Old Grand Dad 114 – Lot No.1

57% alc./vol.

André 93.5%
Old Grand Dad, c’est mon whisky de vacances aux USA, le whisky pas cher mais qui ne déçoit jamais, une structure incroyable à un prix difficile à battre. Le genre de whisky qui converti les non-initiés au style. Superbe nez, entier et d’une exquise générosité; cerises marasquin, réglisse, sucré des céréales de maïs, brûlé du fût de chêne, cannelle, cassonnade et surligné d’un trait de rye bien poivré et épicé. Exquis… En bouche, les fruits rouges et la réglisse, canne rouge et blanche de Noël, cassonnade, oranges, poivre, tout-épices, rye un peu terreux, caramel et sirop de cerises. C’est juste wow comme bourbon! Longue finale, poivrée et sur les fruits secs et encore plus de poivre et du caramel chauffé. Pour 25$us, ce whisky est une bombe et peut rivaliser haut la main avec les éditions Bookers qui sont au double du prix. Ce bourbon n’a certainement pas la notoriété qu’il mérite et c’est dommage. Comme dirait quelqu’un que je connais, ‘’j’en veux une bouteille!’’…

Patrick 92%
Un Old Grand Dad à 57%, wow! Le genre de bourbon qui me fait aimer encore plus le bourbon!! Encore une fois, j’ai hâte que la SAQ réalise qu’en offrant des bons bourbons, les gens vont plus aimer le bourbon. Aussi simple que ça. Nez : Beau parfum de bourbon épicé, avec une belle dose de cassonade et des fruits très subtils. Bouche : Wow, le parfum était séduisant, mais la bouche est carrément affolante. Un magistral mélange d’épices brûlantes et de cassonade, avec une petite pointe de fruits aguichants. Finale : D’une belle longueur, intense, et savoureuse.

Old Grand-Dad Bonded 100 Proof

50% alc./vol.

André 91%
“Explorer de nouveaux mondes étranges, découvrir de nouvelles vies, d’autres civilisations, et au mépris du danger, reculer l’impossible”… not… mais à 11.99$ c’est un sacrament de voyage que ce bourbon vous fait vivre ! Nez et bouche typique du style. Le maïs ouvre l’expérience avec ses saveurs sucrées, les épices du seigle apporteront un bon punch à ce bourbon à l’apparence très douce mais sournoise au niveau de l’alcool. Les fruits rouges et les oranges parsèment cette bouche pulpeuse de fruits épicés à forte proportion de gingembre. Le whisky est tout simple, mais d’une efficacité certaine. Le rye apporte aussi de savoureuses notes de poivre noir, de cannelle et de bonbons en forme de poisson de couleur rouge. La texture est moelleuse mais les pointes d’alcool sont bien sentie au travers du voile sucré et relativement opaque d’épices. La finale est un vol plané à 35000 pieds, l’alcool joue agréablement bien son jeu de façon très sournoise. J’ai passé la moitié de la bouteille de 750ml en une soirée sans m’en rendre compte jusqu’au moment où je me suis levé pour me rendre à mon lit… Le whisky ne réinvente certainement pas le style, mais pour le prix déboursé, fera l’envie de bien des whiskies américains, tant au niveau qualité que du prix. Le petit frère du Bookers?

Patrick 91%
Veronica Mars m’a fait découvrir ce bourbon! C’est fou ce qu’on peut apprendre en écoutant un film d’ados! Un rapport qualité/prix exceptionnel, un gros « middle finger » à l’ensemble de l’industrie du scotch avec leur prix exorbitants demandées pour des scotchs trop souvent ordinaires. Nez : Épices du seigle et sucre du maïs, avec quelques fruits rouges et une touche d’orange. Bouche : Bois brûlé très intense, avec une grosse vague d’épices, accompagné d’une panier de fruits rouges et d’une touche de vanille. En fait, un superbe mélange d’épices chaleureuses et de fruits. Finale : Très longue et savoureuse, dominée parles épices et le chêne brûlé.

Martin 89.5%
Orange aussi vif et vibrant que son étiquette. Nez: Première vague de colle à bois qui s’estompe pour faire valoir un rye juteux et un maïs bien mesuré. Cerises noires et chêne, vanille, orange et gingembre. Belle grosse personnalité. Menthe poivrée. Bouche: Sucre du maïs et épices du seigle vont main dans la main, tout en exposant chêne, épices et vanille dans de justes proportions. L’alcool est bien dosé, mais ce ne sera pas à la portée de tous. Finale: Relativement longue, soutenue par le bois et les épices, malgré que ce qui perdure le plus reste le maïs séché encore dans ses feuilles. L’alcool transporte les épices de façon foudroyante. Équilibre: Un autre brillant exemple de ce qu’on peut obtenir quand on ne tombe pas dans le piège facile de ramener son produit aux 40 degrés minimum requis par l’appellation. Et que dire du prix!

Old Grand-Dad High Rye Mashbill

40% alc./vol.
Mashbill: 63% maïs, 27% seigle, 10% orge maltée.

André 79%
Nez cireux et voluptueusement fruité. Petits fruits rouges sauvages, cire de chandelle, réglisse rouge, oranges, cerises, pommes. Les épices du seigle sont bien là mais je m’attendais à plus de punch que ce qui est livré. La bouche confirme la dilution à 40%, la texture est flat et insipide malgré les superbes saveurs de réglisse rouge et de fruits sauvages, les épices et les grains de seigle concassés ainsi qu’une texture cireuse. Bel amalgame d’oranges et de pommes, de réglisse, de vanille et une touche de chêne séché, de clou de girofle et d’épices. La finale est de longueur appréciable et n’est soutenue que par les épices. Voici la façon de briser une recette gagnante en voulant économiser quelques degrés d’alcool supplémentaires. Shame!

Old Grand-Dad Kentucky Straight Bourbon

43% alc./vol.

André 81%
Agréable nez sucré, de pommes de tire Expo Québec et de savate fraiches. Manque de texture en bouche, avec une arrivée très diluée, s’affirmant quand même et sans aucun doutes comme étant un bourbon, le sucré et les cerises se pointant le bout du nez furtivement pour disparaitre aussitôt. Le tout se manifeste par une présence au seul effet de piquant sur le bout de la langue mais qui n’investigue pas du tout la bouche et le palais nous laissant sur une déception d’une bourbon qui ne se livre pas complètement. La finale est à la fois timidement sucrée, fruitée également mais aussi au feeling de savon pour la lessive en poudre.

RV 82%
Parfum de madame avec un fond de cerises trop sucrées et de Cutex, plutôt chimique comme nez. Sans texture pour les papilles, il n’est pas très généreux en développement, avec des traces de miel et de lavande peu nuancées. Finale très bourbonesque avec de la cerise beaucoup plus agréable qu’au nez, assez uniforme mais pas désagréable. L’aftertaste est un peu mieux défini avec le bois d’un baril fraichement brûlé et tout juste roulé sur la terre séparant l’alambic des entrepôts. Une belle connaissance d’un soir mais qui nécessiterait d’autres rendez-vous avant d’être fixé sur l’avenir d’un futur et potentiel couple.

Old Grand-Dad Kentucky Straight Bourbon

40% alc./vol.

Patrick 80%
Un bourbon bien ordinaire qui n’apporte absolument rien de nouveau sous le soleil. A boire uniquement s’il n’y a pas d’autres options. Nez : Parfum de bourbon classique avec quelques épices du chêne et un fond fruité. Bouche : Planche de chêne, quelques épices, caramel et un peu de poussière. Finale : D’une longueur moyenne, et avec un tas de saveurs mélangées n’importe comment.

English EN Français FR