Arran 5 ans Single Cask

58.4% alc./vol.
Distilleé 24-01-1997, Fût #97-1042, bouteille 112 de 342

André 89.5%
Nez crémeux, bonne présence de céréales, nez de sherry, fruité, jumelé du boisé du fût. Fort, puissant et affirmé en bouche, tout en étant soyeux et crémeux malgré le travail asséchant du fût de chêne. Avec le temps, l’évaporation de l’alcool permet à certaines notes de fruits tropicaux d’apparaitre; jus de fruits en conserve, sucre. Ces mêmes arômes s’étirent interminablement en finale surfant sur la vague d’alcool passablement relevée. À goûter cet embouteillage provenant des débuts de la distillerie, on ne peut nier que celle-ci était d’ores et déjà promise à un avenir prometteur.

Arran 100% Proof

50% alc./vol.

André 87%
Dès que vous approchez le nez du verre, l’orge vous saute rageusement à la figure! Le chêne apporte une présence en bouche grasse et huileuse qui colle au palais afin de vous apporter les notes de fruits et de cacao. Très rafraichissant et “désaltérant”. Le tout n’arrive pas à vous enlever le haut taux d’alcool qui vous accompagnera dans une très longue finale. Vraiment pas désagréable. J’en reprendrais volontiers un verre!

RV 87%
Très clean au nez, avec grain et pointe de feuille de saule plantée en terre rouge. Très jolie arrivée en bouche de blé et de feuilles sucrée et un taux d’alcool bien contrôlé, avec une finale qui s’étire vers des petites baies sauvages légèrement métalliques. Du champs, on passes à la digue de pierre où un rouleau de barbelé métallique rouillée repose au centre d’une talle de gadelles. Du beau stuff champêtre, une Arran sans artifice qui se fies sur sa personnalité seule pour nous charmer, et ça fonctionnes.

Patrick 90%
Au nez, une délicieuse orge enrobée d’un feuillu sucré enchanteur. Au goût, Arran confirme qu’elle sera la distillerie à surveiller au 21ème siècle! L’Ile d’Arran bénéficie d’un climat particulier : malgré sa très haute latitude (à la hauteur de la baie d’Hudson), on sent le climat tropical percer dans ce whisky! En effet, je dégusterais volontiers ce whisky sous l’un des palmiers de l’Ile! Ce scotch est tout en douceur, avec un goût où l’orge se mélange avec un feuillu de cocotier et un arrière goût qui nous rappelle que la mer n’est pas si loin.

Arran Non-Chillfiltered

46% alc./vol.

André 82%
Terreux et métallique…RAW, mais agréable. Ces scotchs doivent gagner en âge et en maturité afin d’atteindre un niveau qui sera très acceptable et probablement surprenant dans un proche futur.

RV 81%
Métal; ton grand-père est mort depuis 1 an, tu rentres pour la première fois dans la maison, pis tu te sers un verre d’eau aussitôt qu’elle n’est plus brune. Leafy; oaky en finale; finale de longueur moyenne; pas mauvais; pas bon, moyen.

Patrick 75%
Métal, métal, métal; trop jeune? Meilleur au goût qu’à l’odeur; Globalement pas mauvais; Épices ? Goûte l’alcool comme un cask strength, sans la force de l’alcool.

Arran Single Malt Distillery Bottling

43% alc./vol.
Une partie des fûts de la distillerie d’Arran est stockée dans les entrepôts de la distillerie Springbank à cause du manque de place et de l’impossibilité légale de les agrandir.

André 83%
Une distillerie avec une évolution fulgurante depuis les premières versions telle que celle-ci qui manque de profondeur et de finesse. Salin et très “aquatique” comme version mais malheureusement avec peu de distinction et de singularité.

Patrick 87%
Une de mes distillerie préférée! De plus, il est vraiment intéressant de la voir évoluer compte tenu de son jeune âge. Nez: Frais, léger; Goût: Frais, idéal pour l’été! Floral, végétal et peu d’épices et de vanille, le tout superbement équilibré.

Isle of Jura Superstition (ancien embouteillage)

45% alc./vol.
L’île du Jura fait face à l’île d’Islay. Sa seule et unique distillerie produit habituellement un single malt non tourbé. Cette version, légèrement marqué par la fumée, déroge à la règle car une partie du malt a été tourbée.

André 85%
La bouteille juste à elle seule est quelque chose mais le scotch nous entraine lui dans des sentiers jamais explorés. Un monde de mystère ce scotch. En fait on a pas encore réussi à mettre les mots exacts pour le définir avec précision. Alors lancez vous, et achetez en une sans attendre !

Patrick 80%
Au nez, fumée, peat et chêne. Mais semble jeune. Au goût, , un peu de pin, mais beaucoup moins que dans le 10 ans ( ce qui fait que je préfère le 10 ans pour son originalité), fumée, un peu de sel. Globalement un bon scotch, mais je reste déçu…. Peut être étais-ce une mauvaise bouteille? Globalement, c’est un scotch réchauffant, parfait pour impressionner la visite!

Martin 86%
Orange bruni alléchant. Nez: Céréale mielleuse des îles, légère tourbe fumée plaisante mais qui sait rester à sa place. Vanille, fleurs et fruits des champs. Bouche: Texture moyenne et agréable. Miel, vanille et orge. Le bois de chêne et les épices prennent avec mérite l’avant-scène. Quelques signes nous révèlent j’espère l’influence de quelques fûts de xérès. La tourbe se fait plus discrète pour laisser briller le reste. Finale: Un brin de fumée, un tsunami d’épices, de cannelle en particulier, et de chêne. Belle longueur qui sait tout de même quand c’est l’heure de quitter. Équilibre: Ça réchauffe, comme son embouteillage plus récent, bien qu’on ressente une complexité légèrement supérieure.

RV 85.5%
Que la croix ajoute ou non au mystère, physiquement une superbe bouteille, énigmatique dans son goût impossible à décrire complètement.

Tobermory 10 ans (ancien embouteillage)

40% alc./vol.
La distillerie a produit au cours de son histoire des single malts sous deux étiquettes, selon une logique parfois difficile à appréhender : Tobermory et Ledaig. Aujourd’hui, elle embouteille sous l’étiquette Tobermory un single malt vieilli au moins 10 ans, floral et épicé. Elle produit également un autre single malt sous le label Ledaig, l’ancien nom du village et que l’établissement a également porté, qui se décline en plusieurs versions selon le vieillissement (15 ou 20 ans) et le type de fûts dans lequel il a été vieilli. Celui-là est plus tourbeux car à base de malt provenant de Port Ellen sur d’Islay.

André 87%
Cask finishes, fruits macérés, cerises. Belle balance en bouche, sans brusquerie, les cerises bien présentes, style Aberlour. Fruits sucrés, céréales Oat Puff saupoudrées de sucre. Finale un peu trop courte et sans surprise sauf le retour débridé sur les fruits. Voici une belle surprise de cette distillerie bien cachée à l’ombre de l’omniprésente Islay.Insipide, trop de sherry. Soft mint peut être.

RV 84%
Changement de géographie et remous des plaques tectoniques. Cerise, sherry, tire, caramel sucré; ça sent le Something Cask. En bouche, déjà-vu… Dalmore Cigar Malt? Malgré un manque d’intensité, la finale est longue et n’excite pas, sans ennuyer. Le tout est bien ficelé dans un paquet agréablement emballé, mais ne portant réellement le sceau de la poste d’une île de l’Écosse pas très loin des Jura et Islay. Est-ce que l’île de Mull serait davantage une petite péninsule du Speyside?

Patrick 87%
Une explosion de fruits, de caramel, agrumes et une touche florale. En bouche, les fruits et les agrumes s’affirment avec autorité, complétés par l’orge sucrée. La finale, légère, est tout de même agréable. Une richesse de saveurs surprenante, très bien équilibré. En retrouvant cette bouteille (qui amassait la poussière au fond de la Whisky Room), j’ai été agréablement surpris.

Talisker Distiller’s Edition 1996-2008

45.8% alc./vol.
Cette édition spéciale de Talisker a mûri aussi dans des fûts de xérès amoroso.

André 90%
On a réussi à dompter le lion déchainé de Talisker dans cette bouteille. La subtilité chez un poids lourd du genre c’est un exploit rarement accompli.

RV 85%
Air marin velouté. Au goût, il semble y avoir un fruité avec des dattes, nutty, épices.

Patrick 84%
Air marin salé. PAS d’algues. Au goût, salé, malté, légère fumée, légères épices, léger fruité.

Connoisseurs Choice Gordon & MacPhail Ledaig 1993

43% alc./vol.
Distillé en mai 1993 et embouteillé en août 2011 à partir de fûts de xérès de premier remplissage.

André 75%
Mélange floral et de feuilles mortes, tapis de grains vanillés, un peu de toffee aussi. La bouche est moche, un french anodin et maladroit, sans passion. Un peu d’épices qui disparaissent aussitôt et une larme de sel en finale. Boring !

RV 80%
Boite de céréales générique de marque que l’on croirait Speyside. Un peu floue olfactivement, derrière le malt huileux en façade de connaissance semble pointer le bout d’une baguette de pain assez humide. Particulièrement sucré sur les côtés de la langue, il est calme et livre bien, mais bien peu autre chose que le malt sucré, pas vraiment tourbé, qui s’éteint tout doucement en finale, toujours dans un lit de grain. Non pas nécessairement désagréable, j’aimerais dire “dénaturé par rapport au reste de la gamme Ledaig/Tobermory” mais cette distillerie bipolaire me montre ici qu’entre le pire et le meilleur, elle est aussi capable de l’ordinaire oubliable.

Ledaig Sherry Cask

42% alc./vol.

André 78%
Nez overpowering. À donner à vos invités avec peu de connaissances sur les single malts. Tout comme le Glendronach 15 ans, le nez est simplement trop fort en sherry et vient gâcher une expérience qui aurait pu s’avérer intéressante.

RV 80%
Sherry, au nez. Au goût, sel, pin? Aiguilles de pin bin mouillées et sherry.

Patrick 81%
Salé, médicinal; Pin? Sherry; léger peat. Peut être pour un débutant. D’accord avec la critique, c’est plein d’affaires fortes qui se mélangent pas! Rapport qualité prix excellent.

English EN Français FR