Longrow 7 ans Gaja Barolo Cask Finish

55.8% alc./vol.
Embouteillage vieilli 18 mois dans des barils de vins de la région de Piedmont en Italie. Édition limitée à 12100 bouteilles.

André 80%
Le nez ne me plait pas. Sent le baril frais fait, un PEU dans le style du Glenmorangie Artisan Cask. Sent l’alcool à friction et la vanille et à la limite vineux. Forte arrivée en bouche, descend rapidement, après, c’est le calme avant la tempête. Comme dans un livre d’Agatha Christie où l’on cherche mais ne trouve pas, ce single malt est une bizarrerie en soi. À l’image du Colonel Moutarde qui a tué Mrs Peecock avec un chandelier, je dirais plutôt que c’est le Gaja Barola qui a tué le Longrow dans la distillerie Springbank. Désolé, mais même en étant singulier, celui-ci ne passe pas le repêchage. J’ai l’impression d’avoir lu un mauvais roman Polar.

RV 87%
Difficile à classer, un peu à l’image du Jura Superstition mais dans tout autre registre. Vraiment pas subtil, il est facile a discerner les composantes lorsque l’on sait c’est quoi. Plus il respire, plus la cocotte de pin typique de Longrow sort. Très nuancé en bouche avec un beau piquant sur la langue et une belle finale fumée, lustrée et douce de bois. Murray le compare a se prendre pour Napoléon dans un asile; si c’est ca, donnez moi un entonnoir pour me servir de chapeau, je pars à la futile recherche du laissez-passer A38, mais je ne veux pas immatriculer une galère.

Leave a Comment

English EN Français FR