Armorik Classic

46% alc./vol.
Dernier né de la gamme Armorik, Classic est une version de plus de 5 ans non filtrée à froid mise en bouteille à 46% issue d’un vieillissement en fûts de bourbon et de sherry.

André 79%
Nez très doux de miel et de vanille sur une courtepointe fruitée discrète qu’accompagnent quelques pointes épicées. Quelques odeurs d’agrumes un peu citronnées également. Présentation un peu dépouillée, axée sur le fût de bourbon et les céréales. En bouche, mélange de fruits rouges défraichis, de miel et d’épices. Texture intéressante et huileuse, raisins verts et poudre de céréales. Finale éphémère, bien sucrée avec quelques parcelles d’épices. Un whisky beaucoup trop rectiligne et aux saveurs limitées mais une des plus belles parutions de la distillerie.

Patrick 79%
Nez : Fruits séchés mêlés à des céréales mouillées. Bouche : Tout croche. Les fruits se battent avec les céréales et tout le monde en sort perdant. Finale : Une pointe de sel. Très courte. Balance : Beau package, pas vraiment mauvais, mais gagnerait à passer plus de temps dans un fût neuf.

Armorik Double Maturation

46% alc./vol.
Vieilli au moins 5 ans dans les traditionnels fûts de chêne du parc d’Armorique, puis affiné en reposant quelques mois en fûts de xérès.

RV 84.5%
De la hauteur supplémentaire d’un baril, ce whisky atteint un nouveau barreau à l’échelle du goût. Surpuissance du malt dans les narines, pas un mauvais départ même si le baril de finition semble un peu diffus. L’arrivée est plus éparpillée alors que je m’attendais à la suite du malt, c’est le grain et le foin poussièreux qui suivent. Aussi aggrémenté de mûres trempées dans le poivre, ce whisky assez long pour son âge et expansif marque une grosse coche bien en haut de l’édition originale.

Patrick 75%
Nez: Chêne, xérès et soufre. Bouche: D’abord le xérès, puis le soufre et le chêne se battent pour la suite. Il y a toutefois des victimes collatérales: nos papilles gustatives. Finale: Plutôt sucrée. Balance: Non.

Armorik Maître de Chai

46% alc./vol.
Single Malt, distillé en juillet 2010, vieilli dans les fûts de sherry oloroso #3320 et 3321. Édition limitée à 2000 bouteilles

Patrick 91%
Impressionnant, surtout que n’ayant jamais aimé les whiskys de cette distillerie, je m’attendais au pire. Mais ici, je vais même m’en acheter une bouteille sur le champ, surtout que le rapport qualité/prix est excellent. Nez : Appétissant parfum de biscuits sablés avec une touche de confiture aux petits fruits des champs. Bouche : Envoûtante, avec des fruits et une surprenante fumée enveloppante et une surprenante mais délicieuse note de cuir. Wow. Finale : D’une belle longueur, fumée et surtout épicée.

Armorik Whisky Breton

40% alc./vol.
Le premier single malt français est produit au sein de la distillerie Warenghem située à Lannion en Bretagne. Il arbore fièrement ses origines bretonnes.

André 77%
Miel de fleur mais très aseptisé et sans vraiment de caractère. Céréales mouillées dans une poche de jute et bananes vertes pas mûres.. Sec au nez et maigre en bouche, à l’image de ce qu’il livre. Flat on the tongue, tout comme les souvenirs qu’on en gardera.

RV 78.5%
Le genre de bouteille qu’on est fier pour sa rareté mais qu’il ne vaut pas la peine d’ouvrir. Nutty suivi de fruits sauvages style papina. Colle liquide Lepage étendue avec un bâton de Popsicle. L’arrivée est transparente mis à part un petit houblon. Petite wave intéressante en finale, sans plus.

Patrick 72%
Nez pestilentiel et… Décevant! Un mélange douteux d’orge et d’herbe pourrie. En bouche, la situation ne s’améliore guère. Eurk. Goûte le vomi de bébé. Et l’arrière goût donne aussi envie de vomir. Merci à la SAQ de m’avoir permis d’y goûter avant de l’acheter tel que prévu! J’ai sauvé 48$!!

English EN Français FR