Compass Box Great King Street Experimental Blue Batch #TR-06

43% alc./vol.
Embouteillé le 9 mars 2013, bouteille 2558 de 3805. Fait de 33% Lowland Grain whisky et de 67% Malt de l’Ile d’Islay, Highlands et Speyside, dont la moitié provident de la distillerie Clynelish.

André 90%
Nez de tourbe crasseuse et terreuse, un brin citronnée, salé et maritime, background fruité. Il y a une force tranquille dans le nez de ce whisky qui se reflètera en bouche. Même si ce whisky est intensément tourbé, il n’en demeure pas plus d’une douceur féminine et sexy. Le sel et les fruits tropicaux se mélangent agréablement en bouche, la texture est belle et soutenue, belle longueur et finale de chocolat noir et de toffee, caramel salé. Du beau, bon, pas cher !

Patrick 91%
Nez: De beaux arômes fumés et maritimes, avec une pointe de sel et de fruits des champs. Bouche : Belle fumée bien arrondie par une touche de fruits des champs et de vanille. L’ensemble présente aussi un fond de sel et d’algues. Finale : D’une longueur moyenne et marquée par le sel. Balance : Une réussite sublime, exactement ce que j’aime aller chercher dans un blend : une grande complexité, une balance impeccable des différents arômes, que demander de plus?

Martin 88%
Teinte assez foncée pour une expression tourbée. Paille humide et foncée. Nez: Nez principalement composé, bien sûr de tourbe, mais aussi de tarte aux pommes, de citron et de popcorn au beurre. Assez intéressant. Son haut point. Bouche: Sel de mer, pommes et caramel salé. Légèrement plus fade que ce à quoi je m’attendais. C’est ici qu’encore une fois on a l’impression qu’on aurait mieux été servi à 46% d’alcool. Finale: Boisée et tourbée, bien que cette aura de tarte aux pommes nous colle à la peau. Équilibre: Quand même un dram fortement agréable, mais il ne faudrait pas toutefois le considérer tout-à-fait comme un peated des ligues majeures.

Compass Box Great King Street Experimental Red Batch #00-V4

43% alc./vol.
Embouteillé le 9 mars 2013, bouteille 2784 de 3439. Fait à partir de 28% grain et de 72% malt whisky.

André 91%
Sherry prédominant, fruits rouges divers, confitures de fruits, d’oranges mûres. Nez élégant mais un peu trop volatile. Texture soyeuse en bouche, presque pulpeuse, au départ sucrée puis affichant un soupçon d’épices. Le sherry n’est pas du type vieillot mais me fait plutôt penser à un bol de salade de fruits rouges, texture très douce et silky en bouche. Les oranges et le toffee apparaitront une fois les épices évaporées ce qui récompensera les plus patients à décortiquer leur whisky. Pour un blend whisky, la texture est hallucinante. Finale longue, étrangement les épices sont plus évidentes et les fruits se mélangent finement à celles-ci, mais la douceur de l’ensemble restera la clef de voûte de ce blend whisky de superbe conception.

Patrick 83%
Nez: Au travers de l’orge juteuse, se profile une note de bleuets et de caramel chauffé. Bouche : Céréales et fruits discrets, bleuets, prunes, oranges. Sucre et épices. L’alcool neutre de grain de la base de l’assemblage est un peu trop perceptible. Finale : Épicée et fruitée. Assez intense. Balance : Les saveurs sont bien équilibrées entre elles, mais l’alcool neutre de grain utilisé comme base est trop perceptible.

Martin 85%
Un ambre doré profond nous fait presque deviner son vieillissement tirant du côté du sherry. Nez: Nez plutôt faiblard pour une expérience de sherry. Raisins, corn flakes et marmelade à l’orange ressortent mais sans faire trop de boucan. Bouche: Un peu plus juteux à l’arrivée, mais les saveurs tombent rapidement et tristement un peu à plat. Tout de même plus goûteux que ce que le nez annonçait. Petits fruits, raisins et prunes plus particulièrement. Finale: Moyennement étirée avec quelques épices qui soulignent des pointes de différentes céréales. Un peu comme quand on a pas mis assez de confitures sur sa rôtie. Équilibre: Je m’attendais à plus, c’est malheureusement pour moi un peu un pétard mouillé. Comme quoi il ne faut pas toujours se fier à l’étiquette de la bouteille. Vaut-il éviter parfois certaines expériences? Pas à ce point-là, ne vous en faites pas.

Compass Box Hedonism Blended Grain Whisky

43% alc./vol.

André 88.5%
“The feminine alter-ego of single malt whisky” et c’est vraiment ça… On fait dans la douceur, la souplesse et le velouté mais la variété est un peu mise de côté. Crème à la vanille, toffee, pouding à la vanille. La bouche est un peu plus edgy, merci au bourbon cask au passage, léger épicé et bois sec un peu rêche, mais la texture demeure crémeuse et féminine. Les céréales sont bien senties également et se mélangent bien au subtil apport fruité. Le toffee un peu chauffé se fait aussi plus prédominent avec le temps et l’union sexy avec la vanille est vraiment agréable. Le couple s’offre même un p’tit trip à trois avec les épices boisées apportant un peu de piquant dans ce couple bien complice. Finale souple et feutrée, une belle descente pour un atterrissage tout en douceur avec quelques secousses épicées.

Patrick 82%
Nez : Frais, vanillé, touche de cerise… On dirait un bourbon light. Bouche : Pommes, poires, vanille. Au goût, on dirait plutôt un whisky canadien. Finale : Courte et sucrée. Balance : Une belle complexité, assez intéressante et très bien réussie. Bon, toujours est-il que si n’était que des whiskys de grain (en fait, à la base de l’alcool neutre de grain dont la raison d’être n’est pas la saveur, mais d’augmenter à bas prix le taux d’alcool), je ne serais jamais tombé en amour avec les scotchs.

Martin 79%
Assez clair, on s’attendrait même à un malt tourbé si on ne savait pas déjà qu’il s’agit d’un whisky de grain. Nez: Essence de vanille, fruits, fleurs et colle blanche. Poivre blanc, crème fouettée et tarte aux pommes. Assez décousu, quoi. Bouche: Assez poivré et épicé à l’atterissage. Forte présence du grain, enveloppé de vanille, d’amande, d’orange et de pamplemousse sûr. Finale: Moyennement longue sur des notes de chêne et de colle à bois. Bricolage avec bâtons de popscicle. Équilibre: Manque malheureusement de saveur et de complexité. Ne vous méprenez pas, ce n’est pas parce que c’est un whisky de grain, il en existe plein de bons. Le Hedonism en fait malheureusement plus ou moins partie. Peut-être me l’a t-on trop vanté…

Compass Box Hedonism Blended Grain Whisky #H25MMVI

43% alc./vol.
Fabriqué à partir de 100% de grain (ce qui est très rare dans le monde des scotchs) d’environ 20 ans d’âge, le Hedonism est embouteillé seulement d’une a deux fois par an par Compass Box.

André 91%
Yogourt à la vanille, miel, céréales Honey Combs, sucre…très Bourbon. Le sucre prend sa place plus fermement à mesure qu’on laisse le verre respirer. L’apogée; 30 minutes qui en valent la peine. La texture est superbe, surtout avec la collaboration des épices en finale. Goûté à l’aveugle, j’aurais misé sur un bourbon. A real little gem.

RV 87.5%
Avec un whisky de grain et non de single malt, sans surprise l’olfaction révèle immédiatement le grain un peu fumé et la vanille cuivrée, l’odeur quoique moins prononcée de ce que je me figure émanant d’un mash tun d’une distillerie de grain en plein Speyside. En bouche c’est beaucoup plus fumé mais assez unidimensionnel, sauf qu’en finale un intéressant fruité retentit de nul part, pour disparaître par la suite avec le retour du grain qui agonise beaucoup plus longuement qu’on ne pourrait se le douter avec un blend. Me fait penser au Greenore mais davantage complexe et varié. Sans être LA source de plaisir intarissable par excellence, ce blend de grain whiskies est un tour en train: l’autobus d’un blend moins dispendieux se rend a la même destination, mais un voyage sur rails est agréable à essayer au moins une fois.

Patrick 90%
Le nez est frais, très fruité et vivifiant! Il laisse entrevoir un soupçon de rye habilement marié aux autres céréales. Le goût révèle en plus des épices qui rappellent les meilleurs whiskies canadiens. Les fruits – pommes et poires surtout – demeurent toutefois au premier plan, ce qui offre une bataille inédite à nos papilles gustatives. C’est la rencontre des géants irlandais et canadiens où les bourbons viennent semer la pagaille en s’alliant tantôt à l’un, tantôt à l’autre.

Compass Box Hedonism The Muse Blended Grain

53.3% alc./vol.
Hedonism fut le premier Blended Grain Scotch Whisky au monde qui ouvrît un nouvel univers de saveurs jusqu’alors inexploré en Écosse. Compass Box a récemment trouvé un fût de vieux whiskies de grain d’un âge certain. Ce fût étant exceptionnel, il inspira John Glaser pour la création de cette nouvelle Edition limitée d’Hedonism. The Muse est un clin d’œil à la femme représentée sur l’ensemble des embouteillages de la marque. Édition limitée de 3060 bouteilles.

Recette utilisée: 27.2% Invergordon Distillery (refill American standard barrel), 20.4% North British Distillery (re-charred barrel), 16.0% Strathclyde Distillery (refill hogshead), 15.7% North British Distillery (first fill bourbon barrel), 13.8% Unknown (butt; parcel of unknown, pre-blended grain whiskies), 3.6% Port Dundas Distillery (re-charred barrel) et finalement, 3.3% Port Dundas Distillery (hogshead)

André 89%
Crème Chantilly, caramel, miel, ananas, noix de coco, céréales au miel et sirop d’érable. L’influence du grain whisky est indéniable en bouche, on croque dans les notes de céréales à pleine dents ainsi qu’aux saveurs de bois de chêne; céréales séchées, caramel, miel, ananas, essence de vanille, pêches, oranges. Finale bien épicée par la cannelle, le clou de girofle saupoudrant les céréales séchées. Un parfait exemple du savoir faire du blender et de la qualité des grain whiskies lorsque bien sélectionnés.

Patrick 80%
Mouin, faut avoir soif en maudit! Ce n’est pas mauvais, mais ce n’est pas le genre de whisky qui m’apporte grand plaisir à boire. Bref, pour moi, la définition même d’un “80%”. Bon, j’aurais envie d’y ajouter un ou deux points pour le taux d’alcool, mais non. Nez : Parfum typique d’un whisky de grain: frais, léger, un peu sucré et boisé. Et aussi des effluves de fruits exotiques et une touche de cerises. Bouche : Intense sur l’alcool, avec beaucoup de bois frais, mais un peu brûlé, avec une bonne dose d’épices, de la vanille et des agrumes. Finale : D’une finale moyenne, marquée par le bois et les agrumes.

Martin 83%
Nez: L’alcool masque beaucoup le reste du portrait. En-dessous on parvient à cerner des notes de miel, de crème, de bois et de sucre à glacer. Sinon peu d’autres arômes percent. Bouche: Bois vert, caramel, fruits tropicaux, herbe et crème. Les saveurs se fondent assez rapidement dans un mélange de chêne, d’épices et de grain. Finale: Un peu fruitée, sur une bonne dose d’épices et de caramel. La longueur est quelconque, et les saveurs se noient dans les épices et le chêne. Équilibre: Je ne craque pas sur cet embouteillage, comme sur son homologue embouteillé à force normale. Mais bon, on ne peut pas tous les aimer.

Compass Box Lady Luck

46% alc./vol.
Édition limitée à 754 bouteilles, septembre 2009. Assemblage de seulement 3 fûts: Caol Ila 29 ans 1980 fût #8165, Caol Ila 25 ans 1984 fût #5384 et Imperial 14 ans 1995 fût #100049.

André 91%
John Glaser est définitivement un génie du whisky. Texture huileuse au nez, sérieux c’est du solide côté textural au nez. Hyper soyeux mais très défini dans les saveurs. Belle fumée de tourbe, agrumes juteux, cannelle mélangée de cosses d’oranges, vanille crémeuse, tarte aux pommes. La texture en bouche est unique, huileuse à souhait, soulevée par les notes de feu de plage presque éteint. L’influence du Caol Ila est indéniable, les origines maritimes s’esclaffent au travers de vagues de fruits exotiques, d’agrumes, de tourbe huileuse et de fumée un peu grasse. Peut-être pas la plus grande variété aromatique mais la justesse est incontestable. Finale longue, un brin astringente et épicée, agréable mélange de fruits exotiques et de tourbe de fumée huileuse. Pointe d’herbe verte en toute finale de bouche. Si vous avez une bouteille, vous êtes définitivement un Lucky Guy.

Patrick 85%
Un autre blend complexe et admirablement équilibré de la part de Compass Box. Mais… J’aurais tout de même préféré en boire les composants (Caol Ila et Impérial) séparément. Nez : Parfum riche, profond et chaleureux. Très boisé, fumé, cendré, sucré et marqué par les agrumes. Une touche herbeuse complète le tout. Bouche : Arrivée en bouche très épicée et marquée énormément par les agrumes. Le tout est enveloppé de fumée, de charbon et de cendres. La texture est riche et huileuse. Finale : Longue, fumée et épicée.

Compass Box Magic Cask

46% alc./vol.
Le Magic Cask a été conçu spécialement par John Glaser à la demande de la LCBO (Liquor Board of Ontario). Cet embouteillage unique est un vatted de Linkwood 17 ans et de Clynelish 14 ans affiné dans des fûts de Madère. S’inspirant du règlement canadien du 9.0.9 concernant les whiskies, la compagnie Compass Box pouvait enfin créer un embouteillage très spécial. La loi 9.0.9 stipule que : les fabricants de whiskies canadiens peuvent utiliser jusqu’à 9.09% d’autres « saveurs » dans la conception de leur whiskies (autres whiskies tels que le bourbon, le vin etc). Un embouteillage limité de 480 bouteilles disponible en exclusivité dans les magasins de la LCBO en Ontario, hautement prisé des collectionneurs.

André 85.5%
Limette dans un verre de 7-UP. Vivifiant et fébrile. Fruits exotiques de tout acabit, mariés à du jus de raisins vert. Un vatted à la fois fort et réservé. Assez monochrome en milieu de bouche. La finale elle, se tarit dans des vagues d’eucalyptus, de menthol et d’alcool de vodka.

RV 83.5%
Très fruité mais aussi feuillu. Au goût c’est très très fruité et ça tire un peu vers les céréales. Retour sur les fruits un peu moins mûrs en finale. Celle-ci est par contre courte (en comparaison aux single malts, mais pas nécessairement pour un vatted), mais l’aftertaste de grain et de malt est satisfaisant. Une rareté intéressante.

Patrick 88%
Fruité, feuillu, un peu épicé. L’orge se démarque un peu. Meilleur que la plupart des « casks finish » traditionnels. En finale, les épices livrent un combat d’arrière garde aux fruits du vin de Madeire.

Compass Box No Name

48.9% alc./vol.
Ce blended malt est le plus tourbé que John Glaser n’ait jamais créé. La recette serait constituée d’environ 75% Ardbeg provenant de re-charred barrels, plus ou moins 11% Caol Ila refill barrels et de 13% Clynelish, Dailuaine et Teaninich (re-charred hogsheads).

André 89.5%
Grosse fumée de tourbe grasse et terreuse mais très distinguée, pitch à bardeaux, oranges, poires fumées, agrumes, une pointe de sel, vieux fruits séchés éventés, éléments verdâtres, un peu industriel dans l’approche initiale mais du raffinement dans les détails et l’exécution. La bouche est sauvage et musclée, animale et industrielle, très tourbée, beaucoup plus que l’annonçait le nez, mélange de prunes, poires et pommes roulées dans la cannelle, de sherry et de tourbe maritime légèrement verdâtre et vanillée. Finale très poivrée et de réglisse noire, fumée d’usine industrielle.

Patrick 91%
La tourbe présentée avec une complexité rarement vue dans ce style. Excellent. Nez : De la belle fumée grasse et huileuse, avec une touche de sel, du pitch chauffé au soleil et une touche d’agrumes. Bouche : Un gros whisky sale et industriel, porté par une texture huileuse. Bref, de la fumée de tourbe huileuse, du sel, des agrumes, des poires, un peu de poivre et une note discrète de xérès. Et c’est très très bon! Finale : D’une belle longueur, fumée et salée.

Compass Box No Name No.2

48.9% alc./vol.

Patrick 91%
Un autre superbe “No Name”, un scotch dont je vais certainement rechercher les prochaines éditions. Nez : Riche sel, touche sucrée discrète, de la belle fumée enveloppante et des fruits discrets. Bouche : La fumée est ici plus présente, avec de belles épices, du bois, du poivre, du sucre, de la vanille et une belle confiture de fruits. Le tout est porté par une belle texture onctueuse. Finale : D’une belle longueur, épicée et fumée.

Compass Box Oak Cross

43% alc./vol.
Les whiskies utilisés dans ce mélange sont mûris dans leur étage primaire de maturation dans un mélange de fûts de chêne américain. Les fûts mélangés par la suite sont eux un mélange de fûts de bourbon de premier remplissage et des fûts particulier appelés OAK CROSS qui sont fait de chêne américain et de nouveau chêne français.

André 91%
Chêne blanc, avec un accent au semblant de rêche du seigle, sucre intense, thé au citron, vanille. En bouche, c’est plutôt les fruits et les épices qui s’exaltent généreusement avec une balance parfaite. Très soyeux et velouté. La finale quant à elle, est un retour sur la vanille accompagnée d’oranges confites. Une vraie beauté, simplement superbe.

Patrick 90%
Épice sucrée au nez, rappelant la cassonade, qui disparaît au goût. Goût de bruyère qui baigne dans la vanille. Très sucré, me rappelle un vin de glace. Le goût sucré qui reste en bouche est vraiment agréable. Une belle richesse de saveur, plein de surprise, le tout plutôt bien assemblé. A ce prix là, j’en veux une!

Martin 86.5%
Nez: Léger malt grillé, miel et fleurs blanches. Fruits et herbe, citron et meringue. Chène blanc. Bouche: Frais et mielleux, notes de bois, d’herbe et de sucre en poudre. Fleurs légères. Petit manque de texture. Finale: Un peu courte, mais avec des notes agréables de malt, de miel, de fleurs et de bois. Équilibre: Un autre blend réussi de la part de l’irréverente clique de Brian Glazer. Un bon petit achat si vous passez devant un jour.

RV 88%
Je-ne-sais-quoi de canadien au nez, à la Forty Creek peut-être, avec vanille et bruyère. L’arrivée est toute en cassonade, suivie de râche de sirop d’érable pour se terminer quelque part vraiment pas loin du Porto, mais son coté désagréable en moins. Son point faible se situe au niveau de l’aftertaste, qui manque en intensité, hormis le même bruyère qu’à l’olfaction.

English EN Français FR