Hellyers Road 10 ans Original Tasmanian Single Malt

46% alc./vol.

André 85%
Pommes poires, vanille, céréales au citron. En bouche la texture est intéressante, crémeuse, avec des notes d’amandes, de noix de coco et de crème vanille avec une larme de citron. Y’a par contre quelque chose en finale de bouche qui m’accroche un peu, un côté asséché qui tranche abruptement avec les douces saveurs de la bouche. Un mélange de chêne et d’épices asséchantes un peu bizarres. La finale déséquilibrée, et se terminera par le retour de la vanille, des poires et de la crème saupoudrée d’épices. Pas un mauvais whisky, mais les transitions entres les chapitres sont un peu boiteuses.

RV 87%
An upside down whisky from the land down under. Non. Non. Non, ce n’est pas un whisky, mais quelque chose de vraiment appétissant aussi. Belle profondeur olfactive qui s’envole vite, donc la hâte de goûter fait rapidement découvrir un whisky mi-orge, mi…quelque chose mystérieusement savoureux. Finale encore plus bizarre, empreinte de fusain et de cendre, qui conclue bien ce whisky challengeant mais qui récompense bien les papilles.

Lark Port Cask 5 ans

43% alc./vol.
Avant que Bill Lark ne crée sa distillerie, cela faisait 153 ans que la ville d’Hobart, située en Tasmanie, n’en avait plus abrité. Des champs de tourbe, une eau d’une grande pureté, tout est réuni pour que l’on produise ici un très bon whisky. C’est au terme d’une partie de pêche à la truite particulièrement fructueuse que Bill Lark eut l’idée de fonder sa distillerie. Sa fille Kristy lui succède désormais à la direction de la distillerie. Un alambic wash still d’une capacité de 1 800 litres et un alambic spirit still d’une capacité de 500 litres ont donc été installés. Un single cask (LD39) vient dí’être élu meilleur whisky australien.

André 84%
Nez soyeux souligné d’une belle dose d’orange, de bonnes notes de céréales, de vanille et d’une pincée de chocolat. Très rond et clean au nez. L’affinage en port cask est très affirmé, boisé et épicé à souhait, relevé de toffee et d’un peu de fumée. Dommage pour la finale où un off-key vient gâcher l’ensemble, une fausse note qui détonne dans cette orchestration qui semblait bien se compléter mutuellement. Peut-être est-il encore un trop jeune poulain fougueux pour l’affinage en port cask? La richesse apportée par l’affinage versus ce whisky de si jeune âge, livre une contradiction dont il est difficile de se départir.

Patrick 81%
Épices de bourbon au nez, peut être un peu plus sucré/fruité par contre. En bouche, épices de bourbon, mais qui semble avoir été fini dans un fut de liqueur à la cerise. Boisé brûlé intense. Finale assez longue et poivrée. Bel équilibre, intéressant, mais un peu trop sucré à mon goût.

Sullivan’s Cove Double Cask

40% alc./vol.
Tasmania Distillery & Museum, Australie. Cette édition à double distillation embouteillée à 40% d’alcool est non tourbée et mûrie dans d’ex fûts de Xérès en chêne français ainsi que d’ex fûts de bourbon en chêne américain.

André 88%
Très doux et sans brusquerie au nez; miel, kiwi sucre et citron. La bouche est très fluide – comme de l’eau – et livre un goût singulier d’écharde de bois que l’on enlève avec les dents. Chauffez votre verre quelques minutes en tenant celui-ci entre vos deux mains et laissez respirer; le chocolat noir très intense qui se révèlera est remarquable et très agréable pour livrer la finale- malheureusement un peu courte.

RV 86.5%
Même à l’autre bout du monde on est pas trop dépaysé. Grain et miel un peu aigre, sans grand développement outre la vanille du baril americain et ne serait-ce qu’une touche de cognac. Arrivée doucement herbeuse et enfin le grain et le raisin, avec plus de texture que de goût. Finale vraiment sucrée entre miel et vanille, sans être trop exacerbée. Un beau malt de fruits français plus fort que le grain américain.

Patrick 93%
Nez unique : tourbe de gazon, avec une onde de goudron et une goutte de fraises des champs. Impressionnant en bouche, une vraie montagne russe : Tout d’abord le sel, puis les fruits mûrs et enfin des céréales mouillées. Aussi, touche de chocolat et de vanille. Incroyablement riche en bouche. Tellement de saveurs à découvrir. Si vous cherchez la définition d’un scotch de dégustation, à savourer tranquillement dans un environnement tranquille, la voici ! Une conquête qui saura toujours vous surprendre de la plus agréable des manières !

Sullivan’s Cove Port Cask Finish

60% alc./vol.
Fût #HH0554, bouteille #209 de 411, distillé le 21 novembre 2000 et embouteillé le 3 septembre 2009. Construite en 1994, Sullivan’s Cove a réellement commencé de produire en 1995. Peu après son rachat en 2003, elle déménage pour s’installer à Cambridge, petite ville non loin d’Hobart. Depuis, ses alambics charentais ont été remis en activité et produisent l’équivalent de 120 fûts par an.

André 88%
Patience est le mot à retenir afin de savourer pleinement cette édition cask strenth. Nez très enveloppant et soyeux pleinement boisé agrémenté d’orange, de miel, de caramel chauffé/brûlé et collé dans la poêle ainsi que de chocolat noir. L’équilibre est superbe et il est d’une belle ampleur, très soutenu en bouche, étant aidé par le puissant taux d’alcool. Le miel et le chocolat adoucissent passablement l’ensemble qui demeure tout de même puissant en bouche où il n’offre par contre aucune surprise, l’évolution des arômes présentées au nez poursuivent simplement leur lancée. La finale est d’une bonne puissance, car en s’atténuant progressivement, les notes sucrées de miel et de chocolat laissent libre court à la poussée d’alcool. Une présentation sans grande évolution mais qui livre avec brio son agréable simplicité.

RV 81.5%
Comme réserve spéciale mais pas le genre qui doit être obligatoirement servi dans un Riedel ou un Glencairn. Dès le début, un bourbon qui olfactivement bifurque très rapidement vers un canadien avec un peu de manque de finition, mais plus il respire, plus la cassonade ressort, malgré un grain très légèrement fumé en background. L’arrivée est en deux tons, les épices et le foin sucré, pour passer par des prunes un peu plus fruitées mais le tout prend une tournure dramatiquement désastreuse en finale, où tout s’effondre dans un rye décevant. Vraiment pas à la hauteur du Double Cask, et même si ce n’est pas un mauvais whisky, la magie n’y est pas, surtout en finale.

Patrick 90%
Nez un peu bizarre d’orge brûlée, Au goût, chêne brûlé et sucré. Cassonade ? Un côté fruité apporte une dimension supplémentaire et agréable. On dirait que ce whisky sort directement du fût ! La finale, épicée, brûlée et sucrée complète très bien le tout. Un excellent whisky, très équilibré et qui saura plaire à ceux qui, comme moi, aiment leur whisky avec un goût boisé authentique !

English EN Français FR