prix aussi honnête.

Evan Williams Single Barrel 2003

43.3% alc./vol.
Mis en fût le 27 février 2003 et embouteillé le 22 août 2013. Fût #715.

André 87%
On peut difficilement faire plus traditionnel au nez. Vanille et cannelle (encore) et poussière de bois de chêne sec tout juste coupé. Beaucoup de fruits rouges séchés également et ça, c’est une agréable surprise, De plus, ils réussissent presque à cacher les épices. En fond de bouche, fin toasté du baril et quelques noisettes en prime. Ensemble un peu astringent et épicé mais le punch d’épice est sous contrôle et la rétro-olfaction de miel et de vanille épicée vient comme un baume sur le pointu des épices. J’aime beaucoup… les fruits, les oranges, la vanille et miel. Bien agréable, équilibré et avec quelques surprises à diverses étapes de la dégustation.

Patrick 85%
Nez: Parfum très sucré marqué par un doux caramel, une touche boisée et une très légère pointe de cerise, à la limite du discernable. Bouche : De belles épices boisées en premier lieu, de petites notes de caramel chauffé et de discrètes agrumes qui vient lui donner un petit côté estival. Finale : D’une longueur moyenne et agréable. Balance : Un bon bourbon facile à boire. Idéal pour la fin de semaine dans le bois lorsqu’on veut bien boire sans se casser la tête ou le portefeuille.

Martin 86%
Beau orangé riche du bourbon classique. Nez: Assez floral au départ, pour continuer sur de juteuses notes de maïs grillé, de cannelle, de caramel et de vanille. Le chêne carbonisé ne se laisse pas mettre de côté non plus. Petite cerise au marasquin. Bouche: Juteux et sucré, vanille, maïs, caramel, cannelle et poivre noir fraîchement moulu, muscade. Sirop de table. Extrêmement facile à boire. Finale: Courte sur des notes affirmées de miel, de chêne et de Dr.Pepper épicé. Équilibre: Peut-être même trop facile à boire. Frappe avec précision toutes les caractéristiques propres à un bourbon classique. Tirerait grand profit d’une hausse de son taux d’alcool.

Evan Williams Single Barrel 2010

43.3% alc./vol.

Patrick 85%
Un très bon whiskey, un très bon bourbon, mais j’ai déjà vu des meilleurs rapports qualité prix. Peut-être un peu trop dilué? Nez : Parfum de céréales sucrées, avec une touche de cerises et de vanille. Bouche : Du bois brûlé, de la vanille des fruits frais et une astringence du tonnerre! Finale: D’une belle longueur et très boisée.

Evan Williams Single Barrel Bourbon Binny’s Pick 10YO

43% alc./vol.

André 79%
Dans la cour des bourbons, pas de doute. Chair de cerises noires, nez quelque peu agressif. En bouche, il se développe mal et évolue également de façon peu structurée; une belle poussée fruitée s’accompagnant de vanille (celle-ci se change en toffee en finale). Saveur de bonbons à l’eucalyptus ayant séjourné longtemps dans une boite en métal. Ressemble à des pastilles Fisherman’s Friend à saveur de fruits sauvages rouges. Shortcake aux fraises. Finale simple, toujours sur ces mêmes arômes en addition d’une couche cireuse pas très agréable.

Patrick 78%
Métal sucré. Non, mais vous trouvez que ca sent le métal, ça vous mets en appétit? Moi non plus. Bon, pour votre bénéfice, on goûte! Eurk! Goût de métal, mélange d’étain, de cuivre et de tôle. Finale impressionnante de gruau à la cassonade. Dans le genre plus de cassonade que de gruau, comme quand ma mère ne surveillait pas ce que je faisais. Bref, nez et goût douteux, mais finale qui me rappelle d’excellents souvenirs.

Evan Williams White Label “Bottled-in-Bond”

50% alc./vol.

Patrick 89%
Un très bon whisky, le genre de bourbon qu’on pourrait boire à tous les jours surtout à un prix si raisonnable. Dieu bénisse les “Bottled-in-Bond”! Nez : Cassonade sucrée avec des notes de cerise et d’orange. Appétissant. Bouche : Un délicieux mélange d’épices et de sucre, avec une bonne dose d’oranges et de bois brûlé. Finale : D’une belle longueur, avec les épices du bois brûlé, la cassonade et une touche d’orange.

English EN Français FR