Amrut Single Malt 2005

40% alc./vol.

André 88.5%
Superbe nez de fruits tropicaux et de miel, de céréales concassées. Hyper fruité et sucré au nez et en bouche; agrumes, mangue, (papaye peut-être), melon au miel, avec une fine touche épicée en arrière bouche. La texture est huileuse et collante, fluide à souhait et transporte vraiment bien les saveurs bien variées. Finale fruitée et sucrée, étonnante en longueur et qui sait soutenir de si douces saveurs.

Paul John Brilliance Indian Single Malt Whisky

46% alc./vol.

André 87%
Un nez à la Balvenie, où les céréales Honeycomb au miel sont à l’honneur. Orge maltée douce et mielleuse, gorgée de vanille, nez crémeux d’oranges confites. La texture est divinement soyeuse, les céréales un peu plus épicées maintenant, puis le ressac de miel orangé, avec une petite astringence citronnée d’où émergeront en toute finale les épices légèrement pointues et une fine touche de sel. Malheureusement, le whisky est hyper volatile et les arômes sont trop frivoles pour le dégustateur qui prend trop son temps. Ce qu’il perdra en arômes, il le gagnera heureusement en saveur, le whisky s’arrondissant passablement en bouche, surtout après avoir respiré un 10 minutes dans le verre.

Patrick 79%
Les premières gorgées sont excellentes, mais après quelques lampées de plus, tout se gâte. L’ensemble manque de balance et présente des saveurs un peu mauvaises. Nez : Parfum délicieux présentant des arômes de caramel et de chêne chaleureux, avec une touche de chocolat. Bouche : Belle arrivée sucrée et épicée. Touche de cuir et de chêne brûlé. Finale : D’une longueur moyenne et agressive, avec un petit quelque chose de chimique.

After Dark Fine Grain Whisky

40% alc./vol.

André 61%
Faut pas mal feeler et ne pas laisser trainer les couteaux ou vos lacets de bottes si vous prenez ce whisky, la fin pourrait être tragique… Odeur de pomme, de caramel bon marché et de grain de céréales. Bouche diaphane assaisonnée d’acétone, style rye whisky (mais de très mauvaise conception), la pomme rouge, le caramel mélangé de quelques épices. Finale courte (ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose) où le caramel et le rye à l’acétone perdurent. « After Dark, you may hang yourself in the whisky room”.

Patrick 65%
Faut être désespéré pour boire ça.  Nez : Caramel dans lequel baignerait des feuilles en différents états de décomposition.  Bouche : Beurk.  Les feuilles en décomposition prennent l’avant-plan, reléguant le caramel dans un vague rôle de soutien.  #@$% que c’est méchant!  Finale : D’une longueur moyenne, but who cares?

Martin 60%
Nez: Pommes et caramel, grain un peu cheap avec une vague de décapant à peinture. Bouche: Caramel, pomme de tire, mais le tout vire rapidement sur une acétone épicée mal contrôlée. Finale: Âpre et épicée. Quand même courte, ce dont je ne me plains pas dans ce cas-ci. Équilibre: Vraiment mauvais, rien ne se tient. Je n’envie pas les gens qui ont ça comme unique whisky. C’est à se demander comment cette bouteille a pu arriver au Canada.

Amrut Single Malt Batch #53

46% alc./vol.

Martin 85.5%
D’un beau jaune doré et éclatant, signe de jeunesse ou bien, connaissant Amrut, de belles promesses. Nez: Orge séchée, foin poussiéreux. Vanille et malt, surtout malt, bien juteux, grillé et sucré. Légères notes de fruits au sirop. Bouche: Arrivée en bouche mielleuse et légère, très égayante et sympathique. Vanille et chêne en force, épices crémeuses avec une subtile goutte d’amertume. Finale: Courte et chaleureuse. Cuir délicat sur une pointe de tarte au poires. Seul un petit, tout petit arrière-goût métallique vient lui coûter ici quelques points. Équilibre: Somme toute plus qu’un excellent malt d’entrée de gamme, et abordable en plus. Un choix très sensé d’embouteiller à 46%. Un bon tremplin pour vous diriger vers d’autres expressions de la distillerie qui vous feront vraiment tomber en bas de votre chaise.

Amrut Peated Single Malt Whisky

46% alc./vol.
Distillé en Inde, ce single malt est élaboré à partir d’orge écossaise, maltée et séchée au feu de tourbe intense à Port Ellen.

André 88.5%
Beau nez vanillé avec abondance, rond et travaillé, tourbe puissante mais docile, médicinale. Bel enrobage d’agrumes maritimes, de noix grillées à la Balvenie et de céréales chauffées. La bouche offre une approche de fruits et de caramel avant de tanguer vers de vigoureuses notes épicées et d’autres plus douces d’agrumes quoi que camphrées et tourbées. Finale poreuse de style galets séchés sur la plage ou se mélange d’un côté les poids lourds (tourbe, camphre, épices) et de l’autre les poids plumes (caramel, agrumes et fruits). Prédominance de l’orge maltée et caramélisée, du chocolat noir peut-être. Un single malt qui en surprendra plus d’un.

Patrick 90%
Bien balancé, savoureux et texture en bouche parfaite.  La tourbe est comme on l’aime : pas subtile, mais sans être nécessairement agressive.  Nez : Délicate fumée de tourbe qui, come un incendie naissant, prends rapidement de l’ampleur.  Aussi, un peu de cendre, de jus de fruit (plutôt discret) et de céréales.  Bouche : Suie intense et tourbe sèche.  Puis, un peu de sucre de la céréale et de poivre et une subtile touche de chocolat noir.  Texture en bouche très huileuse.  Finale : Longue, savoureuse et tourbée.

Martin 90%
Bel ambre doré intense. Nez: Pas exceptionnellement tourbé comparé à ce à quoi je m’attendais. Chêne, caramel, malt grillé, miel et toffee salé. Vanille et pommes vertes fraîches. Bouche: Caramel salé et tourbe frappent bien ici. Feu de camp, bois de chêne brûlé. Poivre blanc. Un superbe équilibre entre la tourbe et le sucre. Finale: Longue, avec beaucoup de fumée résiduelle. Caramel et vanille sont aussi de la partie. Chocolat noir. Équilibre: On s’attend en général à un peu plus venant de quelque chose qui s’annonce aussi “peated”. C’est loin d’être un monstre de tourbe, mais ça reste un sacré bon whisky!

Amrut Single Cask • Bourbon Cask LCBO

60% alc./vol.
Bourbon Cask #3444, Juin 2009-Janvier 2014, bouteille 85/156, exclusivité LCBO.

André 87%
Le bois de chêne… Éclisses de bois, douces notes de toffee et de pêches assorties de bien présentes épices, céréales Sugar Crisp, cuir, vanille et miel. Fort et affirmé en bouche, sec et passablement épicé, un peu rêche même, même si parsemé de quelques notes d’oranges et de fruits secs. Finale portée dur les épices et les céréales maltées, bon taux de sucre balançant le tout. Rétro-olfaction sur les épices à steak et le poivre. Un taux d’alcool un peu trop haut pour les personnages qui en jouent l’histoire.

Patrick 90%
Simple et efficace.  J’en boirais d’ailleurs comme de l’eau.  Le taux d’alcool semble en fait beaucoup plus bas.  Nez : Les épices typiques du fût de bourbon.  Au nez, on jurerait être dans une scrierie.  Ou en fait, dans une usine qui a inventé du « jus de chêne ».  Bref, chêne, épice et pointe de sève sucrée.  Bouche :Caramel brûlé, planche de chêne et épices à steak.  Aussi quelques notes de cerise.  Pour être plus précis, on jurerait avoir affaire à un hybride et un single malt.  Finale : Longue, savoureuse, épicée et sucrée.

Amrut Single Malt Batch #41

46% alc./vol.
Avril 2012. Enfin un whisky Single malt indien ! Celui-ci a fait grand bruit dans le petit univers du whisky puisqu’il s’agit en effet du premier Single malt indien, non filtré à froid et provenant de l’assemblage de quelques fûts de chêne ayant contenu du Bourbon. Une version officielle élaborée à partir d’orge maltée provenant des provinces du Punjab et du Rajasthan.

André 89%
Nez relevé, fortement axé sur les céréales au miel et noix, poires, et citron. Simple mais efficace. Les épices sont plus prononcées en bouches, avec ces mêmes saveurs de poires vanillées et mielleuses. Ces épices seront à l’avant-plan en arrivée, puis éclipsées momentanément par les céréales mielleuses qui disparaitront et laisseront les épices reprendre leur rôle principal. La finale est douce et épicée, ponctuée de menthe et d’orge maltée. Une belle réussite, se basant sur des éléments simples mais très efficaces.

Patrick 89%
Riche et complexe, une auter superbe réussite d’Amrut. Un whisky bien bâti, meilleur que bien des scotchs, surtout quand on parle de « no age statement ». Nez : Céréales, miel, noix, épices, touche de caramel et pointe subtile de fruits. Bouche : Épices, orge, noix. Le tout est enveloppé par un caramel et une tonne de miel, l’ensemble étant chaleureux. Finale : Belle finale sucrée et épicée.

Amrut Cask Strength

61.8% alc./vol.
Ce single malt indien embouteillé au degré naturel sans coloration et sans filtrage à froid provient de l’assemblage de quelques fûts de bourbon.

André 84%
Limette et agave, sucre granuleux et sec pogné en motte, nez très intense et agressif. 7-UP à la lime, la bouche est frénétique et débridée. La finale, assaisonnée de camphre, est sèche – grains de céréales séchés – acide et rustique, manquant de finition.

RV 83.5%
L’image qu’on peut se faire de l’Inde, à quelque part à mis chemin entre le Gange et les tours modernes de centres d’appel d’outremer d’Electronics City. Caramel salé pas vraiment propre et des aubergines. Brûlant sur la langue, l’alcool est comme une musique très intense projetée avec tellement de décibels qu’on en perd la mélodie. Les saveurs de fumée et de noix y sont, mais un peu trop brouillon. Je crois voir où ils voulaient aller, mais il manque juste un petit hook, et on dirait qu’ils ont tenté de camoufler d’éventuelles fausses notes en crinquant les haut-parleurs. C’est le genre de show pour lequel on se rappelle de l’expérience mais ni du setlist ni des prouesses des musiciens. Mystérieux mais pas nécessairement dans le bon sens.

Patrick 80%
Chaleureux, caramélisé, salé… Avec une touche d’odeur de sueur s’échappant d’une poche de hockey. Au goût, la première approche est toujours chaleureuse, caramélisée et très agréable… Jusqu’à ce que la poche de hockey s’ouvre ruinant un peu la finale. Si je cotais à la Jim Murray, je donnerais 20 points pour le nez, 25 pour le goût, 20 pour la finale et 15 pour la balance…

Martin 92%
Teinte de l’or le plus pur. Évoque des images de Fort Knox. Nez: Marmelade, pêche, orange, muscade. Immensément malté avec des notes de noix d’acajou. Peu ou pas d’attaque de l’alcool. Bouche: Départ très doux pour un tel degré d’alcool. Lime, fleurs, épices, noix et miel se présentent à tour de rôle avant de lentement mais sûrement s’effacer devant la vague de chaleur contagieuse de ce cask strength. Finale: Une douce fumée non tourbée enveloppe noix, muscade, orange, épices et café. Je dois avouer que c’est ici que son caractère indien ressort. Équilibre: Dieu a crée le Amrut Cask Strength pour éprouver les fidèles. Un malt qui nous fait réaliser que la vie est trop courte pour boire du mauvais whisky. Pas quand il en existe de ce calibre.

Royal Challenge Whisky

42.8% alc./vol.
Lot #609, embouteillé en 2006. 12.6% de malt mûri et un assemblage de spirit malt de 3 ans d’âge fabriqué à partir de mélasse de canne à sucre en Inde par Shaw Wallace Distilleries LTD, Aurangabad, Inde.

RV 78.5%
La canne à sucre est évidente au nez, par contre elle est assez épicée, comme si elle avait trainée longtemps dans le sable et dans le cumin. L’arrivée en bouche est beaucoup trop discrète, par contre le boost de rhum (canne a sucre) n’est pas sans intérêt, même si ca tire dans tous les sens, voire même a quelque part a mi-chemin entre une vodka et une tequila anejo. Par le goût, se rapproche des blends (c’en est un aussi) davantage que des single malts. Cool pour l’exotisme, très étalé horizontalement au niveau des saveurs mais sans profondeur.

Amrut Fusion

50% alc./vol.
Batch #01. “Quand l’Orient rencontre l’Occident” : cet Amrut Fusion résulte de l’assemblage de deux cuvées spéciales de la distillerie de malt de Bangalore. La première cuvée est issue d’orge maltée récoltée au pied de l’Himalaya tandis que la seconde est issue d’orge maltée écossaise séchée à la fumée de tourbe. Chacune a été vieillie séparément pendant quatre années sous des températures quasi-tropicales accélérant le vieillissement à la manière des rhums vieux des Caraïbes ! Un single malt d’une grande rondeur et moyennement tourbé, non filtré à froid et embouteillé à 50%. Le chaud climat Indien demande en retour jusqu’à 12% chaque année en évaporation (angel’s share) ce qui est l’équivalent d’une maturation de 10 ans dans le Speyside Écossais…

André 90%
Nez de céréales sucrées et de beurre. En bouche c’est les fruits, la tourbe et la paille brûlée qui s’affirment avec plus de ferveur mais tout en demeurant relativement posées. La finale est aux saveurs délivrées en bouche et est d’une longueur moyenne, assez sèche. Un single malt bizarre et multidimensionnel à l’image de sa conception. Une dualité contrôlée entre le malt écossais et Indien, un malt représentatif de l’union de ces 2 régions tout aussi différentes une de l’autre. Préparez vous un bon verre et vous resterez pendu à celui-ci pendant de longues minutes à vous questionner. Celui-ci est définitivement déconcertant. La note est provisoire car j’en suis encore à me questionner et à tenter d’en découvrir toutes les facettes…

RV 85%
Donne l’impression d’être un whisky canadien qui tente d’imiter les single malt ou le contraire. Sirop de maïs, feuille d’érable et huile végétale, l’odeur colle au palais. L’arrivée en bouche est toute autre avec du chêne et du caramel brûlé, assez unidimensionnelle mais convenable. Heureusement, en finale ça se transforme en grain brûlé de bois d’épinette encore humide. L’aftertaste est beaucoup mieux balancée, avec un retour plus civilisé sur le grain. Bien que l’effort donne un résultat plus qu’honorable, c’est le genre du whisky peut-être un peu oubliable que j’aime me faire servir sans nécessairement posséder.

Patrick 90%
Nez d’orge, sucré, fruité. Goût fruité et pas mal sucré, avec un fond épicé. Une fumée marquée par la tourbe vient donner à ce whisky une agréable dimension supplémentaire. Finale rappelant un bon rye. Comme le dit André, vraiment intriguant! Ce whisky a tout d’un excellent whisky : A chaque gorgée, on y trouve quelque chose d’agréable et de nouveau.

Martin 91%
Nez: Fraise et caramel. Arthur! J’aime les fruits au sirop! On sent bien les fûts de chêne, probablement des anciens fûts de bourbon. On parvient au deuxième nez à déceler une fine pointe de tourbe iodée sous une couche de groseille ou bien d’airelle. Un parfait exemple de complexité. Bouche: Wow! Coup de poing dans la geule! Très sucré, baies ou fruits confits. Ça se mute en vanille à mi-chemin, suivi d’épices pour terminer en finesse avec une légère fumée. Brillant. Finale: Sèche, longue avec un tout petit restant d’iode. Particulièrement marquée d’épice. Au singulier. S’il existait une eau de vie Fremen, ce serait Amrut Fusion. Équilibre: Original et hors du commun mais surtout livre la marchandise, complexe à souhait, tout simplement superbe.

English EN Français FR