Blackadder Glenturret 15 ans 1990 Raw Cask

51.7% alc./vol.

André 86%
Pelures de bananes vertes, herbeux, feuilles de bananier brûlées. L’arrivée en bouche est pauvre mais les arômes camouflés de purée de pruneaux et de raisins secs se livrent par la suite – de manière tout de même bien humble et discrète. La finale, légèrement salée s’appuie aussi sur une petite vague camphrée, qui n’arrive toutefois pas à masquer complètement l’amertume et le côté astringent de celui-ci. Effectivement meilleur que la version officielle de 10 ans, mais pouvait-on faire pire?

RV 82.5%
À quelque part entre la bière et le beurre avec fond d’herbe et un contrecoup d’épices. Au goût, plus épicé et un peu boisé, rond et chaud mais sans brûlure de l’alcool au nez. Finale endormante, mais l’aftertaste est mieux. Mieux que la version ordinaire (ce qui n’est pas vraiment difficile), mais le genre de whisky pour lequel il n’est pas opportun (et pas souhaitable) de s’éterniser.

Patrick 85%
Beurre et bière au nez. Au goût, toujours le beurre et la bière, accompagné de gazon, une touche marquée de menthe et un léger brûlé. Léger et orignal. Me rappelle une Bleue ou une Budweiser!

Glenturret 10 ans (ancien embouteillage)

40% alc./vol.
Highlands, 1775. Ce single malt provenant de l’assemblage de fûts ayant contenu du bourbon est la dernière version officielle de la distillerie.

André 76%
Ça goûte le Vieux. Merci aux parents de RV qui me l’ont rapporté directement d’Écosse. Aucun commentaires supplémentaires, mis à part la déception. Des fois le silence est d’or.

RV 77%
Quelque chose qui rappelle la bière? Ouais, le petit goût de bière est intéressant… mais sans plus.

Patrick 83%
Léger, herbeux… épices? Menthe…

Glenturret 16 ans

58.4% alc./vol.
Distillé le 12 juillet 1991, embouteillé le 28 mars 2008, 618 bouteilles, fût #629. Rare single malt disponible uniquement à la distillerie ou au Whisky Exchange.

André 87%
Nez riche et costaud; fruits secs, résineux, miel, toffee et sherry puissant. Affirmé à l’arrivée, effet du fût de sherry bien présent, raisins secs encore une fois, retour sur la cire d’abeille, le miel et les fruits secs en toute finale. Pourrait ressembler à un mélange de Glenfarclas 105 et de Glendronach single cask…

RV 91%
Le corps, le cœur et les sentiments. Complètement. Le corps: Les céréales qui se poursuivent tout au long de l’expérience, mélangé au pain et à la muscade. Le cœur: Le sucre du sherry, définitivement plus à l’aise que celui de certains Glendronach par exemple. Les fruits rouges amènent aussi une dimension plus apprivoisable au sherry. Enfin, la chaleur indéniable de l’alcool, de l’arrivée en bouche à la finale, me fait prendre partie dans ce combat où les protagonistes sont loin de se ressembler, ou même d’aller dans le même sens, mais où le spectacle qu’ils donnent est amoureusement attirant.

Patrick 91%
Gâteau aux fruits, chêne et épices. Bref, parfum classique et intéressant. Très chaleureux, très vineux… Au point qu’on jurerait qu’on a ajouté une bouteille de xérès au fut juste avant de l’embouteiller. On y retrouve aussi une pierre à savon et un sel rappelant les anciens Bowmore 15 ans (les cylindres blancs…). La finale, plutôt longue, nous fait presque penser à un whisky maritime. Sa chaleur en fait un whisky parfait pour une soirée où rage une tempête de neige (comme ce soir!), assis au coin du feu, ma fiancée sur mes genoux.

Glenturret Peated – Batch #2

43% alc./vol.

André 81%
Ouf, c’est de la tourbe bizarre ça, genre pleine de racines et de terre grasse et herbeuse. Le nez est crémeux, genre caramel brûlé et petits gâteaux au chocolat au lait, les pommes rouges bien mûres. Cette tourbe rappelle peut-être certains Benriach Peated ou même quelques saveurs qui pourraient rappeler les virgin oak casks, genre petits bas qui puent, grains de café bon marché. La bouche offre une texture correcte, les saveurs sont plus fondues, les notes de fruits plus présentes. La tourbe est toujours aussi bizarre mais légèrement plus campée et affirmée, mais entourée d’une ceinture de chocolat au lait et de caramel un peu surchauffé dans le fond de la poêle. La finale est comme un feu de plage mal éteint sur lequel on fait chauffer des guimauves nappées de caramel. Très bizarre et pas vraiment dans ma palette de goût également, mais un embouteillage à ajouter à son tableau de chasse pour le trip de la découverte.

Patrick 80%
Un superbe parfum, et un whisky qui pourrait sembler complexe, mais qui a été beaucoup trop dilué. Ou encore, embouteillé trop jeune? En tout cas, dommage, car ça semble avoir un potentiel prometteur, mais on a décidé de travailler en cheap. Nez : Belle tourbe savoureuse, sucrée, crémeuse et chocolatée avec des notes fruitées. Bouche : Portée sur une texture malheureusement très aqueuse, on trouve de la fumée de tourbe, de la vanille, du poivre, du chêne, un peu de chocolat et quelques épices. Finale : Un peu courte, surtout pour un whisky tourbé.

Gordon & MacPhail Glenturret 1999

40% alc./vol.
Embouteillé en 2011.

André 78%
Ça sent le mauvais fût de sherry, poussiéreux et malodorant. Tout de même frais au nez, offrant à la fois des agrumes et du citron soutenus par la vanille. Je n’aimes pas l’aspect vieillot de ce whisky, ça m’agace ou ça ne fait pas, à priori, parmi de la gamme de saveurs que j’affectionnes particulièrement. En bouche, c’est insipide comme de l’eau, ça passe inapperçu; un peu de citron-vanille mais c’est à peu près tout. La finale est un peu plus persistante mais somme toute, un bon ‘’starter ‘’ pour une soirée.

RV 74%
Un mauvais brassin tablette d’inspiration irlandaise. Comme dans les autres Glenturret, l’aspect bière y est toujours, dans un fond de malt herbeux; c’est correct mais il faut aimer le style. Ce qui n’est pas mon cas. En bouchon le houblon chimique est très ordinaire, et quand le malt ennuyant est un point positif, ça va mal. Heureusement la finale légèrement plus douce en cerfeuil remonte l’expérience à un degré une marche plus haute que le total désastre, malgré la finale de bière surit. Dans les malts anonymes, il y a les innofensifs et les désagréable; cochez la colonne désagréable.

Patrick 88%
Le miel et l’orge dansent un étonnant ballet des plus agréables à sentir. En bouche, toujours le miel, mais celui-ci baigne dans une marinade d’herbes fraîches qui repose dans une cuve de chêne brûlé. La finale offre une touche de miel fruité, un peu comme les tartinades miel-confiture de ma jeunesse. Après une soirée à déguster des scotchs sans relief, celui-ci me surprends agréablement par sa personnalité originale, sa balance et sa qualité générale. Une belle surprise!

English EN Français FR