AnCnoc 12 ans (ancien embouteillage)

40% alc./vol.
John Morrison acheta le domaine de Knock en 1892 au Duke of Fife et découvrit plus tard quelques sources d’eau en friche sur les flancs sud des collines Knock Hill. John Morrison était tellement impressionné par la qualité de l’eau qu’il la fit examiner par un laboratoire spécialisé. La production de whisky commença en octobre 1894. En 1928, un nouveau broyeur de malt fut installé en remplacement du broyeur qui occasionna un incendie et démolit partiellement le mur de la pièce contenant les alambics. Durant la grande récession entre 1931 et 1933, la distillerie a fermé ses portes de même que durant la guerre 1940-1945. De nombreuses distilleries ont servi à loger les militaires durant la guerre. Knockhu fut occupée par une unité de l’armée indienne. En 1983, la distillerie ferma ses portes une troisième fois, avant d’être rachetée par Inver House qui redémarra la production le 6 février 1989.Son single malt fut rebaptisé An Cnoc en 1994 afin d’éviter toute confusion avec le célèbre Knockando. Le single malt de la distillerie entre dans la composition de nombreux blends, tels que MacArthur’s, Catto, Inverhouse, Blairmhor, Heater Cream, Glen Talloch et Hankey Bannister.

André 88%
Un embouteillage qui m’a renversé la première fois où je l’ai goûté. Fruité à souhait dès le départ, très structuré, viennent ensuite la vanille, le chêne et les épices sur une finale douce et très satisfaisante. Cette version n’est malheureusement plus disponible sur le marché.

AnCnoc 12 ans (embouteillage US)

43% alc./vol.

Martin 89.5%
Nez: Sucré mais sans être trop velouté. Butterscotch-vanille, orge et épices. Touche agrumeuse, presque du zeste d’orange. Bouche: Épices de plein fouet, talonnées par une délicate vague de fruits sucrés et de vanille. L’orge et les agrumes sont toujours là mais beaucoup plus effacées. Finale: De nouveau les épices frappent avant de s’estomper aussitôt dans un méli-mélo d’orge et de chocolat. Équilibre: On m’a vanté longtemps les mérites du 16 ans, tellement que je ne donnais pas cher de la peau du 12 ans. Comme je me trompais. C’est un autre bon petit whisky estival. Ça va être un été mignon si je décide de m’acheter une bouteille plein format. Et puis en plus ça m’a donné une belle occasion de me servir du mot “méli-mélo”…

AnCnoc 12 ans (nouvel embouteillage)

40% alc./vol.

André 91%
Après avoir savouré le AnCnoc Rutter, ça décoiffe de voir la différence entre les 2 expressions. On pourrait jurer que AnCnoc est à voler le titre de ‘’gentle malt’’ à Tomintoul. La douceur, sucrée et mielleuse, les céréales (presque du wheat), les agrumes et le citron très doux, quelques épices effeuilleuses. De balancer ensemble tous ces doux éléments est un beau tour de force et de ne pas éteindre la lueur de ces tendres arômes avec une volée d’épices envahissantes est également un bel exploit. Belle fluidité en bouche, le taux d’alcool minimum est bien caché, rehaussé par les épices. On peut même détecter une petite touche de chauffé/toasté fort agréable, de la pomme verte peut-être, passablement de miel et des dérivés des céréales maltées toastées. Finale tout en douceur, la vanille, le miel encore une fois, les céréales omniprésentes, les agrumes et le citron. Un whisky très abordable qui en surprendra plus d’un!

Patrick 90%
Un drink délicieux, complexe et bien équilibré. Incroyable d’avoir une telle personnalité sans avoir recours à une tonne de tourbe. Nez : Complexe, avec des notes de chêne, orge, vanille, agrumes et une touche sucrée. Bouche : Une belle vague d’épices de chêne, de vanille et d’agrumes. L’ensemble est sucré-poivré. Finale : Longue et savoureuse.

AnCnoc 16 ans

46% alc./vol.

Patrick 86%
Un très bon dram, bien balancé, mais dont le rapport qualité/prix laisse à désirer.  Nez : Céréales et touche de fruits  Un peu de poussière de chêne.  Bouche : Délicieuses épices du chêne, avec une touche de caramel et une pointe de fumée délicate.  Finale : D’une longueur moyenne et un peu fumée.

RV 87%
Très très beau whisky… pour débutant. Peut-être un peu trop standard au nez mais à travers l’orge mouillée un parfum de copeauxde pin s’élève. En bouche c’est du bois mielleux, légèrement salé, qui prête un sentiment terroir à la chose. Finale plus standard même si on est toujours près de la scierie. Petit aftertaste mais savoureux, mais à 30$ de plus que le Lagavulin de même âge, pas le choix de lui faire perdre un gros point.

AnCnoc 17 ans Single Cask #1539

63.7% alc./vol.
Sample from Cask #1539, First Fill Charred Bourbon Cask, Distilled 2002, Bottled 14/03/2019.

André 89%
Un voyage sous les tropiques! Fruits tropicaux, poires, vanille et coconut, sirop de salade de fruits, citron, oranges, agrumes. Quelle texture en bouche, visqueuse et amoureuse qui colle partout au palais. Fruits à chair, coconut et les mêmes odeurs du nez qui explosent en bouche; oranges, poires, citron, agrumes. L’alcool est franc en bouche mais je préfère diminuer la grosseur des mes gorgées plutôt que l’ajout d’eau. Très longue finale, un peu franche elle aussi, sur les fruits tropicaux et le sirop de fruits moelleux.

AnCnoc 18 ans

46% alc./vol.
Issu de l’assemblage de fût de chêne américain (ex-fût de bourbon) de premier remplissage et de fût de chêne espagnol (ex-fût de xérès) de second remplissage.

André 89%
Le raffinement habituel de la distillerie, cette édition suit celle de 12 ans d’âge mais est plus portée sur les fruits. Nez exquis; fruits séchés, bon taux de sucre qui rappelle une liqueur, épices en background, notes d’oranges et de raisins de Corinthe, miel et vanille, gâteau aux fruits, une touche florale aussi qui rappelle l’édition de 12 ans. On fait dans la dentelle de saveur et la légèreté des saveurs, aucun excès, de la justesse liquide. La bouche est sucrée avec un arrière-plan tannique; sherry, fruits séchés, ananas, abricots, poires, pelures d’oranges, texture ayant beaucoup de corps et de structure. Wow… Les épices prennent le relais en finale en seconde ligne, l’ensemble gagne en intensité, sensation tannique et légèrement vieillotte et amère. Finale moyenne logue mais satisfaction garantie. Pour le rendu qualité-prix, le 12 ans a une longueur d’avance sur celui-ci mais dans les 2 cas, cette distillerie vous étonnera de par la justesse de sa présentation pratiquement irréprochable. Je fais de nouvelles découvertes avec chacune de leurs parutions.

Patrick 88%
Un très bon whisky, très complexe, offrant une belle intensité et un bel exemple de la qualité que peux offrir cette distillerie. Nez : Subtile tourbe épicée, avec des fruits séchés, du chocolat, des oranges et du cuir. Bouche : Tonne d’épices avec une belle fumée subtile, à moins que ce ne soit simplement le bois brûlé. Le tout avec du gâteau aux fruits, des agrumes, du miel et une discrète note de vanille.

AnCnoc 1975

44.2% alc./vol.
Embouteillé en 2014.

André 92%
Sherry et cerises noires, dattes, raisins secs, miel, goulu et rond mais intense et plein. Pas mal du style bloc de fruit compressé. En bouche, très textural, le sherry est sur les stéroïdes, un peu vieillot et poussiéreux. Gâteau aux fruits, cerises noires, dattes, oranges et un brin d’épices en finale de bouche appuyé d’une fine astringence. Un peu terreux même, genre vieux fût de sherry oublié dans le fond du warehouse avec plancher de terre. Finale fruitée avec passion, peut-être un peu trop rectiligne au niveau saveurs mais livré avec exactitude et de façon très équilibrée. L’intensité des saveurs ne plaira pas à tous, ainsi que son prix exorbitant, mais une fois passé le choc de la facture, il faudra avouer que les gens de la distillerie ont vu juste et que c’est un superbe whisky.

Patrick 83%
Une certaine complexité, mais trop intense sur les fruits trop mûrs, ce qui contribue à donner un ensemble débalancé. Mon humble opinion est que ce whisky-là a passé 20 ans de trop en fût! Nez : Parfum de vieux vin sirupeux très intense. Cassonade brûlée et quelques épices, mais surtout du vin chaud. Bouche : Sirupeuse, vin chaleureux très boisé, caramel et raisins secs « Sun Maid ». Final : Longue et suave, dominée par les fruits trop mûrs.

AnCnoc 1991-2006

46% alc./vol.

RV 83%
Whisky pour un soir fatigué. Beurre et fleur à l’ancien Bruichladdich, puis en bouche, pointe d’épices tranquilles et de cassonade, suivi d’un déferlement végétal avec la tourbe de bruyère et de lys. En bouche la chlorophylle, les fleurs et le beurre précède une finale d’herbe brûlée. Rien de très convaincant mais tout de même assez agréable.

Patrick 91%
Nez : On jurerait un vieux Bruichladdich… Beurre, fleurs, (lys et bruyère) et sel. Pointe de tourbe et de bois pourri. Bouche : Attaque de sel, puis la tourbe, et rapidement les fleurs viennent envelopper le tout de leur caresse enivrante. Finale : Herbe brûlée et salée. Genre, être sur le bord du fleuve dans le coin de Rimouski, alors qu’il y a un feu d’herbe pas loin. Balance : OMG, que je voudrais mettre la main sur une autre de ces bouteilles! Super, sublime, superbe, stupéfiant… J’aime!

AnCnoc 2000

46% alc./vol.

André 88%
Un An Cnoc bien différents des autres parutions phare de 12 et 18 ans, avec des notes de fruits rouges ressemblant pas mal à l’utilisation de fûts de sherry. On a bien droit encore à cette belle texture douce et de beurre des fûts de bourbons mais les épices au nez et en bouche trahissent l’utilisation de fûts de chêne européen dans le mélange composant cette recette. Raisins secs enrobés de chocolat noir, fruits séchés en vrac, vanille et cette même ligne directrice d’agrumes un peu acide. En bouche, le whisky est plus porté sur les fruits rouges et les épices, les oranges confites, la cerise noire. La texture est soyeuse mais relevé par les épices un peu pointues. La finale tient la note très longtemps avec ses accents de poivre et d’épices nappant une belle dose de fruits rouge et de sherry. Un single malt avec beaucoup de souplesse et de nuance, teinté d’épices plus volubiles que dans les éditions régulières. De quoi se préparer pour les éditions de22 et 24 ans, le 1975 et leur sherry opulent.

Martin 87%
Cuivre très luxueux, jambes moyennes mais lentes. Nez: Malt grillé, miel et fleurs percent tant bien que mal un épais brouillard d’alcool qui semble maladroit au début, mais qui cède rapidement la place à vanille, chocolat et orange. Bouche: Crème champêtre, vanille et miel épicé. La chaleur d’un fût de xérès n’est pas étrangère à ce dram. Réglisse noire en fin de bouche. Finale: Assez longue et épicée, elle nous laisse sur des notes de chêne sec, d’orange, de miel et à peine de caoutchouc fumé. Quelques noisettes.
Équilibre: Très agréable et plutôt bien balancé. Le nez est fort surprenant, après quelques accrocs en bouche la finale se rattrappe. Je le trouve cher, mais même et surtout pas le scotch n’échappe à l’inflation. Je n’étais pas convaicu au départ, mais comme on dit la rédemption passe par l’acceptation.

anCnoc 2002-2017

46% alc./vol.
Embouteillé en mars 2017

André 84%
Floral et vanillé, très texturé. Miel et ananas, poires, léger tabac, bananes, agrumes, tarte au citron. La bouche est très épicée, beaucoup de gingembre, touche florale, vanille, agrumes & oranges, léger tabac à pipe et encore la tarte au citron, poires nappées de miel. Finale épicée, légère astringence, beaucoup d’agrumes aussi, vanille et miel onctueux. Ce An Cnoc réflète bien l’esprit général de la distillerie mais est peut-être un peu trop prudent dans l’approche.

Patrick 89%
Succulent et voluptueux. Tout ce qu’il faut à la bonne place. Nez: Gâteau aux fruits sucré et caramélisé, vanille et quelques épices, mais surtout sucré. Bouche : Zeste d’oranges, cuir, sel et une subtile touche de miel. Finale : D’une belle longueur, marquée par le miel, la vanille et le bois

English EN Français FR