Dalmore Cigar Malt (ancien embouteillage)

43% alc./vol.

André 88%
Des point supplémentaires pour la singularité et pour un scotch vraiment agréable autant lorsque vous passez à la caisse pour l’achat que pour l’expérience sensorielle, doux et agréable.

Patrick 89%
Complète bien le cigare, super bon, un de mes préférés; génial avec un cigare; Caramel, toffee, chocolat, orange?

Martin 90%
Riche orangé de xérès-dessert. Nez: Raisins, toffee et dattes en puissance. Gâteau aux épices, cuir et feuille de tabac. Les trippeux de sherry cask vont bander. Bouche: Caramel, cerise noire, raisins secs et mûres fraîches. Muscade, xérès et chêne. Plein de belles saveurs qui se prêtent bien à la dégustation d’un bon cigare. Le dosage est approprié, aucun élément ne vole la vedette à un autre, dans le but justement de laisser la place au cigare. Finale: Longue mais peu intense, laissant justement encore tout loisir au fameux cigare de ficeler le tout. Équilibre: Une belle expérience et un très bon dram, même seul. Il faut aussi se dire que les meilleurs scotchs n’ont toutefois pas besoin d’un traitement spécial pour se marier au meilleur tabac.

RV 86.5%
Caramel doux sucré, excellent; sent le sucre étendu sur la peau de la cuisse d’une dame (sucré-épicé). Goût: caramel brûlé, le spicy est moins présent, chocolat très noir. L’arrivée en bouche se poursuit sur le sirop de pêche et le miel. La finale monte tranquillement vers un cuir lustré qui disparait aussi lentement qu’il est arrivé. Un whisky très particulier mais qui a tendance a laisser un meilleur souvenir qu’il ne l’est réellement, toutefois il gardera toujours un aspect particulier qui le distingue. Ou bien la qualité a diminué depuis les dernières bouteilles.

Dalmore Cigar Malt (nouvel embouteillage)

44% alc./vol.

André 83%
Sherry hors de contrôle, rappelant le Bruichladdich Sherry Classic. Oranges, miel, oranges sanguines, toffee. Pas mal mieux en bouche; sirop de fruits, prédominance d’oranges s’alliant d’une forte présence d’épices et chocolat au poivre noir. Finale soutenue par les épices et la cannelle, de bonne longueur. Un single malt riche et bourru, mais ne valant pas les 135$ demandés. Et surtout à éviter si vous n’êtes pas fan de sherry finish.

Patrick 72%
Ok, avec le prix qui a plus que doublé depuis la dernière mouture de ce scotch ,il part avec un préjugé négatif! Et le nez semble vouloir me donner raison: œufs pourris et métal industriel, définitivement rien pour aller avec mes cigares favoris! En bouche, le métal est toujours présent, quoique moins désagréable. La finale s’étire sur une touche de métal et de cerises. Décevant. A éviter. Mieux, à boycotter.

Dalmore Cigar Malt circa 2005

43% alc./vol.

RV 86.5%
L’ajout de caramel est-elle une si mauvaise chose? Inévitable, la couleur est l’une des plus intenses du marché, alors peu surprenant de trouver de la cerise super caramélisé au nez, le tout enrobé olfactivement d’une pointe d’épices. En bouche on garde la même courbe de caramel, avec un peu de rancio des cognacs et une finale de toffey de pêche (si ça existait). Très honnête à son prix de 2006, bien qu’il ait perdu quelques points en originalité (à l’époque de 105 whiskies en SAQ, il détonnait encore plus), le talent y est (était) toujours.

Dalmore Cigar Malt Reserve – Edition 2019

44% alc./vol.
Disparue en 2009, la version de Dalmore Cigar Malt fait son grand retour en 2012 dans une version légèrement différente. Cette fois-ci plus âgé que la version Dalmore 15 ans, Cigar Malt Reserve est issu d’une triple maturation en ex-fûts de xérès (70%), de cabernet sauvignon (10%) et de chêne blanc américain (20%).

André 81%
Caramel chocolate au nez, saveurs discrètes et fermées, oranges, sherry épicé. La bouche est franche et épicée, malgré les notes attendrissantes de caramel et de chocolat. On a encore droit aux notes de marmelade d’oranges et de xérès bien relevées par les notes de cannelle et un taux d’alcool plus pointu aussi, des petits fruits sauvages et des cerises, raisins de Corinthe, vagues de caramel et accents de cuir mouillé, une bonne dose de sucre couronnant le tout. Aspect bourru du fruit cake aussi dans son emballage de cellophane. Finale courte, fruitée avec un retour rapide sur les épices.

Dalmore Gran Reserva

40% alc./vol.

André 76%
Nez très approchable. Miel et oranges, sherry effacé, sucré et une pincée de cannelle. La bouche est anonyme et quelconque, raisins secs, prunes et oranges, petite touche boisée, xérès et chocolat. La texture est mince et pauvre, pas désagréable mais sans plaisir aucun également. Finale très courte, saveurs éphémères, mis à part le caramel et quelques épices bien timides.

Patrick 72%
Plutôt décevant. Un scotch single malt qui me fait plutôt penser à un blend cheap qui essaie de compenser au niveau marketing le fait qu’ils aient utilisés des fûts cheaps. Merci tout de même à P2L pour l’échantillon et l’aide à écrire cette évaluation. Nez : Pelure de prune jaune, fruits rouges et un peu de chêne. Au premier abord, c’est plutôt intéressant, mais il ne faut pas s’y arrêter trop longtemps. En fait, plus il respire, moins il me semble plaisant, avec des notes métalliques. Bouche : Pelure de prune jaune, bois brûlé… Et du métal. L’ensemble n’est pas vraiment excitant. Finale : D’une longueur moyenne, avec de la pelure de prune jaune toujours présente.

Dalmore King Alexander III

40% alc./vol.
Cette version de Dalmore est issue d’un assemblage subtil et résolument unique de 6 fûts : Bourbon, Madère, Marsala, Porto, Xéres et d’un grand vin français.Une fierté toute légitime de Richard Paterson, Maître Distillateur passionné. Cette luxueuse version de malts âgés est le résultat de la maturation opérée pendant des décennies dans une variété de fûts de vin. Xeres Oloroso âgés et aromatiques et fûts de Madère offrent une structure d’amandes concassées et d’agrumes riches. Les riches Marsala et Porto ajoutent des notes de baies sauvages et de prunes charnues. Des notes de vanille chaude et de caramel crémeux proviennent des fûts de Bourbon âgés combinant avec éloquence le murmure majestueux des fruits rouges mûrs offerts par des barriques de Cabernet Sauvignon.

André 82%
Une soie au nez; oranges confites, Grand Marnier, figues, pruneaux et orange, bois de santal. Le nez est évolutif et paisible, doux, c’est oriental comme mélange, à la fois coloré et serin. J’adore ce mélange d’odeurs et de saveurs. Le nez de ce whisky est comme un film dans votre tête, un whisky évocateur, je m’imagine facilement dans un marché indien avec des fruits et des épices sur des étals et quelques volutes d’ansent. En s’aérant, le caramel se réveille fortement, saveurs mi-porto mi-xérez, un nez que la bouche ne réussira jamais à recréer, les saveurs s’effondrant dans une texture molle et sans réelle structure d’où peinent à s’extraire quelques orages nappées de caramel et de chocolat aux noix. Ce whisky est comme un paquet de mots mélangés qui ne peuvent former la prose qu’aurait mérité un amalgame de si belle flaveurs. La finale est l’agonie, cette lente descente annoncée débutée en bouche. Dalmore m’a perdu en chemin et je n’arrive pas à suivre le parcours de cette distillerie que je n’arrive plus à aimer.

Patrick 78%
Nez: Xérès moisi. Touche de bits pourri aussi.  Bouche:  Orge sucrée, xérès et touche de chêne.  Finale: Relativement courte et douteuse. Balance:  Encore une fois, Dalmore mets le paquet sur l’emballage au détriment du goût.  Dire que ce fut, il y a longtemps, l’une de mes distilleries préférées.

Martin 83.5%
Orange vif et vibrant. Nez: Malt grillé et caramel de plein fouet. Orange sanguine, raisins secs frais et un beau mélanges d’épices exotiques. Exquis. Bouche: Texture assez soyeuse, on continue sur le sucre d’orge, le chocolat à l’orange et quelques noix. L’ensemble est très diffus et noyé dans un sirop sucré. Un peu déçu ici. Finale: Ample, plus ou moins sèche, en continuité avec les saveurs en bouche, tout en y ajoutant le chêne légèrement poussiéreux de la futaille de xérès. Équilibre: Pourtant le nez annonçait de si glorieuses choses… une déconfiture qui doit faire revirer le roi Alexandre III dans sa tombe.

Dalmore Port Wood Reserve

46.5% alc./vol.
Maturation initiale en American White Oak Casks et affinage en port cask du producteur W&J Graham’s.

André 86.5%
Cerises et oranges sanguines, raisins secs et prunes, agréable sucré, cassonnade. Évoque un aspect pâteux compact et lourd. La bouche est monopolisée par les fruits secs, les raisins et les cerises noires, le chocolat noir amer. On devine l’épine dorsale de saveurs habituelles de la distillerie en plus d’un ajout au niveau lourdeur générale. Ensemble visqueux et huileux, un peu tannique aussi et boisé. Bonne longueur en bouche aidée par le taux d’alcool supérieur aux autres versions. Café au lait avec des bâtons de cannelle. Finale grandement influencée par les épices et le bois sec, petits fruits sauvages séchés, oranges et prunes.

Patrick 88%
Un très bon whisky, offrant une belle intensité de saveurs. Si vous aimez le porto dans votre whisky, vous ne vous y tromperez pas! Nez : Des noisettes, du chocolat et évidemment, les arômes envoûtants d’un riche porto. Bouche : D’une belle intensité et très chaleureuse, avec du bois brûlé, des fruits mûrs et de savoureuses épices. Finale : D’une belle longueur, marquée par le porto.

Martin 88%
Nez: Doux et sucré, miel, dattes et pelure d’orange. Cacao, vanille, chêne et gingembre. Porto et amandes grillées. Super! Bouche: Hyper sirupeux et sucré. Tornade de cassonade, de raisins juteux et d’épices. L’arrivée en bouche est un peu surpuissante, mais le tout arrive à reprendre assez rapidement le contrôle. Finale: Longue, douce et épicée à la fois. Notes de bois, de noix et de fruits rouges mijotés. Équilibre: Très agréable. On a eu une petite frousse lors de l’entrée en bouche, mais somme toute c’est un excellent Dalmore. Points bonus pour le taux d’alcool.

Dalmore Valour

40% alc./vol.
Exclusivité Duty-Free.

Patrick 88%
Une rare belle surprise d’une distillerie trop souvent décevante depuis quelques années. D’autant plus surprenant qu’il s’agit d’un produit réservés aux magasins Dutyfree. Nez : Très intense sur les fruits mûrs (surtout des prunes) et une touche de caramel. Bouche : Chocolat, caramel, fruits mûrs, touche d’orange. Le chêne brûlé contribue à donner un ton très chaleureux à l’ensemble. Finale : D’une longueur moyenne et plutôt sucrée.

Old Master’s Dalmore 12 ans

59.8% alc./vol.
Distilled 1997, Bottled 2009 from Bourbon Cask #5604.

André 83%
Un Dalmore sans son drapé de sherry c’est un peu comme Marie-Pier Morin qui se met à poil dans l’épisode de son émission sur la nudité. Back to basics. Au départ, faut se faire à l’idée que c’est du Dalmore, car le cerveau inévitablement envoies des signaux au certu genre ‘’sherry, fruits secs, etc’’. Une fois le nez plongé dans le verre, on est un peu déboussolé et on a affaire à une toute autre bête; herbe verte mouillée après la pluie, poires, pommes vertes, oranges, ananas et un soupçon de zeste de citron. Hyper frais et invitant à boire. Premières impressions en bouche, la texture huileuse et fluide, le taux d’alcool discret, les notes fruitées de type fruits tropicaux. La bouche confirme les images du nez; oranges, poires, pommes, citron. Les notes d’herbe vertes ont disparu et je trouve maintenant qu’on est plus sur l’herbe séchée et des notes qui rappellent le virgin oak. La finale est bien épicée et poivrée, notes de coconut et de vanille.

Patrick 86%
Un beau gros whisky intense et chaleureux. Sans avoir la complexité d’un Dalmore embouteillé par la distillerie, ça demeure très bon et surtout intéressant de goûter une version cask strength de ce whisky. Nez : Parfum intense sur le xérès, avec du délicieux caramel écossais, de la vanille et un peu de chocolat. Bouche : Du xérès, du bois brûlé, du chocolat, du caramel, de la vanille et de belles épices. Finale : D’une belle longueur, épicée, fruitée et boisée.

Old Particular Dalmore 17 ans

55.5% alc./vol.
Distillé en mai 1997, embouteillé en août 2014 depuis le fût #DL10247 Refill Hogshead, 237 bouteilles.

André 83%
Hors norme pour un Dalmore; tarte au citron, meringue flambée, toffee, vanille, petits fruits sauvages discrets. La bouche est soutenue, bien alcoolisée. Encore ces saveurs de citron et meringue, beaucoup d’influences du fût de chêne, la vanille est veloutée et crémeuse, le caramel agréable, ce qui cache bien les fortes épices. La finale est portée par les épices et les saveurs du bois de chêne, lit de saveurs citronnées et baffe d’alcool. Ce whisky offre une belle alternative au sherry opulent de habituellement préconisé par Richard Paterson, ce whisky riche à l’extrême, qui ne plait pas à tous. On a droit ici à une version plus posée et réfléchie, moins tape-à-l’œil qui revient peut-être même aux racines de la distillerie.

Patrick 80%
Je ne suis pas un fan de Dalmore (à cause de leur style « vendeur de parfums cheaps ») et ce whisky me conforte dans cette voie. Je ne comprends pas qu’on ait fait un single cask avec ce whisky, on aurait plutôt gagner à le noyer dans un blend quelconque. Nez : Agrumes, fudge, vanille et sciures de bois. Bouche : Belles épices boisés, citron et une touche de poivre. Finale : Belle finale sèche et épicée, avec une bonne dose d’agrumes.

English EN Français FR