Mackmyra Brukswhisky (The Swedish Whisky)

41.4% alc./vol.
Même recette nommée « Elegant », maturation en fûts de bourbon et afin d’y apporter un côté épicé, transférés dans une combinaisons de fûts de plus grande et de plus petite capacité.

André 88%
Mackmyra a su comment se démarquer et s’attribuer des arômes distinctives d’entre tout les autres whiskies. Cette édition est tellement représentative du style Mackmyra, c’est est étonnant. Superbe au nez; lime et citron, agrumes. Un nez distinctif et bizarre comme seul Mackmyra peut le faire. En bouche, texture huileuse et fluide à saveurs de poires, de myrtille et de fruits sauvages (ces même fruits que l’on retrouve dans l’édition 07). La finale se poursuit de la même façon et sur les même notes en descente lente et posée. Un whisky simple et très agréable surtout par une belle et chaude journée d’été.

Patrick 90%
Nez très léger, très frais, marqué par les agrumes, avec un soupçon de Spécial K aux fraises. En bouche, les agrumes sont très présentes, avec du raisin vert, des myrtilles et un superbe sucre. La finale est très sucrée et feuillue. Une impressionnante diversité de saveurs dans une balance idéale. L’un des meilleurs rapport qualité/prix pour les single malt.

Martin 94%
Nez: Très frais et estival. Images de ponton. Fraises et crème fouettée. Poire et caramel. Céréales et petits jujubes à 1¢. Ça me rappelle le Perrette. Bouche: Huileux et onctueux. Un brin plus fort qu’au nez, mais le côté sucré fait pardonner bien des péchés. Chêne, bourbon, fruits au sirop. L’eau à la bouche, on en veut toujours plus. Finale: Feutrée, pas invasive. Cacao, raisins blancs, vanille et épices déscendent harmonieusement dans ma bedaine. Équilibre: Un whisky vachement bien construit. La base des Mackmyra, mais bon dieu qu’ils visent haut. Pas mauvais du tout avec quelques fromages forts de pauvre… Un Mack & Cheese comme je les aime.

RV 87.5%
Même si je garde en tête leurs filles blondes, j’oublie le hockey et les autos douteuses: pour moi la Suède c’est le whisky bizarre et délicieux. Débute avec des oeufs à la coque écrasés avant de les mettre dans les petits sandwichs en triangle, des fleurs et un soupçon de chimie qui fait penser à la Suède (ou plutôt son whisky). En bouche, sur un fond d’épices le whisky huileux pousse son étrange tourbe. Super typique, la finale présente les myrtilles, les raisins, le feutre et le cure-pipe de l’établissement. Une excellente et représentative édition; un très bon placement, autant au niveau de son prix que de son goût.

Mackmyra Den Första Utgåvan (1st Edition)

46.1% alc./vol.
Élevé en fûts de chêne suédois, cette version de Mackmyra se révèle particulièrement douce et agréable. Une expression sans une once de fumée. Inaugurée en 1999, la distillerie de Mackmyra fut construite sur le site éponyme – Mackmyra Bruk mill – au coeur de la région du Gästrikland en Suède. Établie à l’origine en tant que distillerie « pilote », Mackmyra est devenue au printemps 2002 une distillerie à part entière en augmentant sa capacité de production. Fabriqué à partir de la recette nommée « Elegant » et mûrie en fûts de bourbon de premier remplissage entreposés dans la mine Bodas à 50 mètres de profondeur.

André 89%
Un panier de fruits. Ample et bien chargé comme nez; citron, miel, bananes, poires. J’adore la variété des éléments du nez. Il s’adoucit par contre un peu trop en bouche, l’effet du miel peut-être, un souffle de chocolat aussi et ces mêmes fruits du nez. Finale un peu courte, bien sucrée mais aussi sans dépaysement. Un jeune whisky avec une maturité surprenante .

Patrick 92%
Nez tout à fait unique, boisé de chèvrefeuille avec des fines herbes fraiches, marié par un malt sucré. En bouche, agrumes, fruits, toujours le boisé étrange et les fines herbes fraiches. La finale s’étire sur une note fraiche de dentifrice. Une belle complexité, qui gagnera à vieillir un peu pour gagner en profondeur.

Martin 93.5%
Nez: Salade de fruits avec un peu de vanille dans son sirop. Au deuxième nez, la vanille prend le dessus, accompagné d’un bon coup d’alcool curieusement pas désagréable. Une touche florale à la fin. Très plaisant. Bouche: Encore sucré et vanillé. On peut y goûter ensuite le fût de chêne et les épices. Ça pète en bouche, les petits fruits sucrés, les baies schtroumpfantes. Finale: Tout ce qui se passe avant s’étire joyeusement ici. Ça pourrait durer encore un peu plus, mais bon… On a juste à en prendre un autre verre. Équilibre: Si on se sent la dent sucrée, c’est un whisky excessivement dangereux. Si vous prenez un verre et qu’on vous annonce une excellente nouvelle (du calibre “tu vas être papa”), c’est garanti que la bouteille y passe.

RV 83%
Première édition mais édition phare, non. Le premier nez est à éviter, rébarbatif avant que l’orge monte tranquillement. À l’image du Montana Roughstock, sans le punch de l’alcool. L’arrivée est poivrée, de manière agressive, puis l’alcool à tempérament de genièvre se fait goûter. Avant la finale, l’orge est mélangé au feutre cuivré de la finale chimique qui gâche un peu la sauce. Comme première tentative officielle ça passe, mais pour en faire leur sélection de basse, j’en suis moins sûr..

Mackmyra Motörhead XXXX Aged in Bourbon Casks

40% alc./vol.
Produit par la maison Mackmyra (Suède), ce whisky célèbre les 40 ans de carrière du groupe Motorhead. Vieilli pendant une période de 5 ans en new oak barrels et une partie du whisky a également eu droit à un affinage en fût de sherry Oloroso pour une période de 6 mois.

André 77%
Avec un marketing aussi bruyant qu’une toune de Motorhead et une subtilité opportiniste digne de la didinne tronant sur la joue de Lemmy, les attentes envers ce whisky étaient fort hautes, autant que la parution d’un nouvel album hommage à Lemmy avec des chansons inédites. Hé bien, je suis désolé de vous annoncer que ce whisky est décevant, autant pour la maison Mackmyra que pour l’hommage à ce groupe fétiche. Signature du bourbon cask carbonisé, autant de brûlé que Lemmy aura aspiré de cigarettes (ou autre), le boisé du chêne est omniprésent et rappellera pour certains, le Jack Daniel’s, fruits habituels des bourbons, les fruits rouges et la réglisse (noire cette fois). Intéressant de voir la confusion fruitée qui s’installe en bouche car avec l’influence soutenue du chêne on croirait facilement que le whisky est vieili en ex-bourbon cask. Donc en résumé; bois carbonisé, fruits rouges, réglisse noire, noix sans sel, amandes, vanille. Une touche de fruits séchés et quelques reverb épicés. La texture en bouche offre une mélodie intéressante mais prévisible et un peu sans passion; l’alcool est très présent, les saveurs un peu affadies, comme un vieux t-shirt lavé mille fois, tout-épice, réglisse noire, charcoal. Finale crasseuse, le bois de chêne carbonisé encore une fois, réglisse noire et rouge, fruits secs. Désolé de vous briser votre trip…

Patrick 81%
Un whisky qui nous rappelle à quel point le métal est rendu la nouvelle « pop » des années 2000. Simple et efficace, facile à boire, tout comme la musique de Motörhead. Nez : Parfum plutôt fruité et sucré. Bouche : Toujours les fruits et le sucre, mais aussi un peu de chêne subtilement brûlé et des amandes. Simple, pas mauvais, efficace. Finale : un peu courte, avec du chêne brûlé et des fruits rouges.

Mackmyra Preludium 03

52.5% alc./vol.
Embouteillé le 13 octobre 2006 depuis le fût #6964. Preludium 03 – Xérès et fumée suédoise dans cette 3ème édition du range Mackmyra Preludium. Vieilli dans des fûts de xérès, épicé avec une recette spéciale fumée au dessus d’un feu de genièvre et de tourbe. Les 9096 bouteilles de cette version 03 se sont vendues en quelques heures seulement lors de son lancement le 4 décembre 2006.

André 92%
Pharmaceutique et raisins verts fermentés. Vin de glace, sucré et fruité. En bouche; l’arrivée est superbe et vraiment nouvelle en feelings qu’elle apporte. L’alcool est présent mais délicieusement dosé. Le goût est vraiment, mais là vraiment singulier. Légère fumée, liqueur crème soda alcoolisée. Finale superbe mais indescriptible. J’ai rarement été aussi déboussolé afin de décrire un whisky qui est superbe, mais tout en ayant de la difficulté à dire pourquoi. One of a kind stuff. Étant située hors de l’Écosse, et étant donc affranchie des contraintes parfois obsolètes de la SWA, des distilleries comme celle-ci chaufferont le derrières à bien des distilleries écossaises dont certaines nous livrent parfois du matériel douteux à un prix trop cher payé. Nous bénéficieront peut-être à long terme de l’innovation et de l’audace de ces précurseurs qui auront contribué à être ouvert à sortir du cadre des traditions parfois contraignantes des lois du marché et des associations dont le seul but est pécunier.

RV 90%
Les scandinaves n’ont pas que de la vodka à être fier. Deep Cold pour le dos et cure-pipe de feutre; médicinal mais à l’extrémité opposé du Laphroaig dans la pharmacie. Plus qu’intriguant, le nez se veut oracle d’une grande réussite ou d’un impressionnant fiasco. En bouche, un peu fumée mais de manière encore plus évidente, vraiment cuivrée, avec une pointe d’alcool assez forte et des épices poivrées. L’aftertaste est plutôt tranquille, mais très très long avec un soubresaut de prunes qui attend à la dernière seconde pour se déclarer. Particulier et rare, vraiment un honneur mais tout aussi un plaisir à boire. Slainthe!

Patrick 93%
Menthe, épices boisés, petit côté médicinal, mais on est à 100 lieues (c’est le cas de la dire!) du Laphroaig. Fruité subtil. Le goût est totalement unique!!! Est-ce vraiment un single malt??? Mon Dieu, dans quel type de bois ont-ils fait vieillir ce whisky??!! Est-ce le genièvre? Il y a aussi une fumée très légèrement tourbée et épices poivrées. De petits fruits rouges viennent compléter le tout. Très bien balancé. Vraiment unique. Merci aux suédois d’avoir repousser les limites des single malts!!!

Mackmyra Reserve Single Cask Sample #TA-808:45

57% alc./vol.
Distillé le 27 septembre 2007 et embouteillé le 7 janvier 2010, bouteille #2 de 38. Cette version très limitée de Mackmyra est issue d’un élevage en petits fûts de 30 litres accentuant ainsi l’impact du fût sur l’alcool. Cette bouteille gracieuseté de Jonathan Luks de Mackmyra n’est disponible qu’à la distillerie si vous devenez propriétaire d’un fût complet de 30 litres de Mackmyra.

André 94%
Nez de fruits couleur rubis. Wow, c’est riche comme nez, très élégant, sexy. Fruits rouges sirupeux, cerises, Cherry Blossom, nez campagnard de fruits des champs et de confiture. Texture langoureuse, soyeuse, très impressionnante. Explosion de fruits dans leur sirop, pastille aux cerises. Peut ressembler à un whisky d’affinage en fût de cognac sans le côté asséchant. Que c’est bon…….après trois verres je suis toujours estomaqué par la complexité et l’effet enrobant de ce whisky. Un whisky entier jusque dans sa finale interminable en maelstrom de fruits capiteux. Un Smörgåsbord de fruits. Comme disait Jonathan Luks, représentant de Mackmyra « Age doesn’t matter, it’s all about taste ». This is it ! Bravo

Patrick 92%
Le présente un arôme de gâteau aux fruits auquel on a ajouté quelques fraises, ainsi que des notes de riz au jasmin. Le sucre du gâteau s’exprime avec plus de force à mesure qu’il respire. En bouche, le whisky se montre très suave, avec une saveur marquée de sucre d’orge fruité. Nous ne sentons presque pas la force de l’alcool… Probablement à cause de son côté « Kool Aid rouge ». La finale, chaleureuse, s’étire longuement sur une note sucrée-brûlée rappelant un bâtonnet de cannelle. Totalement unique! Idéal pour l’amateur de whisky un peu blasé et aussi pour tous les autres! Les bouteilles étant plutôt rares, si vous avez la chance d’en voir une, je suis preneur!!!

RV 93%
Des filles de roller derby en bikini noir fumé à la tourbe et bas résilles, qui tourne dans un canal de confiture à la pêches. Exit le chimique, le grain est loin mais le fruité est pimpé de pain blanc. L’arrivée est bien poivrée mais avec les fruits qui s’y frotte. Quel combat, conclut par une salivante finale dans la tourbe. Ça se dit comment « I love Mackmyra « en suédois?

Mackmyra Reserve Single Cask Sample Elegant Swedish Oak

52.4% alc./vol.
Distillé le 30 juin et embouteillé le 28 juin 2012 dans la mine de Bodås, bouteille #55 de 59.

André 93%
Voici un des plus beau nez de mes 12 ans de dégustation de whisky. Fruits rouges sauvages, confiture de fruits, fruits confits. Hyper généreux sur arrière plan de caramel et de vanille saupoudrées de sucre et d’épices. La bouche est ronde et puissante, texture soyeuse, les fruits en avant-plan, le caramel courtisant les épices à la cannelle. Légère texture cireuse et une bonne vague assez ferme d’alcool. Cela accentue grandement l’effet des épices en bouche. Finale très longue, forte sur les épices et le bois sec, avec un rappel sur les fruits rouges. Une distillerie comme Mackmyra n’a pas 200 ans d’histoire sur lesquelles miser au niveau marketing, alors il se sont tourné vers l’innovation et la quête de leur entité propre en tant que distillerie Suédoise. Ici, nul envie à vouloir copier les distilleries Écossaises et nous, nous profitons des résultats. Superbe!

Patrick 92%
Parfum très très très fruité, sucré et chaleureux. En bouche, quelle sensation! Jus de fruit brûlant et exquis. Sucré, épicé, complexe, sublime. Finale longue et épicée. Quelle balance! Quelle intensité! Incroyablement bon! J’adore!

Martin 91%
Nez: Caramel, fruits confits, vanille, boisé, un peu d’épices fumées. Bouche: Caramel salé, cannelle, lavande. On goûte à fond la force du Cask Strength. Finale: Déscend avec chaleur et douceur. Dure longtemps. Soupçon de colle de derrière de timbre postal qui rappelle l’interminable finale du Balcones Brimstone. Équilibre: Rare et exquis. Dommage. Fort à parier que je n’en reboirai jamais…

RV 93%
Un baril et une recette tout simplement efficaces; lorsque je compare ce whisky à certains Speyside fruité (par exemple le Balvenie Double Wood) je me demande à quel point les scotches pourraient encore être meilleurs s’ils sortaient des gonds de leurs vieilles traditions et des vieilles règles de la Scotch Whisky Association. Fruité de confiture de bleuets hyper concentrée, le nez est très long et puissant, mais sait s’adoucir d’un caramel juste à point et du bois fraîchement coupé. D’abord doux puis violent en bouche, de la fumée de charbon semble vouloir se faire connaître. Sans compromis, l’orange et le caramel me font passer au whisky-yogourt Woodford Reserve Seasoned Oak. Moins de surprise étant mon deuxième Single Cask, le raisin et l’orange savent me convaincre toutefois de garder une note similaire.

English EN Français FR