Colonel EH Taylor Small Batch

50% alc./vol.

André 86.5%
Typiquement bourbon avec ses odeurs d’épices, de fruits rouges et de savate rouge. Le nez réussit à garder un nez bien rond et ce malgré les fortes épices. L’arrivée en bouche est huileuse et un peu cireuse (cire sur les pommes rouges) mais changera drastiquement et rapidement de ton en devenant épineux et fortement épicé. Les fruits rouges sont toujours en place. La finale de peu, un peu courte d’ailleurs apportera un aspect de céréales sèches épicées que je n’aime pas spécialement. Cela tranche avec le nez relativement rond et déséquilibre l’ensemble. Finale courte où l’alcool est presque éclipsée par les épices.

RV 85.5%
J’emballe toujours mes cadeaux à la vas-vite, car une belle boîte peut faire trop monter les attentes. Nez de seigle très canadien, avec le nez de certains grains whiskies. Fruits tropicaux, ananas et mangue. Marmelade d’orange. En résumé, belle complexité olfactive. La bouche est toutefois seigle seigle et re-seigle, et tombe dans une pauvreté on ne peut difficilement plus décevante. En corrigeant la finale, ce whisky satisfera quiconque pensant que tous les whiskies américains se ressemblent.

Patrick 85%
Nez: Céréales faisant vaguement penser a du seigle, notes végétales vertes.  Bouche:  Seigle épicé, Touche de sucre et pointe végétale.  Finale: Moyennement longue.  Balance:  Un bon whisky de tous les jours.

Colonel EH Taylor Straight Rye Bottled in Bond

50% alc./vol.

André 87%
Bien que l’étiquette annonce le rye, le nez est quand même discret à l’approche et laisse plus entendre au départ l’utilisation de fûts neufs, bien représenté par les notes de fruits rouges et de petits fruits sauvages. Au nez, la réglisse rouge, les cerises marasquin, la cannelle, les oranges, les prunes séchées, le gâteau aux épices. La bouche est poivrée et les céréales séchées plus en évidence, bonbons à la cannelle et rye typique, la réglisse rouge et la cerise noire, sensation cireuse enrobante, les fruits séchés. Rien qui tranche de l’ordinaire et rien qui rompt l’équilibre. La première gorgée, la finale m’a tellement déçu, la fluidité et le manque de consistance de la texture, les saveurs éphémères… Mais en ajoutant quelques gorgées, les aveurs semblent s’accumuler en couches successives et gagner en pérennité; poivre, cannelle, sécheresse et astringence du bois de chêne, coses d’oranges, réglisse rouge. Un rye peut-être un peu trop prodent selon mes attentes mais une qualité indéniable. On reconnait la signature de la justesse propre à Buffalo Trace.

Patrick 87%
Un très bon whiskey, surtout si vous êtes amateur de rye intense en épices. Par contre, le rapport qualité/prix ne m’a pas impressionné. Nez : Aucun doute possible, c’est un rye! Les épices du seigle sont intenses, tout comme celles du chêne. Et avec un peu d’imagination, j’y sens aussi de la vanille et de la cerise. Bouche : Toujours les épices du seigle en premier plan, soutenu par les épices du chêne. La vanille et la cerise sont moins discrètes qu’au nez, mais demeurent tout de même à l’arrière-plan. Finale : D’une longueur moyenne et marquée par les épices du bois brûlé.

Colonel EH Taylor Uncut and Unfiltered Barrel Proof

67.25% alc./vol.

André 91.5%
Nez d’une douceur extrême, on ne peut penser à la bête qui attend, tapie dans l’ombre. Fruits sauvages rouges et douces céréales, anis, toffee, caramel, vanille. Nez inoffensif, attrayant et savoureux. J’ai en tête l’image du clown de « IT » qui veut attirer les enfants … « you want a balloon, they all float down there »… C’est bizarre car en bouche, le pointu du seigle est omniprésent mais la texture elle est hyper polie et feutrée. Il serait mentir que de dire que le taux d’alcool n’est pas fort mais, sérieusement c’est plus que facile à savourer. Sucres caramélisés, fruits rouges… même les épices sont balayées par le taux d’alcool. Un moment donné, sans dilution, la « palate » est complètement anesthésiée, tellement l’alcool est puissant. Même la finale est difficile à déterminée car le malstrom d’alcool brouille un peu tout. Une expérience en soit, un peu chaotique mais tellement dépaysante. Difficile d’évaluer quelque chose d’autre après ça…

Patrick
Nez : Puiiiiiiiisant!  Cerise intense, sucre et épices.  Au nez, vraiment plus sucré qu’on s’y attendrait.  Bouche : Épices, chêne, vanille et surtout cerise.  On pourrait résumer en disant « bourbon intensité 10 ».  Finale : Longue et intense, comme l’ensemble.  Balance : Une réussite, tout simplement.  Mais comme tout whisky à plus de 60% d’alcool, l’intensité peut être déconcertante.

Martin 92%
Orange vif, presque Kool-Aid. Espérons que ça ne goûte pas ça. Nez: Une belle intensité affirmée. Cerise, vanille, chêne, caramel et maïs. On sait que son taux d’alcool est foudroyant, mais son nez fait encore preuve de sournoiserie. Bouche: Caramel et douce vanille, chêne et gingembre, épices marquées du rye. On s’attendrait à être brûlé par l’alcool, mais au contraire, malgré son taux fulgurant, il est dangereusement facile à boire. Finale: L’alcool ici donne un bon kick, mais nous aide aussi à faire perdurer le rye, le chêne et le caramel, mais c’est vraiment le maïs, à l’instar d’un Booker’s, qui reste à tout jamais. Équilibre: Un superbe bourbon, avec une intensité qui peut en désarçonner plus d’un. À approcher avec extrême prudence.

RV 94.5%
Je suis un gars de bourbon, encore plus convaincu. Bien qu’à l’ouverture le rye est plus poussé que quelques minutes plus tard, en respirant le blé prend sa place. Ensuite, tout la co-op se réveille dans un kaléidoscope où les 3 couleurs principales de seigle, de blé et de maïs se fondent en un. Comparable au George T. Stagg, le seul défaut est le taux d’alcool, pas parce que c’est trop violent, mais simplement que je peux pas en prendre autant que je le veux avant d’être ivre mort.

English EN Français FR