Arran 22 ans Limited Edition Kensington Wine Market Exclusive

51.3% alc./vol.
07/02/1996-09/04/2018 – Cask 056

Patrick 90%
C’est excellent ça! Et ça se boit comme du bonbon! Arran, c’est tellement bon, j’ai hâte de voir ce que l’avenir réserve venant de cette distillerie. Nez : De beaux fruits sucrés, nappés d’un trait de vanille et de caramel. Bouche : De beaux fruits riches et sucrés, de la vanille et de discrètes épices. Wow, sublime. Finale : D’une belle longueur, fruitée et sucrée.

Highland Park 46 ans 1968 • Cask Sample from Distillery Warehouse

40.1% alc./vol.

André 92%
Je gardais cet échantillon depuis quelques années déjà et j’ai eu cette semaine une bien mauvaise nouvelle reliée à un ami qui m’est très cher. J’avais besoin d’un whisky qui me soulèverais l’âme et qui serait un éloge à la vie. Alors j’ai opté pour ce sample précieusement gardé (trop) longtemps recueilli dans le warehouse de la distillerie. Ma ‘’tour guide’’ avait fermé les yeux sur l’échantillon de 50ml qu’on a bien voulu me remplir en plus de mon dram de tournée. Purée de bananes, tranches d’ananas dans leur jus, miel de bruyère, salade de fruits, oranges, dans une brume diaphane de tourbe légèrement salée. La finesse à l’état pur. La tourbe est plus frivole en bouche et est mariée de cacao et de chocolat au lait fumé. Encore ces saveurs de salade de fruits, d’agrumes agrémentés de sirop de poires et de miel, de petits fruits rouges, d’oranges et d’une touche de citron. La bouche est un peu molle au niveau structural mais les saveurs sont solidement bonnes et bien agencées. Retour discret sur la fumée mielleuse en finale avec un rétro-olfaction de sel de mer craintif. Slainte!

SMWS 4.242 Highland Park 13 ans

58% alc./vol.
« Coastal Landscape with Smoke » – Distillé le 17 janvier 2005, Ex-Bourbon Barrel hogshead, 262 bouteilles

André 89%
Ok… Ça me fait penser à une recette ou l’on aurait fait tremper des tranches d’ananas dans un whisky tourbé pis qu’on aurait ensuite flambé et servi avec une crème à saveur de vanille et de miel. On retrouve donc de l’ananas, du sel de mer, de la tourbe assaisonnée de miel de bruyère, du caramel salé. On retrouve aussi du limoncello agrémenté de miel et du gâteau éponge. Niveau texture, c’est un gros hit. Le whisky est sirupeux et bien rond malgré la masculinité de la tourbe et du sel de mer un peu franc. Agrumes, oranges, citron, sel de mer, ananas flambé, tourbe mielleuse, chocolat noir, cendre froide en finale. On perçoit légèrement la pointe acérée de l’alcool en finale de bouche, vite envahie par les saveurs de fruits tropicaux et d’agrumes dans un nuage de fumée à saveur de vanille et de miel.

Patrick 92%
Un beau whisky riche, complexe, avec un mélange de saveurs tellement agréable. Définitivement pas typique d’Highland Park, mais quand même superbe. Nez : De la vanille au premier abord, puis de la fumée de tourbe et de la guimauve. Bouche : De la guimauve à la vanille, de la fumée de tourbe, de la cendre et de belles épices. Finale : D’une superbe longueur, fumée, épicée et subtilement sucrée.

Martin 92%
Nez: À travers la tourbe vanillée, on parvient tout de même à percevoir la colonne de céréales de Highland Park. Bonbons au caramel. Bouche: Tourbe, vanille, caramel salé et cendré. Superbe. Belles épices enflammées. Oh que ça touche la cible! Finale: Bien chaude et poivrée, sucrée et poivrée à souhait. Miam. Équilibre: Un superbe amalgame de conditions gagnantes: Cask Strength, Single Cask, Highland Park. Wow.

SMWS 42.35 Tobermory 9 ans

62.0% alc./vol.
“Salted Malted Chocolate Cupcakes” – Distillé le 25 juin 2008, Refill barrel, 205 bouteilles

André 85%
La première sniff en versant dans le verre offre effectivement de belles notes de chococlat qui disparaissent progressivement dans un nuage d’alcool. Puis, notes de coconut et de fruits sauvages trempés dans le chocolat, une touche de sel de mer. J’avoues que je trouve le nez relativement fermé et pas facile à décortiquer. La bouche est un uppercut d’alcool salé, parfumé aux saveurs de fruits de mer prérarés sur un feu de plage. L’alcool est trop présent à mon goût et masque les belles subtilités que le whisky aurait pu nous offrir. La texture en soi est huileuse, bien charnue, poivrée et mélangée de fruits tropicaux. J’aime beaucoup les notes citronnées effervescentes qui se marient au poivre et présentent une combinaison singulière. Longue finale propulsée par l’alcool et des booster de sel de mer.

Patrick 90%
Un gros whisky intense. J’ai rarement vu autant de sel dans un scotch, j’aime bien! Comme l’indique son code saveur, c’est définitivement “oily and coastal”. Nez : Du popcorn au beurre très salé, servi en accompagnement d’un plateau de fruits de mer. Bouche : Donne l’impression de licher un bloc de sel! Bref, du sel, des fruits de mer et une touche de chocolat. Le tout, porté par une belle texture huileuse. Finale : Très longue, salée, subtilement boisée et chocolatée.

Martin 86%
Nez: La tourbe est maritime, quoique discrète. La texture huileuse se fait presque sentir. Queue de homard trempée dans le beurre à l’ail, pour faire un peu différent du discours de Pat. Bouche: Caramel salé et tourbé. Belle céréale solide dans une tornade de poivre blanc. Ça fesse! Finale: Une fois son courroux passé, on laisse place aux épices, à la fumée de tourbe et au bois de chêne. Équilibre: On aime bien sa texture et ses saveurs, mais on gagnerait à le voir un peu plus docile au niveau du degré d’alcool.

Douglas Laing XOP Highland Park 21 ans

48.3% alc./vol.
Single Refill Hogshead Cask #DL12546, Distilled September 1996, Bottled June 2018, Bottle #38 of 271

André 90%
Vagues citronnées maritimes, ananas, oranges, miel, poires, bois séché et chauffé, tourbe relativement puissante et terreuse surtout pour un HP. Un peu simpliste comme approche mais rien de désagréable. La bouche est costaude, poussée par la force de la fumée de tourbe terreuse et du bois brûlé et caramélisé, qu’adoucisent par la suite le mélange d’agrumes, de citrons et d’oranges et d’amoureuses tonalités mielleuses. L’influence maritime s’exprime avec des notes de sel de mer et de poivre frais moulu qui se marient de draps de tourbe bien relevés. Longue finale, super épicée, salée, poivrée et tourbée. Un embouteillage inhabituellement tourbé qui donne une autre vision sur cette distillerie chérie de bien des amateurs.

Patrick 88%
Nez : Un parfum floral comme j’ai rarement vu ça! En fait, un superbe mélange de fleurs, de fruits sucrés et de vanille. Bouche : Du bois épicé et brûlé, avec une grosse dose de fleurs, une touche de fumée de tourbe, quelques grains de sel, du miel… Délicieux! Finale : D’une belle longueur

Douglas Laing Old Particular Talisker 8 ans

48.4% alc./vol.
Single Refill Hogshead Cask #DL12756, Distilled November 2009, Bottled September 2018, 402 Bottles

André 88%
Un Talisker dénudé de son côté xérès, un peu brut et robuste. Fruits à chair blanche, sensation de fraicheur, feu de bois de plage, tourbe bien prononcée, enbruns maritimes, viande cuite sur le bbq dont le gras coule sur les grilles bien chaudes, oranges et le zeste de citron. La bouche est huileuse, parcellée de cendre froide et de sel de mer. On est définitivement sur le bord de mer avec toutes les images que ce whisky fait déferler dans votre imagination. Malgré cette sensation huileuse, la texture de bouche ne l’est pas tant que ça et ce même si cela n’affecte pas vraiment la qualité des saveurs qui explosent au fil des gorgées. La signature de la distillerie se reconnait aux notes entremêlées de sel de mer et de poivre noir broyé. En addition, de bonnes épices et du bois de plage brûlé pour une finale soutenue. Superbes saveurs maritimes mais une texture légèrement décevante, même avec un taux d’alcool relevé et la non-filtration.

Patrick 90%
Un très bon Talisker, différent des Talisker auxquels je suis habitué. La fumée de tourbe poivrée typique y est, mais tout le reste est original et savoureux. Pour ceux qui adorent Talisker et recherchent quelque chose de nouveau! Nez : Des agrumes et des pommes vertes, avec de la fumée de tourbe et du sel. Bouche : De la belle fumée de tourbe poivrée, des agrumes, des pommes vertes, du BBQ huileux, de la cassonade. Le tout est porté par une superbe texture huileuse. Finale : D’une belle longueur, fumée, poivrée avec une petite touche d’agrumes.

Jura – The Road

43.6% alc./vol.
Maturation initiale en American Oak Cask pour ensuite être transféré dans des ex-PX sherry cask ayant contenu du xérès pour une période de 20 ans.

André 78%
À ne pas confondre avec l’autre Jura ‘’One for the road’’… Ananas, poires et oranges sanguines, sur un nez très doux, rond et légèrement effacé. La bouche est dirigée par le caramel et les agrumes, pas beaucoup de structure et de support aux saveurs avec un whisky liquide, dilué et sans passion. Oranges, agrumes, citron, ananas, poires, cerises, chocolat au lait, poivre noir et une touche de gingembre et de miel. Courte finale, hyper liquide, une pincée de poivre et des fruits distants. Je crois que le gros problème de ce whisky est sa trop courte période d’affinage qui n’a pas su donner au whisky un boost de saveurs de fruits rouges plus important et aussi un taux d’alcool un peu trop bas.

Patrick 79%
Comme trop souvent, il s’agit ici d’un whisky “duty free” qui permet sans doute d’écouler le stock de moins bonne qualité de la distillerie. Au lieu d’acheter ça, pensez plutôt à ramener des souvenirs de voyage à vos proches. Même une babiole cheap “made in China” est un meilleur investissement que cette bouteille. Nez : Parfum de new make, avec quelques épices, du rhum et de l’ananas. Bouche : Un étrange mélange de new make porté par une belle texture huileuse. En terme de saveurs, on parle de pain aux épices avec une bonne dose de cannelle et une touche de xérès sucré. Finale : D’une longueur moyenne, marquée par les épices et le new make.

Scott’s Selection Highland Park 25 ans

50.6% alc./vol.
Distilled 1981, Bottled 2006

André 89%
Un Highland Park efface et discret. Miel et vanille, ananas et purée de bananes, un zeste de lime et citron. Le nez développe des notes sucrées intéressantes mais on fait vite le tour pour être franc. On laisse reposer le verre un quart d’heure et en revenant au nez, notes de gommes ballounne et une touche de tourbe florale. La qualité de la texture en bouche rehausse un peu mes espérances laissées sur leur faim. On a un liquide crémeux et amoureux, belle consistance en support aux saveurs. Grosses notes de bruyère, tourbe terreuse discrète mais tout de même présente, agrumes, bananes et ananas. L’aspext floral et sucré est important et tue la sensation acérée de l’alcool. Quelques notes verdâtres en finale de bouche et retour sur la tourbe florale et une fumée terreuse. Une édition qui se dévoile en crécendo sur une finale surprenante.

Patrick 90%
Highland Park dans sa version la plus simple, ce qui est définitivement un compliment. Nez : Fumée de tourbe avec une touche de bruyère, de miel et de bois. Bouche : L’unique fumée de tourbe d’Highland Park marquée par la bruyère et le miel. Mais aussi du bois sec et de discrets fruits. Finale : D’une belle longueur, fumée et épicée.

Cadenhead Highland Park 28 ans

55.5% alc./vol.
Distilled 1988, Bottled 2016 from Ex-Sherry Butt #10699, 480 bottles

André 93%
Gros sherry pompeux, viandes vieillies, gâteau aux fruits nappé de coulis au chocolat, cosses d’oranges, figues et prunes séchées, cerises, bonnes épices pétillantes. Le sherry est intense et très affirmé, on perçoit même les tannins assez importants qui laissent une sensation de poussière accumulée et de terre un peu humide sur les dents. Texture hallucinante en bouche, le whisky offre une testure grasse et goulue, qui colle aux bajoues et qui tapisse la langue. Mélange de cerises noires, de caramel, de dattes, purée de prunes. Le sherry est tellement bold que cela ressemble presque à de la mélasse. Sensation à la fois tannique et épicée, hyper fruitée. Une pointe de souffre en fond de bouche après quelques gorgées, mais rien qui distrait la dégustation. Finale poivrée, tannique et épicée, généreusement fruitée. Pour amateurs de sherry avertis.

Arran the Devil’s Punch Bowl Chapter 1

52.3% alc./vol.
Lancé en 2012, cette édition est composée de 3x 1996 vintage Sherry butts, 6x 1996 bourbon barrels, 2x 1997 Sherry butts, 8x 1998 Sherry hogsheads et 5x peated 2006 bourbon barrels. Édition limitée de 6660 bouteilles.

André 92%
Wow, wow et rewow. Mélange de jus de poires en conserve et de cerises et framboises, de fruits tropicaux dans un nuage de tourbe terreuse et d’épices très lointaines. Bouche de sherry raffiné et onctueux, de fruits et de raisins secs, d’abricots, poires et de prunes, le tout saupoudré de poivre et de cannelle. La texture est veloutée et soyeuse, hyper texturée et qui colle partout sur la langue et les joues. La finale est finement tannique, bananes au miel, compote de cerises et de framboises, tarte aux pommes, oranges, citron et épices. Si le diable se cache dans les détails, cette édition est définitivement démoniaquement savoureuse.

Patrick 92%
Un whisky riche, complexe et savoureux. J’adore! Du plaisir à chaque gorgée, Arran à son meilleur, et ce n’est pas peu dire. Nez : Des fruits tropicaux, du xérès, des épices, de la vanille et de la tourbe. Bouche : Une belle fumée de tourbe bien balancée, du sel, du sucre, des fruits tropicaux, de la vanille, des raisins secs, de la cannele… Wow! Finale : Très longue, savoureuse, fumée, fruitée et épicée.

English EN Français FR