Still Waters 1+11 Canadian Whisky

40% alc./vol.
Still Waters Distillery fût fondée en 2009 par 2 passionnés de whisky, Barry Bernstein et Barry Stein. La distillerie est située en banlieue nord de Toronto. Ceux-ci œuvraient déjà dans le domaine du whisky en tant qu’embouteilleurs indépendants sous la gamme Premium Bottlers. Ayant décidé de savourer pleinement leur passion des spiritueux, ils firent l’achat d’un Pot Still de conception Allemande qu’ils firent fabriquer sur mesure et débutèrent la distillation suivant l’installation. Leur premier né, la VodKa Stillwaters qui obtient un succès appréciable. La prochaine étape ; le rye whisky et le single malt. Leur premiers opus verront le jour au printemps 2013, les barrels 1 & 2 étant embouteillés à la force du fût, le cask 3 ayant été abaissé à 46% d’alcool. En tant que micro-distillerie, les 2 Barry s’occupent de toutes les étapes de la production (incluant le lavage de bouteilles, l’embouteillages et l’étiquetage à la main). Stillwaters aura été la première distillerie Ontarienne à produire un single malt.

André 86%
Nez sucré et étrangement sec même si c’est paradoxal; vanille, toffee et sucre. C’est attirant et la touche de citron-agrume surprend aussi en background. Bouche ronde et texturale à la fois sucrée, poivrée et épicée, simple mais bien construite. Finale un peu raw (grains ?) mais qui sait bien maitriser ses éléments sucrés et le raisins fruités afin d’équilibrer l’ensemble.

RV 83%
Un whisky avec onze épis de seigle. Dès le nez ça semble très varié, à la limite du confus. Très sec avec la citrouille et l’alcool qui semble plus haut qu’inscrit sur la bouteille. Finale dominée par la citrouille à la cannelle (ou de manière plus conservative, le seigle). Un whisky très standard canadiennement parlant, que je verrais plus comme trempette de cerise au poivre mais qui se tient bien debout sans artifice aussi.

Patrick 80%
Nez: Typiquement canadien, avec un caramel puissant et pas grand chose à part ça… Bon, avec un peu d’imagination, on peu deviner un peu de fruits… Bouche: Caramel, vanille, maïs et un peu d’orange. Assez doux. Très doux en fait. Finale: Courte, avec une légère pointe d’épices. Balance: Bien, sans plus. Content de ne pas avoir payé pour…

Martin 79%
Sa robe est extrêmement pâle, presque comme de la paille ou du maïs. Nez: Vanille, sucre, caramel, cassonade avec notes d’agrumes. Bouche: Légère présence de seigle, sucré, fruité. Plutôt tranquille. Finale: Voilée, presque invisible. Moins de poigne de disons un Crown Royal standard, mais beaucoup plus complexe. Les arômes et saveurs du départ y tourbillonnent encore. Équilibre: Vraiment pas mauvais pour l’entrée de gamme de cette distillerie artisanale. De quoi redorer la réputation populaire sous-estimée des whiskies canadiens.

Still Waters New Make Rye

50% alc./vol.
Embouteillé le 17 septembre 2013, bouteille #7.

André 88%
Seigle très parfumé, un peu savonneux et cireux, oranges et épices, fruits rouges. J’adore les rye whisky surtout lorsqu’ils sont de confection exacte et c’est le cas ici, un rye whisky offrant de belles saveurs, qui représentent le style les épices ne sont pas trop omniprésentes, j’adore le mélange d’orange et de fruits rouges et encore ces épices singulières du rye. Texture un peu cireuse en bouche, une pincée d’épices encore. J’adore !!! Finale bien longue, propulsée par les épices du seigle et les fruits. Taux d’alcool habilement contrôlé, balance équilibrée, texture agréable. Bravo ! Évalué en tant que new make, il mérite amplement la note attribuée.

Patrick 80%
Nez : Aaaah, les épices si agréables du seigle! Mais le tout semble enveloppé d’un écrin de sciure de bois traité un peu désagréable. Bouche : En effet, c’est du new make : L’attaque de l’alcool est particulièrement agressive malgré le taux d’alcool abaissé à 50%. Reste de belles notes d’épices et de bois fraichement coupé. Finale : Longue et épicée. Balance : Merci à Still Waters de nous faire découvrir leur « nouveau faire », mais je n’en ferai définitivement pas mon dram de tous les jours.

Martin 80%
Clair comme de l’eau de roche. Supergreen. Nez: Ultra mélasse du new make. Fleurs? Herbe? Bouche: Plutôt amer, avec les épices du seigle bien au rendez-vous. Petit goût métallique qui se transporte dans la finale pour la rendre un peu moins plaisante. Finale: Sucre brûlé, bonbons oubliés derrière la plinthe de chauffage. Équilibre: Pourtant on ne peut pas lui reprocher de vouloir jouer sur plusieurs tableaux à la fois. Je ne trippe pas trop à ce stade-ci, mais j’ai bien hâte tout de même de voir ce que quelques années de maturation vont lui apporter.

Still Waters New Make Single Malt

50% alc./vol.
Embouteillé le 10 octobre 2013, bouteille #13.

André 85%
Typique mais bien construit, la puissance du grain de céréales, mais un nez relativement neutre dans son ensemble. Texture agréable, un peu camphrée et aérien, superbement bien balancé, les céréales sont douces et soyeuses, même si un peu granuleuses. À travers la douceur de l’alcool, on peut tout de même constater que le travail n’est pas à son apogée, tout comme l’artiste débute une toile, même si l’on discerne le talent, ce n’est qu’une fois complété que le projet trouvera son apogée… La texture devient plus huileuse avec le temps, l’alcool s’évapore et rééquilibre le tout. La finale est soutenue mais très approchable, toujours axée sur les grains de céréales. On détecte aussi maintenant de beaux fruits secs avant le retour un peu camphré en épilogue et quelques soupirs d’orange. Intéressant et de belle présentation.

Patrick 82%
Nez: Nez intense d’orge fraichement maltée. L’orge mouillée et chauffée prend presque toute la place, mais on y détecte tout de même quelques notes fruitées. Bouche : Encore une fois, l’orge mouillée qu’on a chauffée… Le tout est accompagné de belles notes épicées et subtiles touches de fruits. Finale : Longue et épicée. Balance : Très complexe pour un « nouveau faire » et très savoureux. Je ne suis pas amateur de new makes, mais je suis heureux que les distilleries nous offrent la possibilité de découvrir ainsi l’origine des produits que nous aimons tant.

Martin 82%
Clair comme de l’eau. Nez: Assez peu de mélasse du new make. Très fruité et floral, avec une orge bien présente. Cerise noire et raisin, biscuits patte d’ours. Bouche: La mélasse devient vite une juteuse salade de fruits suivie d’une généreuse pointe de gâteau forêt noire. Un petit peu de réglisse noire se laisse timidement deviner. Finale: Infime amalgame de fumée et d’épices. Petit retour de la cerise. À cette étape on distingue aisément l’orge maltée. Équilibre: Beau new make à l’image de ce qu’il deviendra plus tard. À chaque itération le Stalk & Barrel se peaufine, en voici la genèse.

Still Waters Stalk & Barrel – Blue Blend

40% alc./vol.

André 78%
Nez effacé, presque neutre; rye timide, réglisse et pelure de pommes rouges, vanille. Après quelque temps, ananas et quelques fruits tropicaux épars. La bouche est douce et feutrée, beaucoup de vanille en introduction puis beau rye clean, pelure de pomme et réglisse, poivre et cannelle, clou de girofle, cèdre rouge. En revenant au nez, le rye est maintenant sans ambivalence et domine le nez. La finale est lente et langoureuse mais prévisible et sans accent qui ferait ressortir ce whisky du lot. On ressent aussi que le whisky est dilué à son maximum, j’ai l’impression de boire un low shelf whisky.

Still Waters Stalk & Barrel – Red Blend

43% alc./vol.

André 83%
Rye poussiéreux au nez, pelures d’oranges, planches de cèdre que l’on met dans les garde-robes, poivre concassé. Vapeurs d’alcool artisanal également au nez. Belle texture ronde en arrivée de bouche, volée de caramel, cannelle et bonbons en forme de poisson rouge, oranges & nectarines, seigle et bois de chêne. Le whisky a plus de punch en bouche qu’a nez, et la finale de bouche est bien poivrée et légèrement sèche, réglisse rouge, ce qui aiguise l’effet de l’alcool et des épices. Un whisky agréable mais qui ne fera pas sourciller personne.

Patrick 81%
Pour les amateurs de rye et de gin vieilli en fût, ce whisky doit être extraordinaire. Ceci étant, je fais partie de cette catégorie de gens, et je trouve l’ensemble plus étrange qu’agréable. Je ne saurais donc trop recommander d’y goûter gratuitement d’une façon ou d’une autre avant d’investir dans l’achat d’une bouteille. Nez : A l’aveugle, ma première impression fut qu’il s’agissait d’un gin vieillit en fût. On y détecte des notes sucrées du malt et épicées du seigle, ainsi que quelques notes herbeuses sorties d’on ne sait où. Bouche : Toujours le gin vieillit. J’ai probablement cette impression à cause des saveurs herbeuses. Le tout est accompagné de caramel, de vanille et de délicieuses épices. Finale : S’étire délicieusement sur les épices du seigle.

Still Waters Stalk & Barrel Corn Whisky – Distillery Discovery Pack

46% alc./vol.

André 79.5%
Nez très parfumé et floral, presque de gomme à savon, sucrée à souhait. Étrangement, je lui trouve quelques saveurs de rye whisky avec un côté réglisse rouge et petits fruits sauvages. La bouche est passablement rectiligne, les céréales sont évidentes, bien sucrées, beurre et saveurs de barils de chêne avec une légère morsure d’alcool en finale de bouche et de bonbons à la cannelle. Timidement astringeant en finale et très porté sur les grains de céréales sucrés. Je n’ai pas détesté ce corn whisky malgré son jeune âge et sa vivacité en bouche. Cela demeure une belle représentation de ce type de whisky et aide à discerner le style. Le dégustateur qui s’attend à pléiade de saveurs et un voyage dans des contrées gustatives sera déçu. Il faut seulement le considérer comme une représentation juste du style.

Patrick 75%
Une curiosité intéressante, sans plus. Bref, un bon achat dans un “Discovery Pack” pour voir c’est quoi un mauvais jeune whisky de maïs… Rapport qu’au niveau plaisir intrinsèque de dégustation, on repassera. Nez : Parfum dominé par l’alcool, avec, sans surprise, de légères notes de maïs et de fruits frais. L’ensemble laisse présager un whisky assez jeune. Bouche : Belle texture huileuse, qui porte un liquide frais et léger, rappelant un whiskey irlandais bon marché. Saveurs boisées, un peu de maïs et quelques notes métalliques très subtiles, mais qui écœurent quand même. Finale : D’étire sur les notes métalliques.

English EN Français FR