Woodford Reserve Distillery Series • Summer 2015 • Double Double Oaked

45.2% alc./vol.
Ici, le Double-Oaked régulier a subit un vieillissement additionnel en fût neuf brûlé plus intensément, afin de démontrer le fait que « plus » n’est pas toujours synonyme de meilleur.

Patrick 75%
Une autre expérience intéressante de la part de Woodford Reserve. Intéressante, mais pas vraiment bonne, due à un manque de balance criant, les notes de chêne brûlé dominant outrageusement l’ensemble. Nez : Vanille sucrée et cassonade. Touche d’épice subtile et cerises au marasquin. Bouche : Tsunami de chêne épicé, vanille, cerise noire et cassonade brûlée. Finale : S’étire longuement sur la vague de chêne et d’épices brûlées.

Woodford Reserve Double Oaked

45.2% alc./vol.
Le Woodford Reserve Double Oaked a reposé dans des fûts de chêne blanc fortement brulés, il a ensuite subit un deuxième passage en fûts de chêne neuf deux fois plus toastés puis très légèrement grillés, de façon à faire davantage ressortir les sucs naturels du bois. C’est la plus ancienne, la plus petite et… la plus lente (en termes de temps de vieillissement) des neuf distilleries existant aujourd’hui dans le Kentucky. Woodford Reserve se distingue des autres distilleries sur bien des points, donnant à son bourbon une grande originalité. Ainsi, les cuves de fermentation (premier stade de l’élaboration) sont en cyprès (et non en pin comme usuellement), un bois choisi pour sa neutralité dans la transformation du maïs, du seigle et de l’orge malté utilisés comme matières premières. Et puis, il y a surtout les alambics. Exception notable dans tout le Kentucky, ici se pratique la triple distillation (comme en Irlande) dans trois alambics différents en cuivre, provenant d’Ecosse.

André 86%
Chocolats Turtles, mélange de miel, de noix, de pacanes, de sucre caramélisé, de chocolat au lait. Le nez est d’une douceur enjôleuse, très rond, soyeux. La bouche offre une approche crémeuse, les flaveurs du nez poursuivent leur évolution en bouche mais l’ensemble est également soulevé par de solides notes de clou de girofle et de cannelle auquel se jumèle une sensation légèrement sèche et astringente en fond de bouche. Des notes de caramel émergent aussi lentement après un certain temps. La finale est sèche et on ressent beaucoup les épices et l’effet du chêne sur le whisky. Je demeure ambivalent par rapport à ce que le nez annonce et le rendu en bouche. J’apprécie beaucoup les saveurs traditionnelles de Woodford mais je suis d’avis que le chêne et les épices dénaturent un peu trop la douceur angélique de ce whisky habituellement si paisible.

Patrick 89%
Un vrai verre de chêne liquide!  Super whisky, très bien équilibré, si on aime son bourbon intense. Nez : Parfum de bourbon comme on l’aime, avec du chêne brûlé intense, de la vanille et quelques cerises pour compléter le tout. L’ensemble parait tes sucré et chaleureux. Bouche : Comme mordre dans un planche de chêne à peine dents.  Cerise, chêne brûlé et vanille, mais avec un chaleur et une intensité rarement vue. Finale : Longue et chaleureuse, et s’étire sur le chêne brûlé.

Martin 88.5%
Riche acajou d’un bourbon bien vieilli. Nez: Fruits, vanille et chêne, maïs à plein nez. Grain savoureux, caramel chaud, crème au beurre. Solides épices, dont le clou de girofle. 2e nez de chêne grillé. Bouche: Belle entrée en bouche, les notes du nez reviennent avec une intensité hors du commun. Feu de cannelle. Chêne, vanille et cerise noire. Finale: Longue, sèche et épicée sur des notes bien entendu de chêne brûlé, de vanille et de cannelle enflammée. Équilibre: Un bourbon extrêmement solide à prix d’ami. Une belle expérience de bois de chêne en puissance qui saura à coup sûr accompagner tout coucher de soleil sur la terrasse.

Woodford Reserve Four Wood Selection

47.2% alc./vol.

André 91.5%
Certains puristes s’époumoneront devant le sacrilège de dénaturer un bourbon de cette façon tout comme le gars qui dira à sa blonde qu’un boob job à 10000$ c’est pas important mais qui s’empêchera pas de reluquer le décolleté de la belle-sœur… Oui, un Woodford tellement maquillé que l’on peinera à en distinguer la vraie nature, mais au final ce qui compte c’est l’expérience. On critique souvent les «majors » devant leur manque de latitude et de souplesse à faire des essais alors autant en apprécier les bons coups lorsque cela arrive. La douceur au nez, on croirait à un wheat whisky, l’agréablement sucré du maïs, les pacanes distinctives de la distillerie, les raisins secs et la pâte de fruits, le sherry cask et le toffee. En bouche, l’approche du whisky se veut tendre et veloutée, mélange de maïs au beurre nappée d’une sauce aux fruits et de grains de pacanes grillés. Petite sécheresse du chêne en finale de bouche qui le dépouillera de quelques points. Cerises noires, raisins secs, chocolat noir à haut pourcentage de cacao. La bouche pourra par contre paraitre difficile à cerner pour certains amateurs car rien ne ramène vraiment à ce que l’on connait des bourbons traditionnels. Un bourbon (pas réellement bourbon compte tenu du cask finish) totalement hors-norme, comme on aimerait en voir plus souvent. Le whisky, en respirant, dégagera passablement de saveurs de toffee caramélisé assez sauvages. Enjoy !

Patrick 93%
L’un des meilleurs bourbon que j’ai jamais bu, à se demander pourquoi le vieillissement additionnel n’est pas plus souvent utilisé au Kentucky! Nez : Incroyable! Je crois bien n’avoir jamais senti un parfum aussi riche émanant d’un bourbon. Notes suaves de cerises, pommes et pêches, avec une touche de sirop d’érable, de caramel et surtout de chêne carbonisé. L’ensemble est très sucré et chaleureux. Bouche : Une tonne de fruits mûrs servis sur une planche de chêne brûlé, avec en accompagnement, des noix, des épices, et du caramel. Finale : Longue et sirupeuse.

Martin 90%
Bourbon roux, presque rouge. Nez: Hors du commun, on croirait à autre chose qu’un whiskey américain. Chêne et biscuits secs style “Thé Social”, pain et maïs. Vanille et raisins, cerise noire. Caramel brûlé. Bouche: Toujours chêne et épices, bois poussiéreux, cerise, maïs et poires. Pomme et nectarine. Vraiment unique. Finale: Courte mais punchée par des notes de porto, de pommes et de bois. Équilibre: Un superbe exemple d’un affinage spécial pour un bourbon, chose inusitée dans l’industrie.

Woodford Reserve Master’s Collection Aged Cask Rye

46.2% alc./vol.

André 86.5%
L’alcool est très présent dès l’entrée en scène, balancé par les odeurs de citron assez persistantes, mais on est apte à détecter la différence de l’apport dû à l’utilisation de fût de second remplissage… la vanille et le miel et les épices relégués en arrière-plan laissant libre court au citron qui s’en donne joyeusement la peine, les petits fruits rouges ne sont aussi pas bien loin. Saveurs de bananes frites également et le coconut aussi. C’est plus posé et délicat, spécialement la finale qui en souffre d’ailleurs un peu. La place est donc libérée pour les épices qui finissent par sortir de leur tanière. J’apprécies la balance des éléments du aged cask et la combinaison ordonnée composant l’ensemble.

RV 85.5%
Démonstration gustative de l’expression “grain forward”. Sans avoir la recette, sous le rye, je parierais que ce whisky contient une bonne partie de maïs, car au nez j’y trouve du popcorn au caramel. L’arrivée aigre du seigle vient ensuite contrebalancer le caramel qui disparaït sous le bois. Finale à saveur de grains, plus proche du silo que de la forêt. Intéressant mais comme son frère d’emballage, c’est dans la comparaison que ce whisky y trouve son comble.

Martin 82%
Nez: Beaucoup plus délicat que le New Cask. Le seigle et la vanille s’effacent prestement derrière un mur de citron avec un peu d’herbe et de fleurs à son pied. Bouche: Doux et discret, les céréales sont sur scène. De temps à autre le caramel et la vanille font des caméos. Finale: Épicée et marquée par le grain, mais trop courte et pas assez affirmée. On dirait que la première vie du fût a vampirisé l’âme du bois, pourtant on s’attendrait au contraire. Équilibre: J’aurais donné peut-être 19 ici, mais le concept de duo me fait flancher et donner un point bonus. En goûtant successivement l’un et l’autre, l’autre et l’un, un joyeux ballet s’installe, j’ai l’impression que ma bouche devient le fût, les saveurs et arômes s’échangent et se fusionnent. Séparés, ces whiskies auraient possiblement récolté un peu moins de points, mais c’est vraiment lors de leur comparaison qu’ils prennent vie. Pour dire comme John Morris, lieutenant de l’équipe canadienne de curling à Vancouver 2010: “Un torchon trouve toujours sa guenille”.

Woodford Reserve Master’s Collection New Cask Rye

46.2% alc./vol.

André 84%
Nez puissant et musclé d’épices, de miel, de cannelle et de vanille auquel s’ajoute les petits fruits sauvages. Outre la différence de couleur entre les deux embouteillages, le nez est la confirmation directe de l’expérience, ce même nez qui est par contre rapide à s’assagir, accentuant par la même occasion la force de son arrivée en bouche, les épices et la cannelle explosant littéralement à la première gorgée. Le crescendo textural au départ très lisse gagne en robustesse à tout les niveaux et la conjonction des épices et du seigle aiguise le tout très fortement. Ceci affecte aussi la finale qui s’étire longuement sous l’égide des épices et des fruits sauvages me rappelant la saveur des bonbons jujubes.

RV 84%
Preuve gustative que “baril + expérience” n’égale pas un whisky plus goûteux. Contrairement au baril âgé, je retrouve le Woodford Reserve un peu plus standard, crémeux autant au nez qu’à la bouche, avec un mélange de yogourt dulce de leche et de bois. Avec une belle profondeur de bois de cyprès, me rappelle un peu le seasoned oak mais avec le mordant du seigle. Toutefois l’expérience manque un peu de sucre en finale. Un bon whisky mais c’est beaucoup l’expérience que le goût qui sera retenu.

Martin 83.5%
Nez: Seigle grillé et vanille tout de go. On sent immédiatement le 100% rye et le fût de chêne neuf. Je m’excite rapidement, ça me rappelle un peu le tout récent Alberta Premium Dark Horse. Par la suite débarquent les épices, qui deviennent cannelle et rayon de miel qui deviennent à leur tour petits fruits séchés. Bouche: Débute avec une vague franche de vanille rapidement déclassée par un uppercut d’épices pour finir en caramel de type lait Eagle Brand cuit. Ouf, ça m’épuise… Finale: Seigle all the way souligné par le chêne et les épices. Le tout chapeauté par un souffle de pumpernickel traditionnel allemand, considérablement plus subtil que tout le reste de l’expérience. Équilibre: Belle parabole. Nez prometteur, pétards à mèche en bouche, atterrissage en douceur à la finale. Loin de Felix Baumgartner mais quand même…

Woodford Reserve Sonoma-Cutrer Finish

45.2% alc./vol.

André 93.5%
Je suis sur le cul. Douceur extrême et l’intégration pleinement réussie du wine cask. Céréales de gruau aromatisées au vin rouge, les fruits sauvages divers, encore ce clou de girofle et la cannelle, de belles notes de caramel épicé. À certains égards, je lui trouve de belles similitudes avec le dernier né de 40 Creek. En bouche, texture hallucinante, les raisins rouges écrasés, les cerises, le caramel et les épices. Chaque gorgée est une autre bouffée de plaisir, c’est bien construit, la séquences des saveurs et arômes est agréable, l’ensemble est différent, unique. Finale à la fois poivrée et épicée, fruitée à souhait, avec une texture un peu sèche portée sur le bois. Certains puristes crieront à la profanation du bourbon, car j’avoue que l’on a dénaturé une peu la ligne habituelle, mais personnellement j’adore lorsque l’on fait preuve d’initiative afin de présenter du connu d’une façon si inhabituelle et de plus lorsque c’est bien conçu… Voilà, une note pleinement méritée!

Patrick 87%
Bourbon au nez, mais tellement que ça en bouche! On y retrouve tout du bourbon, mais aussi la douceur et la chaleur du vin : Chêne, cerises, raisin, une pointe de gruau. La finale apporte toutefois une sensation rappelant une bouteille de vin ouverte depuis trop longtemps. Presque parfait, vaut le coup d’essai!

Martin 86%
Nez: Le classique nez du bourbon bonifié d’une douceur et d’une tranquillité que peu de whiskys américains peuvent s’enorgueillir de posséder. Cerises noires et raisins secs, maïs sucré, vanille, quelques autres céréales, vin rouge. Le tout bardé par les lattes de ce beau tonneau de chêne. Bouche: Bien que la texture soit un peu aqueuse, un torrent de saveurs est au rendez-vous. Chêne épicé, poivre rose, cerises, maïs acéré, raisins, vanille et caramel. Finale: La planche de bois est bien gorgée de toutes les saveurs exprimées ci-haut et prends le temps de doucement nous déposer au sol. Équilibre: Une belle expérimentation qui ne dénature pas trop l’essence du bourbon en général. Il s’agit de regarder ce qui se fait sur le marché écossais avec les finitions spéciales pour voir que bien des spiritueux dits traditionnels pourraient bénéficier de ce traitement.

Woodford Reserve Straight Wheat Whiskey – Batch 003

45.2% alc./vol.
Bottle 2921. Woodford Reserve Wheat vient rejoindre la gamme Distiller’s Select. Inspirée de recettes traditionnelles, cette nouvelle expression est un Wheat whiskey caractérisé par la présence dominante de la céréale principale, à savoir le blé. La recette créée par Chris Morris intègre quatre céréales sélectionnées dans des proportions bien précises : 52% de blé, 20% d’orge maltée, 20% de maïs et 8% de seigle.

André 81%
J’adore le nez qui évoque le bourbon amadoué. Grosses notes de fruits rouges, pelures de pommes, caramel, oranges trempées dans le chocolat au lait, onctuosité moelleuse, presque réconfortante, cerises trempées dans la cire de chandelle, une touche de cannelle attendrie par les céréales de blé. Les promesses du nez ne sont pas livrées par la bouche qui est platte et diluée. Côté saveurs, on retrouve ce que le nez avant détecté, la tarte aux pommes et la pomme caramel, mais qui même à une finale dominée par les saveurs de bois sec, de bois brûlé et de rye terreux épicé. Finale épicée et aiguisée par les notes de bois brûlé. La rondeur du nez est disparue à partir de la première gorgée. Dommage.

Patrick 83%
Un bon whiskey, mais bon, ça aide à comprendre pourquoi les whiskeys de blé ne sont pas si populaires que ça. Nez : Un superbe parfum de whiskey de blé, avec des beaux fruits généreux et sucrés et une touche de bois plein de sève. Bouche : Du bois brûlé, des épices, mais le blé et les fruits sont ici beaucoup plus discrets. Le tout est porté par une texture un peu poussiéreuse. Finale : D’une longueur moyenne, marquée le blé et le bois brûlé.

Martin 82%
Nez: Vanille, fruits et céréales d’entrée de jeu. Sucre, bois et caramel. On joue safe. Bouche: Texture moyenne, le blé prend une bonne part de la scène, avec fruits rouges, épices, chêne brûlé et vanille. Forte astringence qui nous fait nous ennuyer un peu du maïs traditionnel américain. Finale: Forte et épicée, sur des notes de bois carbonisé, de vanille et de fruits en compote. Équilibre: Très très agressif. On y va fort sur des saveurs sans compromis, mais justement ça fait qu’elles ne s’entendent pas vraiment bien ensemble.

Writer’s Tears 2019

40% alc./vol.

André 88%
Le nez m’a rappelé certaines éditions de Two Brewers avec ses fortes odeurs de jujubes en forme de bananes. Avec plus d’attention, on est sur les notes de poires et de miel, d’oranges et d’agrumes. Hyper frais et un peu funky festif. Y’a aussi quelque chose qui me relie à l’épine dorsale aromatique du Glenlivet, les pommes vertes ou la gomme Bazooka peut-être. La bouche est douce; melon au miel, poires, oranges, miel chaud, pommes vertes, caramel onctueux. La texture quant à elle est très velvety et ronde avec quelques épices en toile de fond. Finale planante, douce et fruitée, en grande partie sucrée mais aussi épicée, caramel et miel.

Patrick 83%
Meilleur que je m’y attendais, mais je vais quand même attendre la prochaine St Patrick avant d’en reprendre. Nez : Parfum d’huile de lin, de vanille, de fruits tropicaux et de biscuits. Bouche : Du lin, du bois, un peu d’épices et de discrets fruits tropicaux. Le tout porté par une texture légèrement huileuse. Finale : Un peu courte, marquée par le lin.

Martin 89%
Nez: Céréales fruitées, touche de crème fouettée. Fruits rouges, miel et pommes mijotées. Cassonade et poivre noir. Pointe de chêne, on est dans le doux ici. Bouche: Frais et fruité, gomme balloune et bois. Herbe et fleurs roses, touche de poivre tout aussi rose, melon, miel et cantaloup, le tout dans un voile de vanille épicée. Wow, doux et complexe. Finale: Courte, mais chaude et bien ponctuée par le poivre, le chêne, les fruits, la barbe à papa et le brie fondant au miel et aux noix. Équilibre: Du beau savoir-faire de blending irlandais. Doux et caractériel à la fois, la complexité des saveurs est au rendez-vous, et nous sommes heureux d’avoir un blend doté d’une docilité qui nous offre le temps de pleinement l’explorer.

Yamazakura Blended Whisky

40% alc./vol.

André 73%
Vous n’avez pas encore ouvert votre bouteille et avez encore votre reçu de caisse en main ? Je vais vous faire économiser 60$ aujourd’hui… Nez un peu sans attraits et anonyme, quelques notes de fruits étouffées, légère fumée en toile de fond, fine sensation cireuse qui me rappelle les crayons de cire cassés. En bouche, la texture est flat et diluée, aucune passion, mais pas nécessairement sans attraits. Je ne connais pas la proportion de grain whisky mais la bouche est synonyme de whisky à forte utilisation de whisky de grains pas cher. Question de pousser l’affront comme il se doit, on réduit le tout à 40%. Dommage que le prix n’ait pas suivi en ce sens… Donc, revenons à la bouche, car il le faut. Whisky de grain, l’orge maltée, texture effilée (et ce n’est pas dû au taux d’alcool), fruits distants dans un nuage de fumée presque évaporée, miel avec une petite maigre poussée épicée en finale. En fait c’est la partie la plus intéressante de ce whisky. La rétro-olfaction offre aussi une certaine prestance fruitée avant le reflux de grains whisky bon marché. La première idée qui m’est venue en tête en prenant ce whisky sans prendre de note c’est qu’à l’aveugle, j’aurais peut-être misé sur un Johnny Walker Red, qui est vendu 28$. Je dois avouer que c’est environ le prix que j’aurais payé pour ce whisky. Deuxième pensée : c’est avec des whisky comme ça que les novices se lancent dans le milieu du whisky et disent ensuite que le whisky… c’est mauvais… Mais bon, si vous tenez vraiment à l’acheter, attendez au minimum un 15% à la SAQ (un 15% de mémoire ça n’arrive pas…) Je suis quand même curieux quand ça dit “de qualité supérieure”. Supérieure à quoi ?

Patrick 70%
Si vous prenez plaisir à boire ça straigth, vous avez définitivement un problème de consommation d’alcool. En fait, dans les pays où la législation définissant le whisky est le moindrement sérieuse (ça exclu malheureusement le Canada, mais on peut se consoler en se disant que le Japon est 100 fois pire à ce chapitre), ce liquide n’est pas considéré comme un whisky. Bref, plutôt infect, à éviter. Nez : Parfum faisant penser à de l’alcool plutôt jeune. En fait, ça sent l’alcool et le nettoyant industriel avec un logo SIMDUT de tête de mort. Yep, ça donne pas le goût d’y goûter. Bouche : Ok, ce n’est pas si pire, ça goûte l’alcool un peu sucré, voire une note de caramel. Finale : Courte, portée sur l’alcool et le caramel.

Martin 74%
Nez: Assez fade, un peu de fruits baignant dans un sirop alcoolisé, avec une pointe de céréale à peine fumée. Bouche: Bien mielleux et sucré, texture tout de même agréable. La proportion de grain est ici fort exagérée. On y ajoute un peu d’épices pour un résultat ma foi fort décevant. Finale: Épicée, mais courte et insipide, avec un restant de fruits et de bois sec. Équilibre: Bien peu de qualités ici. Réajustez le rapport grain/orge maltée et haussez un peu le taux d’alcool, on verra où ça peut nous mener. Mais ne m’insultez pas en m’en demandant 60$ la bouteille.

Yellow Spot 12 ans

46% alc./vol.
Le Yellow Spot est un single pot still Irish whiskey qui a été vieilli dans 3 types de fûts différents: American Bourbon cask, Spanish Sherry butts & Spanish Malaga casks.

André 87%
Poires, jus de salade de fruits, ananas. Nez hyper frais et rafraichissant, belle vanille crémeuse, bananes, sherry, fruits séchés, rien de tape à l’œil, doux et défini avec subtilité. La texture en bouche déçoit un peu par sa maladresse à soutenir un si beau canevas de saveurs. Légère sécheresse en bouche même si de savoureuses notes d’agrumes et de fruits tropicaux s’expriment du verre, notes de vin blanc, de céréales au miel, pommes vertes, raisins verts. Finale douce et un peu sèche qui rythme bien avec le nez et la bouche. Une expression qui cadre bien avec l’esprit des whiskies Irlandais mais avec une touche distinctive très intéressante. Vivement l’exploration des différents types de fûts. Je le classerais dans la même gamme que les Teeling 21 ans au niveau aromatique, mais avec moins de subtilité et de nuances.

Patrick 88%
Un très bon whiskey. En fait, je crois que la bouteille que je viens de m’acheter ne durera pas très longtemps! Ok, let’s go, j’en prends un autre verre! Nez : Beaux fruits sucrés et mielleux, pêches, un peu de thé vert et quelques noix. Bouche : Fruits mûrs chaleureux, miel, thé vert, bois épicé, pommes rouges, crème brûlée et chêne. Finale : Longue et savoureuse, avec de l’orge séchée, des épices et des fruits sucrés et chaleureux.

Martin 87%
Nez: Sherry sec, bois, raisins Sun-Maid, vanille, caramel salé. Un peu de noisette, un peu de fruits saupoudrés de sucre brun. Touche de crème et de pommes vertes. Bouche: Caramel, xérès et raisins juteux. Bois, vin, épices, pommes rouges, pomme de tire même. Très appétissant. Finale: Longue et chaude, sur des vagues de caramel épicé, de vin chaud, de chêne, de sherry sec et de vanille. Équilibre: Une belle construction, avec des caractéristiques qu’on ne voit pas souvent dans un irlandais, tout à son honneur.

English EN Français FR