Douglas Laing Executive Decision Glenrothes 26 ans

53.3% alc./vol.
Distillé en juin 1987, embouteillé en décembre 2013 depuis le fût de sherry de 2e remplissage #DL10141, 288 bouteilles.

André 87%
Venant de Glenrothes, le nez est tout à fait dans la ligne de la distillerie ; plein de note de sherry rehaussés de douces épices, toffee, miel, gâteau aux fruits, oranges nappées de chocolat au lait avec en background une touche boisée très intéressantes. Cachous sautés à la poêle peut-être ? En bouche ; toffee et miel, chocolat, vanille, oranges et sherry un peu vieillot. En arrivée de bouche, le whisky est très soyeux mais la conjonction des épices et de l’alcool rehausse ce whisky de façon inattendue. Les notes primaires des épices sont vites calmées par le chocolat et le miel qui réussiront tout de même à revenir de façon musclée en finale de bouche qui est fortement épicée en rendant la bouche un peu sèche. Je détecte même une touche de poivre noir qui apparaît en toute finale. J’avais été conquis par le nez exceptionnel. Mais les fortes épices et le poivre déstabilisent un peu la bouche et tranchent farouchement avec les saveurs plus douces et tendres.

Patrick 88%
Un chef d’œuvre d’équilibre et d’extase. Exquis! Nez : Sublime parfum de xérès, de vanille et de chêne. Le tout est complété par une bouchée de gâteau aux fruits recouvert de caramel. Bouche : Superbe arrivée en bouche, avec un mélange de fruits mûrs, de sucre brulant et d’épices chaleureuses. Le tout est complété par des notes de gâteau au chocolat et un trait de miel. Finale : D’une belle longueur, s’étire sur les notes épicées du chêne ainsi qu’une touche d’orange.

Glenrothes 12 ans Vintage 1992

43% alc./vol.

André 81%
Le 92 est vraiment mieux que l’édition 1989. Plus fini et travaillé, un soucis du détail évident. Les cerises sont plus présentes ce qui le mets plus à la hauteur que son frère le 1989. Mais il y a encore quelque chose qui cloche dans ces versions. À mon avis vaut mieux encore soit se payer la version Select ou d’amasser son argent pour se payer le 18 ans Vintage 1987.

RV 85%
Si le Select Reserve est la jeune sœur au franc-parler pimpant et le 87 la grande sœur à l’élégance sophistiquée, le 92 est celle du milieu qui se cache derrière les deux autres mais qui vaut tout de même la peine de goûter. Pruneau mauve et plastique délavé, comme une glissade de plastique anciennement bleue qui a passé l’hiver dehors. Toujours la cire mielleuse du Select Reserve, mais sans le feuillu de celui-ci, ce qui n’est pas nécessairement un défaut. Arrivée trop doux (donc gardez le longtemps en bouche), mais se développe très bien avec agrume et un fumé. En finale, toujours sucré se terminant dans un caramel brûlé doux.

Patrick 86%
Fruité, prune et réglisse noires. Caramel.

Glenrothes 13 ans Vintage 1989

43% alc./vol.

André 76%
Comme dit RV, l’odeur de poussière est présente, juste pour ça l’expérience est intéressante. Ajoutez les épices, une touche d’orange et une finition tout en caramel.

RV 80%Plus doux que les autres Glenrothes, caramel, poussière.

Patrick 70%
Odeur de poussière, ordinaire. Au goût, le chêne (bois), vanille, un peu d’épices. Pas mauvais mais manque de raffinement. Caramel douteux… Cassonade.

Glenrothes 18 ans Elders’ Reserve

43% alc./vol.

André 88%
Le sherry vieillot, les oranges confites, le miel et la cire d’abeille, quelques farouches notes d’épices et de noix rôties. Un nez habituel de Glenrothes et le savoir-faire familier de la distillerie. La bouche n’offre d’autre surprises que la transposition des arômes en saveur, la texture est vraiment fine et sophistiquées, l’ajout de réglisse rouge redore un peu la prévisibilité de la bouche. Finale épicée, le sherry est toujours aussi présent. Beau mélange de marmelade d’orange et de xérès, crépitements d’épices espiègles. Léger menthol en rétro-olfaction. Un Glenrothes confiant et prudent, tout en souplesse et en nuances.

Patrick 88%
Un bon Glenrothes comme d’habitude. Sans surprise, mais surtout sans défauts et très agréable. Nez : Riche parfum de caramel et de xérès. Petite touche de vanille et de chêne subtile. Bouche : Chêne et caramel, avec une belle note de fruits mûrs. Le tout est complété agréablement par les épices du chêne. Finale: D’une belle longueur, sucrée et épicée.

Martin 87%
Ambre un peu trouble, mais aussi plutôt pâle. Nez: Un solide nez de speysider et de xérès. Caramel, miel, pelure d’orange et un soupçon d’amande. Bouche: Riche et onctueux, beurre de miel, oranges et vanille. Quelques épices bien dosées enrobent le tout. Finale: Épicée, sur la plupart des notes justes du parfait fût de xérès. Planche de chêne, mais qui n’assèche en rien cette belle finale. Équilibre: Un sherry cask admirablement bien construit, mais un peu trop chétif selon moi. Au risque de me répéter, 46% d’alcool était la marque à atteindre.

Glenrothes 18 ans Vintage 1987

40% alc./vol.

André 87%
Zeste d’oranges au premier plan. Beaucoup plus rond en bouche que les autre versions. Marmelades aux oranges. Finale légèrement mentholée. Le fruité est toujours là mais avec plus de distinction et de raffinement. Vraiment agréable mais une légère déception compte tenu du prix payé ±130$.

RV 90.5%
La grosse orange en chocolat qu’on doit frapper sur le bord d’une table en bois rustique vernie, sur lequel on a répandu un peu de caramel et un soupçon de vanille. Texture très enveloppante avec un bel attaque de caramel en bouche, conclu par une finale de crème brûlée et un léger toucher d’orange. Un très beau whisky, relaxant et bien calculé, du genre soirée de chill devant le foyer, accompagné d’une douce dame et d’une similaire bouteille. Me fait penser au Highland Park 18YO par sa prestance, mais comme je préfère le goût de l’orange à celui du bruyère et du miel, même si ce dernier est davantage reconnu, à prix similaires pour moi c’est le Glenrothes 1987 que je me paye comme récompense.

Patrick 89%
Oranges sanguines, agrumes, notes de vanille.

Glenrothes 18 ans Vintage 1995

43% alc./vol.
Embouteillé en 2013

André 90%
Presque impossible de ne pas aimer Glenrothes, cette balance, cette douceur des arômes. C’est comme revoir une vieille amie, terrain connu. Amalgame de vanille, d’oranges et d’agrumes, fruits séchés, un soupçon d’épices. Incroyable texture en bouche, soyeux et crémeux à souhait, les agrumes sont fébriles, les oranges débridées, calmées par le butterscotch, le miel ou le caramel mélangé d’épices qui sont bien présentes maintenant. Les épices et les fruits ponctuent la finale avec pondération et la rétro-olfaction d’orange-agrume est hallucinante. La montée du butterscotch est superbe. Un whisky superbe dans sa simplicité, des arômes et saveurs conservatrices mais une présentation impeccable.

English EN Français FR